Manifeste pour un parc animé

Entrevue avec Ronald Robidoux, des loisirs St-Clément

Manifeste pour un parc animé

Reflet de mon quartier est un hebdomadaire consacré à l’actualité et aux débats d’idées reliés à l’arrondissement montréalais d’Hochelaga-Maisonneuve.

Ronald Robidoux en a long à dire sur le parc Morgan. Celui qui s’implique au centre de loisirs Saint-Clément depuis un peu plus de 20 ans a participé à la revitalisation de cet espace vert il y a quelques années, puis à son abandon par les instances municipales. Il a accepté de partager avec Reflet de mon quartier sa vision d’un parc qui faisait autrefois vibrer la rue Sainte-Catherine Est.

Propos recueillis par Ariane Aubin

 

Depuis que je suis dans le coin, le parc Morgan a souvent changé. Sa meilleure époque, c’était dans le Vue de la scène Saint Jean Baptiste au parc Morgan 2006coin de 2003. Nous organisions des activités avec les  Loisirs St-Clément. La première que nous avons tenue, c’était pour l’Halloween. Dans le pavillon, nous avions construit un gros labyrinthe et ailleurs dans le parc, il y avait des éclairages spéciaux, des personnages. La fête a été très populaire. Avec les années, le concept a fait boule de neige: la dernière année, tout l’avant du parc était décoré. Il y avait une maison hantée, un tunnel infernal… entre 3000 et 3200 personnes sont passées cette-fois-là.

Nous avons aussi organisé trois ou quatre fêtes de la Saint-Jean, des "épluchettes" de blé d’inde, une cabane à sucre. C’étaient toujours des événements familiaux et dans toutes nos activités, il y avait une thématique, pensée en fonction des gens du quartier et des commerçants des alentours.

Malgré notre succès, nous avons dû laisser tomber les animations dans le parc parce qu’elles nous coûtaient trop cher. Pour la Saint-Jean-Baptiste, par exemple, nous recevions une subvention de 1500$ de la Société-Saint-Jean-Baptiste. Les Loisirs St-Clément avaient ensuite de 8000 à 9000$ de dépenses à éponger!
Là-dessus, la Ville de Montréal n’a pas versé un sou, mais nous a prêté beaucoup d’équipements. Le labyrinthe d’Halloween était par exemple entièrement fait de matériel fourni par la Ville et monté par ses employés, ce qui était une aide très appréciable. Les organismes du quartier nous aidaient aussi en nous prêtant de l’équipement ou de la main-d’œuvre. Ce qui est vraiment dommage, c’est que les commerçants du coin n’ont jamais vraiment embarqué. On me dit qu’ils vivent souvent dans d’autres secteurs et que Hochelaga-Maisonneuve n’est pas nécessairement au centre de leurs préoccupations. Je crois aussi que plusieurs s’attendent à des retombées immédiates pour leur implication. Mais ça ne fonctionne pas comme ça. Tu commences par attirer du monde, puis le quartier marche un peu mieux et à longue échéance seulement, ça se ressent dans les ventes.

Je dois préciser que la SDC (société de développement commercial) a pour sa part beaucoup contribué dans les premières années. Mais quand l’administration change, l’orientation change souvent aussi et c’est ce qui est arrivé. La nouvelle direction ne trouvait pas que notre organisation était assez professionnelle et a essayé de prendre le relais. Ça a donné des concerts pop le dimanche matin ou certains soirs en semaine, qui n’ont pas pogné bien fort, et l’expérience a été abandonnée.

Maintenant, il n’y a plus rien qui se passe dans le quartier. C’est mort, comme avant que les organismes décident de faire vivre le parc. C’est sans doute parce qu’il y a des gangs, que c’est malpropre. J’ai été au parc il y a environ deux mois et j’ai constaté qu’il y avait de grosses détériorations. La cabane était couverte de graffitis, c’était sale. Il y en a toujours eu, mais avant la Ville les nettoyait. Bref, j’ai trouvé ça pire que d’habitude. Et pourtant, il y a quelques années, le parc était très beau, c’était tout fleuri.

La Ville doit s’impliquer, même si on n’est pas encore branchés sur Notre-Dame. Juste déjà d’entretenir le parc, ça serait bien. En ce moment, ce n’est pas fait. J’ai déjà discuté avec la Ville de l’abandon du parc Morgan, il y a peut-être trois ans. Ce qu’on m’avait répondu à l’époque, c’est qu’on attendait que le cas de Notre-Dame soit réglé avant d’agir. Mais quand un parc est laissé à lui-même, on se ramasse avec des problèmes et des gens qu’on ne veut pas voir là s’y réfugient. Quand un parc est occupé, qu’il est bien entretenu, on éloigne ce type d’individus.

Un parc pour les rassembler tous

Le projet d’unir les parcs Champêtre et Morgan au-dessus de Notre-Dame est une bonne idée à mon avis, parce qu’en ce moment, le coin est définitivement dangereux pour les enfants. Faire le lien entre les deux parcs permettrait aux enfants d’accéder aux terrains de soccer et de football de l’autre parc sans risquer leur vie.

Jeux gonflables à la St-Jean 2006 au parc Morgan En plus de ces modifications, il faudrait qu’il y ait d’autres petites fêtes de quartier. Avec l’expérience que j’ai dans le domaine, c’est sûr que j’aimerais y participer, mais il faudrait aussi que les organismes du coin, les commerçants et surtout la Ville participent. Ce genre d’événement nécessite beaucoup de main-d’œuvre: juste organiser l’Halloween nous demandait quatre jours de montage! Mais c’est très important de le faire. Les gens se parlaient lors de ces événements, mangeaient ensemble … Ça ramenait le parc à son but principal, qui est de rassembler les gens du quartier. On voulait montrer aux gens que ce qu’on dit sur le coin, ce sont des mythes. Ce n’est pas si pire de vivre dans Hochelaga-Maisonneuve, des choses intéressantes peuvent s’y passer!

Pour que ça fonctionne, il faudrait aussi plus de sécurité dans le parc Morgan. Il y a déjà des auto-patrouilles de jour, mais le soir, est-ce qu’il y a de la surveillance? Je n’ai jamais vu de voiture passer. S’il n’y a pas de présence policière sur les lieux, comment réussir à sécuriser le parc?

Ce n’est pas évident, c’est sûr. Je me souviens des premières années où nous organisions nos activités, il a fallu prendre possession du parc, parce que c’était comme aujourd’hui. Les enfants n’y allaient pas trop parce que les lieux étaient occupés par des gens pas trop recommandables.

Ce problème, je le vois aussi ailleurs que dans ce parc. Je trouve que Maisonneuve est laissé de côté en général. En sortant un peu du coin, vers Mercier par exemple, on voit que les parcs là-bas sont mieux entretenus. Quand on demande pourquoi à la Ville, on nous dit: «dans Maisonneuve, on fait de quoi et ils brisent tout». Moi, je n’y crois pas. D’autres quartiers moins favorisés sont capables d’avoir de beaux parcs, de belles infrastructures et de les préserver, si on leur en donne les moyens. Ce sont des excuses garrochées en l’air!

Photos: Fête de la Saint-Jean-Baptiste 2006 au parc Morgan, Courtoisie des Loisirs St-Clément

  

VOS COMMENTAIRES SUR LES ACTIVITÉS QUI AVAIENT LIEU AU PARC MORGAN

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Gouvernement du Quebec et changements climatiques

Gouvernement du Québec et changements climatiques

DOSSIER ÉQUITERRE

«Le gouvernement du Québec met en œuvre son plan d’action de façon systématique et avec sérieux, dans la majorité des cas. La redevance sur les hydrocarbures (taxe sur le carbone) est la pièce maîtresse qui permet au Québec d’avancer dans la lutte aux changements climatiques. Sans cette taxe, peu aurait pu être entrepris. Il faut noter les retards incompréhensibles dans le dossier de la réforme du nouveau code du bâtiment du Québec. Ce chantier est en cours depuis le début des années 1990.

Pour l’instant, le gouvernement s’est attaqué aux sources d’émissions de GES les plus faciles à encadrer et à restreindre. Dans bien des cas, cette tactique porte fruit.

Le gros du travail reste devant nous: c’est-à-dire le secteur des transports et de l’aménagement du territoire. C’est là qu’il faudra mettre les efforts des prochaines années. Au Québec, en 2009, on ne peut pas s’attaquer aux changements climatiques et proposer le projet Turcot, le parachèvement de l’autoroute 25 et la transformation de la rue Notre-Dame en autoroute.

Nous sommes encouragés par les récents propos de la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, qui semble avoir compris l’importance pour le Québec de l’enjeu de l’aménagement du territoire et la nécessité de mettre fin à l’étalement urbain. Elle devra maintenant passer de la parole aux actes.

Finalement, Equiterre tient à rappeler l’abandon récent, par le Premier ministre Charest, de son engagement de mettre en place avec l’Ontario un marché du carbone dès le 1er janvier 2010. Cet engagement avait été pris conjointement avec le Premier ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty, à l’été 2008. Les deux provinces ont indiqué, il y a deux semaines, qu’elles ne respecteraient plus cet échéancier. Equiterre souhaite que les deux provinces respectent cette fois leur engagement de créer ce marché du carbone en 2012», a réagi de Bonn Hugo Séguin, porte-parole d’Équiterre.

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 33 autres abonnés