L’hypersexualisation: pas juste une mode

Hypersexualisation des jeunes, sexualité éducation sexuelle sexe

Spectacle du Bistro le Ste-Cath (l’ancien Bistro In Vivo) dans Hochelaga-Maisonneuve

L’hypersexualisation: pas juste une mode

Dossier SexualitéHypersexualisationBritney Spears

Dominic Desmarais Octobre-Novembre Numéro 14.1

Des tenues suggestives ne laissant place à aucune imagination, des jeux sexuels de plus en plus précoces. Les jeunes d’aujourd’hui baignent dans le sexe. L’uniforme est-il la solution pour contrer l’hypersexualisation des jeunes?

Pour nous parler de l’hypersexualisation des jeunes, nous avons rencontré Paul Trottier. Fin trentaine, il est habillé d’un jean décontracté. Ses patins à roues alignées, abandonnés sur le bord du mur, cadrent mal avec l’image d’un vice-président de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Ancien attaché politique de Gilles Duceppe et Réal Ménard, l’homme au visage de chérubin tient à distinguer string et vêtements provocants du port de l’uniforme.

«L’uniforme, on en parle depuis longtemps. L’école publique est en compétition avec l’école privée. Le privé, c’est la discipline, le contrôle. C’est un des aspects que recherchent les parents. Les défenseurs des écoles publiques cherchent des solutions. Ce qui explique pourquoi le port de l’uniforme revient à chaque rentrée scolaire.» La décision d’imposer ou non l’uniforme aux élèves ne changerait rien. «Dans toutes les époques, les jeunes, autant les gars que les filles, ont adopté une tenue vestimentaire de leur temps. Ça ne me menace pas, l’apprentissage de la sexualité des jeunes», confie le commissaire.

Vêtements sexy et osés

Philippe (nom fictif), ne partage pas son point de vue. Enseignant depuis 4 ans à la 6ème année, il éprouve des difficultés à donner ses cours devant de jeunes nymphes tentatrices. L’encadrement vestimentaire, il y voit. «C’est à nous les profs de dire non. Les jeunes savent, ils s’essaient. Moi, je leur dis tout le temps, ça passe jamais. Une fois que tu l’as dit, les autres le savent, donc ils ne s’habilleront pas comme ça.» Philippe n’a rien de vieux jeu. Début trentaine, ce peintre à ses heures s’explique mal comment ces jeunes filles ont pu quitter le nid familial habillées de la sorte. «C’est surtout les parents. T’envoies pas tes enfants comme ça. Je comprends pas», s’exclame-t-il, encore ahuri.

Contrer l’hypersexualisation?

Un argument en faveur de l’uniforme? M. Trottier préfère plutôt privilégier l’éducation que la restriction. «Surtout chez les petites filles. Les filles, même très jeunes, ont tendance à adopter un style vestimentaire plus vieux. Elles veulent adopter leurs modèles. Ce qui n’est pas mauvais. Sauf que le message envoyé, c’est que la fille a un épanouissement sexuel qu’elle n’a pas», constate Paul Trottier, également diplômé en sexologie. «Quand tu demandes à la petite fille pourquoi elle s’habille de la sorte, elle ne sait pas. Elle veut juste être comme ses modèles.»

Britney Spears, Christina Aguilera et Playboy

Les Britney Spears et Christina Aguilera ont de l’influence. Même le lapin Playboy a la cote auprès des jeunes consommatrices qui trimballent ce symbole à connotation sexuelle. «Comme adulte, il faut avoir un regard bienveillant. C’est notre responsabilité de voir la différence entre ces petites habillées comme Britney Spears et les filles de 17 ans», rappelle le vice-président de la Commission scolaire de Montréal.

De nouvelles pratiques sexuelles

Plus visible, la tenue vestimentaire des jeunes filles alimente les débats. Mais l’hypersexualisation ne se limite pas à un string et un gilet-bédaine. Les jeunes s’adonnent à de nouvelles pratiques sexuelles. Le Dr Franziska Baltzer, directrice de la clinique pour adolescents de l’Hôpital de Montréal pour enfants, vient de découvrir de nouveaux comportements à risque. «Ce n’est plus juste dans le vagin. C’est aussi dans la bouche, dans les yeux.»

En 20 ans de pratique, Le Dr Baltzer a vu son premier cas de chlamydia dans un œil cette année. Elle dit maintenant vérifier les amygdalites, que pourrait causer une gonhorrée, ainsi que la bouche, qui pourrait être infestée de condylomes. Elle se garde bien d’être alarmiste. «Pour moi, l’âge n’a pas changé. La pratique a changé. On me dit nous, ce qu’on pratique, c’est du sexe récréatif. Comme aller voir une vue, aller prendre une bière. Pas d’engagement, c’est moins de responsabilités que d’avoir un petit ami», dit-elle avec un léger accent anglophone.

Selon la directrice de la clinique pour adolescents, ce sexe récréatif se serait développé sur une période de 3 – 4 ans. «Je sais pas pourquoi ça vient… Comme des modes, ça peut partir vite. Les bracelets du sexe, ç’a duré 2 ans, mais c’est fini», fait-elle remarquer en ajoutant que cette pratique ne s’embarrasse pas de préjugés. «C’est dans tous les milieux. C’est ce que je vois. Autant les familles aisées que pauvres, peu importe leur origine.»

Maladies transmises sexuellement

Résultat, le nombre de cas de MTS a augmenté, vue la pratique de fellations sans condoms. Les Canadiens s’inspireront-ils des campagnes conservatrices de leurs voisins du sud? Le Dr Baltzer ne le souhaite pas. «La campagne Say no to sex, aux États-Unis, c’est fort. Très fort. Un grand nombre reste chaste avant le mariage. Mais ils vont quand même avoir des relations. Mal informés, ils sont plus à risque. Ils font ça avec beaucoup plus de culpabilité, ne vont pas s’informer sur les moyens de contraception, sur les maladies. Le taux de MTS, c’est chez les jeunes du Say no to sex qu’il est le plus élevé aux États-Unis.»

Parmi les MTS les plus courantes, Mme Baltzer cite les suivantes: «C’est la grossesse que tu pognes le plus facilement. Ensuite la chlamydia, les condylomes et l’herpès.» Paul Trottier n’est pas dupe. Il comprend les conséquences de cette sexualité sans émotions. «Moi aussi je le vois, les jeunes qui banalisent la sexualité. La jeune fille qui fait une fellation se dit qu’il n’y a pas de conséquences parce qu’il ne s’agit pas d’un acte sexuel.»

Sexe et jeune

Parler sexe aux jeunes alors? Philippe, l’enseignant en 6ème année, apporte un bémol. Après une rencontre avec une sexologue venue préparer le corps professoral de l’école, il comprend l’ampleur des dégâts. «On aborde juste la sexualité. On met toujours l’emphase sur les condoms, les MTS, mais jamais sur les sentiments, la manipulation, les relations amoureuses. Si je suis en 6ème année et qu’on me parle de condoms, je vais me demander comment le mettre, je vais penser condom… Si on me parle de relations amoureuses, je vais penser relations. Faut aussi leur parler d’amour», conclut-il.

VOS COMMENTAIRES SUR L’HYPERSEXUALISATION DES JEUNES.

Autres textes sur la Sexualité et l’Hypersexualisation.

VOS COMMENTAIRES SUR L’HYPERSEXUALISATION DES JEUNES.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Extrait du livre Après la pluie… Le beau temps.

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres de croissance personnelle et cheminement:

Autres livres pouvant vous intéresser:

Biographie de l’auteur

.

VOS COMMENTAIRES SUR L’HYPERSEXUALISATION DES JEUNES.

Publicités

42 Réponses

  1. Jean-Simon Brisebois
    Être à la mode, mais à quel prix?

    Une personne qui s’apprécie, et qui veut plaire, veut être à la mode. Mais quelle est l’influence de ce que nous portons sur la société? Prenons l’exemple de Nike. Le produit se vend à un prix très élevé. Le consommateur qui veut être à la mode va acheter le produit. Il paye le prix pour la marque de commerce et fait une publicité gratuite pour la compagnie en portant fièrement son logo. Les dirigeants de la mode utilisent régulièrement les artistes pour faire valoir leurs produits. Les consommateurs achètent encore une fois pour être à la mode et parce qu’ils aiment ce que l’artiste projette. Mais quoi de plus frustrant que de se faire dire que tu as acheté un jean à la Garou ou une paire de souliers à la Toupin, plutôt que les vêtements que tu portes te vont bien.

    Il faut aussi faire attention à ce que l’on porte. Des parents achètent une jupe très courte à leurs enfants en bas âge parce que c’est à la mode. Quel en est l’impact sur certaines personnes de notre société? Qui devra-t-on questionner s’il y a abus? Les parents ou les concepteurs du vêtement? Reste que bien s’habiller fait plaisir à l’ego et est nécessaire dans notre quotidien.

  2. 10/19/05 Véronique Dubé
    La mode Aujourd’hui
    Dernièrement, j’ai lu plein de article sur la sexualité des jeunes et de leurs vêtements. Je ne suis pas d’accord. Je suis une adolescente comme toutes les autres. Je suis la mode mais pas aux limites extremes. Oui, j’avoue que certaines exagèrent. Mais pas toutes. Je voudrais aussi ajouter que la mode ce n’est pas nous qui la décidons. Nous ne faisons que la suivre. Il n’y a aucun jeune qui c’est dit, du jour au lendemin qu’on va tous s’habiller sexy. Ce sont les designer. Et si vous voulez arrêter ça, alors, les magasins devraient arrêter de vendre ces produits. Et puis, les jupes courtes ont toujours existé. J’ai vu des photos de vlà une trentaine d’années. Les jupe étaient courtes, mais pas taille basse. Et si vous imposez des uniforme, ça ne changera rien, car les weekends on sera libres de décider de nos vêtements. Les vêtements ne disent pas que la fille est une salope ou non. C’est dans la nature de la personne. Non dans ses vêtement

    Sexuellement, c’est seulement vers l’âge de 16 ans que la majorité des filles sont actives, certaines plus jeunes, mais c’est leurs problêmes. Ce n’est pas la faute de leurs parents, ni des jeune, mais de celles qui sont naives.

  3. 01/28/06 Anne-Marie Miron, Ste-Agathe.

    La mode extra-mince

    Aujourd’hui une taille large n’est plus le large que j’ai connue. Les tailles sont devenues extra-petites et qu’est-ce que ca fait à nos jeunes ?  Ils (surtout elles) veulent maigrir même si la plupart ne sont même pas au-dessus de leurs poids santé. L’objectif minceur apparaît comme un objectif beauté et bonheur? Ce n’est qu’une illusion que nous imposent les médias et l’industrie de la mode. J’ai souvent vu des mannequins dans des magazines maigre à faire peur.

    Les régimes à répétitions endommagent le métabolisme. Je le sais pour l’avoir vécue. Jj’ai été au régime de toutes sortes de 13 à 40 ans (mon dernier à été la diète curve. Il a fallu que je reçoive une irrigation du colon tellement j’étais constipé). Tous ces régimes pour finalement m’apercevoir que je suis très bien comme je suis et que je suis belle. Mais que de chemin parcouru pour arriver là: privation,  frustration,  déception,  dépression, drogue,  alcool… Pour me retrouver finalement en psychotérapie.

    La quête de la minceur est une industrie de 40 millards aux É.U. seulement (réf: Châtelaine, juin 05). Et je n’ai pas parlé des maladies mentales que cela développe: troubles de l’alimentation, anorexie,  boulimie,  obésité,  obésité mentale, suicide…  C’est loin d’être le bonheur ca! D’après santé Québec, en 2005,  81%  des femmes au poid santé souhaitent maigrir. Certaines pensent que lorsqu’elles seront minces, elles seront en santé. C’est souvent le contraire qui se produit (hypertension, brusque reprise de poid, diabète…). Une jeune québécoise est décédé d’avoir avalé des coupes-faims avant un concours de beauté. L’obsession peut mener loin.

    Les jeunes filles vont dire:  quand J’atteinrais mon poid idéal,  je serais enfin belle et sûr de moi pour séduire et avoir un chum.  Je saurai que je vaux quelque chose. La confiance en soi ne se mesure pas sur la balance. Elle s’installe quand tu décides de t’accepter et de t’aimer tel que tu es. La beauté n’est pas maigre,  jeune,  grande et filiforme comme le prétend les grands de la mode. La beauté est d’abord et avant tout un état d’être,  la beauté d’une personne se réflète de l’intérieure. Une personne bien dans sa peau est belle.

    L’OBJECTIF MINCEUR est sans aucun doute pour moi un OBJECTIF MALHEUR! À chacun son poid! Il ne faut pas souffrir pour être belle,  il faut s’ouvrir a de nouvelles facons de penser et faire la paix avec son corps.

  4. Hyper sexe, hyper médiatisation… Le sexe est partout. On annonce des escortes à pleine page dans les médias… Le sexe fait vendre. Les grosses compagnies l’ont compris. Mais quel exemple donne-t-on à notre jeunesse?

  5. […] les enfantsComment se suicider, moyens pour se suiciderSexy 13 ans, enfants nus, photos jeunes nusL’hypersexualisation: pas juste une modeConflit de […]

  6. Sexualisation des jeunes et hypersexualisation. qui fait l’éducation sexuelle des jeunes? Avec une génération extrême, toujours plus haut, toujours plus intense, la sexualité n’échappe pas à cette tendance.

  7. Vous avez raison Carole sur l’augmentation de l’intensité que les jeunes ont besoin pour goûter aux plaisirs de la vie. Comme s’ils étaient moins sensibles.

    Une sorte de besoin, d’une génération à l’autre, de faire plus que la précédente. L’hypersexualisation serait-elle une conséquence de la sexualité extrême que les jeunes ont besoin de vivre?

    La question est lancée et fait partie du coeur du débat. Qui fait l’éducation sexuelle de nos jeunes? Quels moyens met-on en place pour atteindre nos objectifs en matière de sexualité?

  8. Avec l’hypersexualisation et la sexualité débridée, il est rendu normal d’affiché son vidéo de sexe amateur sur des sites pornos comme You porn et cie. La pudeur n’existe plus.

  9. Les sites de pornographie amateur comme You porn ont un effet pervers qu’il ne faut pas négliger. Quand un jeune s’installe devant You porn pour regarder comment des gens « normaux » et qui ne sont pas des acteurs pornos vivent leur sexualité la pression pour vivre une sexualité extrême augmente. En voyant cette pornographie, inconsciemment, le message qu’il reçoit: « Voici une sexualité « normale » que tout le monde devrait vivre. Cela banalise la sexualité et pousse le jeune à vivre des expériences qui risque d’être traumatisante plus tard dans son cheminement.

  10. […] La sexualité chez les jeunes : hypersexualisation et sexe extrême journaldelarue.wordpress.com/2006/10/10/l’hypersexualisation-sexe-jeune-sexualite-education-sexuelle… par cafegraffiti il y a quelques secondes […]

  11. C’est quoi au juste votre You porn?

  12. Une sorte de You tube pour la pornographie. Sur You Tube, les gens mettent en ligne leur vidéo. Sur You Porn, les gens mettent en ligne des vidéos pornographiques amateurs. Une forme d’exhibitionnisme qui fait mal à l’industrie de la porno conventionnelle. Pourquoi acheter un film porno quand on peut en visionner gratuitement sur You porn?

  13. L’accessibilité de la pornographie est trop grande, trop facile. Du sexe partout au bout des doigts.

  14. C’est vrai que la pornographie, avec les sites pornos que nous retrouvons sur l’Internet devient facile d’accès. D’où l’importance d’une plus grande éducation et sensibilisation des jeunes dans leur développement sexuel. En même temps, nous sommes dans une ère où en matière d’éducation les cours de formation professionnelle et sociale (FPS) sont coupés. On se donne moins d’occasion pour parler sexualité avec les jeunes. La phobie de la pédophilie ne permet pas aux enseignants de se sentir à l’aise de parler sexualité avec les jeunes. En tant que société, on s’est mis en conflit d’intérêt et nous avons abandonné notre rôle d’éducateur.

  15. Ou est le problème à trouver les filles sexy et vouloir faire l’amour avec? Quand une fille est belle elle ne peut pas le montrer? Les jeunes n’ontpas le droit d’avoir du plaisir sexuel entre eux?

  16. La sexualité est une chose personnelle que l’on doit vivre à son rythme. Une découverte de soi en relation avec notre entourage, une relation intimiste. Chacun peut la vivre à sa façon.

    La problématique est la pression des pairs pour se défoncer dans la sexualité, des exemples sociaux qu’il « faut » suivre pour être « in » et de son temps, une mode et des vedettes qui stimulent une exploitation indue de la femme et qui n’aide pas la réflexion que chacune d’elle doit faire sur sa sexualité.

    Ce n’est pas de faire l’amour qui est un drame, c’est ce sentir obligé de le faire qui l’est.

  17. Si les écoles ne prennent pas le temps et l’initiative d’avoir une éducation sexuelle pour les jeunes, qui et comment va-t-on y arriver?

  18. Comme un diction africain le mentionne, ça prend un village pour élever un enfant. Tout le monde doit y mettre du sien. Parents, écoles, les différents niveaux de gouvernements, médias, publicistes…

  19. Hypersexualisation c’est-tu le fast food du sexe? Du sexe minute pour un monde hyperpressé?

  20. Pour plus d’information M. Charles sur l’hypersexualisation, je vous invite à découvrir notre dossier sur la sexualité: http://www.refletdesociete.com/Sexualite.html

  21. L’hypersexualisation est le reflet de notre société, renforci par les médias et les publicistes qui ne pensent qu’à leur cash.

  22. D’un côté, l’hypersexualisation est un problème social, de l’autre l’hypersexualisation est source de revenus. Pas évident à gérer et demander aux gens de trouver leur équilibre dans tout cela.

  23. Quand une fille s’habille sexy quel est l’intention derrière son geste? Autant de réponses qu’il y a de filles…

  24. C’est pourquoi Hot and sexy girl, que nous ne pouvons pas généraliser mais travailler avec chacun des jeunes, découvrir leurs besoins et les soutenir dans le choix de leurs moyens d’expression.

  25. peu pas me promene comme je veux?

  26. Chère toujours sexy.

    Le questionnement est justement autour de la question que vous soulevez. Quand les jeunes voient leurs vedettes s’habiller sexy, quand les publicités insistent sur l’hypersexualisation des biens de consommation, quand les producteurs créent des modes hypersexuées, quand une mère de famille achète un G-String pour une fillette de 6 ans, est-ce que ce sont les jeunes qui décident de leur habillement ou s’ils ne font que suivre une voix qu’ils croient être la bonne? Leur discernement est-il assez développé pour avoir pris une décision ou si nous avons socialement imposé en douce un mode de vie?

  27. […] vedettes qui s’exhibent devant les caméras et qui excitent nos jeunes, les incitant à une hypersexualisation et à une banalisation de la sexualité? Devrions-nous exiger le port de l’uniforme dans les […]

  28. […] vedettes qui s’exhibent devant les caméras et qui excitent nos jeunes, les incitant à une hypersexualisation et à une banalisation de la sexualité? Devrions-nous exiger le port de l’uniforme dans les […]

  29. […] L’hypersexualisation, pas juste une mode Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié. […]

  30. Bonjour je suis étudiante au Cegep et nous sommes un groupe qui traitons de l’hypersexualité chez les jeunes. J’aimerais bien avoir des témoignage d’enseignants le tout bien sur dans la confidentialité. Aucun nom ne figure dans notre journal. C’est bien sur pour un travail de Français ( 4 francais au cegep).

  31. Bonjour Mme Ouellet.

    À tous les jours, étudiants et journalistes m’appellent pour avoir des contacts et des références. Il n’est cependant pas de mise que je partage les contacts que nous avons eu avec autant de monde. Cela épuiserait et brûlerait les contacts que nous avons eu.

    Bonne continuité.

    Raymond.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :