chronique-%C3%82%C2%ABa-la-decouverte-des-magazines-dici%C3%82%C2%BB/

Chronique À la découverte des magazines d’ici

Par Raymond Viger

Le Québec a été bâti par toute une série d’artisans de tous les milieux. Il y a eu les soldats; Montcalm… les rebelles; Dollard des Ormeaux… les missionnaires; les pères Brébeuf, Lallemand, Marguerite Bourgeoys… les explorateurs; Jacques Cartier, Champlain, Radisson… les journalistes; Henri Bourassa… Les inventeurs; Bombardier… Cela aura permis de créer une génération de financiers; Péladeau, Desmarais, Langlois… des artistes; Laliberté, Céline Dion…

Une nouvelle chronique va nous permettre de connaître une autre catégorie d’artisans. Les artisans des magazines. À travers les générations et les époques, les magazines ont su nous rassembler par leurs associations, nous informer par leurs thèmes, et nous aider à exercer notre citoyenneté, en nous donnant les outils nécessaires pour mieux comprendre la vie qui nous entoure. Revue Notre-Dame, Vie Ouvrière, Reader’s Digest, Protégez-vous, Le Jeune Scientifique… nous avons tous eu au moins un magazine qui a su nous toucher et faire partie de notre évolution.

Les magazines ont leur mission, leur personnalité et répondent à un besoin. Dis-moi ce que tu lis et je te dirais qui tu es. Les magazines ont évolué avec nous. Changeant de nom, de look et de style pour rester en contact avec leur public. Un magazine est une source d’information recherchée, approfondie. Une information qui traverse le temps. Un magazine fait parti de notre histoire et de notre patrimoine.

Le nombre de prix gagnés cette année par Québec Science dont le prix Jean-Paré pour la qualité de l’ensemble de ses écrits par la jeune Marie-Pier Élie m’a donné l’idée de cette nouvelle chronique. Quatre jeunes journalistes, toutes des femmes. Je pars à l’aventure. À la rencontre de ces artisans. Comme Jacques Cartier, je ne sais pas encore où tout cela va me mener. Drôle de coïncidence que de débuter avec Québec Science. Ma première carrière a été en sciences. J’ai même participé à la création d’un magazine scientifique dans les années 70. Magazine qui n’a pas traversé les années. Il y a beaucoup de navires qui s’échouent, dans la mer des magazines.

Le rédacteur en chef de Québec Science, Raymond Lemieux, mentionnait que Québec Science est un magazine visionnaire, souvent très en avance sur l’actualité. Le prix de l’essence va augmenter, Québec Science en parlait deux ans avant que l’actualité ne s’en empare. Lire un bon magazine, c’est être en avance sur l’information, la voir venir, mieux la comprendre. Un citoyen mieux sensibilisé est un citoyen qui peut prendre de meilleures décisions et mieux participer aux multiples débats de société qui nous touchent et qui affectent notre avenir collectif.

À la suite des rencontres réalisées pour le reportage, j’ai griffonné quelques chiffres. Si cette chronique sensibilise 4% de nos lecteurs à découvrir Québec Science et à vouloir le lire, Québec Science va doubler le nombre de ses abonnés. Et pourquoi pas? Au Québec, pour soutenir les magazines, plusieurs de ses artisans doivent accepter des conditions de travail qui ressemblent à un missionnariat. Quelques abonnés de plus ne nuiront pas au développement de cette source d’information qui fait partie de notre patrimoine. Je vais de ce pas renouveler mon abonnement à Québec Science, abonnement que j’avais abandonné il y a plus d’un quart de siècle.

À la découverte des magazines d’ici: Pomme d’api et J’aime lire

À la découverte des magazines d’ici: Protégez-vous

À la découverte des magazines d’ici: Québec Science

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Radio Internet au Café-Graffiti

Radio Internet au Café-Graffiti                      Loly Kim

J’ai entendu parler d’une radio internet au Café-Graffiti. Est-ce que c’est relié aux acctivités que vous offrez? C’est très bien. J’aime le style de musique qui passe. Sur votre site, vous n’en parlez pas. Est-ce que parce c’est nouveau ou pas affilié au Café-Graffiti?

C’est très bon. J’ai bien aimé. Divertisdant. Est-ce que c’est des jeunes qui l’on monté? L’animateur est sympatique. C’est vraiment le fun. Lâchez pas. J’espère que ça va rester un bon bout. Votre auditrice que vous adore.

Merci pour votre commentaire. Effectivement, la radio internet est une nouvelle activité qui se passe au Café-Graffiti les lundi soir de 18 à 20:00 hres. Le groupe qui s’en occupe est indépendant du Café-Graffiti, c’est la Radio Internet Québécoise International (RIQI). Leur site est www.riqiradio.com Le projet étant très nouveau, nous n’avons pas encore eu le temps de donner les informations sur notre site. Bonne écoute!

Coralie

Mon ami et moi aimons votre radio internet au www.riqiradio.com. Je voulais savoir si on pouvait venir les voir sur place?

Vous pouvez assister en direct à l’émission de radio. L’adresse pour l’enregistrement de la radio Internet du lundi soir à 18:00 hres est le Café-Graffiti, 4237 Ste-Catherine Est. 2 rues à l’est de Pie IX. Bonne émission.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Chronique «À la découverte des magazines d’ici»

Chronique «À la découverte des magazines d’ici

Par Raymond Viger

Le Québec a été bâti par toute une série d’artisans de tous les milieux. Il y a eu les soldats; Montcalm… les rebelles; Dollard des Ormeaux… les missionnaires; les pères Brébeuf, Lallemand, Marguerite Bourgeoys… les explorateurs; Jacques Cartier, Champlain, Radisson… les journalistes; Henri Bourassa… Les inventeurs; Bombardier… Cela aura permis de créer une génération de financiers; Péladeau, Desmarais, Langlois… des artistes; Laliberté, Céline Dion…

Une nouvelle chronique va nous permettre de connaître une autre catégorie d’artisans. Les artisans des magazines. À travers les générations et les époques, les magazines ont su nous rassembler par leurs associations, nous informer par leurs thèmes, et nous aider à exercer notre citoyenneté, en nous donnant les outils nécessaires pour mieux comprendre la vie qui nous entoure. Revue Notre-Dame, Vie Ouvrière, Reader’s Digest, Protégez-vous, Le Jeune Scientifique… nous avons tous eu au moins un magazine qui a su nous toucher et faire partie de notre évolution.

Les magazines ont leur mission, leur personnalité et répondent à un besoin. Dis-moi ce que tu lis et je te dirais qui tu es. Les magazines ont évolué avec nous. Changeant de nom, de look et de style pour rester en contact avec leur public. Un magazine est une source d’information recherchée, approfondie. Une information qui traverse le temps. Un magazine fait parti de notre histoire et de notre patrimoine.

Le nombre de prix gagnés cette année par Québec Science dont le prix Jean-Paré pour la qualité de l’ensemble de ses écrits par la jeune Marie-Pier Élie m’a donné l’idée de cette nouvelle chronique. Quatre jeunes journalistes, toutes des femmes. Je pars à l’aventure. À la rencontre de ces artisans. Comme Jacques Cartier, je ne sais pas encore où tout cela va me mener. Drôle de coïncidence que de débuter avec Québec Science. Ma première carrière a été en sciences. J’ai même participé à la création d’un magazine scientifique dans les années 70. Magazine qui n’a pas traversé les années. Il y a beaucoup de navires qui s’échouent, dans la mer des magazines.

Le rédacteur en chef de Québec Science, Raymond Lemieux, mentionnait que Québec Science est un magazine visionnaire, souvent très en avance sur l’actualité. Le prix de l’essence va augmenter, Québec Science en parlait deux ans avant que l’actualité ne s’en empare. Lire un bon magazine, c’est être en avance sur l’information, la voir venir, mieux la comprendre. Un citoyen mieux sensibilisé est un citoyen qui peut prendre de meilleures décisions et mieux participer aux multiples débats de société qui nous touchent et qui affectent notre avenir collectif.

À la suite des rencontres réalisées pour le reportage, j’ai griffonné quelques chiffres. Si cette chronique sensibilise 4% de nos lecteurs à découvrir Québec Science et à vouloir le lire, Québec Science va doubler le nombre de ses abonnés. Et pourquoi pas? Au Québec, pour soutenir les magazines, plusieurs de ses artisans doivent accepter des conditions de travail qui ressemblent à un missionnariat. Quelques abonnés de plus ne nuiront pas au développement de cette source d’information qui fait partie de notre patrimoine. Je vais de ce pas renouveler mon abonnement à Québec Science, abonnement que j’avais abandonné il y a plus d’un quart de siècle.

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/20/a-la-decouverte-des-magazines-dici-quebec-science/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

À la découverte des magazines d’ici; Québec Science


La science peut changer un point d’interrogation
en point d’exclamation! Marie-Pier Élie

À la découverte des magazines d’ici; Québec Science
Par Raymond Viger

1951 le Jeune Naturaliste

1962 le Jeune Scientifique

1970 Québec Science

1992 Québec Science devient un organisme sans but lucratif parrainé par le Cégep de Jonquière.

Perçu comme un magazine spécialisé et de vulgarisation scientifique, le rédacteur en chef Raymond Lemieux s’en défend bien: Ce n’est pas ça. La science, c’est pour tout le monde. Nous réussissons à faire parler cette science dans notre quotidien, dans l’actualité. La science est partout. Que ce soit les ports méthaniers dans le bas du fleuve, la gestion du fleuve St-Laurent, les enjeux réels du mont Orford, j’en vois partout.

Quand on arrive à extraire la science de l’actualité, on la perçoit différemment. La grippe aviaire, ce n’est pas seulement le décompte du nombre de victimes. C’est beaucoup plus que ça. L’alzheimer, c’est d’intérêt public. On va peut-être passer par là. On a peut-être un parent touché par la maladie. C’est quoi une erreur médicale? Pourquoi ça arrive? Ça arrive souvent? Est-ce que le médecin a droit à l’erreur?…

Le magazine ne s’adresse pas à une élite scientifique ou aux anciens «nerds» de l’école: Les gens veulent comprendre. On essaie d’en extraire l’actualité, d’en parler différemment. La science, c’est la recherche pour améliorer la santé, c’est l’espoir d’une vie meilleure, c’est ancré dans nos préoccupations. La science n’est pas statique, elle évolue. Ce ne sont pas les sujets qui manquent. Les gens ont beaucoup d’attentes par rapport à la science. Vaincre le cancer. Régler la famine dans le monde…

Débats de société

On a découvert qu’il y avait une censure dans les commissions scolaires. On confronte religion et science. On traite de la théorie de l’évolution. On mène le lecteur au cœur du débat, on lui fournit l’information pour qu’il se fasse une idée et puisse prendre position. Nos lecteurs sont sensibles aux faits de société. Une sensibilité qui nous permet de rester jeune: C’est fascinant, tous les changements technologiques qui nous entourent et qui font évoluer la société. Depuis l’apparition du guichet automatique qui a changé nos vies, que nous réserve l’avenir? Moi, j’ai hâte de le voir, de le vivre. Apprendre, comprendre, explorer… Le plaisir de découvrir. C’est tripant de voir le changement, c’est la vie. En vieillissant, c’est important de suivre tous ces changements. Quand on comprend, on en n’a pas peur.

Un plaisir qui nous mène à être de meilleurs citoyens: Renouer avec le plaisir de la découverte et l’entretenir, c’est un devoir de citoyen. Quand arrive un débat de société on est dans le coup, on comprend ce qui se passe, on est plus responsable dans nos choix. La majorité des gens prennent position n’importe comment, sans comprendre.

Avec l’information, le public est plus mûr pour s’engager dans une réflexion. Je crains la surabondance de l’information. Les gens pensent tout savoir, mais la démarche n’est pas faite. Un magazine est un média privilégié pour amorcer une réflexion.

La science dans les bars!

Nous amenons le débat dans les bars. Cela permet de rencontrer les lecteurs. Le tout est diffusé à la radio de Radio-Canada. Cela crée un contact direct entre les chercheurs et le public. On a tendance à caricaturer le chercheur qui serait rationnel et sans trop de caractère. La réalité, c’est qu’ils sont émotifs et savent prendre positions. C’est la même chose pour le public, qu’on illustre comme étant ignorant et qui chiâle contre les OGM. On le découvre sensé, avec des questions intelligentes et intéressantes. L’originalité de ce projet en avait fait reculer plusieurs: Quand on a débuté la tournée dans les bars, on a eu de la difficulté à nous trouver un lieu pour l’événement. Les tenanciers étaient convaincus que nous allions vider la place. Des organisateurs de colloques scientifiques nous mentionnaient qu’avec toute leur organisation, ils avaient de la difficulté à déplacer 50 personnes. Si 25 personnes assistaient à nos rencontres, c’était beau. À notre première séance, 125 personnes sont venues et nous en avons reçu jusqu’à 170! Il y a eu de beaux partages. Avec des thèmes tels que la place des femmes dans la science. On a fait une tournée de bars à Montréal, Trois-Rivières, Jonquière, Ste-Hyacinthe… mais aussi dans des Cégeps, universités et des événements tels que le Festival Montréal en lumière. Ça me fait plaisir de voir les gens dans les bars pour parler de science.

Précurseur, avant-gardiste et visionnaire

En 1995, nous avons été le premier média au Québec et le 3e au Canada à avoir son site Internet. Nous avons écrit un livre qui est devenu un best-seller, sur l’art de faire son site Internet. Aujourd’hui, nous gérons deux sites Internet. Il ne faut cependant pas s’asseoir sur nos acquis. Nous devons nous remettre constamment en question.

Et le Québec est un terrain propice pour Québec Science: Au Canada, il n’y a pas d’équivalent ni en Belgique. Nous sommes un héritage, un patrimoine qu’on ne pourrait pas recréer aujourd’hui.

Les femmes et la science

Pendant que je termine avec le rédacteur en chef, j’entends des murmures dans la salle de rédaction. Pourquoi l’équipe journalistique n’est constituée que de jeunes femmes? La rumeur veut que les filles travaillent plus et mieux. Raymond Lemieux préfère associer cette réalité au fait que, depuis une dizaine d’années, les filles s’intéressent plus à la science. Pour prouver ces dires, il me montre une ancienne liste de journalistes de Québec Science; seulement des hommes. Cette nouvelle réalité féminine se reflète aussi dans les abonnés. En 10 ans, les abonnés de Québec Science sont passés de 40% à 50% de femmes. Plus de 60% des nouveaux abonnés au magazine sont des femmes!

Pour être informé sur l’actualité scientifique: www.cybersciences.com

Pour les jeunes: www.cybersciences-junior.org

Abonnement: (514) 521-5376 ou 1-866-828-9879

Quelques artisans

Tout comme des centaines de personnalités, telles l’astro-physicien Hubert Reeves ou les journalistes Pierre Sormany et Yannick Villedieu, Marie-Pier Élie fait partie des artisans de Québec Science. À peine âgée de 30 ans, Marie-Pier a été honorée par plusieurs prix et bourses, dont le prestigieux prix Jean-Paré, pour l’ensemble de son travail.

«À la fin de mes études, il y a sept ans, j’ai gagné un prix spécial aux bourses Fernand-Séguin en journalisme scientifique. Cela m’a permis de faire un stage dans les magazines Les Débrouillards et Québec Science. Je suis restée à Québec Science depuis.

Ma curiosité a toujours été très forte et j’ai été attirée par les sciences. Au Cégep, la façon dont la science est présentée n’attise plus ma curiosité: recopier sans cesse des formules sans savoir à quoi elles servent. J’ai besoin d’être raccrochée à la réalité. À l’université, je me suis inscrite en communication.

Ça me fait rire quand j’entends qu’il faut rendre la science intéressante. Elle l’est déjà. Je suis un pont entre le chercheur, le savoir et la connaissance hyper-pointue que je transmet à des gens non initiés, mais intéressés. Ce qui est intéressant pour le chercheur ne l’est peut-être pas pour la Madame de la rue Panet. Je trouve le compromis entre l’intérêt du public et celui du chercheur. Je pose un regard neuf sur le sujet.

Le journalisme scientifique m’attire mais pas la vulgarisation. Je ne me borne pas qu’à la science. Quand j’ai fait un reportage au Japon sur le don d’organes, c’était tout un débat de société! La science, c’est merveilleux quand elle peut cohabiter avec des questions, des réponses, qu’elle raconte une histoire. La science peut changer un point d’interrogation en point d’exclamation!

Chronique À la découverte des magazines d’ici

À la découverte des magazines d’ici: Pomme d’Api et J’aime lire

À la découverte des magazines d’ici: Protégez-vous

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.