Le 11 septembre

Alain Martel, travailleur de rue à Longueuil

Le 11 septembre. On en a parlé. On en parle encore. On compte les jours depuis le 11 septembre. Chacun se souvient d’où il était, de ce qu’il faisait, avec qui il était. On a été choqué. Ébranlé. Ému. Bouleversé.

Trois mille morts. Dans notre face. Inimaginable. On a pleuré. On a crié vengeance. Un acte de guerre. On s’est ressaisi. On y est allé. On y est encore. On a tout détruit sur notre passage. Un pays en guerre depuis 20 ans. Qu’y avait-il de plus à détruire? Des civils tués. Des pertes prévues. Nécessaires. Et quoi encore?

A-t-on réfléchi au sens de tout cela, en mettant nos émotions de côté, en faisant fi de tout ce que les médias nous proposent comme analyse? L’histoire nous donne des leçons que nous nous empressons d’oublier pour mieux répéter nos erreurs. Je vous propose ma réflexion.

En 1918, l’Allemagne, agresseur, est vaincu. On demande réparation et on exige, par le traité de Versailles, des conditions qui sont insupportables pour un pays. On impose. Les Allemands ne peuvent qu’accepter.

La crise économique de 1929 ouvre la porte toute grande à un être qu’on apprendra à détester: Adolf Hitler. Il a su comprendre le peuple allemand et utiliser ses ressentiments, ses frustrations, ses humiliations pour réaliser son triste destin. Il a remis le peuple au travail, il lui a dit qu’il comprenait et qu’il changerait les choses si on le suivait. Il a su redonner à ce peuple sa fierté. Le reste de l’histoire, on la connaît.

Le contexte change à peine. La population musulmane est démunie, pauvre en moyen, souffrante. Les Palestiniens réclament leur autodétermination. Chacun a vu et revu les images à la télé. On devrait être sensible à cela chez nous. On fait la sourde oreille. Le mouvement se radicalise et la violence devient la réponse à tout.

Un homme les entend. Il sait galvaniser les troupes. Il sait manipuler les gens: Ousssama ben Laden. Il a des moyens. Il a la volonté. Il sait créer l’espoir d’un monde meilleur. Il propose une façon de faire et voilà qu’on l’accepte de plus en plus.

L’Histoire se répète. On y répond de la même manière. On peut penser que les mêmes catastrophes se répéteront aussi. Quoi faire? Il faut donc apprendre à connaître et reconnaître les différences, faire un pas vers eux, apprendre à les écouter et surtout bien les comprendre.

Amen mes frères et sœurs… Il faut bien se rappeler de ceci: TANT QUE L’ON CONTINUERA À CRACHER SUR LA FIERTÉ ET LA DIGNITÉ HUMAINE, TANT QUE LES RICHES CHIERONT SUR LA MISÈRE HUMAINE, IL Y AURA DES WORLD TRADE CENTER. Merci de me lire. Merci de me publier.

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/01/pied-de-nez-a-georges-w-bush-jimmy-carter-prix-nobel-de-la-paix/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/01/ben-laden-saddam-hussein-boucs-emissaires-des-etats-unis/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.