Santé mentale et les diagnostics

Santé mentale et les diagnostics

Mathieu Thériault du Comité Logement Bordeaux-Cartierville

Êtes-vous obsédé par votre apparence physique et le regard des autres? Passez-vous des heures à vous demander si votre poids est proportionnel à votre taille? Avez-vous envie de dépenser compulsivement dès que vous avez du fric? Sortez-vous avec l’air de bœuf chaque lundi matin en partant travailler? Vivez-vous une engueulade de couple au moins une fois par deux semaines?

Si vous répondez oui à l’une de ces questions, c’est probablement que vous souffrez d’une maladie mentale répertoriée et cataloguée en bonne et due forme. Du moins, c’est ce que prétendent les «spécialistes» de la santé mentale qui tour à tour «découvrent» le syndrome du magasinage compulsif, du trouble relationnel ou d’une activité cérébrale excessive probablement à la source de votre air bête. D’ailleurs, il se ne serait pas très surprenant qu’une bande de freudiens trouve une nouvelle maladie mentale associée aux graffiteurs, du genre «syndrome-de-la-répression-parentale-sur-les-enfants-désireux-de-s’exprimer-sur-les-murs» ou encore «syndrome de l’artiste à tendance exhibitionniste somnambulesque».

Vous serez probablement fort heureux d’apprendre quelle maladie mentale vous convient le mieux si vous mettez la main sur le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM), la référence ultime dans le domaine de la psychiatrie. Un domaine de recherche où on ne niaise pas avec la puck. La psychiatrie, en effet, est une discipline qui produit, puisqu’entre 1987 et 1994, ce guide scientifique a répertorié 77 nouvelles catégories de maladies mentales, ce qui revient à dire qu’on a découvert à chaque mois une nouvelle façon de devenir cinglé!

Décidément, les maladies mentales ont la cote. Il ne fait aucun doute que les gens n’ont jamais autant “pété les plombs” que présentement et que des milliers de personnes souffrent profondément. Il s’agit d’une réalité tragique qui ne doit pas être prise à la légère. Ceci étant dit, il ne faut pas oublier qu’il y a toujours quelqu’un, quelque part, pour profiter du malheur des autres et qu’il y a forcément un aspect marketing dans le fait que pratiquement tout le monde consultent un psy pour tout et n’importe quoi.

Si vous vous sentez mal dans votre peau, malheureusement, on va trop souvent chercher à vous culpabiliser, à vous infantiliser ou vous hospitaliser, mais surtout, tout faire en sorte pour geler votre souffrance plutôt qu’analyser ses causes. Ce n’est pas la pauvreté chronique, le stress permanent relié au boulot ou la pression sociale pour fonctionner comme une machine qui sont en cause. Non, surtout pas. Une bonne dose de prozac semble tout indiquer pour vous remonter.

Il n’y a pas que les psy pour profiter de cette business de la santé mentale. L’industrie pharmaceutique, grande productrice de pilules devant l’Éternel, s’en met aussi plein les poches. La vente de médicaments, depuis 25 ans, a augmenté de 1300% et rapporte des milliards aux compagnies. Même si tous les médicaments vendus ne concernent pas directement les maladies mentales, il n’en reste pas moins que les anti-dépresseurs, les calmants, somnifères et autres extasys légalisés se vendent à la pelle. Au point où des sources anonymes rapportent que des médecins se feraient sermonner par des confrères parce qu’ils ne prescrivent pas suffisamment.

On fait souvent la remarque que les femmes comptent parmi les victimes majoritaires de la dépression. Malgré tous les beaux discours sur l’égalité des sexes, une réalité demeure: les femmes ont plus que jamais une double journée de travail à la maison et au boulot tout en étant significativement plus pauvres que leurs confrères masculins. Après une journée de labeur mal payé, ce sont souvent elles qui doivent s’occuper des enfants. Ajoutez à cela qu’elles sont encore les premières victimes de violence verbale et physique, de viols, de discrimination et de harcèlement et on a soudain une idée plus claire des raisons qui les poussent à l’épuisement.

Il y a trente ans, face à cette double oppression, les femmes se révoltaient, revendiquaient, pour exiger justice et respect. Aujourd’hui, on dit que tout cela est passé de mode en même temps que l’ère hippie et on hospitalise des femmes toujours plus isolées à tour de bras. À tous ceux aujourd’hui qui sont déprimés, j’aimerais vous dire une chose: vous n’êtes peut-être pas si malades et coupables qu’on voudrait vous le faire croire et la société l’est peut-être davantage qu’on le pense.

Autres textes sur Santé mentale

Etienne Gervais au dela de la folie.

Martin Matte, l’humour et les traumatismes crâniens à Tout le monde en parle.

Ma schizophrénie

Les réalités de l’autisme.

Des artistes atteints de déficiences intellectuelles

École Irénée Lussier: Bricoler l’estime de soi

La rage du trop gentil

La dépression des jeunes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-roberto-mayerjours-de-nuit Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
 
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

2 Réponses

  1. 01/29/06 Anne-Marie Miron

    La santé mentale a longtemps été un sujet dont personne ne voulait parler, sauf pour faire des blagues ou avec appréhension. Mais elle nous affecte tous, pas seulement les dizaines de milliers de Canadiens et de Canadiennes souffrant de schizophrénie ou le quart de la population souffrant de stress chronique. Votre santé mentale est aussi importante que votre santé physique. Apprenez à mieux en prendre soin.

  2. Je suis tout aussi choqué de voir que le diagnostic des maladies mentales repose en grande partie sur le DSM4 dont la plupart des experts ayant défini les troubles ont des liens avec l’industrie pharmaceutique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :