Étudier à l’extérieur: une épreuve difficile

Étudier à l’extérieur: une épreuve difficile

Par Denis Bélanger, Fermont

À Fermont, tous les élèves de cinquième secondaire sont dans le même bateau, ils doivent dire au revoir à leurs parents et aller poursuivre leurs études à l’extérieur. Cela représente un énorme défi pour plusieurs, surtout pour ceux qui ont toujours demeuré dans la ville minière. Comment se préparent-ils pour cette nouvelle étape importante dans leur vie?

À la Polyvalente Horizon-Blanc, le personnel assure un suivi dès le quatrième secondaire. L’orienteur, Sylvie Faucher,  rencontre individuellement chaque élève de ce niveau. «À partir de ces entrevues, nous pouvons déceler quels jeunes nécessiteront en septembre une plus grande supervision.»

La polyvalente permet aussi aux finissants de faire des stages. «L’étudiant pourra ainsi mieux connaître le milieu de travail du métier ou de la profession qu’il désire exercer. Il saura dans quoi il s’embarque» mentionne Mme Faucher. Elle ajoute que ses interventions vont au-delà de l’orientation. «À titre d’exemple, je rencontre les parents pour mieux les renseigner sur tout ce que le cégep implique lorsque l’élève est le premier de sa famille à partir. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour les préparer adéquatement.»

Un défi

Les interventions de la polyvalente n’ont toutefois pas pour effet de diminuer tout le stress des finissants à l’approche de l’étape charnière. D’autant plus qu’ils doivent attendre à la mi-session ou encore à la fin de la session avant de revenir au bercail. Pourquoi attendre si longtemps? Deux options s’offrent à eux: effectuer une ballade en voiture d’au moins six heures ou encore débourser une somme importante pour acheter un billet d’avion. Des choix peu enviables et une situation propre aux Fermontois. Un jeune originaire de Trois-Rivières qui étudie à Montréal ne sera pas confronté à cette problématique.

De son côté, Priscilla Gagnon-Durette, qui vient tout juste de compléter son secondaire, se dit un peu peinée à l’idée de devoir quitter son patelin d’origine. «Je sais que je m’en ennuierai, d’autant plus que je considère la vie plus facile ici qu’à l’extérieur. Après les études, j’ai l’intention de revenir ici». Elle étudiera au Cégep de Sept-Îles en éducation à l’enfance. «J’ai choisi ce Cégep, car je connais plusieurs personnes là-bas. Mon autre choix était Sherbrooke où j’ai aussi des connaissances. Je n’aurais jamais été capable de m’installer dans une ville dans laquelle tous les résidants me sont inconnus.» Néanmoins, la jeune fille a pris les précautions nécessaires afin de ne pas être prise au dépourvu une fois arrivé «en bas». «J’ai déjà commencé à gérer mon argent et aussi à entrevoir des projets au niveau des loisirs.»

Pour sa part, François Blanchette, se dit plutôt content de quitter Fermont et d’ainsi pouvoir connaître quelque chose de différent. Il poursuivra ses études collégiales à Québec. C’est ce goût pour la nouveauté qui l’a incité à s’inscrire au programme de sciences humaines du Collège Mérici, et non au Cégep François-Xavier Garneau ou celui de Sainte-Foy, deux établissements d’enseignement pourtant très convoités par les finissants fermontois qui s’installent dans la vieille capitale. «Je veux vraiment voir autre chose que Fermont et côtoyer de nouvelles personnes», renchérit l’étudiant. Ce dernier avoue ressentir un certain degré de stress à moins de deux mois du grand départ. «Cela arrive beaucoup plus vite que l’on pense. C’est tout un défi à relever, mais nous n’avons pas le choix. Nous devons tous prendre ce chemin un jour ou l’autre.» François ajoute qu’il ne se retrouvera pas en terrain tout à fait inconnu, ayant déjà eu l’occasion de visiter Québec à plus d’une occasion. Il éprouve une certaine crainte en ce qui concerne sa vie sociale. «Je ne connais personne là et j’ignore comment je réussirai à m’intégrer.» Malgré cette petite crainte, il entend atteindre son objectif premier, soit de très bien réussir ses études. «Après mes sciences humaines, je veux étudier à l’Université McGill afin de devenir avocat. Je vais travailler fort afin de décrocher les plus hautes notes possibles.» Par ailleurs, François Blanchette assure qu’il ne s’ennuiera pas de Fermont. «Bien sûr, je vais revenir ici pour voir mes parents et mes amis, et non pour le simple plaisir.»

Une question d’adaptation

Sonia Ouellet a déjà complété une année d’étude collégiale en soins infirmiers à Québec. «J’avais un peu peur de me retrouver dans une grande ville où l’on ne connaît pas tout le monde. En plus, nous pouvons attendre longtemps avant de nous rendre à l’endroit désiré.» L’étudiante avoue que les premières semaines dans la capitale québécoise ont été difficiles. «Je m’ennuyais beaucoup de Fermont et de mes proches. Toutefois, j’ai réussi à m’acclimater à ce nouvel environnement. Avec un peu de recul, je me suis rendue compte que c’était moins dur que je me l’imaginais.» Maintenant, Sonia affirme avoir hâte de retourner «en bas». «Si ce n’était de la présence ici de personnes qui me sont chères, je ne serais pas revenue dans la ville minière cet été.»

Pour Sonia, partir à l’extérieur pour les études, ce n’est pas une lourde tâche, mais bien une belle opportunité. «Cela m’a permis de développer une plus grande autonomie.»

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :