Démocratie, politique et gangstérisme.

Une loi a été créée pour nous aider à intervenir contre les groupes criminalisés. Cette loi (467) défini une infraction grave comme étant tout acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ou plus. Une organisation criminelle est défini comme étant un groupe, quel qu’en soit le mode d’organisation:

a) composé d’au moins trois personnes b) dont une des activités principales est de commettre ou de faciliter une infraction grave qui, si elles étaient commises, pourraient lui procurer, ou à une personne qui en fait partie, directement ou indirectement, un avantage matériel, notamment financier.

Pour qu’il y ait facilitation d’une infraction il n’est pas nécessaire que la nature de celle-ci soit connue, ni que l’infraction soit réellement commise. Commettre une infraction comprend le fait de participer ou de conseiller à une personne d’y participer. Souvenons-nous maintenant du scandale des commandites. Plusieurs personnes ont été impliquées et ont comploté pour détourner l’argent de nos taxes. Des entreprises ont eu des chiffres d’affaires majoritairement reliés à des usages de faux, détournement et autres fraudes. Est-ce que cette loi sur le gangstérisme s’appliquerait à ces à gangsters à cravates? Il serait surprenant que des motards viennent m’arnaquer. Mais je suis victime, comme tous les citoyens de notre pays, de ces gangsters à cravate, proche du gouvernement et qui complotent ensemble pour détourner l’argent de nos taxes. Il y a les différentes mafias, les motards, les gangs de rue. Mais il ne faut pas sous-estimer ces gangsters à cravate.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.