Loto-Québec, les gracieusetés et les joueurs compulsifs

Loto-Québec, gambling et jeu compulsif

Loto-Québec, les gracieusetés et les joueurs compulsifs

Raymond Viger Dossier Gambling et jeu compulsif;

Je prépare un reportage sur un joueur compulsif. L’article va paraître dans le numéro de décembre du magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société. Ce joueur compulsif, maintenant membre de Gamblers Anonymes et abstinent du jeu depuis plusieurs années, m’a fait des révélations surprenantes qui devraient intéresser les hautes sphères de Loto-Québec.

Pour situer le contexte, ce joueur compulsif a été un gros joueur. Quand je dis un gros joueur, il a été vraiment un gros joueur. À un point tel que Loto-Québec ne lui refusait rien. Monsieur était tanné de souper dans les restaurants du Casino de Montréal. Pas de problème, la limousine l’attendait pour lui payer un souper en ville. Spectacles, voyages, golf et toutes les gratuités que vous pouvez imaginer et même plus…

Vous me direz que c’est normal qu’une entreprise telle Loto-Québec soigne aux petits oignons ses meilleurs clients. Un pourcentage des profits de Loto-Québec sert à payer toutes ses gâteries aux gros joueurs. Nous pouvons tous penser, y compris les gros salariés de Loto-Québec du département de marketing, qu’avec ces cadeaux, cela permet de fidéliser les gros joueurs et de les revoir plus souvent au Casino.

Et bien détrompez-vous. Ce joueur admet dans son entrevue qu’il n’allait pas au Casino de Montréal parce qu’il recevait des gratuités et que ses moindres caprices étaient assouvis. Il allait au Casino de Montréal parce qu’il était un joueur compulsif, un malade, pour qui le jeu était une obsession. Même sans aucun cadeau, il se serait retrouvé au Casino à jouer les mêmes montants.

C’est donc dire que Loto-Québec dépense inutilement ses cadeaux pour les gros joueurs. C’est aussi dire que Loto-Québec dépense mal nos taxes en investissant sur ces joueurs qui, de toutes façons, n’ont pas besoin des encouragements de Loto-Québec pour jouer. Ces argents, au lieu de payer toutes ces gratuités inutiles pour les gros joueurs auraient pu retourner dans les coffres de l’état et baisser nos dettes et nos impôts.

Un petit cadeau pour monsieur-et-madame-tout-le-monde, peut-être que ça ramène des gens au Casino. Les gros cadeaux dispendieux pour les gros clients, complètement inutiles! Remarquez que les gens de Loto-Québec ne seront pas contents d’apprendre cette nouvelle. D’une part, cela veut dire moins d’employés de Loto-Québec qui vont partir en voyage pour accompagner les gros joueurs dans toutes sortes de voyages. Cela veut aussi dire moins de travail pour le département de marketing qui pourra couper quelques postes de travail de créateur qui veulent nous vendre l’idée de jouer. Et si Loto-Québec ne veut pas admettre cette réalité, j’espère que le Ministre des Finances l’entendra et récupérera les sommes qui nous sont dûs pour baisser nos impôts.

Textes sur le Gambling et jeu compulsif;

Témoignage d’un joueur compulsif

Comment fidéliser un gambler?

DVD prévention gambling et jeu compulsif

Être le conjoint d’un gambler

Le prix à payer pour devenir un gambler

La Sérénité pour un joueur compulsif

Biz Locolocass et le gambling

Éléonore Mainguy, ex-croupière du Casino

Did Tafari Bélizaire, casino, jeu compulsif et suicide

Jeux de cartes entre amis

Statistiques du pile ou face

Responsabilité de Loto-Québec

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

3 Réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :