Les accomodements raisonnables

Les accomodements raisonnables

Raymond Viger Dossier Journal de Montréal

Des policières à qui l’on demande d’éviter les juifs hassidim. Un YMCA qui givre ses vitres pour éviter que les jeunes garçons juifs observent les filles en tenue de gymnastique dans les fenêtres. Dans un CLSC, un patient juif passe devant tout le monde parce qu’il doit revenir chez lui pour respecter le sabbat. Dans un autre CLSC, des cours prénataux sont réservés aux femmes pour respecter les traditions musulmanes, hindoues ou sikhs…

Ces événements ont fait couler beaucoup d’encre. Voici un court résumé des articles parus dans le Journal de Montréal du 20 au 22 novembre:

Mario Dumont, soutenu par Jean Allaire le fondateur de l’ADQ, en a profité pour déchirer sa chemise et tenter de se faire un peu de capital politique. André Boisclair déchire la sienne contre Mario Dumont sur le ton et les termes utilisés dans un débat qui méritent d’être fait. Richard Martineau accuse les féministes de rester dans le placard par peur de faire un débat avec les « puissants juifs ». Michèle Asselin, présidente de la Fédération des femmes du Québec lui répond que la liberté de religion est une épineuse question. Tant qu’à Hélène Harvey, présidente du Conseil du statut de la femme, elle refuse de répondre, tandis que la porte-parole, Danielle Beauchemin, mentionne qu’il leur manque des éléments pour débattre d’une question aussi complexe. Pour Françoise David, porte-parole de Québec solidaire, la question mérite d’être débattue calmement. À tout cela, Richard Martineau nous revient en disant que les féministes tournent autour du pot et qu’elles marchent sur des œufs quand c’est le temps de dénoncer les extrémistes juifs ou musulmans. Joseph Facal soutient les propos de Mario Dumont. André Boisclair nous revient en demandant que le débat se fasse pacifiquement et dans le respect des individus.

Ouf! Maintenant que nous avons résumé la position de quelques personnalités qui ont pris la parole dans le Journal de Montréal, reste-t-il encore des choses à dire? Je crois que oui. Plusieurs dénoncent les demandes des intégristes. Là n’est pas le problème. Les intégristes peuvent bien demander tout ce qu’ils veulent. Le problème c’est qu’il y a eu des gens qui ont dit oui à ces demandes. Et cela fait malheureusement parti de notre patrimoine génétique. La peur de déplaire. La peur d’être politiquement incorrect. La peur de nous affirmer. La peur d’ouvrir un vrai débat… Les difficultés que nous pouvons avoir avec les immigrants ne sont que le miroir de ce que nous sommes, dans nos forces et nos faiblesses. Nos positions ne sont pas claires. Nous créons de la confusion dans l’application et l’interprétation de nos règlements. Ce ne sont pas les immigrants et les intégristes qu’il faut condamner. C’est notre capacité à être une société avec des règles précises et notre capacité de les faire appliquer. C’est comme avec les adolescents. Qu’ils ne cessent de demander des privilèges aux parents n’est pas un problème en soi. Les parents qui ne savent pas dire non et de faire respecter ce non, là il y a problème!

VOS COMMENTAIRES SUR LES ACCOMMODEMENTS RAISONNABLES.

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

VOS COMMENTAIRES SUR LES ACCOMMODEMENTS RAISONNABLES.

Publicités

4 Réponses

  1. Racisme made in Québec…
    13-02-2005
    Peut-on poser une question sur le racisme au Québec sans provoquer un tremblement de terre, sans être taxé de paranoïaque et surtout sans se révéler raciste soi-même? Le malaise que ça provoque, ne motive personne à trop en parler. Moi-même, je n’accepte pas que certains immigrants voient du racisme partout. Je refuse qu’on utilise le racisme comme prétexte pour justifier un manque de volonté de s’intégrer. Pire que l’ignorance, c’est le manque de curiosité des uns envers les autres qui fabriquent des comportements racistes.
    paranoïaque et surtout sans se révéler raciste soi-même? Le malaise que ça provoque, ne motive personne à trop en parler. Moi-même, je n’accepte pas que certains immigrants voient du racisme partout. Je refuse qu’on utilise le racisme comme prétexte pour justifier un manque de volonté de s’intégrer. Pire que l’ignorance, c’est le manque de curiosité des uns envers les autres qui fabriquent des comportements racistes.

    Je suis musulman. Je ne pratique pas Ramadan. C’est un québécois de souche qui m’a dit, sans doute il croyait me faire plaisir;  »Toé, t’es un musulman plus civilisé ». Cela s’est passé vers la fin du dernier Ramadan, en plein jour, dans un resto arabe de Montréal. Après l’avoir invité à ma table, cet homme a eu droit à un petit cours Ramadan 101 pour apprendre que c’est au mois de Ramadan que le 1 milliard et demi de musulmans de la terre sont justement les plus civilisés. Ramadan est un mois de pardon, de savoir vivre, de partage et un mois ou le taux de criminalité dans les pays musulmans est à son plus bas. Sachant que j’allais participer à l’émission  »Il va y avoir du sport » sur le racisme, j’ai donc demandé tout bonnement à mon nouvel ami s’il croyait que le racisme existait au Québec. Il s’était levé brusquement et a disparu de ma vue sans dire un mot!

    Au Québec le racisme c’est un racisme made in Québec. C’est un racisme sans racistes..! Un racisme qui ne dit pas son nom tellement il est sournois et discret. Pas de place pour un Jean-Marie Lepen au Québec. Rassurant, n’est-ce pas? Mais un racisme sans visage fait-il moins mal et moins de victimes? Je n’en suis pas sûr. Si les institutions juridiques, chartes des droits et compagnies protègent les individus du racisme et découragent son institutionnalisation, le racisme trouve néanmoins sa mutation dans des comportements dont certains frisent carrément le grand art. L’art d’être raciste sans jamais en avoir l’air. Ainsi, les apparences sont sauves, la paix sociale est maintenue et la réputation d’un Québec accueillant et chaleureux continue de faire l’unanimité! Au nom de la paix sociale, je ne devrais donc pas en parler. Mais, parlons-en quand même, du moins de temps en temps, parce que les apparences ne sont pas si sauves que ça et la paix sociale ne supporte pas longtemps les mensonges.

    – Aucun groupe culturel n’a le monopole du racisme au Québec. Néanmoins le rapport de force demeure en faveur de celui qui tient le pouvoir politique, le pouvoir des médias et le pouvoir d’employer. Malgré les efforts deployés dans les politiques d’emploi, il est toujours plus difficile pour un immigrant de trouver un emploi à la hauteur de ses qualifications. Très difficile pour un immigrant ou une immigrante de se hisser à un poste de pouvoir. Et en prison il y a toujours trop de noirs! Le racisme fait très mal lorsqu’il touche la dignité des gens, leur travail. Par conséquent, toutes les victimes du racisme au travail n’ont pas les moyens financiers pour supporter de longues et douloureuses poursuites.

    – L’utilisation systématique par les médias, les chercheurs, les sondeurs et les politiques des termes ‘’communautés culturelles, minorités ethniques ou minorités visibles’’ a fini par insérer dans nos têtes des territoires mentaux correspondant à des ghettos qui n’existent pas tant que ça en réalité. Ce qui attire des haïtiens, des indiens et des arabes au quartier Parc Extension, c’est moins un désir particulier de se concentrer que le coût bas des loyers. Il n’existe pas de communautés culturelles. Il existe des hommes et des femmes venus de pays et de cultures différentes. Les directeurs d’associations qui parlent en leurs noms ne représentent pas tous les immigrants et c’est un mensonge que de laisser croire qu’un immigrant a la légitimité de parler au nom de tous les immigrants. Le tribunal islamique de Toronto, que certains aimeraient importer à Montréal, est le projet de trente personnes (29 hommes et une femme).

    – Mine de rien, la politique du Multiculturalisme du gouvernement canadien, sous ses apparences de noble protecteur des droits des ‘’minorités’’, cultive un communautarisme culturel faisant en sorte qu’un immigrant qui ne veut pas entrer dans ce moule, s’y voit forcé malgré lui. Ce qui expliquerait le malaise d’un Wajdi Mouawad à présenter son film Littoral dans le cadre du Festival du Monde Arabe de Montréal. Ce qui expliquerait aussi que son film soit critiqué (à tort) pour l’utilisation de comédiens québécois incarnant des personnages arabes. Le racisme au Québec se nourrit aussi de cette ambiguïté entre diversité et communautarisme culturel. Cela a des conséquences sur la perception et le comportement des uns envers les autres. Peut-on s’appeler Mohamed, être québécois d’origine arabo-afro-musulmane sans pratiquer Ramadan ni manger le couscous tous les vendredis..? La réponse est oui.

    Suis-je le seul à penser que 2004 devrait être l’année de trois noirs du Québec. Entre juin et novembre 2004, Maka Kotto, a été élu comme premier noir francophone à la Chambre des Communes, Yolande James, comme première femme noire élue à l’Assemblée Nationale et Luck Mervil déclaré par la Société St-Jean Batiste comme premier québécois noir patriote de l’année.

    ——

    Sans en faire une maladie et sans croire qu’on finira un jour avec le racisme, on doit quand même l’avoir à l’œil, dans les institutions, au milieu du travail et même dans la rue, avec un peu d’humour à l’occasion. C’est avec tendresse que je pense souvent à mon ex-voisine. Elle avait 75 ans et des yeux bleus à faire rêver. Un jour, en la croisant au coin des rues St-Zotique et St-Denis, elle me cria, ‘’Quand est-ce vous allez retourner chez-vous, vous-là. Voleur de job .. ?’’. Après deux ans de voisinage, c’était la première fois qu’elle réagissait à mon bonjour. ‘’Mais, c’est ce que je suis en train de faire chère Madame, chez-nous, c’est juste au bout de la rue, faîtes-moi l’honneur et le plaisir de venir prendre un thé à la menthe ou un café..’’. Devant les beaux yeux, moi je deviens Gabin, alors je drague. Je crois avoir irradier toutes traces de xénophobie chez cette femme qui est décédée quelques mois après notre rencontre et à qui j’avais dis ce qu’elle n’avait jamais entendu de son défunt mari ‘’T’as des beaux yeux tu sais’’.

    ———————————————–

    Voici quelques signes et symptômes qui pourraient révéler un racisme made in Québec.

    – La plus part des arabes et des noirs qui forment 85% des chauffeurs de taxi à Montréal possèdent des diplômes universitaires.

    – Selon une étude de la revue Découvrir, 15 ans après leur arrivée, 23% des immigrants quittent la province.

    – Selon les détenus de Bordeaux eux-même, 1 détenus sur 6 est noir..|

    – Trop de noirs en prison, donc trop de noirs grandi ici se font déporter à leurs pays d’origine..!

    – Parmi les femmes pauvres, les femmes noires sont encore plus pauvres.

    – L’école privée pour beaucoup de parents (y compris certains parents immigrants..!), est un moyen d’éviter à leurs enfants la fréquentation d’une école à  »concentration ethnique ».

    – Le choix de Luck Mervil comme premier noir déclaré Patriote de l’année par la Société St-Jean-Batiste serait de la pure récupération politique si cela n’est pas accompagné de mesures réelles pour questionner la surreprésentation des noirs en prison et les déportations abusives des jeunes haïtiens.

    – Le Journal de Montréal a demandé à un journaliste blanc de se déguiser en noir pour aller tester le racisme des québécois de souche. Le Journal de Montréal n’emploi pas de journaliste noir..! Le Devoir non plus..!

    – Le silence des médias sur l’affaire Guittouni est troublant. Le 10 octobre 2000, la Cour supérieure du Québec a condamné Radio Canada à payer à M. Moncef Guitouni une compensation de 635 355 $, avec intérêts, pour diffamation à l’émission télé Le Point. Un reportage diffamatoire diffusé en août 1994, juste avant les élections provinciales (et un an avant le référendum de 95) a provoqué l’expulsion de Guitouni de la présidence de l’ADQ. Les détails de cette affaire sont racontée dans le livre  »Le complot » de Daniel Martin, publié en 2002. Ni la décision de la cours, ni les révélations scandaleuses du livre n’ont soulevé la moindre tempête. Pas la moindre réplique et encore moins d’excuses. Par leur silence, les principaux responsables dans cette affaire, valident-ils la thèse d’un racisme made in Québec..?

    Dire que le racisme existe au Québec exige une certaine manière de le dire. Parce que le racisme est une forme de violence, on ne réagit pas à la violence par la violence. Mais ce n’est pas une raison de ne plus l’avoir à l’oeil. Le symptôme du mal n’est pas nécéssairement le mal. Mais de temps en temps un diagnostic s’impose. Et si le mal de tête cachait une tumeure..?! Le Québec évolue très vite. Il n’y a pas de diagnostique définitif. La fameuse phrase de Parizeau m’a beaucoup moins impressionné que la réaction franchement raciste de certains immigrants envers les québécois de souche. S’il fallait déclencher un concours, qui aurait remporté le prix du meilleur raciste..! S’ils avaient été plus nombreux au pouvoir, les immigrants..! Et c’est JUSTEMENT parce qu’ils ne sont pas plus nombreux au pouvoir que Parizeau a dit ce qu’il a dit. Comme tous les québécois, Parizeau écoute les médias. Lui aussi, il avait inséré dans sa tête, ce qu’il a appelé lui-même, les  »ethnies », dans un territoire mental qui ne correspond pas tant que ça à la réalité. En tant que premier Ministre de tous les québécois, il a commis une gaffe. Mais ce soir de 1995, Parizeau a vu lui échapper le titre du  »Père de la Souveraineté du Québec », en tant que citoyen du Québec, je ne pardonne pas sa gaffe, mais il ne fera pas de moi un  »ethnie », un étranger, encore moins un raciste. La meilleure façon pour certains immigrants de lui donner tort à mon avis, c’est beaucoup moins de le traiter de raciste que d’investir l’action politique provinciale et fédérale. Ils commencent à le faire, ce n’est qu’un début, continuant le combat.. Quel journal va t-il déclaré Maka Kotto, Yolandes James et Luck Mervil: La femme et les deux hommes de l’année..?

  2. DEUX POIDS, DEUX MESURES

    Je voudrais bien savoir a quelle genre de justice on a affaire quand un homme innocent est tue (Mr Mohamed Anas Benis), sa seule faute est d’etre musulman et après plus d’une annee de sois-disant enquete, la “chere, honorable et non raciste” police de Montreal refuse de reveler les details (video, etc…) de ce meurtre horrible parceque c’est l’un de leur protégé agent qui est implique et mieux que ca, Il s’en tire sans meme un blame. Plus que ca la police etouffe l’affaire, peut etre par (accomodement raisonnable?). Je croyais que le role de la police etait de proteger et de faire en sorte que la justice soit appliquee a la lettre pour tout le monde. Alors vous pouvez comprendre que la confiance dans le systeme de justice en commencant par la police est de plus en plus faible et fragile, surtout si on ajoute “les certificates de securite” ou des gens sont mis en prison pendant des annees sans savoir pourquoi, sans avoir le droit a un proces equitable, sans meme etre accuser, sans preuve les inculpant, comme si ces gens n’ont meme pas le droit minimal fondamental d’un etre humain. Je m’excuse, j’ai oublie, Ils ne sont pas des “etres humains”, Ils sont juste des “immigrants”.
    Je finirais avec cette petite remarque pour ceux qui se considerent la parole de celui qui n’en a pas, je vise bien sur et particulierement les medias, les sois-disant (intellectuels “les”, artistes, experts “es”, etc….) qui ont mis tout leurs efforts, acharnements concernant des femmes musulmanes qui ont choisis de se voiler par exemple, pourtant “choisir” est un droit, mais ils ferment les yeux sur les vraies questions, les vrais problemes de societe.

    J’espere que cette petite lettre joindra les “vrais (es)” soucieux (ses) de droits humains.

    Hussein B.

  3. Bien parlé.

  4. T.T brièvement…Après 20 ans de vie ici… j’ai Finalement Décroché…instruit en français, parlant l’anglais presque parfaitement ayant vécu avec des « Anglos » USA, des Français, Des québécois de souche intelligents avec qui nous pouvons s’épanouir (paradoxalement ils n’ont jamais la parole au Québec) ayant refais mes études universitaires ici, car celles faites en Algérie ne comptaient pas… Heureusement je n’ai jamais eu besoins d’un employeur pour gagner ma vie… Bref! après un long effort pour éviter la médiocrité qlq soit sa source, sa nature, sa nationalité…j’ai réalisé que c’est simplement un peuple comme les autres avec ces (« down side) ses limites sombre ainsi que ses vertus pratiques…. Seulement voilà! Je ne supporte plus les arrivistes et les parvenus dans le monde des médias, de toutes coutures, qui font leur place au détriment des minorités en stigmatisant ces derniers. Ma parole! lorsqu’on regarde les Télés Québécoises on dirait qu’il ya ici qu’une race blanche et parfois de la poudre « Noirs et Asiatique » pour parfaire le décore. Pourquoi pensez vous qu’ils « folklorisent le monde? pourquoi ils ne s’intéresse pas aux personnes qui ont des propos intéressants et stimulant a partager…a niveler par le haut, à faire évoluer la pensée? Pourtant il y a Du Monde avec qui vous pouvez sortir de votre ignorance, le temps d’un pause, sans que cela vous coûte un dime, c’est le nivellement par le bas. Hélas!!! Comme dans nos pays de départ, plus intelligent tu parait (smart u look) plus menaçant tu sera pour eux… Mon voisin n’arrive toujours pas à savoir si le voisin est Musulman? Algérien? ou Arabe? Car moi j’ai appris a reconnaître les gens par leurs noms « sapristti » et non pas par l’appartenance religieuse (ou sans) de leurs ancêtres… Mes amis c’est Karl, Olivier, Zaki ou Edourdo et point c tout. La période obscure des croisades n’est elle pas révolue? A ce qu’il paraît, vu les sondages socio-médiatiques savants Made in Québec, Nonnono. Il faut vraiment qu’il te case quelque part malgré toi Pourtant tu a probablement quitté pour ce genre d’inquisitions… Donc moi je regarde ailleurs et laisse la caravane japper… pardon je veux dire je m’occupe de mon chien! Bonne chance mes voisins…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :