La capitale mondiale du livre est au Québec
Martin Ouellet, Vol 13-4

Montréal, capitale mondiale du livre!?

La ville de Montréal a été nommée capitale mondiale du livre pour l’année 2005-2006. Lorsque Raymond Viger, le directeur du magazine Reflet de Société m’a demandé mon avis sur la question, en tant qu’écrivain et journaliste, je ne connaissais même pas l’existence de ce titre! Il m’a fallu faire un peu de recherche pour comprendre de quoi il était question et partager mes découvertes avec vous… Voici ce que j’ai appris.

Le titre

Depuis 2001, une ville différente est choisie chaque année par un jury de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) en fonction de la prospérité de son industrie du livre. Le titre de capitale mondiale du livre est décerné le 23 avril, journée mondiale du livre, et est valable pour une année, c’est-à-dire jusqu’au 22 avril suivant.

La première ville à hériter de cet honneur fut Madrid en 2001. Alexandrie lui succéda en 2002, New Delhi fut choisie en 2003, suivie d’Anvers, en France, pour 2004.

Pourquoi Montréal?

Le jury a préféré Montréal à Barcelone et Turin, ses deux concurrentes pour le titre. Pourquoi? Les raisons sont multiples. D’après Jean-Louis Fortin, directeur de l’Association Nationale des Éditeurs de Livres (ANEL), Montréal a été choisi pour la richesse de son activité éditoriale et parce que le Québec serait «un des endroits les mieux organisés au monde en matière de distribution de livres». Le bilinguisme de la métropole et sa diversité culturelle ont également pesé dans la balance en sa faveur.

Des retombées positives

C’est bien beau, ce titre, diront certains, mais concrètement qu’est-ce que ça donne?

La nomination de Montréal augmentera la visibilité de notre littérature à l’étranger et renforcera davantage la présence du livre québécois sur l’échiquier mondial. L’ANEL mettra sur pied de nombreux projets pour souligner cet événement. On prévoit entre autres la conception d’un site Internet sur Montréal: capitale mondiale du livre, des activités de promotion (affiches, signets, panneaux dans le métro, etc.), l’organisation d’un forum international de l’édition, la création de deux circuits littéraires (un portant sur Montréal, l’autre sur le fleuve St-Laurent), une exposition sur l’histoire littéraire du Québec et l’ouverture de la Grande Bibliothèque Nationale du Québec en 2005.

De quoi être fier?

A-t-on raison d’être fier de ce titre? Y a-t-il de quoi se péter les bretelles? Bien sûr, il s’agit d’une nouvelle plutôt positive…

À mon avis, tout ce qui contribue à valoriser la lecture et à souligner l’importance du livre dans notre société est bienvenu. Bien sûr, d’un point de vue général, l’écriture a permis à l’humanité d’évoluer, de transmettre son savoir et de préserver les traces de son Histoire.

Personnellement, la lecture m’a aidé à traverser de nombreuses épreuves difficiles dans mon enfance et mon adolescence. Je peux dire sans exagérer que le fait de lire et d’écrire m’a permis de survivre à une enfance violentée, à la toxicomanie et à la délinquance, etc. J’ai trouvé dans les livres à la fois un refuge, une évasion, une ouverture sur le monde, le désir de communiquer. Par la lecture, j’ai fait ma propre éducation et j’ai appris à apprécier ces moments de solitude, en tête-à-tête avec soi-même. Évidemment, lire exige aussi un effort intellectuel et d’imagination. C’est une activité moins passive que de regarder la télévision en plus d’aider à améliorer la qualité du français écrit et parlé.

Par contre, il ne faudrait pas penser que parce Montréal est la capitale mondiale du livre pour une année, ça signifie que tous les dangers qui menacent la littérature sont écartés. La culture souffre de sous-financement au Québec et les lettres n’y échappent pas. Les bibliothèques publiques et scolaires font souvent plutôt pitié.

Ce n’est qu’un début

Alors, le livre est-il en santé? Il y a quelques années encore, plusieurs alarmistes prédisaient que le livre électronique (e-book) allait remplacer le livre imprimé… Pourtant, il n’en est rien. Au contraire, l’informatique et l’Internet ont engendré une multitude de livres qui expliquent comment les utiliser!

Un préjugé tenace veut que les jeunes ne lisent pas suffisamment. Encore sur ce point, je ne suis pas tout à fait d’accord. Il suffit de penser à la récente Harry Potter mania, par exemple. Ou à voir la quantité phénoménale de livres pour la jeunesse qu’on retrouve au Salon du Livre. De plus, de nombreux magazines et revues spécialisées sont destinés aux jeunes. Qu’ils lisent des romans, des magazines (comme Reflet de Société, par exemple!), des bandes dessinées, des journaux, des biographies ou quoi que ce soit d’autre m’importe peu. Ce qui compte à mes yeux, c’est qu’ils s’habituent à lire et qu’ils trouvent de quoi lire qui leur con-vienne. Il n’y a qu’à voir la quantité phénoménale de livres publiés au Québec chaque année pour se convaincre qu’il y a de tout pour tous les goûts!

Je crois que l’important, c’est de faire la promotion du livre le plus souvent possible et de toutes les façons. Le fait que Montréal soit couronnée capitale mondiale du livre est un élément positif. Ça signifie que le livre se porte bien et qu’il faut tout faire pour continuer en ce sens. C’est une question d’avenir.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.