Le graal de la sérénité

Le graal de la sérénité
Écrit par Raymond Viger, Vol14-6

graalDepuis plus de quinze ans que j’entends cette prière. Récitée dans toutes les fraternités d’entraide. Reprise dans des textes de cheminement personnel.

«Mon Dieu, donnez-moi la Sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer. La Force de changer celles que je peux. Et la Sagesse d’en connaître la différence.»

Avec mon caractère de justicier, de défenseur de la veuve et de l’orphelin, je suis incapable de comprendre et de vivre cette petite prière. Je bloque dès la première phrase: «La Sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer». J’ai été élevé à me faire dire que tout est possible. De ne pas accepter la défaite. De toujours persévérer et d’atteindre mes buts. «Pas capable», n’est pas français! Impossible d’accepter de ne pas pouvoir changer des choses. Encore moins d’être heureux et de baigner dans la Sérénité en acceptant cet état de fait.

Je me bats pour une société plus humaine et plus juste. C’est la base de la mission de notre organisme. Changer les comportements humains peut prendre du temps et être difficile. Mon côté missionnaire m’a toujours dicté de continuer sans relâche ce combat d’une vie. Chaque changement social que nous gagnons est la somme des efforts quotidiens de milliers de personnes.

Comment conserver notre sérénité lorsque je dois côtoyer des gens qui vont à l’encontre de mes valeurs et de mes principes? J’observe des abus dans un groupe de travail. Je tente de dénoncer ces abus. Les gens camouflent la réalité. Ils tentent de me faire taire. Pas assez de preuve ou pas assez d’alliés pour les contrer. Je demeure impuissant devant ces injustices. J’ai un dilemme. Si je reste à travailler avec ces gens en espérant les faire changer un jour, je n’y vivrais que déception et frustration. Pour garder ma Sérénité, j’aurai à démissionner de ce groupe. En démissionnant, je me respecterai et j’aurai à assumer les conséquences de ce retrait. Si j’ai besoin de ce groupe pour une lettre d’appui pour une subvention, je devrais m’en passer. Si ce groupe possède certains avantages, je ne serai pas de ceux qui en bénéficieront.

Ma Sérénité n’a pas de prix. Sans elle, comment continuer à m’investir auprès des jeunes? J’accepte que je ne peux pas tout changer. Mais je peux montrer fièrement les associations que je soutiens et celle que je refuse de soutenir.

Pour garder mon équilibre, je dénonce ce que je désapprouve, et aussi, je reconnais et félicite ceux que je soutiens. Je ne peux être un critique social avisé si je ne fais que dénoncer ce qui va mal. Je dois aussi être sensible à ce qui va bien.

Une société plus humaine et plus juste se crée en augmentant l’influence de ce qui va bien et en réduisant ce qui va mal.

Fort de cette nouvelle philosophie de vie, je dors un peu mieux. Ne vous en faites pas, je ne suis pas parfait. Il m’arrive encore que la frustration vis à vis de ce que je vois et entend me réveille. Mais dans cette mer agitée, la petite prière m’aide à retrouver un peu de calme, mais surtout, de trouver le geste à poser pour conserver ma Sérénité.

Autres textes sur Alcool et drogue, jeu compulsif:

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/10/faire-parti-de-gamblers-anonymes-a-75-ans/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/23/gam-anon-fraternite-dentraide-pour-les-proches-des-joueurs-compulsifs/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/15/2-le-prix-a-payer-pour-devenir-un-joueur-compulsif-2/

Autres textes sur Alcool et drogue.

À Anne-Marie, ma mère alcoolique.

Drogué à 12 ans.

Témoignage d’un jeune consommateur.

Les écoles, la drogue et le sexe.

Qu’est-ce qu’un alcoolique?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :