J’ai rencontré l’agresseur de ma conjointe
Écrit par Pierre P, Mascouche, Vol 14-2

J’ai été marié à deux reprises. Dans ces deux relations, un de mes amis a violé mes conjointes. Quand j’ai su ce qui s’était passé, pendant longtemps, j’ai voulu le tuer. Une rage qui prend racine dans ma propre agression et qui se continue dans le mandat que je me suis donné de vouloir protéger ma conjointe.

Je suis un homme violent. Une rage incontrôlable me domine. J’ai eu plusieurs relations amoureuses. La majorité des femmes que j’ai connues ont, par le passé, été violées. Ce hasard est peut-être dû au fait que j’ai moi-même été agressé par un pédophile quand j’étais jeune.

Dans ma dernière relation, ma conjointe ne semblait pas avoir vécu d’expérience traumatisante. L’exception qui confirme la règle. Puis, quelques souvenirs confus remontent. Peut-être qu’elle aussi a été agressée.

Un jour, son agresseur s’identifie. Il lui envoie une lettre lui demandant pardon. Maintenant, ses doutes se confirment. Toutes sortes de scénarios se dessinent dans sa tête. Son besoin d’en savoir plus l’amène à lui demander une rencontre pour en discuter. Elle me demande de l’accompagner dans cette rencontre qui la bouleverse.

Comment vais-je réagir en face de l’agresseur? Vais-je contenir ma rage? Suis-je capable d’être le témoin de cette rencontre sans interférer et casser la baraque?

L’agresseur, ayant consommé durant une bonne partie de sa vie, est membre d’une fraternité qui l’a aidé à arrêter de consommer. Il avait déjà fait sa quatrième étape, qui consistait à faire l’inventaire de ses méfaits. Il avait demandé pardon à ses victimes. Il avait oublié cet événement. Mais à partir du moment où l’on fait du ménage dans sa vie, qu’on se libère des gros événements qui auront su nous marquer, d’autres refont surface.

Après avoir pris conscience des torts qu’il avait causés, il ressentait le besoin de faire amende honorable. Son but était de se libérer des événements qu’il avait provoqués et qui pouvaient le ramener dans la consommation. Pour ma conjointe, cela l’aidait à mieux comprendre les souvenirs confus qui remontaient en elle.

Je m’étais promis de ne pas réagir. De ne pas laisser ma violence prendre la place. De faire confiance à ma conjointe. L’événement était moins grave que les scénarios imaginés par ma conjointe. Devant l’humilité de l’agresseur, elle a su l’accueillir et lui pardonner.

Avec toutes ces années, qu’est-il advenu de ma rage? D’une part, j’ai travaillé sur moi-même pour désamorcer ce qui me mettait toujours en rogne. Pour éviter que les gens paient pour ce que j’ai vécu dans le passé.

D’autre part, j’ai appris à faire confiance. Ma conjointe, même si elle a été victime, je peux lui faire confiance. Elle a la capacité de faire face à ces événements et de choisir comment elle va régler la situation. Elle n’a pas besoin d’un chevalier sans peur et sans reproche prêt à tout casser pour tenter de réparer les pots cassés. Ce que nous avons vécu est injuste. Nous ne devons pas être aveuglés par cette injustice.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900