OÙ EN SONT-ILS?: Le rayon de la mort

(Agence Science-Presse) – Les films de science-fiction nous montrent depuis longtemps des rayons laser capables de tuer, et même capables de percer la coque d’un vaisseau spatial. Et pourtant, dans la réalité, 30 ans après le premier coup de laser contre une cible, l’armée américaine attend toujours son rayon de la mort.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé: des milliards de dollars ont été investis dans la recherche militaire sur les lasers. Quantité de tests pas aussi secrets qu’on l’imagine, ont été menés. Mais les systèmes auxquels on aboutit aujourd’hui sont, dans le meilleur des cas, si énormes qu’ils ont besoin d’un semi-remorque pour bouger. Pas vraiment le genre d’arme efficace sur un champ de bataille…

Dernière stratégie en lice: le ministère américain de la Défense investit actuellement dans le développement de lasers qui pourraient être alimentés à l’électricité, plutôt que par un carburant. Avantage: davantage de mobilité, parce que l’arme peut être plus petite. Désavantage: parce qu’elle est moins petite, elle est beaucoup moins puissante.

Selon le New Scientist, deux compagnies, Northrop Grumman (de Californie) et Textron Systems (du Massachusetts) ont satisfait aux tests préliminaires du Pentagone et ont à présent jusqu’en 2008 pour démontrer que leur joujou peut produire un rayon de 100 kilowatts pendant 300 secondes: c’est ce qu’il faudrait pour abattre un missile ennemi. À la fin de 2005, Northrop Grumman affirmait avoir atteint le stade d’un rayon de 27 kilowatts pendant 350 secondes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.