Le climat menace la santé publique
Mélanie Robitaille, Agence Science-Presse

S’adapter aux changements climatiques ou réduire les émissions des gaz à effet de serre (GES)? Plus le choix, les deux! Même en exécutant deux fois le Protocole de Kyoto, les changements climatiques bousculeront la vie. Il faut donc se préparer dès maintenant. Il faut aussi limiter les dégâts.

 » Il n’y a plus de place au doute, les changements climatiques sont là  » répète Horacio Arruda, directeur de la protection de la santé publique. Aux Journées annuelles de santé publique tenues à Montréal en octobre, la session sur la santé et les changements climatiques s’ouvrait avec Alain Bourque, directeur Impacts et adaptation chez Ouranos. Ce consortium de chercheurs se dédie à l’étude de notre climat changeant et à notre nécessaire adaptation à ces changements.

S’adapter. Dans le concret, qu’est-ce que ça veut dire?  » Je ne peux pas vous donner de livre de recette  » dit Bettina Menne, directrice du programme Global Change and Health à l’Organisation mondiale de la santé. Selon elle, il faudrait une entente internationale qui engagerait les pays à protéger leurs populations contre ce qui s’en vient et ce qui arrive déjà.

Mais elle-même pense que c’est très improbable. Alors il faut des initiatives nationales. Des systèmes d’alarme climatique et des plans d’intervention conséquents devraient déjà exister, sauf que partout dans le monde, l’approche a jusqu’ici été réactive, pas préventive. Par exemple, la France a maintenant un plan d’intervention en cas de canicule. Mais il a fallu pour cela la vague de chaleur meurtrière d’août 2003.

Et surtout, il faut que les plans soient adaptés à chaque réalité régionale. Rien qu’au Québec, les régions du sud-ouest ont vécu des chaleurs beaucoup plus intenses que celles de l’Est ces 30 dernières années.

Préparer les infrastructures, Jean-Pierre Trudeau, conseiller en recherche à l’Ordre des ingénieurs du Québec, affirme que c’est désormais une obligation. Mais construire plus gros, plus fort, ça coûte plus cher. Veut-on une route qui pourra résister à une inondation majeure susceptible de survenir aux 30 ans ou préférons-nous la reconstruire chaque fois? Et si ces inondations arrivent 10 ans plutôt, est-ce que ça ne vaut pas le coût de bâtir des systèmes de drainage plus performants? Des choix de société sont à venir puisqu’on ne peut pas tout faire.

Déjà, le pergélisol du Grand Nord ne permet plus de supporter les bâtiments. Jean-Pierre Trudeau raconte qu’on doit recourir à des pilotis ou des systèmes de congélation du sol sous les gros immeubles pour assurer leur stabilité. Sur la Côte-Nord et en Gaspésie, l’érosion des berges force l’enrochement ou même l’expropriation. Les glaces, absentes en hiver, ne protègent plus les côtes des tempêtes. Les cycles gel-dégel s’accentuent. Là où le terrain reculait de 1 à 2 mètres par an, ça peut maintenant atteindre 10 mètres. Dans la région montréalaise, la baisse du niveau d’eau en été menace plusieurs prises d’eau dont celle de Rosemère dans la rivière des Mille-Îles. Il faut trouver des alternatives sans tarder.

Jean-Guy Breton, le maire de Lac-Etchemin, dénonce les incohérences de programmes d’aide à la reconstruction d’infrastructures endommagées par des catastrophes : pour être admissible, on doit les refaire exactement comme elles étaient. Or, sachant qu’elles n’ont pas su résister, c’est illogique de reconstruire identique! Il invite par ailleurs les gens de la santé publique à venir au congrès de l’Union des municipalités du Québec pour partager leurs connaissances.

Pour la réduction de l’émission de GES, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est cité en exemple pour son programme Ménagez vos transports mis en place en 2002 : il met en contact des gens pour le co-voiturage et défraie 15% de l’abonnement mensuel au transport en commun.

Selon Pierre Gosselin, l’animateur de la séance et médecin-conseil à l’Institut national de santé publique, la santé publique a un rôle de prescription, mais n’a pas le pouvoir de l’action. Il est aussitôt repris par Bettina Menne, qui affirme plutôt que les intervenants en santé publique ont le devoir d’informer et de conscientiser la population afin d’initier les actions. Elle profite de la synthèse de la séance pour demander aux gens présents leur engagement concret pour l’environnement. Horacio Arruda acquiesce. Et en plus de prendre le transport en commun, il annonce :  » on est commis. On va essayer de financer toutes les études pour l’action.  » Avec tous les chercheurs en santé publique dans l’assistance, ça ne tombera pas dans l’oreille de sourds…

Les îles se sentent petites

 » Quand un ouragan approche les côtes américaines, la population est évacuée à 100 milles au nord. Si on faisait cela à l’île de Sainte-Lucie dans les Caraïbes, on se retrouverait dans l’eau.  » Patricia Aquing, directrice par intérim du Caribbean Environmental Health Institute, rappelle ainsi combien les petites îles des Caraïbes et du Pacifique ont des recours très limités en cas de perturbations environnementales. Leur santé publique est aussi menacée par le climat fou. Toutes les sphères de la santé sont touchées : maladies infectieuses venant de l’eau contaminée, de la nourriture, des rongeurs, des insectes, anxiété reliée au sentiment de vulnérabilité, affections dues à la chaleur intense, malnutrition après des périodes de sécheresse ou d’inondation, et même des problèmes respiratoires causés par… les poussières transportées du Sahara au-dessus de l’océan!

Textes sur l’environnement et commentaires du rédacteur sur l’environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.