Les coups de cœur d’Anne Panasuk; chronique livres

Guillaume Brodeur, volume 15 no 6, août 2007

Passer ses journées à feuilleter magazines et découpures de journaux, rien de plus normal pour cette journaliste de Radio-Canada. Mais quand Anne Panasuk raconte qu’elle doit absolument lire quelques pages avant de s’endormir, et qu’elle dévore parfois même ses bouquins en marchant (!), la lecture relève davantage d’une véritable passion que du train-train quotidien.

Issue d’une famille aux mœurs plutôt conservatrices, c’est d’abord à travers l’œuvre de Simone de Beauvoir qu’Anne Panasuk s’est intéressée au nouveau monde qui s’ouvrait à elle. « Simone de Beauvoir m’a fait comprendre qu’on pouvait être une intellectuelle, à l’égal de l’homme, et foncer dans la vie. Ç’a l’air un peu vieillot aujourd’hui, mais elle a influencé toute une génération de femmes qui l’ont prise comme modèle. »

La journaliste s’est par la suite plongée dans les récits d’êtres humains qui résistent, qui survivent à des difficultés épouvantables; ce qu’on appelle la résilience. Dans Le mort qu’il faut, Jorge Semprun, un communiste espagnol qui a été emprisonné dans les camps de la mort, raconte comment il a été possible d’y survivre grâce à la fraternité et à l’entraide. « Semprun explore les deux facettes de l’âme, comment l’homme peut être terriblement méchant et solidaire à la fois. Une excellente lecture pour les adolescents. »

Et pas seulement en raison des bienfaits que la littérature apporte à l’apprentissage du français. Anne Panasuk croit qu’elle nous apprend d’abord à vivre. « On lit pour s’élever. Les bons romans permettent d’outrepasser ses petites douleurs et de découvrir de nouveaux aspects de l’humanité. Lire, c’est une ouverture extraordinaire sur le monde. »

De grandes qualités qu’elle retrouve chez Andreï Makine, son auteur fétiche. C’est sans hésitation que la journaliste identifie La Musique d’une vie comme son opus favori. « Je l’offre en cadeau à tous les gens qui me sont chers. Makine fait rêver par les mots. Quand il décrit une gare de l’Extrême-Orient russe par exemple, on peut presque en sentir l’odeur. »

Sa plus récente trouvaille: De Chair et d’Âme de Boris Cyrulnik. « Un essai magnifique sur le bonheur qui n’a rien à voir avec les recettes psycho-pop habituelles. Biochimiquement, il y aurait des petits et des gros porteurs de sérotonine (hormone du bonheur), des gens qui sont donc plus facilement heureux que d’autres. Mais l’essence du propos de Cyrulnik, c’est que ton environnement peut te permettre d’être heureux même si tu n’y es pas prédisposé. Je crois fermement qu’on dépend des autres à ce chapitre. » Enfant de la Deuxième Guerre mondiale, l’auteur a perdu ses deux parents dans un camp de concentration. « Lui-même est un exemple de résilience, il a réussi à être heureux malgré un mauvais départ… Mon père, qui était originaire de Russie, m’a tellement parlé de ses souffrances de jeunesse et d’immigrant, comment c’est difficile de renaître dans une autre vie, que cette idée m’a toujours suivie depuis. »

Outre le récit terrible des épisodes noirs de l’histoire, Anne Panasuk s’accorde parfois des bonbons un peu plus légers. « J’aime tout particulièrement l’anthropologue Serge Bouchard et son ouvrage L’homme descend de l’ourse. Toujours avec humour, Bouchard écrit des petites nouvelles, des réflexions sur des sujets aussi variés que le baseball, le corbeau ou le mélèze. »

De son passé d’anthropologue auprès du peuple Montagnais, Anne Panasuk a aussi conservé un faible pour les légendes amérindiennes. « Ces explications de vie sont plus que des légendes. Il s’agit des mythes fondateurs qui peuvent nous en apprendre beaucoup… » Si l’on se donne la peine de lire entre les lignes bien sûr!

La prochaine lecture de vacances d’Anne Panasuk? « Le dernier Makine, évidemment. Bien installée dans mon hamac, un verre de vin blanc à la main. » Outil de travail essentiel au travail d’une journaliste récipiendaire de nombreux prix d’excellence, la lecture demeure avant tout une partie de plaisir pour cette femme curieuse et sensible au sort de l’humanité.

Autres textes sur la culture, Chronique de livres.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900