Le développement de la Bolivie passe par la technologie

Le développement de la Bolivie passe par la technologie
Agence Science-PresseMélanie Robitaille

Dossier Autochtone

L’avenir des sciences et de l’éducation en Bolivie réside entre les mains de 17 individus. La Commission sur l’éducation travaille présentement à redéfinir l’éducation et les sciences au sein d’une nouvelle constitution. Selon le président de la commission, Faustino Ollisco, « la science est présentement très loin des citoyens. Les politiques en place ne supportent pas le développement du pays. »

La Bolivie procède actuellement à un remaniement en profondeur de sa constitution. Le pays compte 36 ethnies mais ses fondements légaux ne reflétaient pas, jusqu’à présent, cette diversité culturelle. Le président Évo Morales, un autochtone Aymara, a été élu en 2006 avec la promesse de mettre en chantier une nouvelle constitution. Il répondait ainsi aux revendications de nombreux Boliviens. Après plusieurs mois de déchirements sur le mode de votation à l’intérieur de l’Assemblée, les 255 élus ont enclenché la réforme en janvier 2007.

Plus d’une vingtaine de commissions planche sur la nouvelle définition du pays. De celles-là, la Commission sur l’éducation s’attelle entre autres à l’éducation supérieure, la science, la technologie et la recherche. Faustino Ollisco et ses collègues partagent la certitude que l’éducation est la clé vers la liberté et la dignité.

La raison est simple : la Bolivie a besoin de techniciens qualifiés pour se développer. « À partir de la petite enfance jusqu’à l’université, l’éducation doit être orientée vers la science et la technologie. Que ce serait beau que ce genre de machine soit fabriqué ici », dit le président de la commission en pointant l’enregistreuse numérique. Réaliste, il ajoute : « En plus des politiques constitutionnelles, nous devons changer l’attitude même des gens. Puisqu’on parle de changement de mentalité, les impacts seront longs à se faire sentir. »

Mais au Ministère de l’éducation, l’objectif est ailleurs. Dans la réforme en cours, la priorité est de dispenser une formation qui rétablit l’harmonie entre l’homme et la nature inspirée de ce que vivent les peuples indigènes avec la Mère Terre, la Patchamama. Selon le ministre, Víctor Cáceres, la richesse scientifique de la Bolivie tient dans les savoirs de ses peuples indigènes. Son gouvernement veut les préserver et les diffuser en les incluant dans la formation des jeunes. « Dans un pays qui compte autant d’ethnies, le défi est de mettre en valeur les savoirs de chacun pour former une culture unifiée. »

Difficile référendum en vue pour la nouvelle constitution

La proposition de nouvelle constitution devra être entérinée par référendum dans les prochains mois. Évo Morales souhaite son entrée en vigueur le 6 août, le jour de la fête nationale. Par contre, la grogne des Boliviens des classes moyenne et aisée met en péril son adoption. Luis Flores, chauffeur de taxi métis à Sucre, est de ceux qui annoncent l’échec de la nouvelle constitution. Après avoir voté pour Morales, il y a un an, il le répudie désormais. Comme beaucoup d’autres, il croit que les autochtones utilisent le pouvoir à leur avantage et que la nouvelle constitution ne le servira pas. Un retour de balancier qui crée des tensions dans la population.

Val d’Or: des Indiens dans ma ville

Val d’Or; itinérance, jeu compulsif, alcool et drogue

Le logement à Val d’Or pour les autochtones

Kistcisakik: le village sans école

La Wapikoni Mobile reprend la route

La boutique Teuehikan, village Piekuakami-Ilnuatsh à Mashteuiatsh: Les Montagnais du Saguenay-Lac-St-Jean

Les Toltec, autochtones mexicains et leur génocide par les Américains

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-roberto-mayerjours-de-nuit Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
 
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Une Réponse

  1. trés bon article!!!!trés intéressant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :