Mieux respirer dans les villes polluées

Mieux respirer dans les villes polluées
Geneviève Dubé-Agence Science-Presse

Dans les grandes villes des pays en développement, la pollution de l’air pose de sérieux problèmes. Des carburants plus propres pourraient assurer un avenir plus pur !

La qualité de l’air est jugée acceptable dans 15 % des zones urbaines des pays pauvres. La pollution de l’air tue trois millions de personnes chaque année. Les pays touchés mènent plusieurs projets pour atténuer les émissions polluantes.

Des taxis moins polluants au Pakistan

Dans les grandes villes du Pakistan, la voiturette à trois roues sert souvent de taxi.

Leurs moteurs à deux temps ne brûlent pas l’essence aussi bien que ceux à quatre temps de nos autos. Plusieurs de ces taxis consomment de l’essence au plomb, très néfaste.

L’entreprise ontarienne Yugo-Tech, appuyée par le Centre de technologie environnementale d’Environnement Canada, a suggéré une solution au problème : l’utilisation du gaz naturel.

Ce combustible abondant au Pakistan et moins polluant que l’essence au plomb permettrait au pays de s’affranchir des approvisionnements étrangers.

Les voiturettes au gaz naturel ont été testées avec succès dans les deux plus grandes villes du Pakistan, Karachi et Lahore, ainsi qu’à Quetta. Le gaz naturel pourra donc être utilisé dans d’autres pays asiatiques ayant les mêmes problèmes, comme le Népal, l’Inde, le Bangladesh et le Sri Lanka.

Éliminons l’essence au plomb !

Après quatre ans d’efforts, les 49 pays de l’Afrique subsaharienne (au sud du désert du Sahara) ont interdit l’essence au plomb. C’est une bonne nouvelle, car le plomb rejeté dans l’environnement cause plusieurs problèmes de santé, surtout chez les jeunes enfants. Il peut retarder le développement du cerveau, nuire à la croissance et endommager l’ouïe.

Une trentaine de pays – pas le nôtre ! – utilisent encore l’essence au plomb. C’est pourquoi l’ACDI appuie une initiative internationale dont le but est d’éliminer l’essence au plomb partout dans le monde d’ici 2008. On va y arriver !

De l’air plus propre en Égypte

En Égypte, on compte 2 000 usines de briques, reconnaissables à leurs hautes cheminées.

On y fait cuire les briques de terre séchée dans de grands fours au mazout, un dérivé du pétrole. En brûlant, le mazout émet de très grandes quantités de gaz polluants, ce qui augmente les risques de maladies respiratoires des travailleurs et gens du voisinage. Certaines usines de briques utilisent désormais un carburant plus propre : le gaz naturel.

Dans le gouvernorat* de Giza, près du Caire (la capitale de l’Égypte), 50 briqueteries ont remplacé le mazout par le gaz naturel. Ce projet, appuyé par le Fonds canadien de développement pour le changement climatique, a réduit les émissions de fumée de 96 %, celles de monoxyde de carbone (CO) de 95 % et celles de dioxyde de carbone (CO2) de 32 % !

Depuis, les habitants, surtout les enfants, souffrent moins de maladies respiratoires.

Le gaz naturel étant plus efficace que le mazout, les usines en achètent moins et économisent de l’argent. Deux autres gouvernorats égyptiens pourraient passer du mazout au gaz naturel. Comme quoi la lutte contre les changements climatiques rapporte !

* Gouvernorat : nom donné aux provinces égyptiennes.

Textes sur l’environnement et commentaires du rédacteur sur l’environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les épiciers Métro et Coin Star, une arnaque pour le consommateur

Les épiciers Métro et Coin Star, une arnaque pour le consommateur

Dossier Protection du consommateur

Le hasard d’une visite me fait entrer dans un marché Métro. J’y remarque une machine que je ne connaîs pas. En bon français, il y est écrit: « Coin Star. Turn your change into cash ». Une machine qui compte notre change et qui nous donne un crédit pour se faire rembourser en billet.

Ma première réaction est d’être emballé. Notre organisme opère une machine à liqueur. À tous les mois, je dois trouver quelqu’un pour rouler toutes les pièces. Cette machine me permettrait d’amener notre gros pot de change et de tout compter en quelques minutes. Intéressant.

Le lendemain, je me pointe avec 3 ou 400$ en petite monnaie. La machine offre un vidéo de démonstration pour en comprendre le fonctionnement. Après avoir visionné le vidéo de démonstration, certains doutes persistent cependant. Nous avons la possibilité de donner notre change à un organisme communautaire ou d’avoir un crédit sur des achats ultérieurs chez certains marchands. Je ne veux pas un crédit, je veux de l’argent en papier.

Dans le doute, je demande à une caissière si elle va me rembourser la note de crédit que j’obtiendrais de cette machine. Elle hésite pendant un certain temps et me dit que oui. Je retourne à la machine avec mon sac de change. La machine me demande si c’est la première fois que j’utilise leurs service ou si je suis prêt à débuter l’opération. Je croyais avoir toutes les instructions pour débuter, j’ai presque actionné le bouton pour commencer. Une petite voix intérieure me dit de ne pas le faire tout de suite. J’avise donc la machine que c’est la première fois que j’utilise le service. Apparaît alors à l’écran les conditions d’utilisation: Des frais de 9,8% vous seront chargé!!!

Un peu comme les petits caractères à l’arrière d’un contrat d’assurance, la machine ne se vante pas qu’elle va m’arracher 9,8% de mon change pour faire son travail. Dans mon cas, cela représente aujourd’hui près de 40$. Il n’est pas question de laissser tant d’argent à ce service qui n’en est plus un.

Je vais visiter le site corporatif de Coin Star. Coin Star a débuté en Angleterre et aux États-Unis. Ils en sont possiblement à leur début avec cette machine au Canada. On y apprend qu’en Angleterre les frais sont de 7.9%, aux États-Unis 8,9%! J’ai beaucoup de difficultés à accepter qu’au Canada il nous faut payer 2% de plus pour le même service.

Je trouve déjà scandaleux les cartes de crédit qui facturent 2% par mois. Au moins pour ce taux, il vous prête de l’argent pendant un mois. Ici, pour une opération de quelques minutes, c’est près de 10% qui seront chargé. Inacceptable en ce qui me concerne.

Est-ce que le marché d’alimentation Métro agit en bon père de famille en laissant une telle machine arnaqueuse de consommateur dans son entrée? Je ne crois pas. D’une part, les frais ne sont pas affichés clairement. D’autre part, les frais sont exhorbitants. Je classe cette opération dans la section prêt usuraire, shylock. Finalement, question d’être puriste, il nous charge 2% de plus au Canada et Coin Star n’est même pas foutu de nous mettre un nom d’entreprise et un slogan en français. « Turn your change into cash » disent-ils. Personnellement, tant que ce genre d’arnaque aux consommateurs sera là, je dis « Turn your back to Metro ».

Autres textes sur Protection du consommateur

Agences de recouvrement: harcèlement

Depo-Provera: effets nocifs

Automobile: location à long terme

Contrat: peut-on l’annuler?

Produit équitable: 5 principes

Automobile: Vente

 APA: protection des automobilistes

Charlatan: près de chez soi

Centre de remise en forme

Centre de santé

Salon de bronzage, dangers, risques et conséquences

Le commerce itinérant

Payer le juste prix

Le medicament Mirapex provoque le jeu compulsif

Ressources protection du consommateur

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.