Les coups de cœur de Guillaume Vigneault

Les coups de cœur de Guillaume Vigneault
Guillaume Brodeur, vol.16 no.2 déc.-janvier 2008

(Agence Science-Presse) Écrivain lauréat de nombreux prix littéraires, Guillaume Vigneault a l’air d’un quidam avec ses vêtements bohèmes et son éternelle cigarette au bec. Humble de nature, l’auteur nous suggère des romans à son image: qui vont droit au but, sans flaflas ni fioritures.

Auteur-né, pourrait-on croire Guillaume Vigneault quand il raconte qu’il inventait des histoires dès l’âge de deux ans? D’autant plus qu’il est le fils de l’illustre Gilles, ce barde national qui lui a inculqué l’amour des mots. «Mais je suis d’abord un lecteur. Boulimique», précise-t-il.

Entouré d’une bibliothèque aux mille et un volumes, Vigneault s’éveille à la littérature à l’adolescence. De nouvelles ailes l’amènent au grand large avec Jonathan Livingston le goéland, de Richard Bach. «Une belle fable poétique. Au-delà de l’aspect mystique, il y a quelque chose de très sage dans cette histoire toute simple. Ça m’a donné confiance en l’invisible, ce qui nous relie tous.»

«À l’opposé, j’ai profondément détesté L’étranger d’Albert Camus à sa première lecture.» L’auteur a toutefois conquis Vigneault par la suite. «Camus est un écrivain très sensuel, il parvient à éveiller nos sens. L’écriture est la forme d’art ultime, dans la mesure où il n’y a aucun stimuli sensoriel. Seulement de l’encre noire sur du papier blanc, mais il n’y a aucune limite à la créativité.»

Comme ceux de sa génération, Guillaume Vigneault, 37 ans, préfère souvent la vivacité et la candeur des plumes d’Amérique aux écrits alambiqués de la vieille Europe. «Ici, on a encore la volonté de raconter des histoires sans vouloir montrer comment on est brillant.» À mi-chemin entre culture populaire et littérature, l’auteur cite à titre d’exemples les Philip Roth, Jonathan Frentzen, John Irving, et particulièrement le «fabuleux» titre La nuit de l’Oracle, de Paul Auster.

Côté québécois, il voue une grande admiration à Jacques Poulin et à ses romans Volkswagen blues et Le vieux chagrin. «Un gars qui écrit des histoires d’une simplicité déconcertante. Il a un regard, une tendresse… Le vieux chagrin, c’est le nom du chat! Un roman très lent et contemplatif qui se passe sur le bord du fleuve. Le bonhomme ne bouge pas de sa petite maison, alors que dans Volkswagen blues, il y a un côté aventure hommage à Jack Kerouac.

Jacques Poulin, c’est celui dont je me sens le plus proche, mais il y a aussi Louis Hamelin et Christian Mistral. Vautour, de Mistral, c’est une véritable leçon d’écriture. J’en suis jaloux!» Le genre de roman que Guillaume aurait voulu écrire lui-même. «C’est important d’être connecté avec ce qui s’écrit, se chante ou se filme ici.»

Une constante chez Vigneault: un roman n’a pas besoin d’être un pavé pour s’avérer une œuvre complète. «Il y a des auteurs dont l’essence est ramassée en un seul livre. Tous leurs thèmes, toute leur esthétique y sont concentrés.» Les carnets du sous-sol, de Fédor Dostoïevski, est l’un de ceux-là. «On touche à l’essence de Dostoïevski. C’est l’histoire très rock and roll d’un gars mal dans sa peau, masochiste. L’apogée de tous les pires sentiments humains, mais en même temps une leçon d’écriture magistrale. C’est “garroché” ce texte-là, mais il a une telle force brute!»

Sans avoir fait une croix sur la littérature –il a un roman en chantier–, Guillaume Vigneault a foncé tête baissée dans une foule de projets depuis la sortie de son dernier opus en 2001. «J’ai tâté un peu le journalisme, mais je me suis rendu compte que ce que tu écris doit être vrai! Un gros obstacle à la créativité. Par ailleurs, on apprend souvent plus dans les romans. Est-ce que la leçon est plus forte parce que c’est arrivé dans la vraie vie? Pour moi, c’est le contraire. Le roman est le laboratoire ultime d’expérience humaine.»

L’auteur se consacre actuellement à la scénarisation du film Tout est parfait, un long métrage qui abordera le thème du suicide chez les adolescents. «On s’est tellement fait accroire que ce que nous sommes, c’est ce que nous possédons. Le matériel quoi. On propose un style de vie qui n’a pas de bases solides, sans repères symboliques…» Guillaume Vigneault croit que nous sommes tous victimes d’une profonde perte de sens, d’une acculturation globale.

En espérant que les mots puissent remédier un jour aux maux de notre société.

autres textes sur le  suicide:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

3 Réponses

  1. […] pouvez lire les différentes Chronique de livres, ceux qui ont touché Michel Auger, Anne Panasuk, Guillaume Vigneault, Ricardo Larrivée, Yann Perreau, Stanley Péan, Lucien Francoeur et plusieurs […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :