Le blogue pour les nuls

Le blogue pour les nuls
Agence Science-Presse

Aux blogues rédigés par une seule personne se sont ajoutés des «blogues collaboratifs», comme Science ! On blogue. Aux blogues n’offrant que du texte se sont ajoutés des blogues de dessins (y compris des B.D.), de photos puis de vidéos. Aux blogues critiquant les médias (la tête de Turc favorite, au début) se sont ajoutés des blogues créés par les médias eux-mêmes. Puis par les compagnies. Puis par les politiciens…

Un tourbillon ? Un chaos ? Oui et non. Si on veut comprendre la raison d’être de cette blogosphère, il suffit de se rappeler qu’en émergent trois caractéristiques fondamentales.

1) Le blogue reflète les opinions de son auteur. Rejetant l’objectivité prônée par les médias, le blogueur s’affiche. Au pire, c’est un simple étalage de ses humeurs, au mieux, c’est un heureux mélange d’opinions argumentées, très bien écrites et suscitant des débats intéressants.

2) Le blogue s’inscrit dans la culture d’hyperliens. Hyperliens vers les articles originaux s’il s’agit d’une revue de presse, vers des lectures qui ont inspiré l’auteur, vers des références pour compléter son texte du jour… ou hyperliens vers d’autres blogues. Ces hyperliens entre les blogues, en particulier, forgent peu à peu la colonne vertébrale de la blogosphère.

3) Le blogue encourage la participation. La technologie qui a rendu facile la création d’un blogue (il vous faut 5 minutes !) a également facilité l’affichage des commentaires des visiteurs. Au point où le succès du blogue se mesure non plus par son achalandage, mais par la qualité et la quantité des échanges suscités entre le blogueur et ses lecteurs, voire entre un blogueur et les autres blogues.

La qualité avant tout !
Phrase à retenir : le succès du blogue se mesure non plus par un achalandage le plus élevé possible, mais par la qualité et la quantité des échanges suscités entre le blogueur et ses lecteurs.

Ce n’est pas une vaine phrase. Depuis plus d’une décennie, les sites web brandissent des statistiques d’achalandage parfois mirobolantes : un million de visiteurs par mois, deux millions, trois millions… Mais un blogue peut être davantage qu’un journal dont on se contente de tourner les pages : il peut être davantage qu’une encyclopédie dont les auteurs se réjouiraient de ce que la page 3000 ait été visitée plus souvent que la page 2000. Le blogue encourage la participation, de son auteur, de ses visiteurs et des autres blogueurs.

Résultat : le blogueur peut mesurer son succès par la qualité des discussions avec ses visiteurs, ainsi que par la qualité des blogues qui ont pointé vers un ou plusieurs de ses messages.

http://raymondviger.wordpress.com/2007/12/21/enquete-sur-les-blogueurs-francophones/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/12/09/blogue-billet-carnet-blogueur-ou-carnetier/

https://journaldelarue.wordpress.com/2007/12/20/et-la-collision-avec-les-blogues/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Comment fabriquer une bombe

Comment fabriquer une bombe

(Agence Science-Presse) Pourquoi vouloir fabriquer une bombe? Parce que certains nous ont rejetés? On fait rire de soi? Nos amis nous ont abandonnés?

Les raisons pour en arriver à vouloir fabriquer une bombe sont multiples et peuvent être variées. Ce que toutes ces justifications ont en commun: je souffre et je ne sais plus comment trouver les moyens pour m’exprimer, prendre ma place.

Un peu comme le suicide est une solution définitive à une souffrance temporaire, vouloir en arriver à fabriquer une bombe est similaire. C’est vrai que la souffrance peut être intense. C’est vrai que cette souffrance peut nous aveugler. Mais nous pouvons en arriver à trouver des moyens pour survivre à cette souffrance et en arriver à ce qu’elle nous fasse grandir.

Comme pour le suicide, il existe des gens qui peuvent t’écouter et t’aider. Les CLSC ont des intervenants, à ton école tu peux trouver un adulte de confiance pour te soutenir. Il existe des lignes d’écoute partout au Québec pour que tu puisses t’exprimer.

Prends le temps d’exprimer ta souffrance. Recherche les solutions qui peuvent t’aider à grandir dans les expériences que tu traverses. Derrière chaque souffrance il y a un cadeau à aller chercher. Un cadeau que nous saurons apprécier pendant longtemps.

On attends ton appel. Ne reste pas seul avec ce que tu vis.

Tel-jeunes 1-800-263-2266

Jeunesse, J’écoute 1-800-668-6868

autres textes sur le suicide:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Drogue du viol, GHB, comment fabriquer GHB, fabrication drogue du viol

Drogue du viol, GHB, comment fabriquer GHB, fabrication drogue du viol

Raymond Viger  Dossier Agression Sexualité

Il y a quelques produits qui entrent dans la fabrication du GHB, la drogue du viol. Des décapants pour peinture, pour plancher et de l’huile. Avec une liste de produits comme ceux-là, tu comprends que la drogue peut être très nocive. Un mauvais dosage peut créer le coma et la mort.

Tu veux te faire un party? Tu veux prendre la chance de tuer quelqu’un? Parce que c’est vraiment arrivé. On compte par millier les gens qui sont morts à cause d’une erreur de dosage. Tu veux vraiment t’essayer et prendre ce risque?

Imagine-toi que tu fabriques du GHB. La personne à qui tu veux le donner crève devant toi. Tu te fais arrêter. Tu vas devoir expliquer au juge que tu n’es pas capable d’avoir de relation sexuelle avec une fille sans la droguer. Que tu n’as pas assez confiance en toi pour la cruiser et faire l’amour avec elle en ayant son consentement. Je ne sais pas combien de temps de prison tu risques, mais ça sera sûrement pour une bonne période de temps.

Faire l’amour avec une femme, c’est tripant. Pas juste de baiser, mais tout le cheminement pour y arriver. La période de séduction. Les regards. Les premiers mots que tu lui adresses. Il y a tout un feeling à aller chercher dans ce trip de cruiser une fille. Tu voudrais perdre tout cela pour lui refiler en douce un peu de drogue?

Qu’est-ce que tu veux réellement vivre comme expérience? Coucher avec quelqu’un qui est dans un état vaporeux, qui ne sait pas ce qu’elle fait? Ou coucher avec quelqu’un qui accepte et qui veut coucher avec toi?

Je ne veux pas être plate, mais soyons honnête et parlons entre gars. L’éjaculation ne dure que quelques instants. De courts instants. Ce qui fait que cet instant peut être trippant, ce sont les préliminaires, les instants ou tu cruise la fille, ces moments ou tu ne sais pas encore si elle va vouloir coucher avec toi… Ne perds pas le plus tripant pour quelques instants qui n’auront aucune valeur pour toi.

Sois un passionné, un lovers. Si tu ne sait pas comment, fais tes recherches sur la séduction, prends le temps d’en parler avec des amis pour t’aider, trouve-toi quelqu’un de confiance pour en parler, trouve-toi des livres… Il y a plein de ressources pour en parler. Un organisme jeunesse, un intervenant, un professeur avec qui tu te sens bien, le CLSC a aussi des intervenants, si tu préfères garder l’anonymat il y a des lignes d’écoute…

On attends ton appel. Ne reste pas seul avec ce que tu vis.

Tel-jeunes 1-800-263-2266

Jeunesse, J’écoute 1-800-668-6868

VOS COMMENTAIRES SUR DROGUE DU VIOL, GHB

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

autres textes sur sexualité

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

VOS COMMENTAIRES SUR DROGUE DU VIOL, GHB

La science dans Wikipedia

La science dans Wikipedia

(Agence Science-Presse) Cinq millions d’articles, dont un demi-million en français — alors que l’Encyclopaedia Britannica, la crème de la crème des encyclopédies avec ses 150 ans d’histoire, ne compte «que» 65 000 articles.

Ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un ne compare les deux. À l’automne 2005, Nature s’est livrée à l’exercice : elle a demandé à des experts d’évaluer, dans leurs champs respectifs, 42 définitions dans Wikipedia et dans l’Encyclopaedia Britannica.

Résultat : plusieurs erreurs… mais pas plus dans l’une que dans l’autre !

L’avantage net de Wikipedia : ses erreurs peuvent être corrigées en un rien de temps. Tandis que pour Britannica (pourtant électronique, désormais), il faut attendre la prochaine réunion du comité de rédaction…

C’est d’ailleurs heureux qu’on puisse corriger rapidement Wikipédia, parce que certaines erreurs font plus de dégâts que d’autres ! Le climatologue britannique William Connolley en sait quelque chose. Cofondateur de Real Climate et wikipédien actif, il s’est retrouvé en 2005 au centre d’une «guerre» où il devait régulièrement corriger un wikipédien décidé à démontrer que le réchauffement climatique n’est qu’un mythe. Cet «enviro-sceptique» ajoutait une phrase ou un paragraphe que Connolley effaçait ou corrigeait, corrections que le vis-à-vis corrigeait à nouveau, et ainsi de suite pendant des mois, jusqu’à ce que la dispute doive aller en «arbitrage». Cet incident a fait beaucoup pour pousser à la création de Citizendium, genre de concurrent «universitaire» de Wikipédia, où les experts reconnus jouissent d’emblée d’un statut supérieur aux simples citoyens.

Il n’est donc pas faux de dire que Wikipedia ne devrait en aucun cas servir de source unique d’information. Un enseignant de science serait très mal avisé d’utiliser une définition de Wikipedia en classe comme source, à moins qu’il n’ait lui-même contre-vérifié l’information.

Même la porte-parole de Wikipedia le reconnaît : «Wikipedia est le lieu idéal pour commencer votre recherche et obtenir une vision d’ensemble d’un sujet. Toutefois, ce n’est pas une source d’autorité. En fait, nous recommandons que les étudiants vérifient les faits avec d’autres sources.»

Dans un trait d’esprit génial, l’humoriste américain Stephen Colbert, qui joue dans son émission de télé (The Colbert Report) le rôle d’un journaliste-éditorialiste hyperconservateur, a invité ses téléspectateurs à aller retoucher l’article «éléphant» de Wikipedia, pour y prétendre que leur population a triplé depuis six mois — une façon, a-t-il dit, de clouer le bec à ces damnés écologistes ! Il en a profité pour inventer un nouveau mot, «wikialité» : c’est une réalité qui existe lorsque vous la créez et que suffisamment de gens sont d’accord avec vous !

Les administrateurs de Wikipedia ont aussitôt mis l’article «éléphant» en mode «protégé», c’est-à-dire empêchant toute modification qui n’aurait pas été approuvée par un responsable.

Mais on peut voir le problème à l’envers : ce même prof de science pourrait faire participer ses étudiants à l’amélioration d’une définition, les obligeant ainsi à puiser leurs informations à plusieurs sources, et à s’initier au travail collaboratif. C’est dans son caractère évolutif que Wikipedia, et le wiki en général, puisent leur raison d’être, et non comme source figée dans le temps qui viserait à remplacer l’Encyclopaedia Britannica.

Extrait de Science ! On blogue, par Pascal Lapointe et Josée Nadia Drouin, à paraître en octobre 2007 aux éditions MultiMondes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.