Arpi, artiste-muraliste, nous quitte

Arpi, artiste-muraliste, nous quitte

(Agence Science-Presse) Arpi a réalisé les décors de l’hôtel alt, quartier Dix-30, participé les 2 années à la réalisation des vitrines de la Maison Simons, créé quatre murales pour les bureaux de la compagnie Johnson and Johnson, participé au décor du Bal en Blanc au Palais des Congrès, à ceux du Salon Chalets et maison de campagnes au stade Olympiques, des murales pour la bière Brahma, immortalisé les boxeurs Joachim Alcide, Herman Ngoudjo, Jean Pascal et Otis Grant sur les murs des bureaux de leur gérant et promoteur…

Arpi nous quitte demain, le 31 décembre pour le Mexique. Retour prévu dans 6 mois! Un besoin de vivre autre chose, de penser à lui, de stimuler sa créativité… Je tenterai de vous donner des nouvelles au fur et à mesure qu’elles arriveront. Parce que la magie d’Internet devrait nous permettre de garder un contact régulier.

M. Arpi, si jamais tu t’ennuies de notre rituel, tu n’as qu’à relire cette phrase que nous te laissons: Arpi! On t’aime!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les yeux ouverts

Les yeux ouverts
Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Lorsque vous levez les yeux vers la caméra de surveillance de votre dépanneur, savez-vous ce qui s’affiche sur l’écran ? Une image bien grossière de vous-même !

Pas de quoi être parano. «Les systèmes font de grands progrès. Mais une barbe ou des lunettes peuvent déjouer la plupart des systèmes attachés à l’identification des individus» soutient Mahand Said Allili de l’Université Sherbrooke.

Le doctorant en informatique de la faculté des sciences a récemment décroché le Prix du meilleur article étudiant à la 4e Conférence canadienne sur la vision par ordinateur et par robot.

Connus sous le nom de CCTV – pour Closed circuit television technology— les circuits de surveillance vidéo sont partout. Ils suivent des yeux les déplacements et les faits et gestes de millions de personnes dans le métro, au sein des édifices publics et sur les rues de nombreux centres-villes d’Amérique du Nord.

Mais s’il y a de la pluie, des variations de luminosité ou encore de la brume, il devient alors bien difficile de dire si un individu se livre à un mauvais coup sur le circuit de surveillance. «Nous sommes encore loin des conditions parfaites des laboratoires», affirme même Mahand Allili.

Après une thèse sur la segmentation d’images fixes, le jeune chercheur s’est penché, dans le cadre de son doctorat, sur les images dynamiques issues de la vidéo. Il a ainsi développé un algorithme «robuste» destiné à faire la lumière sur les ombres épaisses et les luminosités complexes qui nous entourent.

Lors des multiples calculs du processeur de traitement du signal, la quantité d’information nuit à la reconstruction de l’image. «Une ombre épaisse peut être comptabilisée comme un objet lors de grande illumination», soutient l’étudiant. Une image est constituée entre 500 000 et 5 millions de pixels (points lumineux).

Pour une bonne surveillance, le programme informatique des CCTV devrait également reconnaître la trajectoire des individus, être capable de préciser la taille des objets, fournir de grands détails sur la scène tout en permettant de respecter la vie privée des individus.

Si loin, si proche
Certains programmes de recherche sur la vision artificielle font rêver — bien loin de nos basses préoccupations — tel celui de la Nasa destiné à capturer des images 3D du Soleil (http://www.nasa.gov/mission_pages/stereo/main/index.html).

Mais lorsqu’on parle de surveillance vidéo, les travaux s’attachent le plus souvent à des problèmes plus terre-à-terre, comme celui du respect de la vie privée fréquemment abordé dans les magazines et lors des conférences internationales.

En effet, comment parvenir à ne capter que les détails significatifs pour la surveillance sans nuire à l’identité des passants ? «Il est important d’introduire un peu d’intelligence dans le traitement des données, comme s’attacher aux mouvements plutôt qu’aux visages. Ces derniers peuvent facilement être masqués par le processeur», soutient Mohand Saïd Allili.

Loin des vieux systèmes passifs que l’on retrouve au plafond des dépanneurs, les circuits modernes implantés au bord des autoroutes et dans les couloirs des aéroports permettent déjà de n’enregistrer que les gestes suspects et les excès de vitesse.

Évidemment, le meilleur système de surveillance mis entre les mains de personnes non respectueuses ouvre la porte à des usages nuisibles. Certains appréhendent même la filature par internet !

«Ce qui nous intéresse c’est de concevoir des solutions intelligentes pas de faire progresser le volet législatif» maintient le jeune chercheur. Devant ces avancées technologiques, c’est à la société de ne pas fermer les yeux et d’exiger un cadre législatif respectueux des droits individuels.

Références :

* “A Robust Video Foreground Segmentation by Using Generalized Gaussian Mixture Modeling” par Mohand Saïd Allili, Nizar Bouguila et Djemel Ziou, dans Proceedings of the Fourth Canadian Conference on Computer and Robot Vision (4ème Conférence canadienne sur la vision par ordinateur et par robot) de 2007 :
http://doi.ieeecomputersociety.org/10.1109/CRV.2007.7

À lire aussi :
* “Privacy in Video Surveillance”, IEEE SIGNAL PROCESSING MAGAZINE [168], mars 2007 :
http://ieeexplore.ieee.org/xpl/freeabs_all.jsp?arnumber=4117949

Sur la vision artificielle :
http://en.wikipedia.org/wiki/Computer_vision

Conférences internationales sur le sujet :
IEEE Computer Society Conference on Computer Vision and Pattern Recogition :
http://cvpr.cv.ri.cmu.edu/
ICCV
http://iccv2007.rutgers.edu/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Deux nouvelles vedettes à Miguasha

Deux nouvelles vedettes à Miguasha
Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Le poisson fossile le plus célèbre de la planète, l’Eusthenopteron, a fait des petits. Le parc national fossilifère de Miguasha, en Gaspésie, compte aujourd’hui deux autres spécimens rares, un Bothriolepis canadensis et un Eusthenopteron foordi. Deux témoins de l’ère du Dévonien, l’âge des poissons.

«Ce sont des spécimens rares, exceptionnellement bien conservés. Tout est en place : crâne, nageoires…C’est la première fois en 27 ans que je rencontre un si bel état de fossilisation», rapporte Norman Parent. Il a fallu deux ans de travail minutieux au technicien en paléontologie pour libérer de leur ganse de sédiments les deux nouvelles vedettes de Miguasha.

Ce qui rend ces fossiles si précieux, ce n’est pas leur caractère unique — le musée en possède d’autres exemplaires, mais plutôt leur extraordinaire conservation en 3D. «Ils ne sont pas écrasés comme ceux que l’on rencontre habituellement. La forme du crâne est parfaite, tout comme l’ossature», s’exclame Paul Lemieux, directeur adjoint du parc.

La vie, la vie… il y a 380 millions d’années !
Trouvés dans un ancien chenal en 2006 par le patrouilleur Jason Willet, ces deux spécimens illustrent les rouages de l’évolution, il y a 380 millions d’années. Le plus célèbre, celui de l’Eusthenopteron foordi, connu aussi sous le nom du «Prince de Miguasha», témoigne de la transition entre poissons et tétrapodes.

Cette nouvelle trouvaille apporte même son lot de surprises surtout dans le cas du Bothriolepis canadensis. Ce poisson que les paléontologues pensaient plat depuis plus de cent ans de fouilles, possède une épaisseur de 6 ou 7 cm. Ce spécimen confirme donc pour la première fois l’hypothèse soutenue par certains chercheurs sur la morphologie différente de ce poisson à carapace.

Actuellement exposés dans le hall du musée fossilifère, les deux nouveaux spécimens rejoindront bientôt l’exposition permanente. Mais ces vedettes pourraient aussi engendrer de futurs travaux de recherche en raison de leur exceptionnelle fossilisation. «Si toute la structure interne des spécimens est intacte, ce que l’on ignore pour l’instant, cela pourrait amener de nouvelles données pour la recherche en paléontologie», relève Paul Lemieux.

Voilà de nouveaux trésors à ajouter à ceux déjà présents dans le livre paru en 2002 : Le parc de Miguasha. De l’eau à la terre, par Richard Cloutier, Édition MNH. (Voir cette recension : http://www.sciencepourtous.qc.ca/bulletin/2002/75/article2.html). Le centre d’interprétation géologique célébrera 30 ans en 2008, gageons que les deux nouveaux spécimens y trouveront une place de choix !

Encadré

Une renommée mondiale
Le parc national de Miguasha figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis novembre 1999 (http://whc.unesco.org/fr/list/686) et est considéré comme le site fossilifère le plus important au monde de l’ère du Dévonien — l’âge des poissons (- 400 à – 362 millions d’années).

Ses falaises grises renferment des spécimens de cinq des six groupes de poissons fossiles, dont de nombreux Sarcoptérygiens. Symboles du passage de la vie aquatique à la vie terrestre, il s’agit des ancêtres à nageoires des premiers vertébrés terrestres, les tétrapodes. Ces derniers seront ceux qui parviendront à se hisser hors des eaux lors de la période du Carbonifère.

Références

Site de Miguasha :
http://www.sepaq.com/pq/mig/fr/

«Les vies anciennes : chroniques de paléontologie canadienne» sur le site du ministère des Ressources naturelles du Canada :
http://gsc.nrcan.gc.ca/paleochron/22_f.php

«Du Silurien au Dévonien : les sorties des eaux» par Jean-Yves Dubuisson, chercheur du CNRS:
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap2/dubuisson.html

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.