Les coups de coeur de Lucien Francoeur
Chronique de livre
Dominic Desmarais, Volume 16, no. 3, Février-mars 2008

Lucien Francoeur débarque dans son café préféré d’Outremont. L’artiste rebelle et bohème de mon adolescence est méconnaissable. Sa longue tignasse est devenue blanche, son bagout est posé, calme. Mais Lucien Francoeur a conservé cette caractéristique d’être si captivant. Quand il discute livres, c’est tout un univers qui s’ouvre.

La vie de Lucien Francoeur n’est pas de tout repos. Professionnellement, il a tâté de tout: auteur, poète, chanteur, chroniqueur radio. Aujourd’hui, il a disparu des écrans radars alors qu’il transmet sa passion à des cégépiens. À travers les choix de lecture de ce récipiendaire du prix Émile-Nelligan, on découvre mieux l’être flamboyant.

Une BD réinventée
Lucien Francoeur est attiré par les œuvres qui réinventent les genres. Comme la série de bandes dessinées The Sandman, de l’auteur Neil Gaiman. «C’est comme une pièce de théâtre. Des dialogues avec des images», murmure le poète en fermant les yeux, levés au ciel. Lucien Francoeur semble dans un autre univers. «Je connaissais la BD The Sandman. Mais Gaiman l’a transformée. Il a radicalisé le héros, lui a enlevé ses barrières morales. The Sandman, c’est tout ce qui a trait au mystère, au rêve, au hasard, à la magie. Neil Gaiman a créé un héros qui n’est pas en colère, qui ne porte pas de cape. C’est ce que j’aime de cette BD: elle me fait entrer dans un univers où rien de ce que je connais n’a de prise. C’est l’inconnu. L’inattendu.» 

Livre de rebelle
Son deuxième coup de cœur ne surprend guère. Sur la route, de Jack Kerouac, qu’il a lu une cinquantaine de fois. «Ce que j’aime, c’est comment Kerouac a réussi à nous faire vivre le mouvement de sa vie mouvementée. C’est un roman de mouvance, où il est parvenu à fixer l’impossible, sur papier, tout ce qui est du domaine de l’éphémère quand tu voyages.

Comment se souvenir de tous ces moments passagers? Les américains ont pu lire pour la première fois ce qui se passait ailleurs: sur la route, la marginalité, les vagabonds, l’itinérance. Kerouac leur a donné droit de parole. Kerouac, c’est comme l’Iliade d’Homère. Avec son roman, il a créé la nouvelle mythologie.»   

Le chanteur enchaîne dans la même mouvance, soit la rupture avec le style de l’époque. Si Kerouac a révolutionné l’univers du livre dans les années 1950, Louis-Ferdinand Céline a eu le même effet dans les années 1930. «L’écriture française devient charnelle pour la première fois. On s’éloigne de l’écriture littéraire, intellectuelle. Céline, c’est une écriture virile, d’émotions. Ça entre par les pores de la peau. C’est une expérience physique. Tu as presque le goût de te lever et de marcher, en lisant. C’est du jamais vu. C’est ce que j’aime.»

Lucien Francoeur se dévoile. Il a choisi 3 auteurs qui n’ont pas suivi le même chemin que leurs collègues. «Tu as l’impression qu’ils se sont mis au monde eux-mêmes. Ils se sont créés eux-mêmes. Ils ont quand même des modèles. Mais on ne les voit pas. Moi, j’aime ça quand on peut sentir l’auteur, sentir son odeur. Pour moi, c’est irrésistible.»

Lucien Francoeur rouvre les yeux et quitte l’univers fabuleux de ses lectures. Dehors, il fait froid. Triste retour à la réalité. Mais on ressort le cœur et la tête au chaud.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.