Domicilié au pôle Nord

Domicilié au pôle Nord
Nicolas Martin – Agence Science-Presse

Deux scientifiques, prêts à discuter, apparaissent devant la caméra web. Leur tâche, aujourd’hui, est inhabituelle: présenter, à des jeunes de 12 à 17 ans, leur mode de vie à l’intérieur de la station de recherche polaire Spitzbergen, en Norvège. Cette activité, à laquelle participaient ces jeunes curieux, s’est tenue à Berlin, les 2 et 3 novembre derniers, lors du Forum des sciences franco-germano-québécois.

Eric Lamagnon et Nicolas Le Viavant, chercheurs français à la station polaire, expliquent que la journée type d’un scientifique basé au 79e parallèle n’est pas radicalement différente de celle d’un scientifique du «Sud». Le changement est perceptible lorsqu’ils sortent de la station: grande étendue blanche, noirceur constante en hiver, températures extrêmes; pas de métro ni de panneaux publicitaires. En outre, plusieurs scientifiques n’y séjournent que pour une courte période et repartent aussitôt, souvent sans même avoir pu constater les particularités la région, ajoutent-ils.

Bien que franco-allemande, la station possède le statut de centre de recherche international en territoire norvégien. La langue officielle est l’anglais, et une trentaine de scientifiques provenant d’une douzaine de pays vivent dans ce petit village éloigné. Une piste d’atterrissage permet de garder un lien rapide avec le reste du monde, la communauté norvégienne la plus proche, Longyearbyen (1800 habitants), étant située à 100 km.

Interrogés par un jeune élève sur les effets des changements climatiques observables à partir de la station, Lamagnon et Le Viavant confient que ces effets sont «manifestes» et même «visibles à l’œil nu». En effet, nul besoin de se munir d’instruments pour remarquer que la neige fond plus vite au printemps et que la glace tarde à se former à l’automne. La fonte des glaces augmente chaque année, ce qui a pour effet d’éroder la côte constituée entièrement de glace. Depuis 1993, la côte a reculé d’environ 200 m par an. Par ailleurs, l’eau du fjord se réchauffe constamment depuis 40 ans. Ils ont également constaté que l’ours polaire se faisait de plus en plus rare dans la région depuis quelques années en raison de la diminution de la banquise.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 33 followers

%d bloggers like this: