Les blogues: l’avenir du journalisme?

Les blogues: l’avenir du journalisme?
Pascal Lapointe – Agence Science-Presse

RALEIGH, Caroline du Nord – Les blogues sauveront-ils le journalisme scientifique? Chose certaine, aux États-Unis, on est en train d’assister à un basculement des pouvoirs: tandis que les blogueurs expérimentent à fond de train et vont chercher un public déjà motivé, les médias, eux, en sont encore à se questionner.

«Le New York Times a fait beaucoup de chemin depuis trois ans», décrit Tom Levenson, enseignant au MIT, en donnant en exemple le blogue du journaliste Andrew Revkin, qu’il voit comme un modèle d’appropriation de la blogosphère. «Mais leur ADN est encore un vieil ADN.»

Tom Levenson était l’un des 225 inscrits au deuxième congrès annuel sur le «science blogging» —les blogues en science— un congrès auquel assistait l’Agence Science-Presse pour Science! On blogue. Et un congrès dont l’existence témoigne que quelque chose est en train de se passer, qui bouscule les vieilles habitudes.

Il y a d’abord de moins en moins de journalistes scientifiques, a rappelé Becky Oskin, journaliste pigiste en Caroline du Nord, et ce déclin, qui a commencé bien avant Internet, oblige à considérer avec optimisme le débarquement d’une foule de blogueurs intéressés par les sciences: s’il y a moins d’informations d’un côté, il y en a plus de l’autre.

Ce débarquement suscite certes, en contrepartie, des inquiétudes: la facilité avec laquelle on émet son opinion dans la blogosphère conduit-elle à une confusion entre opinions et faits? Qu’en est-il de la crédibilité des blogueurs? Et de l’absence de contrôle éditorial?

Ces inquiétudes ne sont pas nouvelles. On les retrouve par exemple, en plus détaillées, dans le livre Science! On blogue publié cet automne par l’Agence Science-Presse. Ce qui est plus récent, c’est d’entendre des artisans des médias vanter les avantages du blogue —davantage de transparence dans la collecte et la diffusion de l’information— et les opportunités que cela ouvre à tout le monde.

Par exemple, a-t-on pu entendre lors de l’atelier «Science journalism», un individu qui veut en savoir plus sur la sonde américaine Messenger, arrivée la semaine dernière en orbite de Mercure, peut aller sur le site de la NASA, puis chez ses blogueurs préférés. Résultat: un grand nombre de lecteurs et de téléspectateurs arrivent devant leur «média traditionnel» beaucoup mieux préparés qu’avant. Journaux et magazines ont intérêt à s’ajuster…

Ceci dit, il ne faut pas attendre de miracles. L’importance qu’accordent les médias à la science est toute relative. En après-midi, Jennifer Jacquet, biologiste et blogueuse à l’Université de Colombie-Britannique, a jeté une douche d’eau froide —et lancé dans la salle une séance de défoulement contre les médias— en racontant comment une conférence de presse d’Al Gore sur la plus importante fonte de la calotte glaciaire depuis des décennies, avait été évincée de l’actualité le 1er octobre par Britney Spears.

Selon elle, sur 20 ans, le pourcentage du public portant une «très grande attention» à l’information scientifique aurait reculé de moitié.

Face à tout cela, il serait simpliste de résumer le futur par «les blogues sauveront-ils le journalisme scientifique», a relancé la Californienne Jennifer Ouellette —elle-même journaliste scientifique— en faisant la synthèse de cette journée.

«Le journalisme scientifique n’a pas besoin d’être sauvé. Mais il a certainement besoin d’être amélioré.»

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Une Réponse

  1. Je ne sais pas si les blogs sauveront le journalisme scientifique mais depuis que le fluor dans l’eau de Québec a été un sujet d’actualité c’est sur des blogs visités ici et là que j’ai lu les choses les plus intéressantes sur la fluoration de l’eau en particulier sur les arguments bidons des pro-fluo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :