Sexisme chez les fantômes

(Agence Science-Presse) – On dit qu’on meurt comme on a vécu… et ça continue au-delà. Du moins, selon les écrivains qui ont mis en scène des fantômes. Gina Barreca, du département d’anglais à l’Université du Connecticut, a eu la curieuse idée de recenser ce type d’histoires: il en ressort que les femmes-fantômes et les hommes-fantômes se comportent différemment. Tous deux retournent dans des lieux connus, mais les hommes le font parce qu’ils ont une vengeance à accomplir, alors que les femmes y ont des comportements plus anodins: terminer une tâche, ou embêter les habitants de la maison, en cachant leurs clefs ou en faisant tomber des livres. La femme fantôme qui hante une maison est souvent «une version moins passionnée» de la femme qui habite réellement la maison, résume Barreca.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel