Séisme, catastrophe naturelle et archéologie

Séisme, catastrophe naturelle et archéologie

(Agence Science-Presse) – C’est bien connu, les catastrophes font vendre de la copie. Mais le géophysicien californien Amos Nur vous assurerait que ce n’est pas la raison pour laquelle il a écrit un livre sur les tremblements de terre. Au fil des années, ce spécialiste des séismes et amateur d’archéologie, en est venu à trouver un lien entre ses deux passions: quelles traces de ces catastrophes naturelles peut-on retrouver dans les sites archéologiques et pourquoi ces catastrophes n’auraient-elles pas eu un impact plus fréquent qu’on ne le soupçonne sur l’évolution (ou la régression!) de nos civilisations. (Amos Nur et Dawn Burgess, Apocalypse : Earthquakes, Archaeology and the Wrath of God, Princeton University Press, 2008).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Un enfant dans la nuit

Un enfant dans la nuit

Benny

Un enfant derrière une grosse Harley.
Le père cache deux 45 dans la couche de l’enfant.
Une façon d’aller vendre des armes sans se faire prendre.

L’enfant devenu grand, à peine 5 ans.
Père pédophile. Mère toujours gelée.
La nuit, Jack Daniel’s à la main, le père rejoint sa souris dans son lit.

À 9 ans, l’enfant sera placé, enfermé comme un prisonnier.
Les années passent et l’enfant retournera chez papa.
La nuit, il le rejoint encore dans son lit.

À 16 ans, l’enfant fuit, retourne à la rue.

J’aurais pu perpétuer le cercle vicieux.
Mais j’ai préféré aller en thérapie.
Soigner mes blessures et éviter que ça continue.