Le salon du livre de Montréal et les stagiaires du Cégep de Jonquière

Le salon du livre de Montréal et les stagiaires du Cégep de Jonquière

Valérie C. stagiaires du Cégep de Jonquière

Cette fin de semaine, j’étais au Salon du livre de Montréal. Wow! On peut dire que c’est plus grand que celui du Saguenay! Et il y a plus de monde qui y vient, aussi!

J’ai passé un merveilleux séjour dans la métropole. J’ai rencontré tout plein de belles personnes et j’ai bien apprécié d’aborder les passants, au Salon, pour leur parler de causes auxquelles je crois. D’ailleurs, ça m’a permis d’apprendre énormément sur ces causes.

«Reflet de Société est un magazine qui aborde des sujets humains qui sont parfois un peu tabous dans la société, mais qui touchent profondément certaines personnes… Ça montre des réalités pas toujours très connues… Il y est question de problèmes de société… Et la vente de ce magazine-là sert à financer le Café Graffiti, un lieu où de jeunes artistes se rassemblent, des artistes qui font des graffitis sur contrats, et c’est ainsi qu’ils gagnent leur vie…» Etc. J’ai répété ça si souvent!

Et, bien sûr: «Le magazine Reflet de Société paraît tous les deux mois, c’est un bimestriel (n’est-ce pas, Robin?), mais il y a eu un numéro spécial sur le Costa Rica fait par des étudiants en journalisme qui sont allés dans ce pays cet été et ont tout écrit les articles, pris les photos, fait le montage… C’est leur oeuvre, et Reflet de Société leur a permis qu’elle prenne la forme de cette revue.

Nous vendons ce hors-série 5$ pour financer le prochain groupe qui reprend le projet et dont je fais partie. L’été prochain, nous sommes quelques étudiants à partir pour le Vietnam, pour y faire du journalisme! Et dans cette revue sur le Costa Rica, vous trouverez une section ‘tourisme’, mais aussi d’autres informations que ce que l’on peut voir si l’on va uniquement dans les lieux touristiques: éducation, bidonvilles, santé, indigènes…» S’il y a des intéressés, faites-moi signe: il nous reste encore des revues à vendre!

J’aime Montréal parce que j’aime me retrouver au travers d’une quantité de gens. J’ai grandi dans un village de 2700 habitants, Saint-Prime. Ça reste le plus beau coin du monde, bien sûr, mais je trouve les grandes villes fascinantes. Il y a un tas de personnes, et des personnes souvent bien différentes les unes des autres. Il suffit d’observer un peu pour apercevoir les nuances qui habitent le monde.

Essayez, vous verrez: abordez plusieurs personnes de la même manière et voyez leur réaction. Et pourtant, ce sont tous des êtres humains, tous semblables à bien des niveaux tout en étant totalement uniques. Vraiment fascinant. Bien franchement, pour moi, c’est le retour qui est difficile; j’ai beaucoup à faire en peu de temps pour rattraper le temps passé à Montréal.

Quand notre choix de destination s’est fixé sur le Vietnam, ça m’a fait tout drôle, au départ. C’est qu’en embarquant dans le projet, ce n’était pas le genre de pays que je m’attendais à visiter. Et puis, je trouvais que ça nous prenait tellement de temps à choisir… Pour moi, tout pays aurait été une bonne idée et la destination ne m’importait que peu. Mais maintenant, c’est très clair: nous partirons pour le Vietnam! Je me suis très bien faite à l’idée et je m’en réjouis! Et je crois que c’est bien comme ça qu’il faut l’écrire: «Vietnam». Je ne sais pas s’il y a plusieurs orthographes parce que je l’ai lu comme ça aussi: «Viêt-Nam». Mais si je me fis à mon Multidictionnaire de la langue française, c’est bien «Vietnam». Enfin, bref… Je vous reviendrai là-dessus.

Pour le reste, c’est au financement que mes camarades et moi nous consacrons, pour l’instant. Là-dessus, j’ai quelques divergences d’opinion avec eux, je ne vois pas les choses de la même manière, mais au moins, nous visons tous la réussite du projet, c’est déjà ça. Et nous l’atteindrons, j’y compte bien!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,

Pour remplacer le télescope spatial Hubble, présentation de JWST au Vieux-Port de Montréal

Pour remplacer le télescope spatial Hubble, présentation de JWST au Vieux-Port de Montréal

Matthieu Burgard Agence Science-Presse – Serait-ce un OVNI que l’on peut voir en ce moment sur les quais du Vieux-Port de Montréal? Rassurez-vous, les martiens n’ont pas encore débarqué. Il s’agit en fait d’une maquette grandeur nature du plus puissant télescope spatial jamais construit, le James Webb Space Telescope (JWST).

Ce drôle d’engin prendra du service dès 2013 pour sonder les profondeurs de l’Univers et en extirper de fascinantes informations sur nos origines. Ce super télescope, qui porte le nom d’un ancien directeur de la NASA, sera 10 à 1000 fois plus puissant que ses prédécesseurs. « Hubble a réécrit les livres d’Astronomie. C’est sûr que JWS fera la même chose et même davantage » annonce avec enthousiasme René Doyon, astronome et co-investigateur du projet pour l’Université de Montréal.

Sur le gazon du Vieux-Port de Montréal, il ressemble à une énorme pointe de pizza de 5,5 tonnes surplombée d’une parabole. Pourtant, le JWST est le nouveau télescope spatial qui va révolutionner nos connaissances sur l’espace. Fruit d’une collaboration internationale entre la NASA, l’agence spatiale européenne et l’agence spatiale canadienne, il succédera dignement à Hubble. Cet observatoire de pointe aura pour mission de détecter aux confins de l’Univers les premières galaxies et les étoiles qui se sont formées après le Big-bang et d’étudier leur évolution. Il fournira également de précieuses informations sur la formation des planètes extrasolaires et la composition de leur atmosphère. Il y détectera peut-être des particules nécessaires à la vie…

JWST examinera l’espace dans les infrarouges, car c’est ce type de rayonnement qui est émis par les plus vieux objets célestes. Comme ces émissions sont très faibles, il est équipé d’un miroir de 6,5 m de diamètre, soit sept fois plus gros que celui de Hubble. Pour optimiser la réception des infrarouges, cinq pare-soleil triangulaires de la superficie d’un terrain de tennis maintiennent le miroir à une température avoisinant les -243 °C JWST sera mis en orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre, à l’abri des lumières parasites et des effets des champs magnétiques du système solaire.

Le Canada apporte une contribution importante au projet en fournissant un détecteur de guidage de précision (FSG) et une caméra à filtre accordable (TFI). Le FSG permet d’orienter le télescope pour pointer les objets célestes. D’après Isabelle Tremblay, ingénieure à l’Agence spatiale canadienne, « sa précision inégalée est telle qu’on pourrait viser une pièce de 10 sous à 10 km de distance ». Reliée au FSG, la caméra à filtre accordable sert à étudier les planètes extrasolaires. En échange de sa participation, le Canada jouira d’au moins 5 % du temps d’observation total.

La durée de vie de JWST devrait être de cinq à dix ans. Une fois dans l’espace, il sera impossible de réparer le télescope. « Nous n’avons pas droit à l’erreur, commente Isabelle Tremblay, pour parer à une panne éventuelle, chaque instrument est présent en plusieurs exemplaires. Nous faisons tout pour vérifier la redondance du système afin que nos prédictions soient les plus fiables possible. »

La maquette du JWST sera encore visible jusqu’au 20 juillet 2008 sur les quais du Vieux-Port de Montréal. Son passage est au programme de la 37e assemblée scientifique du Comité de la recherche spatiale qui se tient cette semaine au Palais des congrès de Montréal.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.