Hip Hop: mode ou gang de rue?

Hip Hop: mode ou gang de rue?

Murielle Chatelier             Dossier Hip Hop et Gang de rue

Ils sont «yo». Ils rejettent les normes. Ils ont adopté la culture hip-hop. Ce sont parfois des Québécois d’origine étrangère, haïtienne, latino-américaine, chinoise, parfois des Québécois dits de souche. Ils font des «fuck you» à la police. Ils ont l’air de petits truands. Ces jeunes sont-ils des membres de gangs de rue?

Les adeptes de la culture hip-hop ne passent pas inaperçus. Pantalons au ras des fesses, chandails amples aussi longs que des robes, bijoux style «bling-bling», démarche trop cool pour être naturelle, avec en prime une attitude de hors-la-loi. Ils passent encore moins inaperçus quand ils sont impliqués dans des actes de nature criminelle et qu’ils font les manchettes. Mais ils trouvent que les médias les associent trop vite aux gangs de rue, comme lors de la mémorable émeute de Montréal-Nord, en août dernier. «Dès qu’on parle des jeunes qui adoptent le style hip-hop, tout est classé gang de rue», s’exapère Dub-D, un producteur de musique hip-hop qui vit dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Avec sa peau blanche et son style «yo» plutôt décent, il ne se sent pas moins opprimé que les jeunes issus de communautés culturelles. «On est peut-être des jeunes de rue, mais pas nécessairement des membres de gangs de rue!» Tatoué de toutes parts, il revendique constamment haut et fort son statut de contribuable, mérité à la sueur de son front.

Gang de rue: stéréotypes tenaces

Charles Ali Nestor, le fondateur de l’école d’arts martiaux Ness Martial – et aussi le personnage principal du premier documentaire de Dan Bigras, Le Ring intérieur – ne comprend pas non plus pourquoi on parle tant des membres de gangs de rue dans les médias. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n’en a répertorié qu’entre 300 et 500 sur toute l’île de Montréal. « Les événements de Montréal-Nord et les débats sur les gangs de rue qui s’en sont suivis sont un bon exemple du mauvais lien que font les gens avec les gangs de rue.»

Ayant lui-même fait partie de gangs de rue dans son adolescence, le boxeur de 34 ans – et son âge rappelle du même coup que le phénomène des gangs n’a rien de nouveau – en a ras le bol de ces équations. « Aujourd’hui, on ne peut plus associer la culture hip-hop aux gangs de rue. Quand il y a eu l’émeute, on a parlé de gangs et de Noirs, et ça n’avait rien à voir! Les jeunes qui ont fait de la casse étaient des frimeurs. Et le vandale qui transportait une grosse télé volée sur sa tête et qu’on a tous vu dans les médias n’était pas un Noir!»

Pour se faire accepter par la société, Nestor s’est résolu à changer de style, à remonter ses pantalons et à couper ses cheveux. «Dans mon jeune temps, à la fin des années 80, je n’avais pas le choix de changer pour faire ma place. À cette époque, le hip-hop était un mouvement de rébellion des Noirs. Aujourd’hui, c’est une vaste culture urbaine qu’on retrouve dans le monde entier,. Il y a des groupes de Blancs qui adhèrent à la culture hip hop et qui ne se tiennent pas avec des Noirs.»

Profilage gang de rue et hip-hop

Se faire arrêter constamment par la police, les jeunes au style hip-hop en ont marre. « Les policiers outrepassent leurs droits d’agents de la paix, estime Dub-D. On dirait qu’ils se croient tout permis.»

Malgré son statut de personnalité publique, Charles Ali Nestor a déjà fait l’objet de profilage racial. «J’allais à un gala de boxe avec des jeunes, et je m’étais habillé comme eux pour la circonstance. Je conduis une Jeep de l’année, et on m’a arrêté sans raison. Un Noir avec des vêtements hip-hop au volant d’une belle voiture, c’est souvent suspect. Quand les policiers ont vu mon nom sur mes pièces d’identité, ils ont dit : «Ah, vous êtes le boxeur». Et ils m’ont laissé aller, sans autre forme de procès.»

Dub-D affirme avoir lui aussi été victime de ce genre de discrimination. «Le problème du profilage  touche tous les jeunes, dans tous les quartiers. J’ai déjà été à un party dans un appartement situé sur la rue Mont-Royal, et les policiers sont arrivés sans aucune raison pour nous disperser. C’était pourtant une soirée «relax» bien ordinaire.»

Charles Ali Nestor estime que les médias ont une part importante de responsabilité dans cette vision négative du hip-hop. «Souvent, les médias ne rapportent pas la bonne information. Ils sont les premiers à faire du profilage en associant continuellement les Noirs habillés selon le style hip-hop aux gangs de rue. Ce serait bien qu’ils commencent à parler plus des différents organismes qui sont là pour écouter ces jeunes qui vivent dans la marginalité.»

Gangstérisme et Hip Hop

L’un des traits caractéristiques des «jeunes de la rue» est leur besoin de se masser en gang. Rencontré dans une pizzéria de Montréal-Nord, Général, un jeune rappeur d’origine africaine, ne voit rien de mal à se regrouper entre amis et à boire sur le coin d’une rue en fumant un joint. «Dans notre langage, on appelle ça un «chilling». C’est comme un 5 à 7, sauf que c’est dans la rue et que ça dure peut-être plus que 2 heures.»

No Luv, un infographe rencontré au cours d’un de ces «chilling» dans le nord de la ville, croit que le style vestimentaire ne peut pas déterminer une personnalité. «Tu me vois là comme ça avec mon allure de «gangster», mais demain matin, je vais travailler de 9 à 5 comme tout le monde.» Propriétaire d’un condo, il dit avoir dû verser plusieurs mois d’acompte avant d’en prendre possession. «À cause de mon apparence.»

Tous des enfants de chœur et des travailleurs honnêtes alors? «Euh, non, peut-être pas, bafouille Général, mais ce n’est pas une raison pour nous associer inévitablement à un gang.» Combines, trafic d’armes et de drogue sont des termes pourtant courants dans leur langage. Et les activités illicites semblent faire partie de leur quotidien. «Pourquoi veux-tu que je travaille pendant une semaine pour 500 $ si je peux faire le même montant en un jour», me questionne un «chilleur».

Bien que ces jeunes refusent obstinément d’être identifiés à des gangs de rue, ils correspondent aux profils dressés par le Service de police de la Ville de Montréal qui indique que «lorsque la violence et la criminalité prennent le dessus sur la vie de groupe, on s’approche, selon divers degrés, vers le profil d’un gang de rue».

Parole de jeunes sur le Hip Hop et les gangs de rue

Les jeunes adeptes du hip-hop se sentent victimes de profilage par les policiers en raison de leur habillement, identique à celui des membres de gangs de rue qui font eux aussi partie de la même culture.

Qu’en est-il des crimes commis par des gens vêtus de veston-cravate? Issus d’une culture qui implique le port du costume, les Vincent Lacroix de ce monde forcent-ils les policiers à arrêter tous les biens vêtus de la province? Y a-t-il profilage de la part des policiers dès qu’une personne bien habillée, conduisant une dispendieuse voiture, passe sur leur chemin? Les policiers, de même que la société, sont-ils en mesure de différencier les Vincent Lacroix des hommes d’affaires honnêtes? Les policiers débarquent-ils chez les fraudeurs à cravate, dont les dommages se comptent par centaines de millions, pour associer à leurs combines toutes les personnes qui gravitent autour d’eux?

Introduction Histoire des gangs de rue

Autres textes sur Gang de rue

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

27 Réponses

  1. exelente j’ai trouvé ce site très interezante écrit remercier tout q
    hiphop bling

  2. Merci pour le commentaire et votre appréciation.

  3. Excellent,

    Depuis 3 mois, Marvin travaille avec nous avant de trouver dans son domaine (nouvellement diplômé).
    Ça clique avec lui, pour tous.

    Au fil du temps, il nous a raconté dans ses mots comment se vit le profilage à Montréal. Il m’est arrivé d’être indigné en l’écoutant comme la fois où il me raconta avoir été plaqué par des policiers, face première sur le boul.Queen Mary…parce qu’il courrait sur le trottoir…

    Bon article. je lui envois sur-le-champs.

  4. Merci pour votre commentaire.

    Suite à la lecture de l’article si Marvin a des commentaires à rajouter sur comment lui a vécu le profilage, ça sera intéressant de le lire.

  5. Depuis environ 2004, j’avais remarqué la plutôt rapide émergence de cette culture vestimentaire « hip-hop » chez les adulescents et « bitch pop » chez les adulescentes de Montréal… Avec un regard plus amusé qu’autre chose car leurs porteurs le font surtout voire uniquement par instinct grégaire… Bref, des fashion victims en masse plus qu’autre chose.

    En outre, les émeutiers et même la police anti-émeute montrélaises feraient doucement rigoler leurs homologues américains ou européens habitués à des degrés de tension sociale/raciale violence physique nettement plus élevés. Des émeutes qui, de surcroît, n’avaient que très peu de contours sociaux ou ethniques. Dès lors, je trouve dommage que la police montréalaise tombe aussi dans ce cliché socio-ethnique. Où est donc passé le sens de l’observation des flics montréalais ?

    Merci pour cet article.
    Amicalement

  6. Merci M. Bwele.

    Un stage pour les policiers de Montréal aux États-Unis ou en Europe permettrait-il de sensibiliser et d’aider les policiers dans leur travail ?

  7. Les gang members sont vraiment idiots. S’ils s’habillaient en costar-cravate, ils pourraient faire leurs conneries sans etre inquietes par la police.

  8. Sur ce point, les membres des gangs de rue ont les même problème que les groupes criminalisés. Ils ont beaucoup de difficultés à demeurer low profile. Un gros train de vie quand on ne fait que de l’argent illégal est questionnable et très visible.

  9. J’ai apprécié votre article merci.

    Mais entre nous je pense que le rap est mort ou presque, seuls des artistes comme MF Doom ont survécu à la dégénérescence gangsta-like même à la mode française.

    Tout cela me fait penser aux TAZ dont il était question dans le docu « Tracks – Pirates ».

  10. Au Québec, le rap qui n’est pas associé au Gangter rap est de plus en fort. Nous avons même un rapper Hip Hop homosexuel qui vient de faire son coming out dans notre magazine Reflet de Société.
    https://journaldelarue.wordpress.com/2009/02/27/hip-hop-et-homosexualite-coming-out-du-rappeur-lunatique/

  11. « Souvent, les médias ne rapportent pas la bonne information. Ils sont les premiers à faire du profilage en associant continuellement les Noirs habillés selon le style hip-hop aux gangs de rue. Ce serait bien qu’ils commencent à parler plus des différents organismes qui sont là pour écouter ces jeunes qui vivent dans la marginalité. »

    Non, déjà faut pas compter sur les médias. Si les médias faisaient un boulot objectif, ça se saurait. Ils vendent du rêve, et le rêve, à notre époque (soupir) semble être d’avoir plein de thunes, de conduire une BMW avec 2 blondes pulpeuses à l’arrière. Peu importent les moyens pour y arriver…

    Quand on voit cet « idéal » que je trouve personnellement totalement nauséabond, et quand on montre des portraits télévisés de gars complètements abrutis qui ont « réussi » (selon les critères de notre époque, qui sont extrèmement bas), faut pas s’étonner que les jeunes idéalisent ces portraits…

    Désolé, j’ai généralement pas mal de recul mais malgré tout, j’associe totalement la culture hip-hop à la violence et à de « gros bras » possédant un QI proche de celui d’un nem… (et que j’te fume si tu t’approches de ma meuf, et que tu touches pas à ma bagnole sinon j’te fume aussi, etc.)

    De manière générale, je supporte de moins en moins les « modèles » qu’on expose à la télé car ça montre qu’on peut être totalement con et malgré tout être admiré ! Excusez-moi, mais c’est quand même de gros demeurés, merde !

    Avant, pour être reconnu, il fallait avoir accompli quelque chose ! J’ai 33 ans, je suis pas spécialement du genre nostalgique, mais là on atteint des sommets dans les profondeurs de la moisissure de l’esprit !

    Desproges, Coluche, Brassens, où êtes-vous en ce moment ?

    Désolé pour mon commentaire, comme vous l’aurez compris: je n’aime PAS le hip-hop !

  12. Je n’ai pas de problème avec votre commentaire. Parce que je cotoye la culture Hip Hop depuis son arrivée au Québec au début des années 1990, j’ai une perception très différente du Hip Hop que celle qui est présentée dans les médias.

    Malheureusement, trop de groupes gangster rap ont été vu dans les médias et ont de gros spectacles. Il y a tout de même toute une génération Hip Hop qui n’a rien à voir avec le gangster rap et qui tente de percer. Je pense que le vent est entrain de changer de ce côté.

  13. Hip Hop Hipi la musique ,elle même me fait bien rire !
    Mais je ne peux pas croire que les jeunes Yoyo-boy(Yo-man ect..) Ne savent pas que de porté les culottes avec le califourchon descendu entre les 2 genoux , est la manière en milieu carcérale d’indiqué que l’individu est prèt a ce faire sodomizé !
    Seulement les  »Bitch » de prison ce promène ainsi !
    Est-ce que quelqu’un va ce charger de passé le mots via les moyens médiatique ?
    Merci
    j’ai hâte de pu avoir a leur criés,  »Eille Yo ! Lève té culotte !
    Si té pas un paresseux ?

  14. Bonjour Jean Veux Pu.

    Vous nous amenez une information intéressante. Je vais vérifier ces faits auprès de notre chroniqueur Jean-Pierre Bellemare qui est prisonnier. Je vous reviens avec les commentaires des prisonniers.

  15. D`une facon artistique de dénoncer des conditions de vie inacceptables, cette musique s`est dégradée pour n`etre aujourd`hui qu`une promotion de la violence gratuite…et d`un mode de vie criminalisé…

    Il reste cependant une poignée de bons artistes qui ne sont pas tombés dans le moule commercial « bling-bling«  et qui continuent a produire de bons sons tout en ayant des textes réfléchis… (kery James par exemple…)

    Pour ce qui est de la « scene quebecoise« , je penses qu`il n`y en a tout simplement jamais eut, et ce par manque de crédibilité, voyant en nos artistes qu`une médiocre réplique d`un style américain ou meme francais. Le preuve en est qu`aucun artiste de ce style musicale n`a su percer ailleur que dans notre petit marché…

    Bref, le hiphop/rap est celon moi en pleine chute libre puisque trop limité a un moule unique qui est déja bien dépassé…

    Vivement les années 90, l`apogée de ce genre musicale!

  16. Qu`est ce que cette musique apporte a la société de nos jours?

  17. Bonjour DLoyo.

    Vous dites qu’il n’y aurait jamais eu de rap de la scène québécoise qui aurait percé ou qui aurait réussi a prendre sa place.

    Percer dans l’industrie de la musique n’est pas chose facile. Le faire a partir d’une culture émergente, d’une culture qui se fait souvent marginalisé est aussi très difficile.

    Je pense que nous avons une bonne scène montréalaise en ce qui concerne le rap. Plusieurs artistes ont déja fait des tournées en France et ont sorti leur CD. Le manque d’organisation pour la commercialisation de la culture Hiphop n’aide pas.

    N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps, les artisans de la culture hiphop se plaignaient encore ne pas pouvoir trouver de salle qui les acceptaient et que les radios ne faisaient pas tourner leur musique.

  18. «  Plusieurs artistes ont déja fait des tournées en France et ont sorti leur CD « 

    – Faire une tournée, c`est une chose, avoir du succes en est une autre.

    – Combien de CD ont-ils vendu?

    – Le seul exemple qui me vient en tete d`un artiste hiphop qui a presque marché en Europe c`est Vai, sans oublier que lui meme a une base plus européene (Arabe…) que nord-américaine, et qu`il a été pris en charge par des artiste francais ayant déja une certaine notoriété dans le milieu.

    « Le manque d’organisation pour la commercialisation de la culture Hiphop n’aide pas« 

    – L`organisation apparait tres vite quand il y a de l`argent a faire et donc un marché, ce que nous avons pas ici.

    « N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps, les artisans de la culture hiphop se plaignaient encore ne pas pouvoir trouver de salle qui les acceptaient et que les radios ne faisaient pas tourner leur musique.« 

    – Encore une fois on voit bien que quand il y a des sous a faire, les portes s`ouvrent! Parlez-en a la radio francaise « Skyrock«  , vous verrez de quoi je parle. Des fois, on aimerait que les portes restent closes :)

  19. Je n’ai pas accès nécessairement aux chiffres exacts. Mais pour le marché québécois seulement, certains artistes ont eu des ventes avoisinants les 25 000 copies.

  20. « Sans Pression, qui voit le jour en 1997. Son premier album, 514-50 dans mon réseau, MARQUE l’année 1999 ainsi que l’HISTOIRE du hip-hop québécois, avec plus de 30 000 copies vendues« 

    Ca veut tout dire…

  21. IAM: « La sortie en 1993 de Ombre est lumière leur permet d’accroître encore un peu plus leur popularité, grâce notamment à la chanson « Je danse le Mia » qui reprend des expressions marseillaises, et qui devient un énorme tube, avec plus de 500 000 exemplaires vendus, et la première place du Top 50 pour huit semaines en 1994, et demeurant classée presque neuf mois d’affilée« 

    Source: wiki…

  22. «  L’École du micro d’argent est un album du groupe de rap IAM, sorti en 1997 (…) Cet album est certifié Diamant en France avec plus d’un million d’exemplaires vendus. Il a remporté le prix de meilleur album de l’année lors de l’édition 1998 des Victoires de la musique.« 

    wiki…

  23. Dubmatique: « En 1997, ils sortent leur premier album intitulé «La Force de comprendre», qui se vend à plus de 125 000 exemplaires. En quelques mois, ils deviennent un des plus grands groupes de rap québécois« 

    wiki encore…

  24. NTM: « Leur dernier album Suprême NTM, qui contient le hit Ma Benz a connu un certain succès commercial sur 2 500 000 disques vendus jusqu’à aujourd’hui.« 

    Voila quelques chiffres

    …merci wiki…

  25. En ce qui concerne Dubmatique, il ne fait pas concensus par les puritstes de la culture Hiphop.

    Ce n’est pas parce que des rappeurs français ont été bon, ont vendu beaucoup que la scène de Montréal est obligatoirement mauvaise. Des groupes comme IAm exiiste depuis 1989. La scène de Montréal est plus jeune.

    Ce qui va permettre à la scène rap de montréal de pouvoir prendre sa place c’est qu’il y a des artistes qui gagnent leur vie à plein temps avec leur musique. Cela va permettre de jeter les bases de la scène Hiphop à Montréal et de pouvoir construire à partir d’elle.

  26. Je veux bien croire que Dubmatique ne fait pas concensus chez les puritstes de la culture Hiphop, mais il reste qu`ils ont produit sous la baniere rap, et qu`ils ont vendu plus de disques que pas mal tous les rappeurs du Québec…

    La « scène montréalaise«  est certes plus jeune mais elle n`a jamais pris son envol, contrairement a la scene francaise.

    Combiens de rappeurs au Québec vivent (et non survivent) de leur musqiue, sincerement? Je crois que la majorité de ces artistes n`ont pas le choix d`avoir un autre boulot a coté.

    Le jour ou un rappeur quebecois remplira le centre bell, je changerais peut etre d`avis, mais je ne vois pas ou vous cherchez votre optimisme quant a la possibilité d`un futur reluisant pour cette scene au Québec, ni ailleur…

    « Le hiphop c`est devenu de la pop«  :)

  27. D’une part, je vois que les artistes de la culture Hiphop de Montréal s’améliorent en qualité et en quantité. D’autre part, le fan club qui les supportent les reconnaît de plus en plus et les soutien de plus en plus.

    Je ne regarde pas que les chiffres de vente, je regarde si les racines continuent de prendre leur place. Et en ce sens, la scène Hiphop de Montréal n’est pas morte, mais continue d’évoluer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :