Hip-Hop et homosexualité: coming out du rappeur Lunatique

Hip-Hop et homosexualité: coming out du rappeur Lunatique

Robin Drevet    Dossiers Hip Hop et Homosexualité

 

On pourrait penser qu’à l’âge de 30 ans notre vie commence à être stable et arrive à une certaine maturité, pourtant le jeune rappeur Éric Pelletier dont le nom de scène est «Lunatique», recommence la sienne. Il y a trois ans, Éric a fait son coming out auprès de ses amis, sa famille et du milieu artistique dans lequel il évolue, le Hip-Hop.

Cet artiste québécois est sur la route depuis plus de 10 ans. Il a commencé sa carrière dans l’organisation d’événements, avant de se lancer lui-même dans la vie de rappeur. Il compte actuellement à son actif deux albums et deux vidéoclips. À côté de sa vie d’artiste, il anime une émission de radio sur CHOQ.FM. Ces textes reflètent souvent un rejet du système et de la société dans laquelle il vit tout en affirmant «même si le monde te juge, faut pas que ça t’empêche d’avancer.»

Homosexualité: embûches du coming out

lunatiqueConscient de son homosexualité depuis son enfance, son parcours pour s’assumer et s’affirmer a été laborieux et parsemé d’embûches. Élevé dans une famille qui possède un point de vue répandu, «ils tolèrent mais faut pas trop que j’en parle», Éric s’est longtemps senti dégoûté par sa propre orientation sexuelle jusqu’à même ressentir de la culpabilité lors de ses premières relations avec des hommes.

Artiste homosexuel

Il y a trois ans, il a osé s’affirmer et, depuis, sa manière d’appréhender la vie, de voir les gens, a beaucoup changé. Il se sent même investi d’une mission. «Les gens ne le réalisent pas. Les hétérosexuels n’ont pas besoin de dire qui ils sont, ils le sont», confie le rappeur.

Conseils pour le coming out

Éric estime de son devoir de personne publique de sensibiliser les personnes autour de lui. C’est sa mission. Il veut donner des conseils aux jeunes pour faire leur coming out. «Montrer aux gens que je m’accepte, cela peut les aider», explique-t-il.

GRIS-Montréal et éducation sexuelle

Pour arriver à ses fins, il a pris contact avec l’association GRIS-Montréal, qui travaille dans les écoles, pour parler de ces sujets trop peu souvent abordés dans les cours d’éducation sexuelle. «Il y a encore beaucoup de préjugés, alors que chaque personne a au moins une personne dans son entourage qui est homosexuelle», s’exclame t-il.

Homosexualité en région rurale

Malheureusement, ce genre d’organisation existe surtout en ville, mais peu dans les régions où, par expérience, Éric s’est aperçu que l’homosexualité était bien plus dure à vivre. Encore que souvent, en ville, les écoles refusent d’ouvrir leur porte à ce type d’activité présentée par GRIS. «On a envie de le dire à tout le monde, de ne plus avoir peur des autres, de se sentir bien», se désole le jeune homme.

L’homophobie du Hip-Hop:

Lunatique a aussi un projet artistique. Il aimerait s’attaquer aux préjugés avec son prochain album. Montrer qu’on peut être un rappeur identifié Hip-Hop et homosexuel. «Je ne fréquente pas beaucoup le milieu homosexuel. Le Village n’est pas le meilleur moyen de s’intégrer. Mais on s’y sent comme dans une famille car on a besoin de partager avec des gens qui peuvent nous comprendre.»

Rap et homosexualité

C’est au sein de son milieu artistique, le Rap, qu’il a ressenti le plus de difficultés avec son coming out. «Des gens ne me parlent plus à cause de ça. Certains n’osent même pas me dire que ce que je fais leur plaît.» Ses relations autour de lui ont changé: «Dès que tu parles à un gars, il pense que tu es en train de le cruiser», déclare t-il.

Festivals homosexuels

Mais Éric demeure optimiste. «Le temps fera que ça ira mieux.» Il pense aussi aux opportunités artistiques que cela peut lui donner, par exemple participer à des festivals homosexuels. Mais lorsqu’on lui demande s’il va collaborer avec des personnes qui évoluent dans le rap plus contestataire, comme la française Keny Arkana, il reste conscient que toutes les causes sont bien distinctes. «Pour aider les autres, il faut d’abord s’aider soi-même.»

Homosexualité: profilage et stéréotypes

Les deux communautés dans lesquelles il évolue sont diam étralement opposées et pourtant les deux sont victimes de profilage et de stéréotypes souvent abusifs. On peut espérer qu’Éric arrivera à faire le pont entre les minorités qui ont tout à gagner dans l’entraide plutôt que dans le dénigrement. Son nom de scène le présente comme ayant la tête dans les étoiles mais il a bien les pieds sur terre.

Le site myspace de Lunatique: http://www.myspace.com/lunatiquerap

GRIS-Montréal

Le GRIS-Montréal est le plus important organisme de démystification de l’homosexualité en milieu scolaire au Québec. Ses 130 bénévoles sont invités par des écoles, principalement de niveaux secondaire et collégial, pour témoigner de ce qu’ils ont vécu et de ce qu’ils vivent encore aujourd’hui comme gais ou lesbiennes et pour répondre aux différentes questions des jeunes sur l’homosexualité. L’organisme effectue aussi des travaux de recherche sur l’homophobie en milieu scolaire.

Contact : http://www.gris.ca

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,

13 Réponses

  1. Je pense que c’est très important de montrer dans des milieux comme celui du rap ou du hip hop centrés sur le thème quasi essentiellement des mal-aimés de la société, que ceux là même qui « thésaurisent » sur une victimisation théatrale et qui supposémment rejette le racisme ne font que reproduire une autre sorte de racisme.

    Ce gars est vraiment courageux je pense car il va essuyer les plâtres. Mais je pense que chez les jeunes celà évolue dans le bon sens, du moins si j’en juge sur ce que j’entends de temps en temps sur Sky Rock.

    Il n’y a pas d’échelle de valeur à avoir dans la lutte contre les discriminations.

  2. Bonjour Romain Desbois.

    Lunatique est effectivement très courageux de faire publiquement son coming out dans une culture qui est homophobe. Cela a permis aux gens du milieu qui n’était pas homophobe de montrer leur vraie couleur. Lunatique donne des conférences dans les écoles qui sont très appréciées. Cela est encourageant.

    Je suis content de voir que sur Sky Rock il y a une belle ouverture d’esprit.

  3. ca va être dur pour ses clips, par quoi va til remplacer les « putes » que ns montrent les chansons de rap

  4. Les paroles du rappeur Lunatique sont très différentes de ce que nous sommes habités d’entendre !

  5. Je ne comprends toujours pas pourquoi un individu a à révéler son orientation.

    En quoi ça concerne le public ?

  6. Révéler son orientation est-il utile ? En quoi celà concerne les autres.

    Je me trompe peut-être mais dans le train qui me ramenait du travail ce matin je réfléchissais à cette phrase et dans ce train il ya avait un couple de jeunes (homme/femme) qui se tenaient la main et qui discutaient de leur avenir proche. Plus loin un couple de personnes mûres (H/F également) qui avaient des comportements de vieux couples ; la femme ne se génant pas de remettre ostensiblement le col de chemise de son « mari ». Je pense que sans m’en apercevoir je fais de même lorsque je sors avec la personne qui vit avec moi.

    Mais je suppose que tout ce que je décris n’est pas possible pour un couple homo. Cela doit vraiment être pénible de devoir être sur ses gardes constamment.

    Et là il ne s’agit pas de révéler son orientation mais de vivre son orientation sans se cacher. Entres collègues nous racontons notre vie quotidienne ; Avec ma femme on va acheter ça, on a regardé ça . Ma femme m’a dit que. Etc…

    Jamais je n’ai entendu un ou une collégue raconter que son ou sa (du même sexe) lui a dit que ……

    Si il y a des holos parmi eux, je réalise combien cela doit être pénible de se sentir d’office mis à l’écart de la collectivité, devant le cacher comme une tare honteuse.

    En tant qu’hétéro , il est difficile de se mettre à la place de ce que vivent les homos, de la façon dont ils perçoivent (peut-être des fois à tort) cette mise au ban de la société.

    Récemment encore un fait divers en banlieue où un quinquagénaire a été tué par des petites frappes sous prétexte qu’il était supposé être un « sale pédé ». C’est tout ce que ces crapules ont trouvé pour justifier leurs actes à la police. En brève dans le journal, je mesure la différence de traitement des médias qui en auraient fait la une s’il s’était agit d’une autre communauté.

    Rien que certans des commentaires mesurent le chemin à parcourir pour que tous puisse s’habiller ou s’aimer comme ils le souhaitent.

    De la petite dictature sociale des mentalités !

  7. les rappeurs polémiques ça commence à souler…

    les gens dont on parle pour eux et pas pour leur musique ça commence à gaver…

    on en fait tout un fromage, y a pas de quoi rapper en attendant il est dans le gruyère et il essaye de faire son beurre, moi j’achete un album pour la musique pas pour la vie privée du type…

    un artiste doit savoir s’effacer pour mettre en valeur son art et ne pas etre catalogué !!

  8. Ah ? Et en quoi cet artiste serait un rappeur « polémique » ?

    Libre à vous de vous foutre de sa vie privée, mais on ne peut pas nier qu’elle influence sa musique.

  9. Je regrette mais moi, les gens qui veulent mettre les homos dans des hospices je n’appelle pas ça des « gens normaux ».

    Mieux vaut que je ne précise pas comment j’appelle ça.

  10. Je désapprouve l’homophobie à l’instar de toutes les discriminations idiotes.

    Les homos font partie des gens normaux, pas les homophobes.

    L’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit…

  11. Bonjour,

    Je suis le journaliste qui a écrit cet article et je ne savais pas qu’il avait suscité autant de polémiques comme quoi j’ai bien fait de le faire.

    Bon en tant que journaliste et aussi homosexuel… je ne peux que condamner tout ce qui a pu être dit ci-dessous, trace d’un moralisme et d’un conservatisme d’un autre temps.

    Tout d’abord ce gamin comme vous l’appelez a 30 ans, deuxiémement je vais pas rentrer dans la polémique stupide de la médecine pour sauver l’homosexuel…je crois qu’avec un peu de réflexion on se rend compte seul de la stupidité d’une telle affirmation.

    Mais ce qui me trouble plus est de dire en quoi tu as besoin de dire que tu es homosexuel… parce que l’orientation sexuelle influence beaucoup notre vie, et certes c’est privé mais malheuresement il existe encore des discriminations sur la scéne publique sur la question de l’égalité des droits, et donc à partir de ce moment là, on se doit de se battre pour acquérir nos droits au même titre que les femmes, les noirs, les jeunes…

    Je condamne autant les gens homophobes qui finalement ne devraient en avoir rien à foutre vu que je ne vois pas en quoi on les dérange, que les homosexuels qui s’affirment de façon exubérante. Pour ce qui est du rappeur qui s’affirme, cela rejoint ce qui est dit au dessus, un artiste étant présent sur la scéne publique, ila une responsabilité de sensibilisation et en particulier dans le monde du rap qui je pense comme vous le savez est un milieu à la base contestataire, et son projet s’inscrit donc en plein dans la continuité de ses choix artistiques.

    Bref je suis prêt à débattre, polémiquer, tout ce qui pourra faire avancer vos pensées rétrogrades mais je ne me ferais pas insulter et je rappellerai juste aux utilisateurs que agoravox étant hébergé sur un serveur français, les insultes à caractére homophobe, raciste, antisémite sont condamnables.

  12. […] Il s'agit du Québécois Éric Pelletier, dont le nom de scène est Lunatique. Rencontre sur Reflet de société / Journal de la rue […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :