C’est la faute à mes hormones

(Agence Science-Presse) – Il n’y a pas que les femmes qui peuvent accuser leurs hormones en cas de sautes d’humeurs. Les jeunes hommes devraient utiliser cette excuse de plus en plus: ceux qui grimpent aux rideaux plus vite que les autres le font en raison d’un déficit de cortisol, l’hormone qui, dans notre cerveau, est censée contrôler notre stress. C’est la conclusion de psychiatres britanniques qui, dans la revue Biological Psychiatry, racontent avoir soumis des volontaires à un jeu vidéo «stressant et frustrant». Chez tous les cobayes, le niveau de cortisol montait en flèche dans les moments critiques —comme prévu— mais chez les adolescents déjà connus pour leurs problèmes de comportements, le niveau de cortisol diminuait — les laissant à la merci de leurs sautes d’humeurs, écrivent les chercheurs.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-roberto-mayerjours-de-nuit Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
 
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.