Blogue du rédacteur en chef VS blogue de la rédaction

Blogue du rédacteur en chef VS blogue de la rédaction

Raymond Viger

Cela fait 1 semaine et demi que je n’ai pas mis de billets en ligne sur le bloguegab du rédacteur. Étais-je en vacances? Étais-je à vaquer à d’autres occupations?

  Je n’ai jamais été aussi présent au blogue, sans pouvoir y écrire! Une noufrancoisvelle équipe de journalistes à entraîner pour le magazine et pour le blogue. François Richard qui devrait rester chez nous un certain temps, Gabriel Alexandre Gosselin qui nous revient entre deux voyages et qui va nous quitter fin juin, Lisa Melia, stagiaire française, et, à compter de lundi prochain, Valérie Carrier, stagiaire du Cégep de Jonquière. Beaucoup de monde à former, initier, encadrer… Je passe tellement de temps à lire e8eb1da5780798de77ff738779305c929t corriger les billets des autres, à leur donner des sujets d’écriture, que je commence à manquer de temps pour écrire.

Services d’information sociale et communautaire

Vous avez sûrement remarqué que le blogue a pris une nouvelle couleur. Plusieurs  billets ont été mis en ligne pour présenter des organismes communautaires, leurs actions, les événements qu’ils préparent… Un nouveau service offert que j’avais en tête depuis longtemps. Parce que le monde communautaire a beaucoup de choses à présenter mais souvent peu de lieux pour les diffuser. Étant publié aux deux mois, notre magazine, Reflet de Société, ne pouvait pas tous les prendre en charge. Le blogue saura répondre au besoin de visibilité pour tous ces organismes qui nous contactaient régulièrement pour avoir cette visibilité qu’ils méritent.

Le suicide

Le trafic sans cesse croissant que nos billets sur le suicide génère me tient aussi en haleine. Plein de gens déprimés et en crise qui viennent commenter nos blogues, partager leurs souffrances, leur détresse. Des gens que je ne veux pas laisser à eux-mêmes et qui méritent d’être accueillis rapidement pour leur offrir un peu de soutien à distance.

L’écriture web et les journalistes

J’ai profité des formations que j’ai données aux journalistes sur l’écriture d’un blogue pour écrire ma première version d’un livre que je devrais publier dans les prochains mois. Un petit guide d’initiation, sans prétention, mais qui donne les bases de l’écriture Web.

Ma continuité de blogueur

Je regarde cette feuille où j’inscris les sujets que j’aurais aimé traiter et mettre en ligne. Certains de ces sujets sont déjà raturés, remis à d’autres pour le faire.

Blogue et site Internet exigent beaucoup de temps pour les entretenir. Je reprends contact avec cette écriture blogue. Dix jours d’absence qui ont semblé être une éternité. Est-ce que je vais pouvoir revenir régulièrement? Bonne question. Je ne saurais le dire encore. La réflexion est en cours. Je vous tiendrai au courant de la tournure des événements qui me bousculent présentement.

Commentaires sur les nouvelles orientations du blogue du rédacteur.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,

Les jeunes du Québec à l’assaut des changements climatiques!

 

Les jeunes du Québec à l’assaut des changements climatiques!

Julie Picard

(Agence Science-Presse) – Matinée électrisante au Petit Séminaire de Québec hier! Plus de 200 jeunes provenant d’une trentaine d’écoles secondaires de la province s’y sont rassemblés dans le cadre du Forum jeunesse sur les changements climatiques en Arctique (FJCCA). Après Winnipeg en 2006, c’était à Québec que se déroulait la deuxième édition de ce colloque.

Ce rassemblement était particulier puisqu’il a été orchestré par des jeunes, pour des jeunes. Catherine Bowen Gouin, élève de 5e secondaire au Petit Séminaire de Québec (PSQ), est la présidente du comité exécutif du FJCCA. Quand le projet a été présenté en mars dernier, elle et quatre autres élèves ont décidé de s’investir, sans trop savoir ce qui les attendait. «C’est peut-être mieux qu’on n’ait pas su au départ dans quoi l’on s’embarquait!», rigole Catherine. En effet, un forum d’une telle envergure a demandé beaucoup de temps, de persévérance et d’organisation. «Je ne pensais pas que ça allait être aussi demandant. Voir que tout se concrétise aujourd’hui et que tout marche, c’est vraiment gratifiant», dit Léonie Nadeau-Mercier, membre du comité logistique.

Schools on board

C’est le programme pancanadien Schools on board qui a approché l’école du Vieux-Québec. Il y a deux ans, Roger Drouin, professeur de géographie au PSQ, et une élève de 5e secondaire, ont eu la chance de partir sur l’Amundsen pendant deux semaines. «En 2007, l’école avait posé sa candidature pour retourner sur le navire, mais Schools on board a refusé. À la place, les dirigeants du programme ont demandé au Petit Séminaire d’organiser le Forum», explique Marc Dallaire, directeur des services aux élèves.

Les jeunes comme organisateurs du Forum jeunesses

Pour veiller au bon déroulement de l’organisation, les jeunes du comité exécutif de départ ont formé cinq sous-comités (finances, logistique, communication, présentation et expo-environnement). Tous ces groupes étaient constitués d’élèves de 4e et 5e secondaire. Messieurs Drouin et Dallaire et deux autres professeurs ont agi comme conseillers. «Beaucoup de liberté a été laissée aux jeunes. Nous étions là s’ils avaient besoin de nous, mais nous les laissions aller», affirme Roger Drouin. «On a vraiment été surpris de toute la latitude qu’on avait!», s’exclame Léonie, qui retire beaucoup de fierté de l’organisation réussie des bénévoles par le comité logistique. Pas facile d’être autoritaire avec ses amis. Mais à en croire les membres du comité, ils s’en sont assez bien tirés. «J’ai réussi à faire fouiller les bénévoles dans les poubelles sur l’heure du dîner pour trier les matières recyclables des déchets! On est quand même dans un forum qui parle d’environnement!», raconte Léonie, le sourire aux lèvres.

Nouvelle génération, nouvelles valeurs

Profitant de la conférence internationale Arctic Change 2008, présentée à Québec le reste de la semaine, les organisateurs du FJCCA ont réussi à attirer plusieurs chercheurs, étudiants d’universités canadiennes et professionnels qui sont au fait d’aspects particuliers rattachés aux changements climatiques. Louis Fortier, directeur général d’ArcticNet, regroupement de scientifiques étudiant l’impact des changements climatiques dans l’Arctique canadien, a expliqué pourquoi un tel Forum était important pour son organisation. «Les solutions aux changements climatiques passent par des comportements particuliers, comme une meilleure utilisation de l’eau ou du pétrole. En poussant la conscientisation des jeunes, on va pouvoir influencer leur façon de voir les choses. Parce qu’ils sont prêts à prendre des mesures, ils voteront ou achèteront leur voiture en conséquence.»

Le maire de Québec, Régis Labeaume, président d’honneur du FJCCA, a salué l’initiative des jeunes. «Ils ont ces valeurs environnementales dans le sang. À la différence des gens de ma génération, il n’y a pas de changement de mentalité nécessaire pour eux. Ce sont les jeunes qui trouveront les solutions aux changements climatiques.»

Un public différent

Pour les conférenciers qui présentaient des ateliers, l’exercice était intéressant. En effet, ils s’adressaient à un public beaucoup plus jeune que d’habitude. Exit le jargon de chercheur! «Il faut utiliser plus de graphiques, d’images parlantes. Il faut qu’il y ait suffisamment d’informations, mais sans surcharge. Incorporer des questions dans les présentations pour améliorer l’interactivité avec le public est aussi une bonne idée», explique Leira Retamal de l’Institut national de recherche scientifique, Centre Eau, Terre et Environnement. Pour elle, il est «énormément encourageant» que des jeunes se déplacent pour entendre parler des changements climatiques. «Ils vont souffrir plus que nous dans l’avenir. Ils doivent passer le message. J’espère que quand ils vont arriver à la maison ce soir, ils vont dire qu’ils ont appris quelque chose.»

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Des OGM «bio»?

Des OGM «bio»?

(Agence Science-Presse) – Peut-on imaginer des aliments génétiquement modifiés et des aliments «bio» côte à côte sur la même table? C’est le pari que lancent deux auteurs dans leur livre Tomorrow’s Table (La table de demain): comment les progrès de la génétique pourraient aider l’agriculture bio, plutôt que de lui nuire. Le duo est inhabituel: en plus d’être mariés, Pamela C. Ronald et Raoul W. Adamchak sont respectivement généticienne végétale à l’Université de Californie… et agriculteur bio (Tomorrow’s Table : Organic Farming, Genetics and the Future of Food, Oxford University Press, 2008).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,