Psychiatrie et médecine

Patricia Turcotte, internaute de St-Georges de Beauce

Il y a deux semaines, c’était la semaine de la sensibilisation aux dons d’organes dans le monde médical, c’est-à-dire, de la santé physique. Se pourrait-il qu’il y ait aussi les dons d’organes dans la santé mentale ? Comme citoyenne, je soulève le courage hors du commun de toutes les personnes humaines touchées par les maladies mentales, et ce, bien sûr, au-delà de toutes étiquettes. Perdre du jour au lendemain, ou encore très lentement, une partie de son cerveau, de son génie ou de son esprit, ce n’est pas drôle du tout, croyez-moi. Cela signifie que l’on perd quelquefois sans possibilité de retour des morceaux de sa vie émotive, affective, sentimentale, cérébrale, intellectuelle et spirituelle; quand ce n’est pas la perte temporaire ou permanente de son libre arbitre. C’est vraiment sérieux ces histoires-là. Puisque la semaine de la santé mentale vient aussi de se terminer, je partage quelques-unes de mes nouvelles réflexions sur le sujet.

Je considère que les gens touchés par les maladies mentales, et qui collaborent volontairement ou involontairement aux soins médicaux psychologiques et psychiatriques, apportent une réelle contribution aux dons d’organes invisibles de l’être humain. En plus de la population qui voit s’améliorer graduellement la qualité des soins psychiatriques, à qui profite tous ces dons invisibles faits gratuitement par ces personnes, souvent les plus défavorisées de la société? Personnellement, je n’ai pas encore été en mesure de me pencher sur ces réponses. Et vous ?

Maladie mentale et lobotomie

Je pense aussi à tous les êtres humains qui on eu à prendre piteusement les froids sentiers de la maladie mentale dans les années plus anciennes. Trop de nos êtres chers, parents, amis et grand-parents n’ont plus de voix pour raconter leur touchant vécu en ce domaine. Bien souvent, ils subissaient une lobotomie à froid, sans même y consentir, comme s’ils étaient des bêtes sans cœur, sans esprit et sans âme. Seuls leur corps semblaient exister dans les temps plus anciens.

Des personnes racontent parfois à voix basse et presque honteusement leurs malheureuses histoires d’horreurs à faire dresser les cheveux sur la tête. Ce qui ne peut faire autrement que de sensibiliser les gens à cette cause qui a tout de même évoluée, fort heureusement, quoique les contentions chimiques ont des effets à ne pas négliger sur l’être humain.

Plusieurs femmes ont passé leur vie entière dans des asiles de fous, souvent suite à une dépression survenue après un accouchement. On signait leurs sorties acceptées par les professionnels de la santé seulement si les conjoints consentaient à leurs départs. Quelles graves injustices sociales et humanitaires ! Je soulève aussi les désolantes situations de trop de femmes, d’hommes, d’adolescents (es) et d’enfants qui sont, encore aujourd’hui, traités comme des malades mentaux, alors que ces gens souffrent de maladies physiques véritables.

Alice Roby, Émile Nelligan et santé mentale

On a qu’à se référer aux personnes qui souffrent de la fibromyalgie, de la douleur chronique, la fatigue chronique, etc. Bien sûr, on a parfois la chance d’entendre ou de lire d’excellents témoignages des rares survivants de ces abominables crimes humanitaires. Je cite Madame Alice Roby qui a eu le courage de nous partager ses années d’enfer à travers ses livres, ses chansons et ses témoignages, ainsi que le film sur sa vie. Cela a contribué à aider énormément la cause des personnes touchées par les maladies mentales. On se souvient tous du célèbre poète Émile Nelligan, qui après avoir demandé l’hospitalisation psychiatrique pour quelques semaines, fut enfermé injustement à l’asile pour le reste de ses jours. Il y a eu aussi la grande cause des enfants de Duplessis. Combien d’autres personnes, peu à peu, sortent heureusement des sentiers de l’ombre?

Reste à souhaiter qu’il existera toujours dans la société des médias professionnels, des groupes sociaux, médicaux, gouvernementaux et religieux pour les encourager à continuer leurs œuvres ou assurer leur défense et leurs droits humains. Parce que ces personnes humaines ont tout de même participé à l’avancement de la science médicale psychiatrique en donnant des organes à la science médicale, tels leur cerveau, leur génie, leur cœur invisible et leur esprit, tout en végétant dans un corps physique souvent en très mauvaise condition. Ce sont nos martyrs vivants ou décédés de l’an 2000.

Ne cessons jamais de nous lever  lorsque vient le temps de les accompagner, de les défendrent ou de se souvenir de leurs humbles passages silencieux sur terre, ne serait-ce dans mon pays que le jour de la Toussaint, le jour du souvenir, ou à la messe du dimanche, et lors de tant d’autres célébrations commémoratives.

VOS COMMENTAIRES SUR LA SCIENCE MÉDICALE ET PSYCHIATRIQUE.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,