Survivre au suicide de son enfant

Santé mentale et suicide

La douleur d’un père

Dominic Desmarais Dossier SuicideSanté mentale

Jean est défait. Il a perdu son fils Michel qui s’est suicidé à 47 ans. Une douleur trop grande pour les frêles épaules d’un père. Michel, aux prises avec des problèmes de santé mentale, s’est enlevé la vie. Il avait trop peur d’être stigmatisé par les autres. Il a refusé toute forme d’aide. Jean est allé aussi loin qu’il le pouvait pour tenter de le sauver. Il a échoué. Aujourd’hui, il ne souhaite à personne de connaître une souffrance comme la sienne.

«Mon fils n’est pas né avec la maladie. Il a aimé la vie», raconte Jean sans cesse au bord des larmes. Son fils, diplômé en commerce de l’université McGill, était toute sa richesse. Jean se sent vide, pauvre. Il se questionne, se demande s’il n’aurait pas pu en faire plus. Tout a commencé il y a 4 ans, lorsque Michel s’est mis à raconter des histoires étranges de gens qui lui voulaient du mal. Jean ne veut pas nommer la maladie qui affectait son fils. «Il était différent, bizarre», se limite-t-il à dire, soucieux de ne pas banaliser le désarroi de son enfant par une étiquette.

Peur de l’étiquette

L’absence d’aide n’a pas tué Michel. Bien au contraire. Employé d’une institution financière, il avait droit aux soins d’une thérapie avec congé payé. «Je voulais qu’il en parle avec une personne responsable, aux ressources humaines. On lui a offert de l’aide. Ça l’a inquiété. Il a refusé de peur d’être stigmatisé. S’il avait accepté, ses collègues auraient su qu’il avait un problème. Il était en position de rester à la maison pendant quelques mois tout en recevant son salaire.» Malgré cette proposition honorable, Michel avait peur du regard des autres. Il comptait s’en sortir seul, fier qu’il était.

Devant son refus, Jean doit puiser au fond de son amour. Sa femme et lui offrent une thérapie à Michel. Un autre refus et Jean se sent encore plus impuissant. «Que faire comme parent? Je lui disais : “J’ai toujours été fier de toi. Je vais l’être encore si tu acceptes d’aller chercher de l’aide. Si tu étais un enfant, je ferais ce qu’il faut. Mais tu es un adulte, c’est à toi de décider.” »

Michel reconnaît l’amour inconditionnel de son père et sa mère. Il ne repousse pas l’appui de ses parents pour leur faire mal. Il voulait s’en sortir seul. «Il me disait: “Papa, donnez-moi du temps. Je ne suis pas encore prêt. Quand je le serai, je le ferai.” C’était un homme fier. Il ne voulait pas que les autres sachent qu’il avait un problème. Mais il avait peur d’en parler. Il ne voulait pas être étiqueté.» S’il accepte d’en discuter avec ses parents, Michel refuse de voir son jeune frère. «Il ne voulait pas qu’il le voie dans cet état», dit Jean les yeux rougis.

Au travail, on lui donne 6 mois pour corriger la situation. Passé ce délai, voyant l’absence d’améliorations, il est mis à la porte. Jean, propriétaire d’un restaurant familial, lui propose d’y travailler avec lui. Il essuie un autre refus qui le chamboule. Jean est désemparé. Il aimerait forcer son fils à suivre une thérapie pour se soigner, mais respecte sa décision en constatant les efforts de son garçon pour s’en sortir. «Il a arrêté de fumer et de boire du café par lui-même. Il essayait de s’aider. Mais il n’a pas réussi. S’il avait su qu’il n’y aurait pas de stigmatisation, peut-être qu’il aurait suivi une thérapie. Mais il savait qu’il y en aurait…»

Tentatives de suicide

Michel a tenté de se suicider. Il est interpellé par des policiers qui ne croient pas à ses explications. Ils l’emmènent sur-le-champ à l’hôpital Notre-Dame pour y être examiné. Trois psychiatres le rencontrent et diagnostiquent un état dépressif, pas suicidaire. «Ils l’ont laissé sortir la journée même», raconte Jean qui, plus tard ce jour-là, rencontre son fils sans se douter de ce qui venait de se passer.

Une semaine plus tard, Michel récidive. Découvert par les policiers, il est conduit à l’hôpital Général de Montréal, où il décède quelques heures plus tard.

En insistant auprès des médecins, Jean a pris connaissance de ces deux tentatives de suicide. Dans les deux hôpitaux, Michel avait demandé de ne pas communiquer avec sa famille. «Je ne blâme pas les médecins. J’ai parlé à l’un d’eux. Il m’a dit que son travail était de garder mon fils en vie, pas de communiquer avec moi. Il a raison. Mais l’hôpital devrait avoir quelqu’un pour rejoindre la famille. Notre fils était encore vivant et ma femme et moi n’étions pas là, près de lui», dit-il en sanglotant.

Jean est encore sous le choc d’avoir perdu son fils. Il cherche une raison pour justifier cette mort qui l’a déchiré. D’abord, il se dit que la loi devrait être plus flexible et permettre aux hôpitaux de communiquer avec la famille d’un patient. Et, surtout, il espère une meilleure sensibilisation de la société sur les maladies mentales et les effets de la stigmatisation. «Nous sommes en 2012. Nous devons arrêter d’appeler ces êtres humains des fous, des tordus. Je n’ai pas sauvé la vie de mon fils. Si je peux sauver celle d’autres fils ou filles, de frères ou sœurs, ce sera une grande satisfaction.»

Ressources en prévention du suicide:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Site Internet. Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056.

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide.

VOS COMMENTAIRES SUR Survivre au suicide de son enfant

autres textes sur le suicide:

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet:http://www.editionstnt.com/livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Survivre au suicide de son enfant

Pierre Fortin: l’économie pour tous

Le petit Fortin :

débats société réflexions sociales citoyen communauté

L’économie du Québec raconté à mon voisin


L’économiste 
Pierre Fortin a le don de rendre accessibles à tous les notions apparemment compliquées de l’économie. Le livre Le petit Fortin : L’économie du Québec raconté à mon voisin, regroupe une cinquantaine de ses chroniques parues dans le magazine L’actualité depuis 13 ans. Sa lecture nous concerne tous.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers ÉconomieÉconomie familiale

L’économie pour tous

Dans la préface, la rédactrice en chef de L’actualité, Carole Beaulieu, écrit :

Il est grand, ce Petit Fortin. Il vous redonnera courage. Car l’économie appartient aux citoyens. Pour qu’ils se l’approprient, y contribuent et la transforment, en faisant des choix éclairés, ils doivent commencer par comprendre. Pierre Fortin leur en donne ici les moyens.

Que l’économie appartienne aux citoyens, cela peut sembler une notion nouvelle. Car on pense souvent trop en fonction d’une opposition entre :

— d’un côté l’économie, le capitalisme, les gouvernements, le « système » comme une sorte d’ennemi et de grand monstre insaisissable, qui serait coupable de tous les torts ;

— et de l’autre, la société, le communautaire, le peuple.

Or, il est facile de rejeter tout le blâme sur le « système », lorsqu’on ne connaît pas les mécanismes de l’économie. Facile d’ignorer toute responsabilité personnelle, alors que le citoyen a, lui aussi, ses responsabilités.

Le citoyen responsable

Petit-Fortin-l-actualite-livre-guide-economie-finance-andre-fortinIl est d’abord responsable par les choix qu’il fait. Comme celui de suivre aveuglément des courants sans s’y opposer. En cédant, par exemple, à l’incitation publicitaire qui crée des besoins et le rend esclave de marques. Il est responsable aussi de ne pas faire les efforts personnels nécessaires pour protéger son environnement. Responsable aussi de ne pas s’impliquer socialement.

Il est aussi responsable de ne pas faire l’effort de comprendre les divers enjeux sociaux qui concernent chaque citoyen : des enjeux économiques, politiques, environnementaux, culturels ou éducationnels. En ce sens, le livre de Pierre Fortin peut l’aider.

Cela demande un effort d’être un citoyen. Nous réclamons des droits, mais chaque droit implique un devoir et une responsabilité reliés à ce droit. Nous ne sommes pas que des bénéficiaires passifs et irresponsables, en attente du soutien de l’État qui doit régler tous les problèmes à notre place.

Nos ancêtres prenaient leurs responsabilités sociales à leur manière, et essayaient de comprendre les enjeux de leur temps. Nous devons faire de même et tenter de comprendre le monde « compliqué » dans lequel nous vivons.

Le livre et les chroniques de Pierre Fortin nous aident à le faire dans le domaine de l’économie.

L’indice du bonheur

La deuxième chronique du livre commence ainsi :

Pierre Fortin L'actualité petit fortin de l'économie livre guide« Les philosophes de l’Antiquité avaient coutume de répondre qu’un minimum de confort matériel était nécessaire, pour manger, se vêtir, se loger et se soigner convenablement. Mais qu’au-delà de ce minimum seules la vie de l’esprit, la pratique du bien et l’harmonie des rapports sociaux permettaient d’atteindre le bonheur. Nous redécouvrons aujourd’hui que ces vieux sages avaient raison. »

Il est question dans cette chronique d’une enquête mondiale sur les valeurs qui démontre que l’accroissement du revenu moyen ne se traduit pas directement par une augmentation du bonheur. C’est pourquoi on utilise plutôt, maintenant, un « indice du développement humain » qui prend en compte d’autres valeurs que la simple performance économique ; une performance qui « ne mène pas au bonheur », selon Pierre Fortin.

Cela donne le ton de ce petit livre qui évite les termes techniques et l’abondance de statistiques. Au contraire, l’auteur nous y offre des textes faciles à comprendre, tout en étant agréables à lire et très bien écrits.

VOS COMMENTAIRES SUR Économie pour tous avec Pierre Fortin

Autres textes sur Économie

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Économie pour tous avec Pierre Fortin

Colin McGregor et LOVE in 3D

4 hands writing LOVE in 3D

Colin McGregor and Raymond Viger

couverture-love-in-3dEnjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness. This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free. Written by Colin McGregor and Raymond Viger.

When two solitudes meet…

An Anglophone, a professional journalist, a teacher and a prisoner for 22 years…

A Francophone, a scientist, a pilot, a journalist by default, a prisoner of his community involvement with youth…

Two solitudes that never should have met. Two solitudes who put their minds to a common project. Two cultures collide.

Four hands, writing the story of a man on the brink. At the cliff’s edge, he pulls back. A study of struggle, and of hope.

colin-mcgregor-journaliste-prison-auteur-anglophoneRaymond Viger auteur journaliste rédacteur en chef média magazine revueEnjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness. Set in Montreal, this is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Colin                                                                                      Raymond

LOVE in 3D, 19,95$ (+ 3,95$ taxes and shipping) Internet order, phone (514) 256-9000, mail: journal@journaldelarue.ca.

Aussi disponible la version francophone, L’Amour en 3 Dimensions.

Colin McGregor et Raymond Viger; écrire à 4 mains

Une nouvelle expérience de traduction pour passer d’une langue à une autre.

Colin McGregor est un prisonnier qui loge au pénitentier de Cowansville. Depuis plus de 3 ans, ce journaliste anglophone tient une chronique régulière dans le magazine Reflet de Société. Une chronique très appréciée par sa façon originale de nous conter une histoire carcérale et les anecdotes du système pénitencier.

Colin et moi avons vécu une expérience fort intéressante. J’ai publié un roman humoristique L’Amour en 3 Dimensions. Une histoire pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement.

Une nouvelle histoire

Colin s’était offert pour traduire en anglais cette histoire qui peut être lu autant pour le plaisir que pour un cheminement personnel. J’ai refusé que Colin se limite à une simple traduction. J’ai offert à Colin qu’il parte de mon histoire et qu’il se permette, non seulement de l’adapter à la culture anglophone, mais qu’il se l’approprie. Il n’avait aucune restriction pour changer le cours de l’histoire, les lieux, les personnages… Une histoire écrite à 4 mains.

Quand j’étais dans l’aviation, j’ai écrit des livres d’instruction sur le pilotage. J’avais été payé pour laisser un pilote sans expérience prendre le crédit des livres. Voir les livres publiés sans en avoir la reconnaissance avait été très pénible. Une mauvaise expérience que je ne voulais pas revivre ou faire vivre. C’est pourquoi limiter Colin à une simple traduction aurait été similaire pour moi.

Colin et moi sommes à finaliser les dernières corrections et l’infographie de la version modifiée de L’Amour en 3 dimensions: Love in 3 dimensions.

Le tout est maintenant disponible. Malgré qu’il n’y ait eu aucune publicité de faite encore, plusieurs personnes ont déjà réservées leurs copies et plusieurs librairies ont placé des commandes.

Au plaisir d’être lu par vous, en français ou en anglais.

Pour commander L’amour en 3 DimensionsLove in 3D, 19,95$.

VOS COMMENTAIRES SUR LOVE in 3D de Colin McGregor

Associations communautaires et des logiciels à rabais

Soutien aux associations communautaires

Rabais sur logiciels et programmes

Raymond Viger  Dossier InternetCommunautaire

programme internet escompte rabais logicielBonne nouvelle pour les associations communautaires. Il existe un programme qui permet de bénéficier d’escomptes très importantes sur les produits Microsoft, Symantec, Macromedia, Quark Express et autres…

L’entreprise Techsoupcanada.ca permet de bénéficier de ces économies plus que substancielles pour les logiciels et les programmes qui seraient hors de prix sans ce projet.

Sceptique, nous avons fait l’essai de ce programme. Nous avons effectivement eu accès aux logiciels à des prix qui méritent que je vous en fasse part, jusqu’à 90% d’escompte!

Les questions qui tuent!

Comment se fait-il qu’aucune autre association communautaire, table de concertation ou autre nous ait fait part de l’existence de ces escomptes? Comment se fait-il que nous n’en n’avons jamais entendu parler? Aucune idée. Le plus curieux c’est une entreprise privée qui nous a parlé de ce programme pour le communautaire.

Puisque nous avons eu une expérience positive avec ce programme, nous voulons que tous les organismes communautaires soient au courant. Passez le mot.

VOS COMMENTAIRES SUR Logiciels escomptés pour associations communautaires

Autres textes sur Communautaire

Textes sur les techniques de référencement

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au  (514) 256-9000  au coût de 9,95$.

VOS COMMENTAIRES SUR Logiciels escomptés pour associations communautaires

Automne 2013 et les priorités politiques

Trop nombreuses, on commence par laquelle ?

Priorités politiques de l’automne

Dans son édition du 15 septembre 2013, le magazine L’actualité dresse la liste des « Sujets chauds de l’automne politique ». Parmi les quinze sujets énumérés, on ne trouve même pas les dossiers que nous souhaitons suivre. C’est-à-dire, en premier lieu, la Politique jeunesse déjà mentionnée lors du Sommet des jeunes en août, un thème proche de la mission de Reflet de Société. Puis le projet d’autonomie alimentaire du parti québécois, relié à la survie de la ferme familiale, un thème auquel nous avons déjà consacré deux chroniques.

valeurs sociales réflexions débats société communauté citoyen

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers PolitiqueSociété

La liste des priorités est tellement grande que les besoins de chacun risquent d’être noyés dans l’ensemble. Qu’il s’agisse :

… la classe politique a les mains pleines, et aucun parti, aussi honnête soit-il, ne saurait venir à bout de tous les problèmes, tout en faisant plaisir à la majorité des électeurs. Des électeurs dont les élus dépendent pour conserver leur siège à l’Assemblée nationale de Québec, à la Chambre des communes d’Ottawa ou à la mairie.

Salle_Assemblee_nationale_Quebec gouvernement politique politicien

Politiciens honnêtes

D’accord, nous devons veiller à ce que ces élus nous représentent honnêtement. Mais nous ne pouvons nous attendre à ce qu’ils fassent des miracles à notre place. Et qu’ils réussissent à relancer une économie qui repose sur l’exploitation abusive des ressources naturelles, tout en respectant l’intégrité de la nature, avec sa pureté, sa faune et ses espaces verts…

On ne peut s’attendre à ce que la construction soit florissante sans étalement urbain. Que l’on rénove le réseau routier sans qu’il y ait des problèmes de circulation durant les travaux. Que l’on réduise les taxes tout en améliorant les services. Que l’on rentabilise les fermes familiales, tout en achetant nos aliments aux prix les plus bas…

Emplois locaux

Pourtant, on sait déjà que tout ce qui ne coûte pas cher est fabriqué à l’étranger, là où les salaires sont très bas. On comprendra, par conséquent, qu’en achetant ces produits venus d’ailleurs, on contribue à la perte d’emplois chez nous et pour nous.

Il est facile d’exiger de nos élus qu’ils règlent tous les problèmes. « C’est pour cela qu’on les paye », pense-t-on. Mais par quel problème doivent-ils commencer, ces élus, quand tous les sujets semblent prioritaires ?

En fait, nous aussi nous devons participer activement à la solution de ces problèmes. D’abord dans les choix de notre vie quotidienne. Et puis chacun à notre manière, selon nos talents et nos possibilités.

VOS COMMENTAIRES SUR Priorités politiques automne 2013

Autres textes sur Politique 

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au  (514) 256-9000  au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

VOS COMMENTAIRES SUR Priorités politiques automne 2013

Les dessous de Star Académie

Vol, beuverie et vandalisme

Les dessous de Star Académie

Pour la rentrée de l’émission du Banquier  Julie Snyder a présenté un spécial Star Académie. De tristes révélations ont été présentées.

Raymond Viger DOSSIER  CinémaCultureMédia

julie snyder star académie le banquier art spectacle tvaUne émission dynamique qui a rappelé de bons souvenirs aux fans de Star Académie, entre autre à Érika Maltais de Jonquière. Personnellement, j’ai été extrêmement déçu des révélations qu’Émily Bégin a lancé.

Stéphane Mercier vole 11 bouteilles de vin qu’il rapporte dans l’autobus qui voyage les artistes de Star Académie. L’histoire ne dit pas ce qui avait été bu avant ou après ces 11 bouteilles mais un clip présente les artistes de Star Académie chaudasses et éméchés à leur sortie de l’autobus.

émily bégin star académie julie snyderEn arrivant dans l’autobus, ayant peur d’être filmé et mis sur écoute, Stéphane Mercier coupe des fils électriques de l’autobus. Résultat, l’autobus n’a plus ses clignotants pour terminer le voyage.

On parle ici d’un vol de bouteilles de vin, de sabotage d’un autobus et d’une beuverie. Cela a énormément terni les souvenirs de Star Académie 2003. Est-ce que nous avions besoin de savoir tout cela? Est-ce un bon exemple à présenter aux jeunes du Québec? J’ai été très déçu d’apprendre que ce genre d’événement ait eu lieu et ait été présenté.

Imaginez ce qu’aurait pu être les manchettes s’il y avait eu un accident en 2003 dû aux fils coupés par Stéphane Mercier?

La question qui tue

Quelles sont les responsabilités d’un producteur tel que Julie Snyder face à un public de tout âge?

Participants 2003 de Star Académie

  • François Babin
  • Jean-François Bastien
  • Émily Bégin
  • Dave Bourgeois
  • Maritza Bossé-Pelchat
  • Marie-Mai Bouchard
  • Wilfred Le Bouthillier
  • Stéphane Mercier
  • Pascal Nguyen-Deschênes
  • Élyse Robineault
  • Martin Rouette
  • Marie-Élaine Thibert
  • Annie Villeneuve
  • Suzie Villeneuve

VOS COMMENTAIRES SUR Spécial Star Académie au Banquier

Autres textes sur Cinéma et télévision

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009 .cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Spécial Star Académie au Banquier

La compréhension du syndrome de Williams

Causes et symptômes

Le syndrome de Williams

Après la sortie du film Gabrielle de Louise Archambault, voici la description du syndrome de Williams dont les personnages du film qui tombent en amour en sont atteints.

Delphine Caubet. DOSSIER Santé mentaleCinémaHandicap,

Le syndrome de Williams est un désordre génétique présent dès la naissance. Dans 95% des cas, il s’agirait d’un «accident» génétique, non hérité des parents. Néanmoins, une personne atteinte peut, une fois sur deux, le transmettre à son enfant.

D’après la Williams Syndrome Association, environ 1 personne sur 20 000 serait affectée par ce désordre. Bien que très rare, il peut toucher n’importe qui.

Conséquences du syndrome de Williams

Les conséquences de cette maladie sont physiques, avec des problèmes cardiovasculaires, mais également mentales, avec des difficultés d’apprentissage. À l’âge adulte, ces personnes ont souvent de la difficulté avec les chiffres, les raisonnements abstraits et la gestion spatiale.

En revanche, les personnes atteintes dénotent des personnalités très sociables, et sensibles à la musique. Les parents parlent de la gaieté et de la joie de vivre de leur enfant.

Les capacités et le syndrome de Williams

La moyenne de leur quotient intellectuel est de 55. Néanmoins, il existe une grande différence entre leur capacité verbale et leur performance. En plus d’avoir une bonne mémoire auditive, ils démontrent d’excellentes capacités linguistiques.

Leur difficulté avec les chiffres et leur anxiété des événements futurs les empêchent d’acquérir une complète autonomie à l’âge adulte. Mais d’après la Williams Syndrome Association, ces personnes contribuent à la communauté, notamment en travaillant dans des bibliothèques ou encore des résidences de personnes âgées.

VOS COMMENTAIRES SUR Mieux comprendre le syndrome de Williams

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Mieux comprendre le syndrome de Williams

Mère de Gabrielle Marion-Rivard: Sohie Rivard

Film Gabrielle de Louise Archambault

Entrevue avec Sophie Rivard, la mère de Gabrielle.

Dans le nouveau film de Louise Archambault, Gabrielle Marion-Rivard interprète le personnage principal, au nom éponyme. Atteinte du syndrome de Williams, Gabrielle joue au cinéma pour la première fois. Rencontre avec Sophie Rivard, mère et agent d’artiste.

Delphine Caubet DOSSIER CultureMédiaCinémaHandicap,

Quel a été votre investissement pour le film?

sophie rivard mère gabrielle rivard-marion syndrome williamsJ’ai joué un peu les agentes d’artistes. Car, Gabrielle est très bonne pour s’organiser au jour le jour. Mais elle a plus de difficulté avec les plans généraux. Donc, je m’occupais de prendre les rendez-vous, voir ses disponibilités… toute cette partie, c’était moi.

Cela fait 4 ans que Louise Archambault a rencontré Gabrielle pour la première fois. Et, Louise est tombée en amour avec sa luminosité. Elle a beaucoup modifié le scénario pour Gabrielle. Elle me demandait de le lire et de lui faire des commentaires. Savoir s’il était crédible, et si les événements pouvaient arriver aux personnes déficientes. J’étais un peu conseillère de ce côté-là. Et comme vient de le dire Gabrielle, je l’aidais à apprendre son texte. Mais je l’aidais également à gérer son anxiété. Elle était bien nerveuse au début, et je la soutenais pour qu’elle prenne confiance. Je lui disais que si nous croyons en elle, c’est qu’elle pouvait le faire.

Comment faisiez-vous pour l’encourager?

Il faut garder un équilibre entre les critiques et les encouragements. Moi, je travaille beaucoup sur le fait de croire en elle. Elle a de belles qualités. Et le côté artiste, je le comprends bien. J’ai moi-même gagné ma vie, comme violoniste, pendant 30 ans. Je ne peux que l’encourager.

Quel ajustement cela demande d’avoir une fille avec le syndrome de Williams?

C’est la question à mille dollars! (Rire) Nous, on n’a pas su avant ses 16 ans que c’était le syndrome de Williams. Après ses 5 ans, ça a été, car Gabrielle facilite les choses. Elle a un côté très obéissant. Mais cela s’est compliqué à l’adolescence, puisque malgré tout, son corps évolue normalement, avec toutes ses hormones, mais la compréhension en moins. Donc, il y a eu de la gestion à faire là. Ça a été assez rock’n’roll (rire). Elle avait tous ces états d’âme, et des poussées dramatiques. C’est vrai que c’était une période difficile à contenir. Je pense qu’elle avait besoin de davantage de soutien. J’essayais de lui expliquer dans des mots simples ce qu’il se passait.

À l’âge adulte, elle a eu une belle progression. Son développement est plus lent qu’une personne normale, mais elle continue à évoluer. Puis elle a une telle luminosité! C’est n’est pas du tout une personne lugubre Gabrielle! Tout le monde dit que c’est un rayon de soleil.

Quel conseil donner aux familles qui élèvent un enfant avec une déficience?

Gabrielle a donné le meilleur des conseils. Il faut que les familles acceptent leur enfant tel qu’il est.

Moi, j’ai passé des années à chercher en quoi j’étais coupable. Quelle erreur j’avais faite pendant ma grossesse. Pour finalement réaliser que c’est vers le présent et l’avenir qu’il faut se tourner.

Pour en avoir discuté avec d’autres parents, je sais que l’acceptation est quelque chose qui fluctue. Il y a des jours avec et d’autres sans. Et de savoir qu’il y aura des jours meilleurs, ça permet de rester dans l’espoir et la confiance.

VOS COMMENTAIRES SUR Sophie Rivard, la mère de Gabrielle Marion-Rivard

Autres textes sur le film Gabrielle

Un reportage avec Gabrielle Marion-Rivard ainsi que sur le film de Louise Archambault a été publié dans le magazine Reflet de Société de septembre.

Autres textes sur Cinéma et télévision

Photos gracieuseté Film Séville

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Sophie Rivard, la mère de Gabrielle Marion-Rivard

Gabrielle Marion-Rivard en entrevue

Film Gabrielle de Louise Archambault

L’amour pour 2 handicapés

Dans le nouveau film de Louise Archambault, Gabrielle Marion-Rivard interprète le personnage principal, au nom éponyme. Atteinte du syndrome de Williams, Gabrielle joue au cinéma pour la première fois, et espère bien poursuivre sa carrière.

Delphine CAUBET    DOSSIER  Cinéma, Culture, Média

Peux-tu te présenter? Quels arts pratiques-tu?

cinéma film critique cd dvd télévisionJe m’appelle Gabrielle Marion-Rivard et j’ai 24 ans. J’aime beaucoup chanter. Notamment la musique classique, le rock et le jazz. Mais le métal, je ne peux pas, c’est trop dur (rire). Je suis également une grande amatrice d’opéra. Parmi mes artistes préférés, il y a Édith Piaf. Mais quand j’étais jeune, j’adorais les Backstreet Boys. Je suis allée les voir il y a quelques années au centre Bell. Ma mère m’avait fait la surprise. J’étais excitée comme une folle! Ça n’avait aucun bon sens. Sinon, quand j’étais jeune, j’aimais beaucoup Jacques Brel.

Parmi les autres arts, je pratique la danse. Je fais de la gigue contemporaine avec une professeure extraordinaire, qui est Maïgwenn Desbois. Au début, c’était vraiment difficile, parce qu’il fallait que j’aille dans le bon espace et tout ça. Mais maintenant je suis rendue une bonne gigueuse. Je fais partie de la troupe «Maï(g)wenn et les Orteils». On fait beaucoup de choses. Des festivals…

À l’avenir, je vais continuer à danser. Puis, j’ai encore envie de faire des films! Parce que j’adore le cinéma.

D’où vient cette passion pour les arts?

film télévision cinéma cd dvd critique art spectacleMa mère me faisait écouter de la musique classique lorsque j’étais bébé. Puis je suis allée voir des concerts. Je viens aussi d’une famille musicienne et musicale… Donc, c’est pour ça. J’aime la musique classique: c’est doux, c’est charmant, c’est colérique.

Puis, il y a aussi le syndrome de Williams. Les personnes qui en sont atteintes ont un talent pour la musique. Comme moi. Ils ont l’oreille musicale. J’ai l’oreille absolue également. Lorsque j’écoute plusieurs fois un morceau, je suis capable de le rejouer au piano dans ma chambre après. Je reconnais les notes.

Qu’as-tu pensé du film Gabrielle?

cinéma film vidéo cd dvd critique télévision art spectacleIl m’a beaucoup plu. J’ai tellement souri la première fois que je l’ai vu avec toute l’équipe! J’ai tellement souri, j’étais fière de moi. J’ai aimé voir ce que j’étais capable de faire, et ce que j’ai ressenti. Il y avait des moments tristes, comme quand ma sœur part en Inde dans le film. Puis j’ai regardé ça, et je me suis dit que j’ai réussi un truc cool. Ça n’avait aucun bon sens! (rire).

Le personnage de Gabrielle me ressemble énormément. Elle a beaucoup de talent, et elle veut montrer son indépendance et vivre dans un appartement. Moi aussi un jour j’aimerais vivre en appartement. Mais je sais que c’est difficile. Faut que tu apportes tout ton stock, faire le ménage, le lavage… Ce que j’ai aimé le plus, c’est que je me vois dans une autre vie, mais différente. Sauf que je ne suis pas diabétique non plus.

Puis, il représente très bien la réalité des personnes déficientes. Il montre bien aux gens qu’on est normaux et différents à la fois.

Qu’as-tu pensé du métier d’actrice?

film télévision art spectacle critique cd dvdJ’ai aimé être costumée, maquillée, coiffée… Puis tu rencontres les acteurs que tu aimes. Tu vas dans l’histoire et tu sais ce que les personnages pensent. Puis, j’aime ça aussi les émotions, les sensations fortes. Mais c’est difficile également. Comme pour le départ de ma sœur. Quand elle va repartir, c’est un gros choc, et je ne sais pas si je la reverrais. C’est difficile, toutes ces émotions.

Et puis il faut être naturelle. C’est compliqué. Ma coach m’a dit que jouer, c’est comme tous les jours. Elle m’a beaucoup aidée avec le texte. On l’a beaucoup pratiqué: à la maison, puis avec les acteurs. Avec l’équipe, on a discuté de l’histoire. Pour comprendre ce qu’il se passait. C’était vraiment intéressant et ça m’a aidée.

Pour moi, cela m’a demandée beaucoup, beaucoup de travail en plus. À la maison, avec ma mère, on travaillait et l’on faisait des mises en situation.

Quel conseil donner à d’autres personnes déficientes pour les encourager?

Il faut dire aux personnes déficientes et à leur famille de les accepter tel qu’elles sont. Avec leurs qualités et leurs défauts. Elles ont leurs propres émotions. Il ne faut pas avoir peur des préjugés. J’avais le rêve de devenir actrice. Et il s’est réalisé… donc il faut avoir un rêve!

Autres textes sur le film Gabrielle

Un reportage avec Gabrielle Marion-Rivard ainsi que sur le film de Louise Archambault a été publié dans le magazine Reflet de Société de septembre.

VOS COMMENTAIRES SUR Entrevue avec Gabrielle Marion-Rivard

Autres textes sur Cinéma et télévision

Photos gracieuseté Film Séville

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone:   (514) 256-9000  , ext.:   1-877-256-9009   Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

VOS COMMENTAIRES SUR Entrevue avec Gabrielle Marion-Rivard