Facebook et les groupes de soutien

Réseaux sociaux

Une aide au bout de la ligne?

Pour me préparer à un article, je suis depuis plusieurs semaines des groupes Facebook consacrés à la bipolarité. Dans ces groupes de soutien, les membres parlent de leur quotidien, de leurs sentiments. Beaucoup de petites choses qui parfois peuvent m’échapper en tant que non bipolaire.  Je suis donc devenue une fidèle lectrice.

Delphine Caubet    dossiers Santé mentaleInternet.

hairy-skin-2-1351907-mLes semaines ont défilé. Je commençais à connaître les membres du groupe, tandis que je m’étais présenté aux administrateurs en leur exposant l’objectif de ma présence. Une présence passive. Je voulais rentrer dans la tête de ces personnes pour comprendre ce qu’est être bipolaire.

Ces groupes sont comme un exutoire pour les membres. Ils y parlent de façon très explicite de leur quotidien et de leurs inquiétudes/expériences en hôpital psychiatrique. C’était ce que je recherchais, mais avoir accès aux pensées de plusieurs centaines de personnes pour la plupart en phase de dépression peut «plomber» un individu.

Omniprésence de Facebook

Comme d’autres, j’ai mon Facebook ouvert pendant que je suis au travail. Même si le coté divertissement est présent, et il surtout indispensable à mon métier.

Un groupe avec plusieurs centaines de membres venant de toute la francophonie, c’est 24 heures sur 24 que les messages affluents… que je sois au travail, le soir chez moi, la fin de semaine, etc. Les posts de mes amis sont entrecroisés de scarification et de dépression. Évidemment, ça ne tenait qu’à moi de régler mes paramètres pour ne plus que les messages du groupe apparaissent dans mon fil. Mais je voulais comprendre.

Sincèrement, au début tout cela ne m’atteignait pas. Mais au fil des semaines, je me suis sentie envahi par les récits de montées de violence et les épisodes suicidaires.

Cela me faisait penser aux journalistes qui ont fait le test d’aimer sur Facebook une page consacrée à l’islam radical. En quelques heures, c’est leur fil entier qui s’est transformé en message de propagande. Un des journalistes avait d’ailleurs confié être bouleversé par cette expérience.

La mienne n’avait aucun rapport évidemment et je n’étais pas parti avec l’objectif de faire une expérience.

Mais un soir, l’une des membres écrit qu’elle va se suicider, elle est prête. Les messages tentant de la dissuader vont crouler et une personne en particulier est atteinte. Elle est quasiment en crise de panique.

Le lendemain, la membre qui avait déclaré vouloir se suicider s’est excusée et a annoncé se prendre en main. Mais pour d’autres, ces quelques lignes ont été importantes et les ont affectés au point que le psychiatre de l’un d’eux lui demande de se retirer de ce groupe.

Aide en bout de ligne?

Pour mon article, j’ai fait différentes entrevues et la majorité loue les services que peuvent rendre les réseaux sociaux. Les personnes ayant une dépendance, par exemple, peuvent y trouver un soutien à 3h matin s’ils sont au bord de la rechute. Pour ceux qui sont isolés, c’est une façon d’échanger avec d’autres comprenant leur réalité.

Mais la question que je me pose est: est-ce que ces groupes peuvent biaiser la réalité et maintenir dans un certain marasme les membres? En période d’inquiétude, on veut partager, exprimer ce que nous avons sur le cœur. Mais lorsque tout va bien, les personnes ont davantage tendance à sortir de ces milieux pour profiter de leur vie. L’intervention se fait donc beaucoup entre personnes en crise. Est-ce toujours pour un bien?

Et vous, fréquentez-vous des pages de soutien? Comment le vivez-vous?

VOS COMMENTAIRES SUR Groupe de soutien sur Facebook

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Groupe de soutien sur Facebook

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :