Être en affaires c’est d’être créateur

L’entrepreneur

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

Un entrepreneur prend un changement, un événement, l’analyse et le transforme en une opportunité. Même dans les mauvais coups, les changements de lois, il y a des opportunités à découvrir.

Être en santé c’est notre capacité à s’accommoder des changements de lois, d’environnement, de marché. Être performant c’est de nous assurer que ces changements ne deviennent pas des excuses et des prétextes pour fermer les portes.

Certains changements nécessiteraient qu’on les dénoncent pour les modifier et créer quelque chose de nouveau, de mieux adapter. Mais il faut toujours se questionner sur le temps et l’énergie que j’aurais à y mettre en vaut-il la peine ou s’il est plus intéressant de s’y accommoder et de trouver une façon originale d’aller chercher de nouveaux marchés à partir de ces nouvelles règles?

Être en affaire, c’est souvent bâtir sur un sable mouvant qu’on ne contrôle pas. Combien de fois l’un des paliers de gouvernement change les règles du jeu nous obligeant à nous remettre en question? Et il faut être capable de le faire rapidement. Parce que les différents paliers de gouvernement ne donnent pas toujours leur nouvelle vision clairement et longtemps à l’avance.

VOS COMMENTAIRES SUR Être en affaire no 4: être un créateur

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Être en affaire no 4: être un créateur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :