Martin Petit et ses racines

L’humoriste Martin Petit rappeur

Martin Petit, du rap à l’humour

Raymond Viger   Dossier Martin Petit, Humoriste, Culture

martin-petit-humoriste-humour-rappeur En écoutant l’émission Fidèle au poste avec Éric Salvail j’ai été étonné d’apprendre que Martin Petit avait été un rappeur en 1999! Martin Petit faisait parti du groupe de Rap, les Nouveaux Prophètes.

Cela ne devrait pas nuire à la réputation du Hip hop. Surtout pour ceux qui pensent que les rappeur ne font que du gangster rap et qu’ils sont tous des criminels.

Merci à Éric Salvail de nous avoir fait découvrir un côté de Martin Petit que je ne connaissais pas encore.

Autres textes sur Martin Petit

Entrevue avec l’humoriste Martin Petit

Dominic Arpin et Martin Petit… Vous m’inspirez!!!

Chicane sur le blogue: Martin Petit, humoriste VS Pierre Cayouette de L’actualité

Martin Petit, le blogueur humoriste

VOS COMMENTAIRES SUR Les racines de Martin Petit

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible T-shirt d’homme ou de femme, en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Montréal-Nord, Martin Petit, Kent Nagano et l’orchestre symphonique de Montréal

Montréal-Nord, Martin Petit, Kent Nagano et l’orchestre symphonique de Montréal

Dans mon dernier billet sur Montréal-Nord, je proposais que nous investissions dans les sports et la culture pour aider la communauté de Montréal-Nord à prendre la place citoyenne qui lui revient. BackGroundPhoto

Les nouvelles nous annoncent que Kent Nagano et l’orchestre symphonique de  Montréal feront une prestation à Montréal-Nord le 6 septembre prochain à 19:30 heures devant la mairie de Montréal-Nord.

C’est excellent que le maestro Nagano se produise gratuitement à Montréal-Nord avec l’orchestre symphonique de Montréal. Cela peut donner le goût à des jeunes de faire de la musique. M. Nagano peut devenir un personne significative pour certains. Je n’ai que des félicitations et des remerciements à faire à Kent Nagano et à son équipe.

Mais il ne faut pas se limiter à une seule prestation de l’orchestre symphonique et s’attendre d’avoir tout réglé à Montréal-Nord. Si on donne le goût aux jeunes de jouer de la musique, il faut maintenant leur trouver des instruments de musique, des lieux pour se pratiquer, des artistes pour leur enseigner, des événements pour se produire, des studios pour enregistrer, des distributeurs pour diffuser les CD underground de ces artistes…

mitsou La veille de l’annonce de la présence de Kent Nagano à Montréal-Nord, l’humoriste Martin Petit nous montrait une photo de lui-même, le piquet de grêve à la main et Mitsou de l’autre pour dire NON aux coupures du fédéral dans la culture.

N’y a-t-il pas conflits d’intérêts ou une incohérence entre vouloir aider Montréal-Nord et en même temps dire qu’on coupe dans la culture? Kent Nagano est un exemple concret que la culture peut aider les communautés. En coupant dans les subventions de la culture, est-ce que Kent Nagano aura encore l’occasion de soutenir Montréal-Nord avec des prestations gratuites? En coupant dans la culture, aurons-nous les moyens de former et d’embaucher les prochains Kent Nagano?

Merci à Martin Petit pour la photo et son soutien à la culture blogue. Photo de Kent Nagano provenant de son site officiel.

Ce billet fait parti d’un Dossier Montréal-Nord. Le premier billet fait la présentation de la réalisation d’un reportage sur les événements de Montréal-Nord qui ont amené à la mort de Freddy Alberto “Pipo” Villanueva. Le deuxième traite de l’habillement, culture Hip Hop et gang de rue. Le troisième traite des pistes de solutions. Le 4e traite du soutien à offrir à l’occasion de la présence de Kent Nagano dans Montréal-Nord. Le 5e billet est la présentation d’un clip du rappeur Général qui témoigne de ce qu’il a vécu à Montréal-Nord.

PLACE À VOS COMMENTAIRES  SUR MONTRÉAL-NORD, MARTIN PETIT, KENT NAGANO ET L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL.

Pour rejoindre le Café-Graffiti: (514) 259-6900

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Les blogues ont maintenant leur gala

Les blogues ont maintenant leur gala

Découverte ce matin. En vérifiant les statistiques de mon blogue, je remarque que j’ai un trafic provenant d’un blogue nommé exivrogne. Curieux, je clique pour savoir qui me fait une référence et pourquoi.

Intitulé Blogu’or 2008, j’y découvre 18 catégories où des blogues sont mis en nominations. Mon blogue l’est dans la catégorie Meilleur blogueur sérieux… très sérieux. J’y découvre aussi que le blogue du Journal de la Rue est aussi nominé dans la catégorie Meilleure blogueuse sérieuse… très sérieuse.

Je ne connaissais pas ce gala. Je ne savais pas que je me retrouverais en nomination. C’est plaisant d’apprendre que dans la blogosphère, quelqu’un trouvait nos blogues suffisant intéressant pour les proposer à ce gala.

Je reconnaîs plusieurs blogueurs dans les différentes catégories. Martin Petit, Dominic Arpin, Richard Martineau, Renart L’éveillé, le maire Stéphane Gendron, Mario Asselin, Folliculaire, Nicolas Langelier, Un taxi la nuit, Patrick Dion, Carl Charest…

Une belle occasion pour visiter ces différents blogues et apprendre à les connaître. Je remercie les blogueurs qui ont mis mon blogue et celui du Journal de la Rue en nomination. Je remercie aussi les Internautes qui vont aller voter pour nos blogues. Vous avez jusqu’au 16 mai pour faire vos choix. Le Gala aura lieu le 24 mai prochain.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Dominic Arpin et Martin Petit… Vous m’inspirez!!!

Dominic Arpin et Martin Petit… Vous m’inspirez!!!

Merci à toi Dominic. Merci à toi Martin.         Dossier Publicité

Depuis quelques jours, je me questionne sur l’avenir des médias au Québec. En tout cas, au moins celui de Reflet de Société et de l’organisme qui le chapeaute, le Journal de la Rue et son projet Café-Graffiti. Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis le directeur de l’organisme, le rédacteur en chef du magazine et le fondateur du Café-Graffiti.

Les abonnements à notre magazine Reflet de Société permettent de soutenir des projets pour les jeunes tels que le Café-Graffiti. Mais voilà que le prix du papier augmente de 6% au printemps, on prévoit une autre augmentation de 6% à l’automne, le timbre poste a augmenté de 5 sous en janvier dernier, le prix de l’essence qui continue de battre des records… On prévoit des baisses et peut-être même la disparition des subventions à l’aide journalistique. Même chose pour la subvention pour les frais d’envois postaux.

Juste de demeurer un média, sans avoir à financer un projet communautaire commence à être du sport. En passant, pour ceux qui pensent que je me plaint pour rien avec mon augmentation de 5 sous par envoie, il faut savoir que nous diffusons près de 500 000 exemplaires de notre magazine par année. Chaque 5 sous d’augmentation finissent par coûter cher.

Cela explique pourquoi depuis un certain temps, je travaille à diversifier nos sources de revenus. J’ai engagé plusieurs consultants pour nous aider dans cet objectif, mais ils ont fait choux blancs. Cela a occasionné des dépenses, mais aucun revenu.

Pour la vente de publicité, il y a transfert des budgets vers l’Internet. Les médias conventionnels attirent moins de publicité que l’Internet réussit à faire. J’ai donc décidé d’appeler quelques régies publicitaires pour nous représenter et vendre de la publicité sur nos blogues et nos sites Internet. Après tout, avec plus de 6 000 visiteurs par jour, on devrait être capable d’attirer quelques publicités.

La première régie publicitaire est spécialisé dans le monde des affaires. On en « fitte » pas dans leur décor. Peut-être à l’automne ou au printemps l’an prochain. On repassera, je n’ai pas le temps d’attendre. Une deuxième régie publicitaire me rappelle, prends quelques informations et ne me rappelle pas! Faut pas me laisser sans nouvelles trop longtemps. J’ai sûrement un profil un peu maniaque. Faut que ça bouge. Ma devise, quand tu fais du surplace, tu recules. Parce que les événements eux continuent d’avancer et à te rentrer dedans. La troisième régie publicitaire ne m’a pas encore retourné mon appel.

Bon! J’ai compris, on ne veut pas de mes 6 000 visiteurs par jour. Tant pis pour eux, quand ils se réveilleront, ils courreront après. Après tout, je ne suis pas intéressé à la publicité Google qui ne donne pas grand chose mais qui pollue les blogues et les sites. De plus, en tant qu’organisme communautaire, nous sommes très difficile sur qui pourrait s’annoncer avec nous. On en refuse plus qu’on peut en prendre.

C’est à ce stade que les constellations se sont enlignés. Je me suis souvenu de l’entrevue que Martin Petit m’avait donné. Il me disait avoir rempli une salle de spectacle avec seulement ses contacts Internet. Ensuite j’ai pensé à Dominic Arpin. Lors d’une conférence devant les relationnistes du Québec, Dominic mentionnait qu’il a décidé de faire cavalier seul et d’avoir son propre blogue, indépendant d’un média. Se vendre lui-même plûtot que de laisser le média le vendre et tout empocher.

Suite à mon délire d’hier soir sur l’avenir de la presse écrite, plus pour faire sourire les gens, j’ai fait un Internet-o-thon en présentant les abonnements du magazine. C’était un gag, une satire, la fin de mon délire, rien de plus. Mais aujourd’hui, je me ravise. Mon fort intérieur était plutôt visionnaire et il m’avait lancé un message pourtant clair, net et précis.

Pourquoi me casser la tête avec une régie publicitaire qui ne semble pas apprécier notre potentiel ou, encore pire, qui ne saurait pas comment nous vendre et à qui nous vendre. Nous n’avons qu’à faire comme Martin Petit et Dominic Arpin. Nous vendre nous-même. Pas vendre la publicité des autres, mais vendre nos propres produits sur nos sites et nos blogues.

Pour un organisme tel le nôtre, de vendre des abonnements à un magazine de réflexion sociale, vendre des documentaires sur l’implication bénévole, vendre des CD de musique des jeunes que nous accompagnons, des livres de cheminement personnel, des guides d’intervention auprès de personnes suicidaires, de joueurs compulsifs et même notre T-shirt à l’effigie du Café-Graffiti, rien de plus naturel. Pour les Internautes qui nous lisent et qui aiment ce que nous écrivons, ce n’est pas de la pollution publicitaire, c’est d’encourager un organisme communautaire dans son orientation en économie sociale et d’offrir des produits et services qui sont la continuité de ce que nous faisons.

Malgré que dans WordPress nous soyons limité dans l’affichage des publicités, nous avions déjà réussi à placer une bannière dans le haut des blogues. Cette bannière annonce les 4 sites de l’organisme. J’ai ensuite fait rajouter une publicité sur chaque côté. Présentement nous y annonçons 2 livres. Nous alternerons régulièrement les publicités pour y présenter l’ensemble de tout ce que nous faisons.

Et voilà ma dernière trouvaille d’hier. À la fin de mes billets apparaîtra une publicité. Elle sera annoncé en caractère gras: PUBLICITÉ. Celui qui ne voudra pas la lire n’aura qu’à arrêter de lire. Mais celui qui aura aimé nos textes, pourra y découvrir les produits et services que nous offrons.

Nous voilà donc dans notre auto-publicité. Nous sommes convaincu que cela sera beaucoup plus pertinent et rentable que les quelques sous qu’on offre pour les « clics » sur des annonces de n’importe quoi. Parce que même si les budgets commencent à se diriger vers l’Internet, les prix offerts pour tout le travail qu’on y fait est encore dérisoire.

Au plaisir de continuer à vous écrire. Au plaisir de vous présenter quelques publicités pertinentes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Tête à tête avec Martin Petit

Tête à tête avec Martin Petit

Dossier Culture et Internet

Raymond Viger, Volume 16, no. 4, Avril-Mai 2008

martinpetit2007 Dans une vie sans blogues, je n’aurais pu m’approcher de Martin Petit plus près que la 4e rangée dans une salle où il présente son spectacle. Et voilà que j’échange des courriels avec lui, on partage des liens sur nos blogues respectifs comme si on était de vieux copains.

Pour ceux qui pensent que les ordinateurs créent un isolement… Vlan dans les dents! Les blogues peuvent autant créer une dépendance nocive qu’être un outil valable de relation. Martin a plusieurs anecdotes à nous raconter sur les avantages qu’ils peuvent nous offrir:

Il y a 15 ans, avec mon groupe les Bizarroïdes, on n’avait pas l’argent pour se payer de la publicité. On faisait des affiches que l’on collait dans les cafés. Aujourd’hui, j’ai organisé un cabaret littéraire, rempli à pleine capacité, juste par mes invitations sur Facebook. Je sauve du temps et de l’argent.

Cette expérience de Martin l’amène à questionner l’industrie du spectacle.

Grâce à ce contact plus direct avec les gens, peut-on imaginer qu’il y aura moins de coûts publicitaires à l’avenir? Ces coûts représentent plus de la moitié du prix du billet. Est-ce que cela va permettre de baisser le prix du billet?

Les blogues créent des possibilités de nouveaux projets.

J’y ai découvert des plumes, des auteurs intéressants. Certains ont pu publier un livre, d’autres ont pu se présenter au cabaret littéraire que j’organise depuis 7 ans. Les blogues créent des réseaux de contacts.

Ils peuvent aussi offrir des outils, des alternatives.

Récemment, j’ai frappé le «mur du net»: j’ai l’impression de mpetit_corpo m’emmerder, que j’ai fait le tour du jardin. Je cherche quelque chose d’intéressant, mais j’ai atteint mes limites. Est-ce la fin de ma vie de blogueur?

J’ai lancé un appel aux blogueurs en leur partageant mon état d’âme. On m’a suggéré d’installer dans mon ordinateur «Stumble». Ce programme prend en notes mes préférences, les sujets que j’aime. Il me propose ensuite des sites qui correspondent à mes intérêts. Un souffle nouveau pour ma carrière de blogueur et je repars à l’aventure.

Martin définit bien ce qui m’avait rejoint dans son blogue.

Bloguer élimine le vedettariat. Nous sommes tous égaux. Même si tu es un artiste connu, si tu écris mal, tu ne seras pas lu. Les gens t’apprécient vraiment pour ce que tu es, ce que tu livres. Quand tu es lu, tu gagnes en confiance, ça te donne le goût de passer à autre chose, d’aller plus loin.

Le blogue, c’est un investissement de temps. C’est un média qui carbure à l’huile de bras. Les blogues créent un réseautage, forgent notre conscience aux enjeux. J’y crois parce que c’est un immense laboratoire pour expérimenter et découvrir toutes sortes de choses. C’est un espace de liberté qu’il faut soutenir, encourager.

Internet a aussi influencé le travail d’humoriste de Martin.

Dans mon écriture, je dois faire beaucoup de recherche. Pour un «show», je dois lire sur les grands thèmes que je développe. Internet me donne accès à une information rapide. Ça facilite ma recherche et la construction de mon numéro. Parfois, je tombe sur de l’information qui risque de m’intéresser, je l’archive pour y revenir plus tard.

Avec une recherche sur Google, je ne trouve pas toujours ce que je veux. Ça vaut la peine de développer autre chose. Les blogues sont une belle technologie qui anime mon travail à la maison.

C’est comme la machine à café au bureau. Le lieu ou l’on prend sa pause et où l’on jase avec des amis quelques instants avant de retourner au boulot. J’y ai découvert du monde, des nuances. Un ton différent qui tranche avec les médias de masse. Les blogues sont un courant de gratuité qu’il faut encourager, une liberté dans un effort personnel.

Que ce soit Facebook ou les autres programmes pour structurer nos échanges et nos besoins, de grandes corporations veulent s’accaparer le temps que les gens passent devant leur ordinateur. C’est devenu l’enjeu de demain. Pour l’entreprise qui veut grossir ses profits et pour le citoyen qui veut changer le monde.

Vous pouvez visiter le blogue de Martin Petit ainsi que son site.

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,

Chicane sur le blogue: Martin Petit, humoriste VS Pierre Cayouette de L’actualité

Chicane sur le blogue: Martin Petit, humoriste VS Pierre Cayouette de L’actualité

L’histoire débute avec la sortie des sondages BBM pour la radio. Radio-Canada a une montée spectaculaire. Ce qui fait dire à Pierre Cayouette sur son blogue qu’en plus de la qualité des émissions,  une des raisons des bons résultats de Radio-Canada “c’est aussi parce qu’il n’y a pas d’humoristes ignares au micro, le midi”.

Martin Petit réagit dans son blogue. Après tout, il est un humoriste et il fait de la radio. Il se sent un peu concerné quand Pierre Cayouette parle des humoristes ignares qui font de la radio. Compréhensible.

Les blogueurs qui suivent Martin Petit en plus de commenter son blogue, vont répondre directement à Pierre Cayouette sur le sien. Pierre Cayouette, habitué d’avoir une moyenne de 6,6 commentaires par blogue en reçoit 33 pour ce seul blogue! Et certains commentaires, pas nécessairement gracieux et versé dans la poésie.

Pierre Cayouette, se sentant attaqué a dû communiquer avec Martin Petit qui, semblait être la source de ces attaques. Celui-ci, sensible à un web propre, décide d’effacer son blogue. Martin Petit considère qu’il aurait peut-être dû réagir sur le blogue de Pierre Cayouette plutôt que sur son blogue.

Pour ne pas cacher mon conflit d’intérêt dans cette histoire, je vous mentionne que j’avais laissé un commentaire sur le blogue de Martin Petit. Commentaire que je qualifierais de pauser et intéressant sur ce débat. Je fais donc partie des dommages collatéraux de cette guerre, mon commentaire ayant été ”flushé” par Martin Petit pour préserver l’honneur de Pierre Cayouette.

Même s’il n’est pas toujours bon de prendre la parole lorsque nous sommes sous le choc de l’émotion, je me permets de le faire. L’avantage du blogue, je sais que mes lecteurs me ramèneront dans le droit chemin si mes blessures me font trop divaguer.

Le lendemain, Pierre Cayouette fait un blogue sur Bill Clennett, Loto-Québec et le jeu compulsif. Mais, dans son dernier paragraphe, il revient commenté les messages reçus la veille. Ce dernier paragraphe de 418 caractères dans un texte qui en contient 1488 représente 28,1% du texte! Un texte qui, ne l’oublions pas devait nous parler de Bill Clennett et de Loto-Québec.

Martin Petit, fidèle à ce qu’il avait annoncé veut commenter la position de Pierre Cayouette directement sur son blogue. Doit-il répondre sur le premier blogue ou Pierre Cayouette parle des humoristes ignares ou sur le deuxième ou Pierre Cayouette livre ses états d’âmes en tentant de parler du jeu compulsif? S’il y avait un code d’éthique pour les blogueurs, la définition de la confusion des genres nous aurait possiblement renseigné sur la marche à suivre. Martin Petit décide de commenter les états d’âmes de Pierre Cayouette.

Personnellement, je suis content que Martin Petit ait parlé dans son blogue de la position de Pierre Cayouette. Si Martin Petit s’était contenté de le faire sur le blogue de Pierre Cayouette, je n’aurais pas été mis au courant de la position de M. Cayouette. Celui-ci avait plusieurs avantages à voir M. Petit réagir dans son blogue. D’une part, cela lui donnait de la visibilité. D’autre part, cela augmentait son lectorat. Et finalement, cela créait un débat, une discussion.

Je suis contre toute forme de violence, qu’elle soit physique ou verbale. Cela inclut aussi les commentaires haineux que l’on retrouve parfois sur le web. Il y a des leçons à tirer de cette expérience. La violence attire la violence. En juxtaposant humoriste et ignare le message de Pierre Cayouette devant ses lecteurs réguliers aurait peut-être pu passer. Ce qui aurait possiblement arrivé si le tout se déroulait dans la version papier du magazine. Mais à partir du moment ou l’information circule, et sur le web, ça circule vite, on rejoint un public plus large. Et en s’adressant à un public plus large, on ne peut pas communiquer de la même façon.

Autre leçon à considérer. Lorsque nous commençons à recevoir des messages haineux, il ne faut pas réagir et monter sur nos grands chevaux. Il faut prendre le temps de bien lire les commentaires de l’autre et y répondre sans violence. Parce qu’encore une fois, la violence attire la violence. Les lecteurs réguliers de Pierre Cayouette ont attisé la fougue des lecteurs de Martin Petit (ou d’autres lecteurs qui aiment les humoristes). Une guerre, même de mots, se joue des deux côtés.

Finalement, j’ai décidé d’émettre mes commentaires sur mon blogue. Je vais aussi laisser un message sur le blogue de Martin Petit ainsi que sur celui de Pierre Cayouette.

Avec cette histoire, je viens d’enfreindre une autre loi des blogues: des textes courts!

Voter pour ce billet dans Cent Papiers.

http://raymondviger.wordpress.com/2007/11/13/journalisme-citoyen-democratie-et-cent-papiers/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/10/15/blog-action-day-du-vin-tout-pres-de-chez-vous/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/09/01/blogday-une-fete-a-inscrire-a-son-agenda/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/04/13/internet-un-soutien-aux-magazines-papier/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/08/30/les-blogues-la-democratie-et-la-convergence/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Martin Petit, le blogueur humoriste

Martin Petit, le blogueur humoriste

Il y a des blogueurs que l’on sait qu’ils vont bloguer, ça fait parti intégrante de leur contrat de travail; Patrick Lagacé, Richard Martineau, Dominic Arpin, Michel Vastel

Il y a les blogues de monsieur-madame-tout-le-monde qu’on nous a présenté dans les médias; Un taxi la nuit, Journal de bord d’une camionneuse (mais qui je crois a cessé d’écrire)…

Il y a les blogues de citoyens impliqués; newsnoncensurés, Renart L’éveillé, et Bruno et qui ouvrent un débat de société…

Il y a finalement les blogues que l’on découvre par hasard et que l’on veut partager. Je viens de découvrir celui de Martin Petit, l’humoriste. Un blogue d’humoriste ça peut ressembler à quoi. Je ne cacherai pas que je ne m’attendais pas à être satisfait dans ma recherche de blogues intéressants. Un gars peut être comique sur scène avec des sketchs bien écrits et pratiqués, ça ne veut pas dire qu’il va capter mon attention. S’il essaye de faire son comique avec une « joke » par jour, c’était voué à l’échec, avant même de le lire.

Mais non. Martin Petit a su capter mon attention.  Martin parle comme un citoyen engagé et non pas comme un humoriste qui cherche à monter sa cote d’écoute. J’ai bien apprécié. Il est naturel, ne se prend pas pour un autre et il est plaisant à lire. Les sujets sont variés et il ne cherche pas à imposer ses idées. Il est capable de lancer une question, un débat. Je me suis fait prendre au jeu. Même que j’ai laissé un commentaire sur un de ses blogues. Ce que je ne fais pas systématiquement dans tous les blogues que je visite.

Cette présentation fait suite au Blogday, le 1er septembre. Pour cette fête des blogueurs il nous fallait présenter notre top 5 des blogues. J’avais trouvé tellement intéressante l’idée que je m’étais engagé à reprendre l’expérience plusieurs fois dans l’année.

Et voilà c’est fait. Bonne fête à tous les blogueurs et bonne continuité. Ne vous inquiétez pas, je n’attendrais pas au 1er septembre prochain pour refaire l’expérience.

http://raymondviger.wordpress.com/2007/11/13/journalisme-citoyen-democratie-et-cent-papiers/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/10/15/blog-action-day-du-vin-tout-pres-de-chez-vous/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/09/01/blogday-une-fete-a-inscrire-a-son-agenda/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/04/13/internet-un-soutien-aux-magazines-papier/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/08/30/les-blogues-la-democratie-et-la-convergence/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/12/06/grande-chicane-sur-le-blogue-martin-petit-humoriste-vs-pierre-cayouette-de-lactualite/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.