Pas de temps pour les vacances

Envahit par les nouveaux projets

Le petit hamster qui m’habite

J’ai tenté de prendre un instant de pause vendredi soir dernier. Avec ma famille, je me retrouve à la salle André-Mathieu pour voir le spectacle le Micro de feu de Martin Petit. Samedi soir, je me retrouve au Château Frontenac pour participer au vernissage de Monk-e1. Le petit hamster qui roule dans ma tête n’a pas voulu prendre un temps de pause.

Raymond Viger Dossiers Communautaire, Presse Communautaire

hamster dans la tête pleins d'idées photos animauxJ’ai adoré et apprécié le spectacle de Martin Petit. Étant une boîte à idée sur deux pattes, quand j’arrête de travailler pour quelques instants, j’ai un petit hamster qui roule à 100 milles à l’heure dans ma tête.

Pendant le spectacle et durant les heures qui ont suivi, j’ai eu quelques idées du tonnerre qui ont retenti dans mon cerveau. Pour me calmer les nerfs, j’ai fait un billet sur mon appréciation du spectacle de Martin Petit. Mais ensuite j’ai fait parvenir un message à Martin Petit ainsi qu’à Pierre Verville pour partager les nouvelles idées qui ne cessent de clignoter dans ma tête.

Château Frontenac et le Musée national des Beaux-art du Québec

hamster photos tourne cage photographies animauxLe lendemain, je quitte pour Québec pour y rejoindre Monk-E, Patrick et Hubert Therrien pour un vernissage de graffiteurs dans un lieu historique et conservateur tel que le Château Frontenac. Je ne pouvais pas manquer un tel événement. Étant arrivé quelques heures à l’avance, j’aperçois une impressionnante murale graffiti. J’arrête au Musée national des Beaux-art du Québec pour une petite visite.

Arrivé ensuite au Château Frontenac, près avoir rencontré son directeur, M. Mercure qui a autorisé le vernissage des graffiteurs, 3 ou 4 coups de pattes de mon petit hamster et me voilà parti pour un grand reportage sur le street art et la Ville de Québec.

hamster photos vacances photographies animauxAvant le retour pour Montréal, Danielle et moi prenons le temps de souper dans un restaurant. Malheur pour moi! Le souper est accompagné d’un chansonnier. À le regarder jouer, il me donne le goût de recommencer la guitare. Un autre projet qui ne réussit pas à entrer dans mon agenda. J’aurais à en faire le deuil tout en continuant d’apprécier sa musique.

En revenant à Montréal à une heure tardive, je n’ai pu m’empêcher de faire un billet sur le vernissage auquel Danielle et moi avions assisté. Question de parler du sujet quand c’est encore chaud.

Un hamster à la place du cerveau

Je peux vous dire que c’est épuisant de prendre un temps d’arrêt. Je ne sais pas comment dire au petit hamster qui trotte dans ma tête qu’il peut prendre un temps d’arrêt lui aussi ou encore aller jouer au tennis ou au golf.

Impossible dans de telles conditions d’imaginer prendre des vacances! J’en reviendrais en louant le stade olympique ou quelque chose du genre!

Je commence à comprendre pourquoi dans ma jeunesse je rêvais de pouvoir me donner des coups de marteau sur la tête pour l’arrêter de temps à autre!

VOS COMMENTAIRES SUR Impossible de prendre un temps d’arrêt, encore moins des vacances

Autres textes qui pourraient vous intéresser:

Pour rejoindre un artiste du Café-Graffiti: (514) 259-6900 cafegraffiti@cafegraffiti.net

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Artistes de la boutique des Éditions TNT:

VOS COMMENTAIRES SUR Impossible de prendre un temps d’arrêt, encore moins des vacances

St-Louis de Blandford: Les caricatures de Mahomet

Les intégristes de St-Louis de Blandford

Intimidation, harcèlement et mise en demeure

Le média communautaire Le Réveil de Saint-Louis de Blandford publie une caricature. Le conseil municipal de St-Louis de Blandford vote une résolution pour faire cesser cette violence envers la Municipalité!

Raymond Viger Dossiers Média, Presse Communautaire, Intimidation

caricatures mahomet st-louis de blandford journal le reveilRappelons les faits. Un camion d’entretien routier accroche un poteau de signalisation de la grande ville de Saint-Louis de Blandford qui compte 996 habitants.

Le média communautaire le Réveil de St-Louis de Blandford en fait une caricature dans son journal. Pour comprendre la gravité du geste posé, j’ai publié ici la caricature incriminante.

Maintenant, je vous laisse découvrir la description de cette monstrueuse violence qui en est faite dans une résolution du Conseil municipal de St-Louis de Blandford , piloté par le Maire Gilles Marchand:

2012-02-55.9 Plainte au Journal Le Réveil

RÉSOLUTION

CONSIDÉRANT

la caricature parue dans le journal communautaire Le Réveil ;

CONSIDÉRANT

que ladite caricature présente un caractère de violence envers la Municipalité et le non-respect de la signalisation routière ;

CONSIDÉRANT

que dans la majorité des éditions du journal, les textes ciblent et/ou mentionnent le nom des employés municipaux par des propos dégradants, enlevant la crédibilité à l’administration municipale ;

CONSIDÉRANT

que la Municipalité désire dénoncer cette situation de violence et compter sur l’appui des associations municipales pour faire cesser ce genre de situation ;

CONSIDÉRANT

que le journal communautaire est réalisé grâce à la participation financière du Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine ;

CONSIDÉRANT

qu’aucune limite en ce sens n’est imposée aux journaux communautaires par le Ministère pour prévenir ou enrayer les attaques envers les contribuables et la Municipalité par le biais de ce genre de publications ;

EN CONSÉQUENCE

Il est proposé par Étienne Veilleux et résolu à l’unanimité des membres du Conseil que la Municipalité adresse une plainte au journal Le Réveil et qu’advenant le cas où la situation se répète dans les prochaines éditions, que la Municipalité adresse des demandes d’appui

  • à la Fédération Québécoise des Municipalités,
  • à la Corporation des Officiers en Bâtiments et en environnement du Québec (COMBEQ)
  • à l’Association des directeurs municipaux (ADMQ)
  • et qu’une demande soit adressée au Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine afin que des sanctions soient prévues dans les cas de propos ou de caricatures à caractère de violence ou de non-respect envers les municipalités dans les éditions des journaux communautaires financés par le gouvernement afin de favoriser le respect de l’administration municipale et prévenir les actes de violence.

Pour répondre à cette tentative d’intimidation, le conseil légal de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ), Maître Alain André a fait parvenir une mise en demeure au Maire Gilles Marchand.

Objet: Mise en   demeure NID: 0640 -Le Journal le   Réveil

Monsieur le maire,

Nous représentons les intérêts du Journal Le Réveil de Saint-Louis-de-Blandford, membre de l’Association des Médias écrits communautaires du Québec (AMECQ) pour laquelle nous agissons comme procureur.

Le 6 février 2012, en séance publique, le conseil municipal de Saint-Louis-de­Blandford a adopté la résolution 2012-02-55.9 qui s’emploie à monter en épingle des événements tout à fait anodins ou sans conséquence à l’encontre du journal Le Réveil, et ce visiblement dans le seul but de saper la confiance que les citoyens peuvent avoir en leur journal communautaire en portant atteinte à la réputation de ce journal et de ses bénévoles.

Notamment, dans les deux premiers paragraphes de sa résolution, le conseil municipal, se référant à une caricature, nous fait part de son intention de « dénoncer cette situation de « violence» (sic) pour décrire le contenu d’une caricature tout à fait anodine et qui, selon nos sources, se réfère tout simplement à un incident mineur et sans conséquence survenu lorsqu’un camion de la municipalité a heurté un poteau d’arrêt!

Il est manifeste que le choix par les membres du conseil de ville d’agir par le biais d’une «Résolution» plutôt que par l’utilisation de moyens plus atténués, moins dramatiques et moins démesurés, révèle un acharnement peu commun à l’encontre d’un journal communautaire! Ajoutons à cela le libellé de cette résolution remplie de sous-entendus lourds de sens, traitant certains textes du Journal Réveil comme étant «des propos dégradants» et qui, toujours selon cette résolution, «enlevant la crédibilité à l’administration municipale» (sic)

Il est donc apodictique que cette résolution ne visait qu’à dévaloriser et à miner la respectabilité et la considération dont jouit dans la municipalité le journal communautaire Le Réveil ainsi qu’à harasser les bénévoles journalistes œuvrant au cœur de ce journal.

De fait, c’est à se demander si cette résolution se voulait avoir pour seul effet de limiter la liberté d’expression garantie aux   journalistes du journal communautaire Le Réveil par la Charte canadienne en cherchant à intimider et à museler les responsables du journal et ses bénévoles?

On ne rappellera jamais assez que la liberté de presse est un fondement de notre démocratie parce qu’elle permet justement de questionner les différents paliers de gouvernements au nom des citoyens. Le journal Le Réveil est un journal indépendant et libre de publier ce qu’il veut, sans se faire dicter son contenu par qui que ce soit et entend le demeurer! Tout citoyen est libre de ne pas être en accord avec certains contenus et d’y exprimer une opinion différente.

La municipalité de Saint-Louis-de-Blandford, ses employés ainsi que tous les membres de son conseil municipal sont donc par la présente mis en demeure

  • de ne pas donner suite à la résolution no 2012-02-55.9 en adressant une demande non fondée de sanctions à quelque organisme que ce soit, public ou privé dans le seul but de nuire et de leur causer des dommages moraux et monétaires ET
  • de cesser tout harcèlement ou intimidation à l’encontre du journal communautaire Le Réveil, ses administrateurs et ou ses bénévoles.

Les artisans de la presse communautaire n’ont rien d’autres à faire que de se défendre contre de telles démarches municipales.

Avec de telles intimidations pour décourager des bénévoles:

  • À quoi sert de faire la semaine du bénévolat pour reconnaître nos bénévoles si on ne cesse de les intimider les autres jours de l’année?
  • À quoi sert de faire des prix pour reconnaître nos bénévoles si on les harcèle le restant de l’année?

Tout ça parce que le maire Gilles Marchand n’entend pas à rire et n’aime pas qu’on caricature SA ville.

VOS COMMENTAIRES SUR Les caricatures de Mahomet à St-Louis de Blandford

Autres textes sur Presse Communautaire et Intimidation

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

VOS COMMENTAIRES SUR Les caricatures de Mahomet à St-Louis de Blandford

Renouvellement de la presse communautaire

Une vague de jeunes artisans pour la presse communautaire

Les jeunes envahissent les médias communautaires

Le week-end dernier avait lieu le 31e Congrès des médias communautaires à Rivière-du-Loup. À la surprise générale, le Congrès a été envahit de poussettes et d’enfants qui accompagnaient leurs parents.

Raymond Viger Dossier Culture, Média, Presse Communautaire

Depuis plusieurs années, plusieurs membres de l’Association des médias écrits communautaires (AMECQ) craignaient pour la relève dans leurs médias. L’âge moyen des artisans de la presse communautaire ne cessait d’augmenter à un rythme plus que rapide.

La tendance vient de s’inverser. Les médias écrits communautaires viennent de prendre un coup de jeunesse. Une série de jeunes artisans décidés de s’impliquer et de prendre la relève se sont présenté au Congrès de Rivière-du-Loup avec des poussettes et des jeunes d’âges préscolaire et du primaire.

Il y avait tellement de jeunes présents qu’il a été proposé pour le Congrès de l’an prochain d’installer un service de garde pour accueillir ces jeunes familles et leur faciliter leur présence.

Dans une période où Québécor et Transcontinental tentent de prendre le contrôle des médias locaux, nous avons maintenant la conviction que les médias communautaires sont là pour rester, garder leur place auprès de leur communauté et de résister aux grands empires.

La presse communautaire ne s’est jamais aussi bien porté! Bienvenu à tous et bonne continuité pour le bien-être de nos communautés.

Autres textes sur Presse Communautaire

VOS COMMENTAIRES SUR La presse communautaire se renouvelle

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

VOS COMMENTAIRES SUR La presse communautaire se renouvelle

Association des médias écrits: prix en journalisme

Association des médias écrits communautaires du Québec

Congrès annuel des journaux communautaires

Danielle et moi revenons du Congrès de l’Association des médias écrits communautaires du Québec qui s’est déroulé ce week-end à Rivière-du-Loup.

Raymond Viger  Dossiers Média, Presse Communautaire

prix journalisme médias écrits presse communautaire journalisteJe profite de cette occasion pour féliciter et remercier tous les artisans de la revue Reflet de Société qui ont travaillé fort pour présenter une belle revue importante et significative pour notre société.

Reflet de Société a remporté plusieurs prix:

Dominic Desmarais est arrivé premier dans la catégorie meilleur reportage pour son texte Business de la guerre portant sur Général.

prix journalisme presse communautaire média écrit journalisteLe photographe Norm Edwards a remporté le premier prix pour sa photo de Lazy Legz sur la couverture de novembre 2011.

Gabriel Alexandre Gosselin est arrivé 2e pour le montage infographique de la revue de novembre (front de Lazy Legz).

Jean-Pierre Bellemare, notre chroniqueur de la prison de Cowansville est arrivé 3e pour son texte Au dessus de tout soupçon.

Avec tous ces prix, Reflet de Société été nommé 2e meilleur média communautaire de l’année au Québec à travers les 100 médias communautaires qu’il y a à travers le Québec. Félicitations au Trait d’Union de Fermont qui a ravi la première position.

Les prix en journalisme de l’Association des éditeurs de magazine (AQEM)

norm edwards meilleure photo photographie presse communautaire média écritDans un mois c’est la remise des prix de l’Association québécoise des éditeurs de magazine (AQEM). Jean-Pierre Bellemare, notre chroniqueur de la prison de Cowansville est finaliste contre Pierre Duhamel de L’actualité, Anne-Marie Lecomte de Chatelaine et Annick Poitras de Jobboom.

Félicitations à tous. Merci pour votre présence et votre implication.

VOS COMMENTAIRES SUR Prix en journalisme de l’Association des médias écrits

Autres textes sur Presse Communautaire

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

VOS COMMENTAIRES SUR Prix en journalisme de l’Association des médias écrits

Des médias écrits sur des sites Internet

Association des médias écrits communautaires du Québec

Des webzines pourraient devenir des médias officiels

Ce week-end se déroule le 31e Congrès de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ). Un vote sera demandé pour reconnaître officiellement les sites Internet qui font des nouvelles locales et régionales comme étant des médias conventionnels.

Raymond Viger Dossier Culture, Média, Presse Communautaire

Ce week-end à Rivière du Loup, une centaine de directeurs et de rédacteurs en chefs de médias écrits communautaires à travers le Québec se réunissent pour le 31e Congrès de l’Association des médias écrits du Québec (AMECQ).

Les statuts et règlements de l’AMECQ sont appelés à être modifié. La grande question qui sera débattue par les artisans de la presse communautaire: devons-nous intégrer les sites Internet qui font des nouvelles locales et régionales comme étant un média écrit communautaire conventionnel?

Ce changement dans les technologies pour publier un média écrit viendra questionner le ministère Culture et Communication. Un média officiellement reconnu comme étant un média communautaire a le droit à une subvention pour son fonctionnement. La base de calcul pour un média conventionnel est son tirage. Comment le calcul serait fait pour un média électronique? Son lectorat ne se limite plus à sa communauté mais devient international.

À noter que le magazine Reflet de Société n’est pas éligible à cette subvention de fonctionnement pour les médias écrits. La revue est considérée comme un thématique provincial, donc pas éligible pour les médias écrits communautaires qui doivent couvrir les nouvelles locales et régionales.

VOS COMMENTAIRES SUR Des sites Internet considérés comme médias écrits

Autres textes sur  Presse Communautaire

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

VOS COMMENTAIRES SUR Des sites Internet considérés comme médias écrits

Disponible: Le magazine Reflet de Société

Magazine et revue

Le numéro du printemps pour Reflet de Société

Tout juste sorti de l’imprimeur, nous nous affairons à faire sécher l’encre du tout nouveau numéro du magazine Reflet de Société.

Raymond Viger Dossiers Commerce équitable, Médias, Presse Communautaire

rapper dali rap music hiphop lac st-jean culture urbaineUn tout nouvel exemplaire du magazine d’information et de sensibilisation vient de sortir de presse. Un numéro bien garni de témoignage humain.

Le rapper Dali fait fièrement la couverture de ce numéro qui annonce le printemps.  Dali, cet artisan de la culture Hiphop, nous présente l’intimidation qu’il a vécu de la part de la communauté Hip hop et du milieu du rap pour avoir chanté avec un homosexuel, Lunatique.

Le joueur compulsif Ali termine son témoignage sur sa vie de gambler et le prisonnier Jean-Pierre Bellemare nous présente le pire crime qu’il ait commis et pour lequel il n’a jamais été sentencé.

Nous pourrons aussi y découvrir la fin du reportage du rapper Général et sa décision de sortir du gang de rue des Bloods.

Guillaume Parent, atteint de paralysie cérébrale nous partage les embuches qui l’ont, malgré tout, amené à un succès pour aider d’autres handicapés à bénéficier de subventions et leur permettre une planification financière pour une éventuelle retraite.

imagePendant que je présente l’histoire de la Bourse et de ses déviences, Normand Charest nous livre un témoignage sur la Justice sociale et l’économie.

Pierre, celui qui a connu les piqueries en tant que travailleur et qui nous décrit son ambiance de travail, notre journaliste Dominic Desmarais présente un projet original, Safewalls qui crée différentes affiches pour le Cirque du Soleil tandis que le journaliste Luc Dupont nous présente l’histoire du Refus Global et son actualité dans un mouvement de liberté sociale.

Les textes seront disponibles sur le blogue dans les mois à venir. Les liens présentés dans ce billet réfèrent aux premières parties des textes annoncés, aux sujets ou aux auteurs.

Photos couverture François Laplante-Delagrave

VOS COMMENTAIRES SUR Le magazine Reflet de Société maintenant disponible

Autres textes sur Médias

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Le magazine Reflet de Société maintenant disponible

Reflet de mon Quartier: une fin

Hochelaga-Maisonneuve perd un média

Il y a près de deux ans maintenant, j’ai vu un projet d’un média communautaire se créer pour Hochelaga-Maisonneuve: Reflet de mon Quartier.

Raymond Viger Dossiers Communautaire, Médias, Presse Communautaire

Le magazine Reflet de Société offrait la formation et l’encadrement à des stagiaires et des citoyens pour le contenu et pour le montage du magazine. Les Nouvelles de l’est proposait une visibilité sur son site Internet et dans son hebdomadaire ainsi que l’encartage pour en assurer la distribution.

Les bénévoles de Reflet de mon Quartier

Plusieurs personnes se sont impliquées dans ce nouveau média communautaire. Je les remercie et les félicite pour leur implication: Pierre Chantelois, Mélissa Tuttle, Johanne Bélanger, Frédéric Lacroix-Couture, Gabriel Alexandre Gosselin, Mathieu Boulva, Josée Beauchamp, Ariane Aubin, Estelle Gombaud, Ève Lemay, Julie Philippe, Normand Charest, Maïram Guissé…

Malheureusement, le roulement des bénévoles et des gens qui se sont impliqués dans Reflet de mon Quartier est trop grand, exigeant un éternel recommencement de formation, d’encadrement et de suivi. De plus, j’ai eu à compenser les vides entre certains départs.

Trop de nouveaux projets

En plus de toutes mes obligations régulières, ma participation dans une série documentaire sur le graffiti à travers le monde, la publication de mon 6e livre, Référencer son blogue… un mot à la fois, les formations que je donne sur L’art d’écrire un blogue pour bien le référencer et le nouveau projet du Café-Graffiti d’archiver et de documenter l’histoire du graffiti à Montréal, le temps me manque pour soutenir Reflet de mon Quartier.

J’aurais aimé pouvoir former une relève pour ce projet et créer son autonomie. Malheureusement, les gens n’ont été que de passage.

Merci encore à tous pour votre implication et au plaisir de vous croiser dans d’autres projets.

À partir d’aujourd’hui, je ne répondrais plus aux commentaires sur le sites des Nouvelles de l’est, mais seulement sur mon blogue.

Raymond

VOS COMMENTAIRES SUR La fin de Reflet de mon Quartier

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

VOS COMMENTAIRES SUR La fin de Reflet de mon Quartier