ADN et peuple: quelle relation?

L’ADN contre le racisme?

L’homme de Kennewick

En 1996, des spectateurs d’une course de bateaux dans l’État de Washington, au sud de Vancouver, eurent la surprise de trouver un crâne humain dans un réservoir.

Colin McGregor Dossier  Chronique du prisonnierRacisme

adnAu début, ils crurent qu’ils venaient de découvrir la scène d’un crime. On appela la police. Mais la datation au carbone établit l’âge de ce crâne à 8 500 ans.

L’homme de Kennewick, nommé ainsi du nom d’une ville proche, fut l’objet d’une grande controverse. La forme du crâne amena les anthropologues à conclure qu’il avait appartenu à un homme d’origine caucasienne, et non à un autochtone. Les Autochtones affirmèrent qu’il s’agissait d’une fraude. « C’est impossible, nous sommes arrivés les premiers », dirent-ils. « Il n’y avait pas d’hommes blancs, ici. Nous étions seuls jusqu’à ce que Christophe Colomb vienne tout déranger en 1492.» Une longue bataille juridique s’ensuivit entre les hommes de science et les peuples autochtones.

L’identité ethnique joue un grand rôle dans notre société, qu’on en soit conscient ou non. Durant des siècles, parmi la population anglaise et irlandaise de Montréal, les préjugés des vieux pays dominaient les relations sociales.

Les Irlandais, qui luttaient pour leur indépendance face à l’Angleterre, étaient considérés comme inférieurs à leurs voisins écossais et anglais soi-disant plus nobles. Les catholiques irlandais possédaient leurs propres écoles (telle que Loyola), leurs propres cabinets d’avocats, leurs propres entreprises et leurs propres quartiers – comme celui de Pointe-Saint-Charles, situé trop près du fleuve, soumis à ses vents en hiver et aux inondations printanières qui menaçaient leurs habitations.

Les recherches modernes sur l’ADN ont contredit beaucoup de prétentions racistes. Finalement, l’homme de Kennewick s’est avéré être un des ancêtres des peuples autochtones actuels – grâce aux analyses d’ADN qui ont permis de clore le débat.

L’évaluation de la forme d’un crâne n’est pas une science exacte. Les apparences peuvent être trompeuses. Et la science peut maintenant corriger la croyance séculaire des Britanniques sur l’infériorité génétique des Irlandais. Les Celtes anglais, irlandais et écossais descendent à 95 % d’un même groupe d’immigrants, arrivés dans les îles britanniques il y a 12 000 ans, en provenance du nord de l’Espagne. Nous sommes tous cousins. Espagnols, en fait. «Olé!»

En ce qui concerne les anciennes conceptions anglophones, heureusement disparues, sur l’infériorité des Québécois francophones, rappelez-vous que 40 % de ceux-ci possèdent au moins un ancêtre irlandais dans leur arbre généalogique. En définitive, le Québec est dans une large mesure une province irlandaise. Les anglophones et les francophones sont aussi des cousins.

Mes propres ancêtres McGregor arrivèrent à Montréal en 1847 à bord d’un bateau en provenance de Dublin, à la suite de la Grande Famine reliée à la culture de la pomme de terre. Pourtant, le nom McGregor est écossais, dans le recensement américain qui me donnera une origine écossaise et irlandaise, une classification ethnique dominante dans des lieux comme l’Arkansas. Les Écossais et Irlandais constituent le groupe de partisans le plus fiable du Parti républicain, si on considère ces groupes du point de vue ethnique. Ils ont créé la musique bluegrass.

Une de mes grands-mères était une pure catholique irlandaise; un de mes grands-pères descendait d’un noble Français ayant trouvé refuge en Jamaïque, il y a des siècles. J’ai des cousins chinois. Mais réellement, quelle différence cela fait-il dans un monde Internet de plus en plus petit?

Pour rendre le racisme encore plus ridicule, considérer le pauvre homme de Neandertal, ce barbare, cet homme des cavernes mal léché, tel qu’on nous le présente dans les films et à la télé. L’homme de Neandertal a occupé l’Europe et l’Asie, jusqu’à ce qu’il soit finalement éliminé par l’Homo sapiens plus évolué, son compétiteur et notre ancêtre, au cours de la dernière période glaciaire. C’est ce qu’on nous racontait autrefois. Mais en fait, presque chacun de nous possède un ancêtre néandertalien dans son arbre généalogique.

À un certain point, lorsque ces deux groupes humains rivalisaient pour des ressources de plus en plus rares dans la neige, ils décidèrent de poser les armes et de faire l’amour, au lieu de la guerre. Certains de nous ont jusqu’à 5 % d’origine néandertalienne – incluant, sans grande surprise, Ozzie Osborne, une des personnes les plus lourdement néandertaliennes que les généticiens aient trouvées. Je n’invente rien.

La génétique déboulonne constamment les mythes. Les Berbères marocains, qui habitent le désert, peuvent revendiquer une ascendance germanique; les nations belligérantes de l’ancienne Yougoslavie proviennent d’une même souche, pourtant elles se sautent à la gorge régulièrement. Vous voyez une personne mendier dans la rue et vous supposez qu’elle doit avoir fait quelque chose d’horrible pour ruiner ainsi sa vie. Mais grattez la surface et vous comprendrez que, parfois, la malchance frappe de bonnes personnes.

Nous jugeons tous les autres selon leurs apparences, que cela nous plaise ou non. C’est un réflexe acquis au cours de notre évolution, autrefois utile pour évaluer au premier contact si nous avions affaire à une menace ou à un allié potentiel, qu’il s’agisse d’un animal, d’une personne ou même d’une plante.

En ce qui concerne le racisme, il importe de comprendre que nous sautons tous aux conclusions. On peut juger de ce que nous sommes vraiment par la manière dont nous traitons les autres. Traitons chacun de manière égale, avec dignité et respect, et nous pourrons surmonter les réflexes de nos premières impressions.

On doit inhumer l’homme de Kennewick en terre autochtone, dans une réserve de 566 550 hectares que se partagent 12 nations amérindiennes, près de la frontière canadienne. Cette réserve est pauvre comme la poussière. L’éducation y dépasse rarement la 9e année ; les Blancs des villes avoisinantes ne donneraient même pas l’heure aux Autochtones. Eux qui habitaient déjà le pays avant la construction des pyramides.

Et de nos jours, les gens branchés envahissent les terres inondables du Sud-Ouest de Montréal. Elles ne sont plus réservées aux seuls Irlandais.

VOS COMMENTAIRES SUR ADN et peuple: quelle relation?

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

    Les livres de Colin McGregor

    Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

    Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

    love-in-3dLove in 3D.

    Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

    This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

    Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

    teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

    Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

    This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

    Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

    quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

    Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

    Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

    Magazine The Social Eyessocial-eyes-web

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    VOS COMMENTAIRES SUR ADN et peuple: quelle relation?

    À une mutation de la jeunesse éternelle

    À une mutation de la jeunesse éternelle

    (Agence Science-Presse) – Une anomalie médicale dissimulerait-elle le secret de l’éternelle jeunesse? C’est ce que font miroiter les généticiens qui, depuis peu, se penchent sur Brooke Greenberg, une adolescente de 16 ans, au Maryland, dont le développement physique est celui d’un bébé de 11 mois.

    Au terme de la première étude scientifique menée sur ce cas, Richard Walker et ses collègues ont constaté que les différents organes ne croissent pas au même rythme: les os sont par exemple plus «matures» que le cerveau et l’estomac.

    Les chercheurs en sont à présent à comparer l’ADN de cette jeune fille avec celui de ses soeurs, à la recherche d’une mutation qui pourrait expliquer ce «développement désorganisé».

    PUBLICITÉ

    Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

    operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

    Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

     

    Après Darwin, les nouvelles révolutions?

    Après Darwin: les nouvelles révolutions?

    Isabelle Burgun

    (Agence Science-Presse – Février 2009) – À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance du père de la théorie de l’évolution, le 12 février prochain, l’Agence Science-Presse a demandé à des chercheurs québécois d’imaginer une révolution similaire à sa théorie et susceptible de changer notre vision de la science. Et de nous-mêmes!

    La génétique comme révolution

    L’épigénétique pourrait être cette prochaine révolution des idées. Cette discipline, qui se penche sur les modifications transmissibles et réversibles de l’expression des gènes en fonction de l’environnement, constituerait un des fondements de la diversité biologique aussi importants que la théorie de Charles Darwin. La découverte de l’ADN et le développement de la génétique auront aussi, de l’avis de quelques chercheurs, un impact considérable dans la manière dont les scientifiques regardent la vie. Mais peut-être la révolution viendra-t-elle des sciences sociales comme le suggère l’un des scientifiques sondés…

    Les avis des scientifiques

    Il existe au sein de la génétique une révolution en devenir qui va bouleverser la théorie de Darwin. Cette nouvelle science en émergence est l’impact de l’environnement sur l’expression génique. Depuis 2006, on se rend compte que des événements épigénétiques se transmettent d’une génération à l’autre. Cet impact semble prépondérant pour le développement de cancers. Mais pour le moment, l’aspect transmissible de l’épigénome est encore mal connu

    — Claude Robert, Centre de recherche en biologie de la reproduction, Université Laval

    Que l’environnement change l’expression des gènes est exceptionnellement important étant donnée la condition très déséquilibrée de notre environnement!

    — Janice Bailey, département des sciences animales de l’Université Laval.

    Si quelqu’un découvrait, dans la complexité grandissante de l’ADN, un code source qui indiquerait que la vie telle qu’on la connaît a été induite et n’est pas apparue par hasard sur Terre, disons que cela pourrait créer autant de remous que Darwin.

    Marc-André Sirard, Chaire du Canada en génomique animale, Université Laval

    La découverte l’ADN et son développement ont révolutionné les sciences au moins autant que les idées de Darwin, en permettant notamment de suivre l’évolution des espèces à travers leurs gènes, mais aussi en permettant de faire avancer énormément nos connaissances en biologie. Mais l’avenir se situerait plutôt du côté des nanotechnologies. À la frontière de la physique, de la chimie et de la biologie, les nanotechnologies pourraient faire avancer la science en permettant de repousser les limites de nos connaissances grâce à la miniaturisation extrême et au développement de nouvelles propriétés des matériaux. Mais il est encore difficile d’en juger aujourd’hui, car nous ne sommes pas encore arrivés au stade des réalisations concrètes et majeures.

    — François Berthod, Laboratoire d’organogenèse expérimentale, Université Laval

    C’est la découverte et l’utilisation de cellules souches embryonnaires en médecine est la première chose qui me vient à l’esprit. La deuxième serait quelque chose qui répondrait à la question: «quand la vie commence-t-elle? À la fécondation ou plus tard?»

    — Florence Dzierszinski, Institut de parasitologie, Université McGill

    En physique, ce qui s’y apparenterait le plus serait l’idée du «more is different». En d’autres termes, on a découvert durant le dernier siècle qu’un électron et un ensemble d’électrons se comportent complètement différemment. Non seulement, l’ensemble est capable des nouveaux effets, comme la supraconductivité, mais si l’on ajoute une interaction entre les membres de l’ensemble, on peut observer des effets très riches avec des propriétés inattendues.

    — Andréa Bianchi, Chaire de recherche du Canada sur les nouveaux matériaux pour applications à la spintronique, Université de Montréal

    Copernic a montré que nous n’étions pas au centre de l’Univers, Darwin que nous n’étions pas le but de la création, et Freud que nous n’étions pas au contrôle de toutes nos actions individuelles. Trois coups durs pour notre ego! La prochaine révolution nous forcera probablement à encore plus d’humilité et viendra peut-être des sciences sociales qui montreront que nous ne pouvons contrôler collectivement qu’une très faible partie du destin de notre espèce. Les guerres, les famines, les crises économiques, les problèmes environnementaux, les révolutions politiques, les progrès techniques, les avancées philosophiques, les religions; tout cela devrait être analysé sous un angle nouveau. Un nouveau regard sur nous-mêmes qui changerait sans doute notre perception de l’avenir, en nous angoissant ou en nous libérant. Seul l’avenir nous le dira!

    — Dominique Berteaux, Chaire de recherche en conservation des écosystèmes nordiques, Université du Québec à Rimouski

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

    Le livre est disponible au coût de 10,00$.
    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

    Spore: jeu vidéo d’évolution biologique

    Spore: jeu vidéo d’évolution biologique

    Amélie Daoust-Boisvert

    (Agence Science-Presse) – Il est derrière la franchise de jeu d’ordinateur la plus vendue de tous les temps. Après cent millions de copies de cet univers où le joueur invente à son avatar virtuel une maison, un emploi, des amis et des amours, Will Wright lançait dernièrement un jeu qui se targue de fusionner génétique et évolution avec une expérience ludique. De The Sims à Spore, divertissement électronique et science se conjuguent-ils au présent… ou à l’imparfait?

    Quatre joueurs testent Spore

    L’Agence Science Presse a observé la perception du jeu chez différents joueurs. Jonathan est un artiste: la biologie et autres chimies remontent au secondaire. Son ami, Jonathan, est informaticien: ses notions de biologie lui viennent du cégep. Alors que Valérie détient un bac en écologie et est aujourd’hui naturaliste et animatrice scientifique, Mélanie détient une maîtrise en écologie et comportement animal.

    Un premier choix confronte les joueurs: herbivore ou carnivore. Leurs animaux-cellules se promènent et grossissent en mangeant – et en évitant d’être dévorés – dans un océan grouillant. «Ça commence mal… ils représentent mal la cellule», dit Valérie d’emblée. Des unicellulaires avec des yeux et une bouche ne convainquent pas la biologiste. Le premier stade de Spore se rapproche plus exactement des protozoaires, les animaux multicellulaires minuscules. Amusés, ils poursuivent et les voilà qui atteignent le deuxième niveau: la terre ferme.

    Evolution à la carte

    Jonathan trouve que l’évolution entre l’eau et le plancher des vaches s’est fait à une vitesse fulgurante. En effet, tout stade entre l’unicellulaire et le carnivore terrestre est éliminé. Pour «évoluer», la bibitte créée par chacun des joueurs ramasse de nouveaux caractères – pattes, nez, plumes – dans des carcasses et en obtenant des points ADN – en charmant une autre espèce, par exemple. Lors de l’accouplement, l’animal se retrouve dans un atelier où selon les points et les caractères accumulés, il peut changer d’apparence. Nos deux biologistes, Mélanie et Valérie, expliquent qu’«il n’y a aucune pression de sélection. Qu’on soit gros ou petit, rouge ou vert fluo, ça ne vaut pas la peine, il n’y a pas de différence. Et, d’une fois à l’autre, la bibitte peut passer de petite poule à T-Rex si on le veut!» «Les carnivores, même si l’on met leurs yeux en avant, ça ne change rien, alors que ça a des raisons évolutives», poursuit Mélanie. Bref, tout est sélectionné par la fantaisie du joueur, et le hasard, moteur de l’évolution, est évacué.

    Réserve des scientifiques et des joueurs

    Will Wright connaît les réserves des scientifiques sur la représentation de l’évolution dans Spore. Pourtant, il affirme qu’«au début de la conception, les travaux de biologistes comme Richard Dawkins et Edward Wilson m’ont stimulé». En entrevue au New York Times peut avant la sortie officielle du jeu, il expliquait qu’il voulait montrer les grandes lignes de l’évolution, mais pas faire attendre le joueur «des millions d’années pour que quelque chose se passe». «J’ai rencontré plusieurs scientifiques, leur a-t-il confié, mais tu découvres beaucoup de choses et dois décider quels 20 % serait cool et amusants dans un jeu.»

    Après quelques heures devant leurs écrans, ce n’était pas tant les différents détails que la vision d’ensemble qui titillait les cobayes de ce test. «Ça montre une évolution dirigée vers le cerveau. Ça renforce la fausse croyance que l’évolution est dirigée et qu’elle tend vers une forme supérieure, l’humain», a résumé Valérie. «Tout Québécois qui a complété son secondaire possède les bases suffisantes pour comprendre que ça ne fonctionne pas», a complété Jonathan, dont la bibitte devenue un féroce carnivore se tenait prête à diriger une civilisation.

    Science et informatique

    La science de l’évolution a profité du jeu et de l’informatique qui lui ont permis de créer des simulations cruciales. Aujourd’hui, les jeux veulent s’inspirer de la science. Même sur Facebook, on peut afficher sur son profil une petite application, Evarium, où des unicellulaires stylisés en forme de fleurs se reproduisent et évoluent. C’est le chercheur Ralph Haygood, de l’Université de Duke, qui en a eu l’idée.

    Si Spore n’est même pas une vague métaphore de l’évolution, il apparaît de source sûre qu’une certaine biologiste fort critique s’y amuse malgré tout depuis plusieurs semaines…

    Exergue: Au commencement était une météorite qui s’écrasa dans l’océan d’une planète propice à la vie, raconte Spore. Dès lors, la vie sous forme unicellulaire apparaît.

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
    Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

    Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

    Squelettes en Amérique: aux paléontologues ou aux Amérindiens?

    Squelettes en Amérique: aux paléontologues ou aux Amérindiens?

    Dossier Autochtone

    (Agence Science-Presse) – Ces dernières années, les disputes autour d’ossements nord-américains vieux de plusieurs milliers d’années semblaient pencher en faveur des Amérindiens : les tribunaux, les universités et les musées reconnaissaient leur droit à récupérer ces ossements, au grand dam des paléontologues qui faisaient valoir la nécessité de les conserver pour de futures études. Plus tôt cette année, un tribunal californien a plutôt tranché en faveur d’une université: des ossements vieux de 10 000 ans, et découverts en 1976, dont les scientifiques espèrent bientôt pouvoir en extraire des restes d’ADN, grâce aux progrès récents de la génétique. L’argument du tribunal est qu’aucun des 13 groupes amérindiens de la région ne peut démontrer un lien, historique ou culturel, avec ce squelette.

    Val d’Or: des Indiens dans ma ville

    Val d’Or; itinérance, jeu compulsif, alcool et drogue

    Le logement à Val d’Or pour les autochtones

    Kistcisakik: le village sans école

    La Wapikoni Mobile reprend la route

    La boutique Teuehikan, village Piekuakami-Ilnuatsh à Mashteuiatsh: Les Montagnais du Saguenay-Lac-St-Jean

    Les Toltec, autochtones mexicains et leur génocide par les Américains

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

    Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,

    Effacez mes gènes

    Effacez mes gènes

    (Agence Science-Presse) – La Grande-Bretagne a été la pionnière dans la constitution de bases de données de l’ADN des criminels ou de personnes soupçonnées d’un crime: le but étant d’avoir sous la main toutes ces données, le jour où on récolte sur les lieux d’un crime de l’ADN non-identifié. Mais le pays va devoir détruire 800 000 des 4 millions et demi de «profils» contenus dans ses archives, a décrété en décembre le tribunal. Il s’agit des échantillons provenant de gens qui avaient été soupçonnés, mais acquittées ou jamais jugées. La conservation de ces données, lit-on dans le jugement, constitue «une ingérence dans le droit à respecter la vie privée des citoyens concernés».

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

    operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

    Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Mots clés Technorati : ,,,,,,,,

    Cellulaires: les pro-cancer en eaux troubles

    Cellulaires : les pro-cancer en eaux troubles

    Agence Science-Presse

    Le téléphone cellulaire cause-t-il le cancer? Ceux qui affirment que oui n’ont pas beaucoup d’arguments solides à offrir, en dépit de recherches intensives menées depuis deux décennies. Et deux études qui leur étaient favorables font à présent face à des accusations de fraude.

    L’auteur principal de ces deux études, Hugo Rüdiger, de l’Université médicale de Vienne, a accepté de retirer son étude de 2008, et une enquête sur celle de 2005 est en cours.

    Des études trompeuses

    Ces deux études étaient les seules qui, parues dans des revues dotées d’un comité de révision par les pairs, concluaient que les ondes électromagnétiques des téléphones cellulaires peuvent entraîner le cancer.

    La première critique était venue du biologiste Alexander Lerchl, de l’Université Jacobs, en Allemagne. Pointant du doigt des anomalies statistiques dans l’étude de 2005, il avait contacté la revue où cette étude était parue, Mutation Research. Laquelle revue, en novembre 2007, avait rejeté ses allégations, affirmant qu’il aurait été impossible de maquiller les données en question pour les faire arriver au résultat souhaité.

    Début 2008 toutefois, le comité d’éthique de l’Université médicale de Vienne en arrivait à la conclusion inverse : « les données n’ont pas été mesurées expérimentalement, mais fabriquées ». Hugo Rüdiger a accepté de retirer les deux articles puis s’est rétracté, lorsqu’il a appris que le président du comité d’éthique, un juriste, avait dans le passé travaillé pour une compagnie de télécommunications.

    Plus de vérifications

    L’Université a donc réuni, en juin 2008, un second comité d’éthique. Après l’avoir rencontré, le Dr Rüdiger a accepté de retirer l’article de 2008, à condition que le comité accepte de considérer que, pour l’autre article, « l’affaire est close ». Mais la revue Mutation Research mène une enquête à ce sujet, révélait récemment la revue Science.

    Et entretemps, le directeur du département où travaillait Rüdiger (il a pris sa retraite en octobre 2007) a identifié dans les carnets du laboratoire de 2005 à 2008 des entrées de données suspectes, attribuées à une technicienne, qui a démissionné depuis.

    Légende urbaine

    L’histoire serait banale si elle ne concernait pas un sujet aussi controversé : l’association entre cancer et téléphone cellulaire est née d’une légende urbaine. Même ceux qui sont convaincus que les ondes électromagnétiques, à d’aussi faibles doses, peuvent endommager l’ADN penchent plutôt vers l’existence d’un lien plus subtil : dans l’activation ou l’expression des gènes peut-être, et encore, ce n’est pas sûr.

    À lire

    Do Cell Phones Cause Brain Tumors par Steven Novella sur la difficulté à trancher cette question et surtout à faire le tri entre les études contradictoires

    http://www.theness.com/neurologicablog/?p=26

    En français, sur le site de l’émission Une pilule une petite granule

    http://pilule.telequebec.tv/pages/Categorie-de-sujets-dun-emission/la-question-du-public.aspx?emission=85&date=2007-02-01

    Une légende urbaine

    http://www.sciencepresse.qc.ca/congres/js/0203b.html

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

    tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

    Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

    Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

    Bigfoot et le Yéti de l’Himalaya

    Bigfoot et le Yéti de l’Himalaya

    Laureen Martin – Agence Science-Presse – Il y a quelques jours, deux chasseurs américains, Matthew Whitton et Rick Dyer, avaient affirmé avoir découvert le corps du « Bigfoot », une créature mi-homme, mi-singe censée vivre dans les montagnes d’Amérique du Nord. Hélas pour eux, le canular a été révélé : Bigfoot était un… costume de singe placé dans un congélateur! Whitton et Dyer avaient reçu une compensation financière en échange de leur histoire. Retour sur une « découverte » scientifique peu banale, mais très… peut-être trop médiatisée.

    Capture du Bigfoot

    Ils avaient l’air fier de leur grosse prise! Et pour dire, ces chasseurs n’avaient pas attrapé un lapin, mais une créature mythique! Le « Bigfoot », rival du Yéti de l’Himalaya, aurait été filmé pour la première et dernière fois le 20 octobre 1967 dans une forêt du nord de l’état de Californie (film dont l’auteur a révélé en 2002 qu’il s’agissait d’un canular). Whitton et Dyer affirmaient pourtant, eux, avoir découvert le corps du célèbre bigfoot lors d’une randonnée dans les montagnes de l’état de Géorgie aux États-Unis. Ils auraient amené la carcasse, haute de deux mètres et pesant 270 kg, vers un lieu secret afin de le conserver à l’abri dans un congélateur.

    Bigfoot: conférence de presse

    Et ils n’ont pas attendu longtemps pour l’annoncer au monde entier! Une conférence de presse très courue a eu lieu le 15 août à Palo Alto, en Californie. Des dizaines de journalistes étaient là pour assister à cette « grande découverte ». Matthew Whitton et Rick Dyer, fonctionnaires de police, étaient accompagnés de Tom Biscardi, animateur d’une web-radio dédiée au phénomène du yéti et parfait dans le rôle de communicateur.

    L’objet de cette conférence de presse était la présentation des preuves, notamment deux photos (floues) de l’animal, dont l’une est censée exposer sa bouche. Des échantillons d’ADN ont aussi été envoyés par Tom Biscardi à Curtis Nelson, biologiste à l’Université du Minnesota. Un des ces échantillons appartient à un être humain, l’autre à un opossum. Pour Tom Biscardi, l’explication est simple : l’échantillon humain est une « erreur » et celui de l’opossum prouverait que le yéti se nourrissait de ce charmant marsupial…

    Bigfoot: doute des scientifiques

    Sans surprise, la plupart des scientifiques interrogés doutaient. Jeffrey Meldrum, professeur d’anatomie et d’anthropologie à l’Université de l’Idaho avait déclaré au Scientific American « Je suis extrêmement sceptique à propos de cette affirmation, a-t-il dit. Je pense que les photos jettent un sérieux doute quant à leur affirmation. Cela ressemble juste à un costume avec quelques faux boyaux jetés dessus », avait-il même dit, avant que le canular ne soit éventé.

    Bigfoot: fraude et canular

    D’autant plus que l’homme qui a orchestré tout cela n’a pas une bonne réputation. En 2005, Tom Biscardi avait déjà affirmé avoir capturé le Bigfoot… mais personne ne l’avait jamais vu. Il est aussi connu comme un publiciste hors pair qui tire profit de ce genre de thème. Durant la conférence, il a vanté les mérites de ses produits dérivés concernant le Bigfoot qu’on peut facilement acheter sur son site Internet!
    Aux dernières nouvelles, un organisme voué à la chasse au Bigfoot menaçait de poursuivre Whitton et Dyer pour récupérer les 50 000$ qu’il leur aurait versés pour obtenir les droits sur leur histoire. 

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

    Le livre est disponible au coût de 9,95$.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

     

    Traitement de la trisomie 21 par l’ADN

    Traitement de la trisomie 21 par l’ADN

    Amélie Daoust-Boisvert, Agence Science-Presse – Si l’ADN est un fil, pourquoi ne pas utiliser une machine à coudre pour le manipuler? Ce ne sont pas des tisserands, mais des scientifiques japonais qui ont mis au point la première machine à coudre à l’échelle de l’ADN. Avec cette nanomachine, on manipule délicatement l’ADN sans le briser. Ainsi, on pourra mieux détecter les maladies génétiques.

    Elles sont identifiées grâce à des marqueurs, des fluorescents qui se lient spécifiquement aux séquences en cause dans les maladies comme la trisomie 21. Souvent, ce drapeau fluorescent se retrouve pris dans les enroulements des fils d’ADN et il est difficile à détecter. « Quand l’ADN est déroulé par des microcrochets et des bobines, le gène ciblé devient facilement détectable », explique le professeur Terao à l’origine de la machine à coudre moléculaire. Tout comme le fil de la couturière, l’ADN est enroulé sur deux bobines et une partie se trouve exposée et tendue entre les deux. Un laser fait tourner les bobines et l’ADN qui se déroule peut être observé. La boîte à outils du scientifique se raffine et rétrécit…

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    PUBLICITÉ

    l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

    Le livre est disponible au coût de 19,95$.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,