À quand le retour de La Soirée du hockey? demande Amir Khadir

À quand le retour de La Soirée du hockey? demande Amir Khadir

Dans le courrier du lecteur du Journal de Montréal du 26 février dernier, Amir Khadir nous parle de son intégration au Québec dans les années 1970 grâce, entre autre, à La Soirée du hockey qui a su remplacer sa ferveur du soccer.

Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire propose que La Soirée du hockey effectue un retour au jeu sur le réseau de télévision publique pour que La Soirée du hockey soit accessible à tous les Québécois, toutes origines confondues. Amir Khadir nous parle de son intégration et de l’importance qu’un réseau de télévision publique soit un outil d’information, d’éducation et de divertissement populaire.

Je n’ai pu m’empêcher de faire le lien avec un article qu’un travailleur de rue, Alain Martel de la Rive-Sud avait publié dans Reflet de Société il y a près de 2 ans. Cet article présentait la relation qu’un père pouvait établir avec son fils lors de la La Soirée du hockey. Alain Martel était attristé que La Soirée du hockey ne soit plus accessible gratuitement à tous les Québécois et à leurs enfants.

Radio-Canada et les Canadiens vont-ils entendre ces cris du coeur?

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/31/la-soiree-du-hockey-un-moment-priviliege-entre-son-pere-et-son-fils/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Salut à mon amie Marie-Louise

Salut à mon amie Marie-Louise

Alain Martel, travailleur de rue Montérégie.

Volume 14.6, août 2006

Dans le merveilleux monde de l’intervention et du travail de rue, on a la critique facile quand ça touche les institutions. Les CLSC, par exemple. On les dit fermés, mal adaptés, pas commodes, comme notre système de santé. On pourrait en écrire davantage. Mais, à un certain moment donné, on rencontre des individus qui changeront ces perceptions à jamais. Marie-Louise Côté a été une de ces personnes, pour moi.

Marie-Louise a été une organisatrice communautaire chevronnée. Je dis qu’elle l’a été parce que, ce 27 juin, j’assistais à son dîner de retraite. Femme de caractère, organisée, intelligente, et ce ne sera pas ce que je retiendrai le plus d’elle. Ce sont ses qualités humaines qui demeureront dans ma mémoire.

J’ai rencontré Marie-Louise quand on m’a assigné à la table de concertation jeunesse de Brossard. Je venais à peine d’être promu coordonnateur du travail de rue pour le Carrefour Jeunesse Rive-Sud. J’arrivais avec un bagage de douze années de travail terrain et j’assistais à ma première table de concertation officielle. J’avais l’habitude de repasser dans ma tête chaque commentaire qui me venait à l’esprit. Je trouvais ça plate, ces réunions-là. Et les deux animatrices, les deux Maries (je vous salue Marie pleines de grâce…) rigolaient. Marie-Louise a senti qu’il lui fallait un genre d’animation qui saurait attirer mon attention et pour me mener dans une sphère de réflexion mieux organisée sans déshumaniser le résultat. Elle a su le faire avec sa collègue Marie-Claude.

Marie-Louise est une femme profondément humaniste. Sans préjugés. Pour vrai. Elle n’a pas de préjugés. Elle veut être proche des gens. Elle aurait pu monter dans la hiérarchie, mais ça l’aurait éloignée des gens. Elle a décidé d’influencer les décideurs par son analyse et son ardeur à promouvoir les bonnes conditions humaines. Elle est sensible à la condition des gens. Elle partage volontiers ses idées et son énergie. Elle a compris la nécessité et l’utilité de la concertation, du travail d’équipe. Elle a réussi à nous mener dans une forme de concertation où l’être humain qui recevait les services prenait la place qui lui revenait. Je pense qu’elle a influencé l’ensemble de la table. Elle a laissé un riche héritage à Chantal, sa digne successeure.

Ce que je retiendrai, donc, c’est sa patience angélique. Elle a su me comprendre et m’attendre dans mon développement. Son regard. Quand elle trouvait que je dépassais les bornes, elle n’avait qu’à me lancer ce regard. Ceux qui l’ont reçu savent de quoi je parle. Par ce seul regard, accompagné d’un sourire diabolique, je comprenais que c’était le temps de me la fermer. Elle a toujours su reconnaître le potentiel des gens. Heureusement pour moi. Et finalement, sa grande fidélité. Comme dit la chanson, quand elle aime une fois, elle aime pour toujours! Heureusement pour moi. Merci pour tout ça.

Cherchez donc qui est votre Marie-Louise. On en a tous une. Prenez la chance de la remercier comme il se doit. Salut à mon amie Marie-Louise. Merci de me lire. Merci de me publier.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Violence au hockey dans les gradins

Violence au hockey dans les gradins

Alain Martel, travailleur de rue, Montérégie, Vol 14.1 octobre 2005

Mais que se passe-t-il dans nos arénas? Je ne parle pas ici de la Ligue nationale de hockey et de sa guerre entre milliardaires et millionnaires…

Dans le bras de fer entre joueurs et patrons de la Ligue nationale de hockey, ils se sont empressés d’oublier toutes les personnes qui dépendent d’eux pour nourrir leurs familles: placiers, vendeurs de hotdogs… (dans la belle Ligue nationale, on ne s’en préoccupe surtout pas). Mais je serai probablement le premier rivé à ma télé quand ça va recommencer (pas trop de colonne, le gars!).

Non, en fait, je veux parler du gars qui est mort pour avoir défendu son fils. Son jeune se faisait écoeurer par le père d’un autre hockeyeur pour je ne sais pas trop quoi. Vous en avez entendu parler? Ça m’interpelle.

Quel exemple donne-t-on aux jeunes quand les adultes deviennent fou braque pendant une partie de hockey Bantam? Pourtant, c’est à un niveau où l’on est supposé apprendre le jeu d’équipe, s’amuser entre amis, apprendre à faire des efforts.

Gloire et fortune

Là, un père se dit que son fils a de la graine de Wayne Gretzky et que, si tout va bien, il prendra sa retraite dans cinq ans et suivra son fils dans les villes où jouent les équipes de la Ligue nationale (quelle ligue? Enfin…). Rêves de gloire et de fortune! Tout ça pour voir son fils faire la grève pour gagner 2 ou 3 millions de plus par année…

Et le fiston, lui? Comment se sent-il maintenant? Son paternel a tué le père d’un joueur. Il en pense quoi du hockey et de ses promesses élitistes? C’est ce qui me fait rager.

Encore une fois, on voit des événements tragiques causés par des gens qui n’ont pas pensé à leurs enfants. C’est rien pour diminuer la pression de la performance. C’est rien pour aider à cultiver une passion qui aiderait à éviter les problèmes.

Je sympathise avec la famille frappée par le malheur. Mais aussi avec le fils du gars qui est vivant. Le reste de sa vie, il aura à répondre à la question: «C’est ton père qui avait pété sa coche en 2005? Es-tu comme lui?» Pensons donc aux valeurs que nous voulons inculquer à nos jeunes. Rappelons-nous que nos enfants apprennent par ce qu’ils voient et non par ce qu’on leur dit. Merci de me lire. Merci de me publier.

Textes sur la famille.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Ben Laden, Saddam Hussein, boucs émissaires des États-Unis?

Ben Laden, Saddam Hussein, boucs émissaires des États-Unis?

Par Alain Martel, Carrefour Jeunesse Longueuil

Quiconque regarde un tant soit peu les nouvelles, de ce temps-là, en a entendu parler. Saddam est «L’ENNEMI». Il en faut un: Ben Laden est disparu. Il faut concentrer l’attention de la population sur quelqu’un d’autre. De plus visible, plus accessible, plus facile à attraper. Sinon, l’attention reviendra sur l’économie. Sur ces merveilleuses entreprises du «Rêve américain» qui viennent de mettre des milliers de gens, d’épargnants d’une vie, dans la dèche. Les Enron, Nortel et autres. C’est plus payant politiquement de taper sur un pays que nous avons nous-mêmes armé et entraîné quand cela faisait notre affaire, parce qu’il ne veut pas se plier à «l’idéal américain», la belle démocratie capitaliste…

Questionnement

Oh boy! Le problème, c’est qu’il est impossible de savoir ce qui se passe vraiment. Il faut avoir une confiance aveugle en nos dirigeants. Le méritent-ils? Je trouve ça très difficile. Personne nous dit la vérité. Ça finit toujours par une forme de démagogie subtile ou non. On joue avec nos sentiments, nos peurs, nos susceptibilités et nos sensibilités. On sait comment obtenir de nous à peu près n’importe quoi.

Conflit d’intérêt

On voit des exemples de «gestion américaine». Ce qui me fâche, c’est que Monsieur Bush lui-même s’est arrangé pour sauver ses économies en récupérant ses investissements quelques jours à peine avant que ça ne s’écroule. Comme on peut facilement s’en douter, il ne fait pas ce qu’il demande aux autres. Pourquoi devrait-on faire différemment d’un gars respecté, le Président des U.S.A., un gars qui connaît la gimmique? S’il enlève son argent, il doit savoir? Alors, j’enlève le mien?

Pendant que des personnes dites expertes, payées à coups de millions, engloutissaient les économies de personnes comme vous et moi, ils se payaient le luxe qui ne nous est même pas accessible dans nos rêves. Quand les gens se sont mis à récupérer leurs économies aussi, la Bourse a capoté. Et là, on s’est décidé à faire payer quelques boucs émissaires, quelques vice-présidents de ceci ou conseillers de cela afin que nos yeux se ferment et que notre argent se retrouve encore entre les mains dont on ne sait trop qui qui refera la même chose, etc, etc.

Nos économies

Voilà donc ma question. S’il est impossible de faire confiance à nos dirigeants en ce qui concerne nos économies, (ce qui nous a pris des années à ramasser afin de pouvoir jouir de la vie quand nous serons considérés comme trop vieux pour y participer); s’il leur est impossible de faire attention à nous quand ça nous concerne aussi directement, comment pouvons-nous les endosser en ce qui regarde l’Irak et tous ceux qui suivront? Je ne peux les soutenir les yeux fermés.

La paix

Demandons à nos députés fédéraux de porter nos voix aux Communes et de dire à notre gouvernement que nous ne voulons pas de cette guerre et de cette vendetta. Nous voulons que le Canada conserve son rôle de médiateur et sa neutralité. Il y a assez de femmes, d’enfants et d’hommes de tous âges qui meurent pour que nous puissions continuer à nous faire fourrer dans notre grande utopie du rêve américain. Finalement, pouvons-nous leur en vouloir de ne pas jouer le grand jeu américain?

Pied-de-nez à George W. Bush, Jimmy Carter prix Nobel de la paix

Le 11 septembre

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.