La lecture en cadeau: 195 000 livres distribués en 10 ans!

La lecture en cadeau: 195 000 livres distribués en 10 ans!

Gabriel Alexandre Gosselin       Dossier Éducation, Décrochage

logo_accueil_fr_175 Pour une dixième année consécutive, la Fondation pour l’alphabétisation distribue des livres aux enfants défavorisés du Québec dans le cadre de La lecture en cadeau. Lors de la distribution des dons en mai prochain, ce sont 29 614 enfants défavorisés âgés entre 0 et 12 ans qui recevront un livre gratuitement. La fondation tient à remercier du fond du cœur tous ses donateurs de l’édition 2009.

Une collecte fructueuse

En 10 ans, ce sont 195 000 livres qui ont été distribués à travers le Québec. La collecte pour l’édition 2009 de La lecture en cadeau s’est déroulée en novembre et décembre 2008.

Cindy Gauthier, relationniste pour la Fondation pour l’alphabétisation, mentionne que la plupart des donations proviennent de librairies ainsi que des différents Salons du livre tenus au cours de l’année. Elle note tout de même que les collectes au sein des entreprises sont fortement encouragées, par exemple, en demandant à chaque employé d’apporter un livre dans la période précédant les Fêtes.

Un don qui revient à sa région

Tous les livres amassés sont rassemblés dans un même lieu, puis reclassés. Selon d’où il vient, et la catégorie d’âge à laquelle il s’adresse, le livre sera redistribué dans les écoles primaires et CPE de sa région. «On a compris que les gens donnent pour que ça reviennent à leur milieu proche. C’est pour ça que c’est important pour nous que les livres reçus dans une région reviennent à cette région», souligne Mme Gauthier. Pour elle, cette façon de procéder permet à la collecte de satisfaire les donateurs, de les remercier du coup à la hauteur de leur implication.

Prévenir le décrochage et l’analphabétisation

Par La lecture en cadeau, la Fondation pour l’alphabétisation vise à prévenir le décrochage et l’analphabétisation chez la jeune population moins bien nantie du Québec. Pour en savoir plus, visitez le site de la Fondation pour l’alphabétisation.

Vos commentaires sur La lecture en cadeau

Autres textes sur le Décrochage:

Multiples facettes du décrochage

Le décrochage, histoire de sexe?

Décrochage, musique et Sans Pression

CAP libre: éducation alternative pour jeunes décrocheurs

Comment vivre avec la dyslexie?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,

.

Vos commentaires sur La lecture en cadeau

Les genoux du bonheur

Journée d’alphabétisation familiale
Les genoux du bonheur
Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

C’est elle qui a choisi le livre. Tenu fièrement par sa couverture bariolée, il rejoint les genoux de sa maman où vient de se hisser la petite Maëlle. «Pendant la lecture, nous sommes très complices, c’est comme si on s’évadait ensemble dans un monde imaginaire», explique Bérengère. La maman de la fillette de 4 ans et demi reste fascinée par le plaisir et la curiosité de son enfant pour chaque nouvelle histoire et espère que ce bonheur se prolongera quand Maëlle saura lire toute seule.

En marge de la Journée pour l’alphabétisation célébrée en novembre, la Journée nationale de l’alphabétisation familiale, qui se tenait le dimanche 27 janvier, célèbre depuis bientôt dix ans le plaisir d’apprendre à lire, écrire et compter en famille.

Lancé en 1999 par la Fondation pour l’alphabétisation ABC Canada, cet événement invite les familles à se livrer à différentes activités axées sur l’apprentissage. Son président honoraire, l’auteur jeunesse Robert Munsch, s’apprête même à fêter cette journée sur le thème des pirates avec la famille gagnante du concours Munsch chez soi : les Kurbis-Friesen de Winnipeg. Au Québec, de nombreuses activités encourageaient l’alphabétisation en famille ce dimanche, mais elles sont bien moins nombreuses que dans les provinces anglophones.

Un apprentissage de famille
«La famille, c’est le lieu de reproduction de l’analphabétisme. Lorsque les parents ne lisent pas, ne se sentent pas compétents pour épauler leurs enfants à l’école… C’est un héritage infernal de génération en génération dans les milieux pauvres et faiblement scolarisés», s’exclame Maryse Perreault, présidente-directrice générale de la Fondation pour l’alphabétisation.

Connue pour son programme La lecture en cadeau, la fondation possède aussi une ligne Info-Alpha (1-800-361-9142) d’aide et de référence pour les personnes analphabètes ou en quête de formation de base en lecture et écriture. Et comme le révélait l’enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes, rendue publique en 2005, près de 42 % de la population canadienne possède de faibles ou très faibles connaissances pour fonctionner dans la société actuelle du Savoir.

Il faut aussi changer l’idée reçue que les aînés sont les seuls qui ne savent pas lire et écrire. «C’est un tabou social et il y en a des analphabètes dans toutes les tranches d’âges. La corrélation se fait plutôt avec la pauvreté et le niveau de scolarisation», tranche Maryse Perreault. Elle relève que 36 % des 16-25 ans sont sous le niveau nécessaire (niveau 3 soit l’équivalent des compétences données par le cinquième secondaire) alors qu’ils ont toute leur vie active devant eux.

Les actions ciblées sur les enfants et les adultes, l’aide aux devoirs, les programmes de lutte contre le décrochage des adolescents ne sont pas suffisants. «C’est trop peu et trop tard. Il faut agir auprès des parents et les ramener dans le giron de l’école de leur enfant», pense Maryse Perreault.

Grand lecteur, petit lecteur
La lutte contre l’analphabétisme passe aussi par l’exemple que l’on donne aux enfants: un parent qui lit le journal, une histoire racontée sur les genoux, etc. «Il faut transformer nos valeurs — importance de l’école, de l’éducation et de la lecture — en action. Les femmes ont particulièrement un grand ascendant sur le devenir de la famille et des enfants», affirme Maryse Perreault.

Pas étonnant que le YMCA lance un programme intitulé «ABC en famille» mais il n’est pas le seul à valoriser le foyer comme lieu de partage et d’apprentissage comme le témoignent des projets de recherche-action, tel celui de la Commission scolaire Marie-Victorin, «De A à Z, on s’aide!» ou encore l’incontournable «Une naissance, un livre» actif dans le réseau des bibliothèques de la province.

Sans compter que pratiquer la «lecture de genoux» s’avère une belle activité familiale à valoriser. Source de plaisir et d’échanges. Pour cette journée, et les jours d’après.

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

La création collective: une expérience valorisante et stimulante

La création collective: une expérience valorisante et stimulante
Écrit par Sonia Lavergne, www.tdv.qc.ca, Vol 13-4

L’expérience du théâtre, pour les participants, est souvent très marquante. C’est souvent la première fois de leur vie que ces gens se font applaudir. Il s’agit donc d’un outil important pour aider les participants à acquérir une meilleure estime de soi. Ils éprouvent une grande fierté de jouer devant un public, dont leurs proches et leurs familles.

Une soirée remplie d’émotions

Si on demande à un participant quelle est la meilleure pièce qui a été présentée jusque-là par le théâtre de COMSEP? Il vous nommera sans contredit la première dans laquelle il a joué. Cette première expérience étant marquante et surtout va-lorisante, elle s’imprègne dans leur mémoire et dans celle de leurs proches.

Plusieurs étapes d’apprentissage…

Le comité participe à un processus d’écriture collective de la pièce qui sera jouée. Différentes techniques comme l’improvisation, la tenue individuelle d’un cahier de bord… sont autant de moyens qui permettront aux participants d’élaborer les idées qui seront mises à contribution dans la pièce de théâtre. Un écrivain public procédera, à partir des cahiers de bord des participants, à l’écriture finale de la pièce.

Une fois la pièce écrite, plusieurs rôles seront à combler (comédiens, équipe technique, décors…) autant par des personnes en processus d’alphabétisation que par des bénévoles et des travailleurs de l’organisme. L’apprentissage se fera en fonction des besoins et des particularités de chaque participant. Par exemple, une personne avec des difficultés importantes en matière de lecture et d’écriture pourra apprendre son texte grâce à l’aide de cassettes audio.

Le Centre d’organisation mauricien de services et d’éducation populaire (COMSEP) œuvre depuis près de vingt ans à améliorer les conditions de vie des personnes à faible revenu de Trois-Rivières. L’organisme intervient à plusieurs niveaux pour permettre aux personnes en situation de pauvreté d’acquérir un peu plus de pouvoir sur leur vie: alphabétisation, éducation populaire, cuisines collectives, comptoir vestimentaire, création d’entreprises d’économie sociale, etc.

Les participants sont invités à s’inscrire à différents comités comme celui du théâtre populaire. Le théâtre est utilisé pour favoriser l’expression orale et écrite, le développement d’un sentiment de fierté et de confiance en eux ainsi que la conscientisation des participants et du public.

À chaque année, la pièce est jouée dans le cadre des activités entourant la Journée internationale des femmes, le 8 mars, organisée par l’organisme. La pièce devient donc un outil pour passer des messages à caractère plus féministe et ce, tout en s’amusant. Le théâtre permet de sensibiliser des personnes qui ne seraient pas rejointes par l’organisme, si ce n’était par la présentation de cette pièce.

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/la-kinomanie-la-fievre-du-cinema-amateur/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/lexemple-des-arts-participatifs/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

L’exemple des arts participatifs

L’exemple des arts participatifs

Par Réal Boivert

Les arts consistent à développer une sensibilité capable d’inventer le beau, de trouver le vrai, de partager le bon. Les arts à la portée de chaque être humain. Les arts comme outil de développement personnel et social. Comme instrument porteur de fierté et de dignité humaine.

Voilà en quoi certains artistes de la Mauricie méritent notre admiration. Ils ne se confinent pas à leur atelier. Ils vont dans la rue. Investissent les premiers quartiers de nos villes. Montent sur les tribunes. Ils réunissent autour d’eux des hommes et des femmes qui n’ont jamais tenu dans leur main un pinceau, qui n’ont jamais joué la comédie, qui n’ont jamais écrit des poèmes. Ils en font des peintres, des poètes ou des comédiens. Ces artistes-là font du grand art : ils encouragent la participation sociale, ils aident leur semblable à se dépasser.

C’est ce que fait Jean Beaulieu avec les jeunes de la rue. Ou encore Blaise Gagnon auprès des personnes impliquées dans des démarches d’alphabétisation. Ainsi que les gens de La Fenêtre à Trois-Rivières avec les personnes handicapées. Sans oublier tous les créateurs d’ici qui n’hésitent pas à s’associer à une cause, à donner généreusement, à dénoncer les injustices. Ces artistes-là sont en train de créer une œuvre qu’on ne voit pas encore dans les musées. Une œuvre qui fuit pour l’instant les cimaises pour se retrouver dans les yeux et le cœur de milliers d’individus. Un art brut. Un art naïf. Un art vivant. Un dépôt d’humanité égal à ce que chaque génération a fait de mieux. Les arts participatifs, tout simplement!

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/21/cirque-du-monde-lart-de-simpliquer/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.