S’emmurer en toute sécurité

S’emmurer en toute sécurité

Matthieu Burgard

(Agence Science-Presse) – Vous croyez à la fin des frontières grâce à la mondialisation? Détrompez-vous! La guerre contre la terreur en a voulu autrement: près d’une vingtaine de nouveaux murs ont été construits après le 11 septembre 2001! Bien différentes du mur de Berlin, ces nouvelles enceintes sont truffées de technologies de pointe. Une aubaine pour les industries de l’armement qui se disputent un gigantesque marché en pleine expansion.

La nature des menaces, desquelles souhaitent aujourd’hui se protéger les États, est diverse: guerre contre la drogue, criminalité, terrorisme et lutte contre l’immigration clandestine. «On est face à un ennemi qui ne dit pas son nom», commente Julien Saada, chercheur à la Chaire Raoul Dandurand de l’Université du Québec à Montréal.

Et pour ce faire, les frontières se dotent d’équipement militaire et l’armée va même parfois jusqu’à participer à la gestion de ces murailles. Ainsi, les industries de l’armement militaire comme Thales, BAE Systems ou EADS conçoivent des murs intelligents comprenant des capteurs thermiques, des systèmes de reconnaissances biométriques, des détecteurs de mouvements, des radars, etc.

Mercenaires technologiques

Que l’on parle de murs bétonnés, de clôtures ou de barrières de sécurité, les services offerts pour la bagatelle de quelques milliards comprennent aussi des véhicules militaires terrestres et aériens, des drones (des avions de surveillance sans pilote), des systèmes de communication et des logiciels de coordination.

Cet ensemble de systèmes — en interopérabilité — est tellement sophistiqué que certains murs sont parfois immatériels. «Ce sont les technologies utilisées qui créent les conditions d’un mur», explique Julien Saada. Le «virtual fence», par exemple, est un mur invisible de 45 kilomètres de long entre l’Arizona et le Mexique. Le dispositif testé en 2008 comprend neuf tours équipées de radars permettant de détecter les clandestins essayant d’entrer aux États-Unis.

D’après le cabinet américain de la défense intérieure, le marché de la sécurisation des frontières se chiffrera à 178 milliards de dollars d’ici 2015. Le marché américain représentait quant à lui 45 milliards de dollars en 2006. Un autre gros joueur: l’Arabie Saoudite, qui possède 25% des réserves mondiales de pétrole, et dont le moindre attentat viendrait déstabiliser l’économie. En 2008, son gouvernement a payé un milliard de dollars l’entreprise EADS pour sécuriser 900 km de frontière avec l’Irak.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

show_image Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Cybermanifestation de Reporter Sans Frontière

Cybermanifestation de Reporter Sans Frontière 

Dans le monde, 62 cyberdissidents sont emprisonnés. Plus de 2 600 sites Internet, blogues ou forums de discussions ont été fermés ou rendus inaccessibles en 2007.

Reporter Sans Frontière organise une cybermanifestation. La liste des pays ennemis de l’Internet sont la Birmanie, la Chine, la Corée du Nord, Cuba, l’Égypte, la Tunisie, le Turkménistan, le Viêt-nam, l’Arabie saoudite, le Bélarus, l’Éthiopie, l’Iran, l’Ouzbékistan, la Syrie et le Zimbabwe.

Est-ce que cette cybermanifestation va changer quelque chose? J’en doute. Mais au moins, elle aura l’avantage de sensibiliser les gens. À l’ère de l’Internet et de la mondialisation, la répression est encore présente et mérite d’être dénoncé.

Merci à Renart L’Éveillé et Regardez la musique pour le lien sur cette information.

http://raymondviger.wordpress.com/2008/03/15/le-web-20-se-retrouve-en-cour-de-justice-lhistoire-de-fuzzfr/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Transplantation d’utérus pour femmes infertiles

Transplantation d’utérus pour femmes infertiles 

(Agence Science-Presse) – Plusieurs femmes infertiles souhaitent désespérément avoir leur propre enfant biologique.  C’est carrément impossible pour celles qui n’ont pas d’utérus. Leur seule solution : recourir aux services d’une mère porteuse, ce qui est encore interdit dans plusieurs pays.  Un nouvel espoir s’offre à elles : la transplantation d’utérus. 

On transplante bien des foies, des reins et des poumons, pourquoi pas des utérus ? Cette opération permettrait aux femmes nées sans utérus et à celles qui ont subi une hystérectomie, à cause d’un cancer ou de fibromes, de porter leur propre enfant. 

L’organe prélevé d’un donneur vivant ou récemment décédé serait attaché au vagin et connecté aux vaisseaux sanguins de la future maman. Une fois la condition médicale de la patiente stable, les médecins pourraient implanter dans le nouvel utérus, les embryons préalablement créés par fertilisation in vitro. L’accouchement se déroulerait par césarienne suivie d’une hystérectomie pour retirer l’utérus et prévenir les risques de complications liés à la transplantation d’organes. Pas banal, comme grossesse ! 

Le Dr Guiseppe Del Priore, obstétricien et gynécologue au New York Downtown Hospital, a réalisé que cette opération serait possible lorsqu’il a récemment expérimenté une nouvelle technique chirurgicale avec des patientes souffrant du cancer du col de l’utérus.  L’utérus des patientes était retiré de leur corps pendant l’opération, puis remis en place.  Et plusieurs de ces femmes ont vécu des grossesses normales par la suite. 

Une transplantation humaine d’utérus a déjà eu lieu, en Arabie Saoudite, en 2000, mais le nouvel organe a du être retiré trois mois plus tard à cause de saignements importants. 

Certains chercheurs et bioéthiciens sont inquiets au sujet de la transplantation d’utérus comme remède à l’infertilité.  Ils estiment que les risques sont peu connus et craignent que ces techniques chirurgicales ne soient offertes en clinique privée, avant même qu’on ne connaisse toutes les conséquences.   » Il est difficile d’imaginer une méthode plus coûteuse et risquée d’avoir un enfant « , indique Thomas Murray, directeur du Hastings Center, un institut de recherche bioéthique, à Garrison, à New York.  

La majorité des transplantations d’organes exécutées jusqu’à aujourd’hui avaient pour but de sauver des vies.  Il est encore difficile d’évaluer,  dans le cas de la transplantation d’utérus, si les bénéfices dépassent les risques.  Une patiente qui ferait ce choix devrait prendre durant toute sa grossesse des médicaments anti-rejet qui pourraient être toxiques et nuire au développement du foetus.  Et malgré les médicaments, il y aurait toujours un risque de rejet. Elle pourrait aussi développer des infections et des complications suite à la chirurgie.   

Près de la moitié des femmes qui ont eu une transplantation des reins et qui deviennent enceintes ont des bébés prématurés ou de petit poids.  Plusieurs d’entre elles souffrent durant leur grossesse de pression trop élevée et de pré-éclampsie, une condition dangereuse qui menace la santé de la maman et du bébé.  Avec une transplantation d’utérus, s’ajoutent d’autres inconnues parce la grossesse se produit dans l’organe transplanté.  Personne ne sait si l’organe s’adaptera à la grossesse. 

Des expériences ont déjà été réalisées avec succès sur des souris.  La recherche doit être maintenant faite sur des primates avant de la tenter sur des humains.  » Une fois que nous aurons montré le premier bébé singe né d’une guenon avec un utérus transplanté, les gens vont immédiatement réclamer l’intervention pour eux », dit Stefan Sclatt de l’Université de Pittsburgh en Pensylvannie.   » Certaines personnes sont tellement désespérées de ne pas avoir de bébé qu’elles n’attendront pas la naissance du dixième singe afin de s’assurer que la technique est sécuritaire.  » 

Moins de 1% des femmes sont infertiles parce qu’elles n’ont pas d’utérus.  Malgré les risques et les inconnues encore associés à la transplantation d’utérus, plusieurs femmes sont déjà volontaires pour une telle opération qui pourrait être offerte d’ici deux à cinq ans. 

Autres textes sur la santé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.