Davy Boisvert et de grands artistes pour le Ste-Cath

Un grand départ pour Bruno Robitaille

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

Bruno Robitaille livres poésie urbaine, bandes dessinéesPour le souper spectacle de jeudi le 23 juillet dernier, Davy Boisvert est l’artiste invité. Le spectacle n’en finissait plus de recommencer tellement le party était dans la place.

En plus des 2 artistes accompagnant Davy une impressionnante brochette d’artistes ont monté sur scène pour participer au spectacle: B.U, C-drik, John-John, Monk-e, Cobna…

L’instant magique aura été lorsque B.U a invité Bruno Robitaille à monter sur scène aux côtés de ses artistes préférés.

Bruno est un poète, écrivain et rappeur qui a brisé la glace, pour ne pas dire la baraque avec se première prestation sur scène.

Bruno a déjà publié 3 livres et vient de débuter l’écriture du 4e. Il sera présent sur la scène du Ste-Cath pour les Journées de la Culture les 25, 26 et 27 septembre prochain. Il sera aussi présent au Salon du livre de Montréal du 18 au 23 novembre à la Place Bonaventure.

Bruno nous prépare une année intense pour les lancements de ses 3e et 4e livre.

Félicitations Bruno et au plaisir d’être présent à ces événements.

Pour commander les livres de Bruno auprès des Éditions TNT, (514) 256-9000.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

souper spectacle musique chant show event est montréal restaurant où sortir quoi faireUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

La Gaspésie en peinture avec Louis-Philippe Bernatchez

Sauver du temps aux prisonniers

Le peintre Louis-Philippe Bernatchez

Regard bleu perçant, veste en cuir et dents en colliers. Louis-Philippe Noël passe les portes du Café Graffiti, son accent gaspésien envahit la salle. L’homme, âgé de 73 ans, est artiste et a eu une existence mouvementée. Aujourd’hui, s’il rédige son autobiographie c’est pour offrir son message.

Delphine Caubet    Dossier PrisonCroissance personnelleCulture

peinture gaspésie roland noel péninsule gaspésienne art culture tourisme

Entrer une légende

Louis-Philippe est entré pour la première fois en prison à 17 ans. Il en sortira définitivement le 16 avril 1969, à 9 heures, à l’âge de 28 ans. Aujourd’hui avec le recul et l’âge, il veut passer un message à ceux qui sont «en dedans»: «Profitez du temps pour vous améliorer. La raison en dedans c’est toi.»

Pénitencier

Louis-Philippe a toujours eu un rapport conflictuel avec l’autorité. Que ce soit l’école ou la police. À 17 ans, après une bagarre, il est envoyé pour la première fois en prison. Pendant les 3 jours où il est incarcéré, le jeune homme est heureux: sa mère lui rend visite et lui apporte des cigarettes. «À l’extérieur je n’avais rien, et là, on m’apportait des cigarettes.»

Pendant les années suivantes, il va faire de nombreux allers-retours en prison. Progressivement les peines s’accumulent et augmentent. De 3 jours à 1 mois. De 1 mois à 2 mois. Puis finalement de 2 ans et 8 ans. Cette dernière peine lui est value pour un coffre-fort.

À l’intérieur, on lui dit qu’en prison «tu n’as pas de droit, que des privilèges. Ici, on dompte les lions et on plie l’acier.» Le ton est donné. Alors, pour éviter d’avoir plus de temps, les détenus jouent au «bon gars». Mais, il n’y a rien de sincère précise Louis-Philippe.

Pendant sa peine de 2 ans (pour avoir battu un policier), il apprend que le pénitencier est obligé d’accepter si un détenu veut étudier. Chose qu’il mettra en œuvre pendant les 8 années de sa dernière sentence, au pénitencier de St-Vincent-de-Paul. Avant celle-ci, il était dans le bois, recherché avec des amis armés qui s’étaient évadés de prison. À ce moment-là, l’artiste peintre à un déclic. Il veut reprendre sa vie en main.

Éducation

peinture gaspésie tourisme péninsule gaspésienne roland noel«Au pénitencier j’ai étudié jusqu’en 11ème année.» «Certains à mes côtés se pendaient, moi je voulais m’en sortir. Je voulais contredire le juge qui m’avait dit de pourrir en prison.»

Par correspondance, Louis-Philippe suit des cours. «C’était gratuit avec l’Éducation nationale.» Ses cours seront divers, notamment un de lettrage d’enseignes où il obtint 99.4%. «C’est parce que j’avais le temps», s’amuse-t-il. L’artiste fait son chemin et n’hésite pas à tenter de nouvelles choses: Louis-Philippe va suivre par correspondance des cours de la Famous Artists School. Il aura notamment comme professeur Norman Rockwell, célèbre illustrateur américain.

En 1967, Louis-Philippe pense à sa réhabilitation, et il demande à être transféré à Dorchester, au Nouveau-Brunswick. 2 raisons le motivent. La première, suivre un cours de lettrage d’enseignes. De quoi avoir un métier à sa sortie. La seconde, apprendre l’anglais. L’homme qui avait toujours été en conflit avec l’autorité suit désormais des cours d’anglais offerts par l’armée. Le changement est progressif, mais réel. Le rebelle s’instruit.

Ces changements, le personnel du pénitencier les remarque, et on lui propose une libération conditionnelle. Mais l’artiste n’est pas encore prêt, il continue à peaufiner sa sortie. «Je leur ai dit que je leur ferai signe le moment venu.» Chose qu’il a faite.

Louis-Philippe a d’abord obtenu une bourse d’études. Le ministre de l’Éducation du Québec fait une visite à Dorchester, et Louis-Philippe en profite pour lui offrir un tableau. Quelques semaines plus tard, il fait une demande de bourse et il est accepté.

Prochaine étape: l’admission à l’université. Encore une fois, les évènements se déroulent sans accroc. «J’ai rencontré le recteur de l’université et il était prêt à m’admettre immédiatement dans son établissement. Je lui ai dit de me faire une lettre de preuve.»

Dernier point pour sortir, trouver un travail. Louis-Philippe se rend dans une boutique d’enseignes et montre son porte-folio au patron. «C’était un bon gars.» Un ancien militaire qui avait été fait prisonnier de guerre. Tous les astres sont alignés, Louis-Philippe peut demander sa conditionnelle. «Le vendredi mon dossier est étudié et accepté. Le lundi, je sors de prison et le mardi je commençais à travailler.»

La vie après la prison

Bien que préparé pour sa sortie, Louis-Philippe reconnaît que ça a été difficile. Lui est toujours au Nouveau-Brunswick, alors que ses amis et sa famille sont au Québec. Mais l’homme est décidé à changer de vie, et tous les jours il travaille pour payer le loyer et l’université. «À l’époque, je gagnais 50$ par semaine.» Mais le travail en lettrage d’enseignes est aléatoire. Alors, il monte un atelier mobile pour se déplacer dans les petits villages, «là où les grandes industries n’allaient pas.»

C’est un fait, Louis-Philippe Bernatchz a changé de vie. Il a étudié, travaillé, voyagé… Avec une règle d’or, oublier les «amis» du pénitencier. «Un jour j’en ai croisé un à Montréal. Il voulait que je me joigne à lui sur un coup. Je lui ai donné un faux rendez-vous, et le soir même j’ai pris le train. J’avais peur de le recroiser.»

Aujourd’hui, Louis-Philippe veut aider ceux qui sont en prison. «Si je peux sauver ne serait-ce qu’une minute à l’intérieur, c’est déjà bien.» Car, d’après lui, le système pénal ne fait rien pour aider les détenus. C’est à eux de prendre avantage de ce qui est à leur disposition: du temps. «La seule raison en dedans, c’est toi», conclut-il.

Louis-Philippe Bernatchez est un artiste peintre de plus de 50 ans d’expérience. Ses médiums sont multiples: la peinture à l’huile, l’acrylique, la sérigraphie,… autant de variété qu’il peut enseigner.

Louis-Philippe débute la peinture à 20 ans en prison. D’abord comme un passe-temps, puis une passion qui lui permettra de gagner sa vie. Le Gaspésien peint particulièrement du surréalisme, «car le réalisme c’est pas assez intense et l’abstrait on n’y comprend rien.»

Actuellement, Louis-Philippe rédige son autobiographie pour offrir son message aux prisonniers: «Profitez du temps qui vous est donné!»

VOS COMMENTAIRES SUR Louis-Philippe Bernatchez la Gaspésie en peinture

Autres billets sur Culture qui pourraient vous intéresser:

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:  (514) 259-6900

VOS COMMENTAIRES SUR Roland Noël, la Gaspésie en peinture

Bistro Le Ste-Cath expose Fabienne Nozerand

Présentation de Fabienne Nozerand

L’art à travers le monde

Raymond Viger  Dossiers BistroHochelaga-MaisonneuveCommerce équitable

Fabienne Nozerand artiste peintre bistro le Ste-Cath hochelaga-Maisonneuve est de Montréal

Fabienne Nozerand se présente.

La vie…comme une fable que chacun se raconte.

Mon travail de peintre s’inspire de ma perception et ma compréhension du monde, de ce que j’ai pu observer ou vivre en direct depuis mon enfance. Fille de militaire, j’ai vécu mes premières années aux quatre coins de la France puis en Allemagne, de  9 ans à ma majorité. J’ai toujours conservé le goût du voyage; aujourd’hui, je partage mon temps entre les Laurentides au Québec et le Sud de la France.

J’estime que tous les humains sont intimement liés entre eux et à l’instar de Dostoïesvki, je pense que « chacun est responsable de tout devant tous.» L’empreinte du sourire d’une parisienne subsiste tout frais dans ma mémoire comme le demeurent les gestes attentifs d’un médecin de Chicoutimi au chevet d’une malade. Toutefois, je conserve tout aussi intacts les attentats de la Bande à Bader en 1974 à Karlsruhe dont j’ai été témoin de près et ceux liés à la mouvance musulmane à Paris en 1986. Tout cela fait partie de moi qui, à mon tour, fait partie du monde.

De Maniwaki à Berlin, d’Aix-en-Provence à Saint-Adolphe-d’Howard, je m’imprègne de tout ce que je vois et ressens pour exprimer mon univers à la fois simple et complexe, monochrome et coloré, zen et baroque. Malgré la présence d’influences plurielles, je reste fidèle à ce que je suis, lucide et candide tout à la fois.

Ma peinture résolument contemporaine est figurative; elle met en scène des personnages, surtout des femmes, la plupart du temps en présence d’animaux, dans un espace pictural où symbolisme et esthétisme se répondent. Mes fonds sont plutôt abstraits, mon espace, aérien alors que le tumulte de mes couleurs reflète l’intensité de mon émotion.

Chacun voit dans mes tableaux une fable qu’il s’approprie tout aussitôt. Ma peinture évoque pour l’un une histoire et pour l’autre, une tout autre version.  L’imagination et le non-dit sont présents dans mes toiles et laissent le spectateur libre de coller la trame de son choix à l’image que je lui offre.

Après avoir exposé  à la Maison de la culture Mercier dans le cadre du Festival Âges et culture en juin dernier, Fabienne Nozerand présente deux de ses toiles au Bistro le Ste-Cath situé au 4264 Ste-Catherine est.
Galerie de Fabienne Nozerand. Aussi disponible cartes de voeux, affiche et t-shirt de ses oeuvres.

VOS COMMENTAIRES SUR  Fabienne Nozerand expose au Bistro le Ste-Cath

Histoire du nouveau Bistro le Ste Cath

bistro le ste-cath restaurant est montréal hochelaga-maisonneuveUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

Si vous avez aimé l’expérience culinaire du Bistro le Ste-Cath, merci d’aller voter et même de laisser un commentaire sur le site Urban Spoon.

 

VOS COMMENTAIRES SUR  Fabienne Nozerand expose au Bistro le Ste-Cath

Vernissage de graffiteurs muralistes

Vernissage de graffiteurs muralistes

Raymond Viger          Dossier Culture, Hip-hop, Graffiti

exposition arpi vernissage art urbain culture urbaine graffiti sur toiles Vendredi le 11 décembre, le graffiteur muraliste Arpi vous invite pour son vernissage. Arpi sera présent de 17:00 à 19:00 heures à la Banque d’art de Montréal, situé au 1900 boulevard Wellington.

Plusieurs autres artistes graffiteurs accompagneront Arpi: Alexi, Axe, Beast, Bfour, Bruce, Henri Buszard, Five Eight, Gaston, JF, Monk.e, Rémi, SBU. Une belle brochette d’artistes qu’il ne faut pas manquer.

VOS COMMENTAIRES SUR L’EXPOSITION ET VERNISSAGE DE MURALISTES HIPHOP.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Lecture, roman et édition: auteur ou éditeur?

Lecture, roman et édition: auteur ou éditeur?

Raymond Viger                     Dossier Art et Culture

Suite à un article de François Richard sur une fraude qu’un auteur Québécois, Léandre Bergeron, a subi en se faisant copier son livre par un Tunisien nommé Mohamed Anouar Brahim, un débat a lieu sur la pertinence d’éditer à compte d’auteur ses livres.

Le débat débute avec une affirmation de M. François Richard qui en a fait sauter plus d’un:

Les éditeurs existent pour séparer  les bons manuscrits des mauvais et proposer aux acheteurs de leurs livres des produits de qualité. Il existe une multitude d’éditeurs qui assurent une diffusion aux ouvrages les plus divers… Si un auteur n’a réussi à se faire publier par aucun éditeur professionnel, c’est peut-être parce que ce qu’il écrit est inintéressant, voire déplacé et haineux comme dans le cas des écrits de M.Brahim, ou simplement mal rédigé. Peut-être l’auto-édition n’est-elle qu’une façon d’offrir une tribune à des gens qui n’en méritent pas.

Des auteurs réagissent

Même si M. Richard a reçu plusieurs commentaires d’auteurs qui passent par l’auto-édition, je me devais de prendre position dans ce débat. N’oublions pas que les Éditions TNT ont commencé par être une auto-édition de mes livres avant d’offrir aux jeunes que notre organisme accompagne de pouvoir publier leurs livres par l’intermédiaire des Éditions TNT.

Comment fonctionne une maison d’édition

Les maisons d’édition fonctionnent par budget. J’en connais une qui édite 2 à 3 livres par année. Ils ont décidé d’aller chercher des auteurs étrangers qui ont déjà publié et que leur livre a déjà connu un certain succès.

Un autre éditeur se spécialise dans les livres dont le sujet a été très médiatisé, voire un scandale. Ils espèrent ainsi que le battage publicitaire permette d’assurer la rentabilité du livre. Les personnes ayant vécu ces événements étant rarement de bons auteurs, le livre est écrit par un ghost-writer, c’est-à-dire un rédacteur qui fait tout le travail de l’auteur. Personnellement, quand ce n’est pas clairement identifié, j’appelle cela de la fausse représentation. On leurre le public en leur faisant penser que telle personne a écrit le livre.

Il y a aussi les éditeurs qui lancent un livre. Après 6 à 12 mois, si les ventes n’obtiennent pas le volume espéré, le livre est alors envoyé au pilon, c’est-à-dire détruit et retiré des librairies. Cela ne veut pourtant pas dire que le livre n’est pas bon ou mal écrit. Cela veut dire qu’il ne vend pas assez.

Plusieurs éditeurs québécois sont en fait des maisons d’auto-édition. Après avoir mis en place leur propre maison d’édition, ils offrent leur service à d’autres auteurs. Question de rentabiliser les services mis en place pour l’édition de leur livre personnel.

Il y a ensuite les éditeurs spécialisés qui font en réalité de l’auto-édition. Les Éditions Protégez-vous en est un bel exemple. Un organisme communautaire qui a une mission de protection du consommateur. Il publie des livres qui traite des sujets reliés à leur mission. Certains organismes et entreprises qui font de l’auto-édition comme Protégez-vous assurent une qualité dans les livres publiés. Mais en est-il de même pour tous les autres? Le spectre de qualité est très large passant des Éditions Protégez-vous jusqu’à l’Église de Scientologie et Rael!

Les Éditions TNT

Début des années 1990, j’avais écrit plusieurs textes. Des gens que je croisais dans des différents lieux ne cessaient de me demander de faire des photocopies. Tanés de faire ces photocopies et trouvant que ça commençait à coûter cher, j’ai décidé que mes livres seraient édités.

après la pluie... le beau temps Le premier livre que je voulais éditer, Après la pluie… Le beau temps, est un livre de recueil de textes à méditer. Un livre spirituel de croissance personnelle. J’ai rencontré quelques connaissances dans le milieu. Premier commentaire: « Si tu en vends 75, c’est beau. » Ensuite, si je voulais le faire éditer, il fallait que j’accepte certaines contraintes: conférence de presse, tapage publicitaire, mettre ma photo derrière le livre, mettre de l’emphase sur mon vécu pour que ça soit « plus » vendeur…

Pas intéressé à ce genre de présentation, j’ai décidé de l’auto-éditer. Par choix et pour respecter le cheminement que je voulais vivre avec mes livres. Je ne voulais pas que l’on pousse trop vite sur le livre. Je voulais qu’il prenne tranquillement sa place. Le mot « tranquillement » ne fait pas parti du vocabulaire des éditeurs commerciaux.

C’est ainsi qu’en 1992, Après la pluie… Le beau temps a été publié. J’en suis rendu à près de 4 000 exemplaires vendus. J’ai reçu beaucoup de lettres et de commentaires de gens qui l’ont utilisé et qui ont été aidé par ce livre. Et je continue encore d’en vendre.

Un éditeur communautaire

Suite à la publication de mes livres, j’ai décidé de donner les Éditions TNT à l’organisme communautaire dans lequel je m’implique. Cela permet à Reflet de Société de publier des livres, des CD de musique, des documentaires de jeunes que nous accompagnons.

Les auteurs des Éditions TNT sont majoritairement des auteurs qui n’auraient jamais été publiés par un éditeur conventionnel. Des auteurs qui ne cherchent pas nécessairement une rentabilité financière dans la première année. Mais ce sont des auteurs qui ont le droit de s’exprimer et de prendre leur place. Les Éditions TNT leur permettent de faire une auto-édition et d’avoir un encadrement pour avoir une présentation le plus professionnelle possible avec les moyens dont nous disposons.4

Cela a aussi permis au Café-Graffiti d’avoir un livre, Opération Graffiti, qui présente sa  méthode d’intervention, la relation créé avec les jeunes… Un livre qui n’aurait jamais vu le jour si nous avions attendu après un éditeur conventionnel.

Les éditeurs conventionnels ne peuvent pas garantir une variété complète. Ils font ce qu’ils peuvent avec les budgets qu’ils ont et la mission commerciale qu’ils doivent soutenir.

L’auto-édition fait parti de la liberté d’expression et de presse qui est essentielle pour toute société. Cette liberté d’expression m’est très précieuse. Elle fait partie intégrante de la mission de l’organisme. C’est ce qui permet à des auteurs comme François Richard de s’exprimer et de dire le contraire de ce que je pense, tout en travaillant en équipe avec lui.

 

VOS COMMENTAIRES SUR ÉDITION DE LIVRE ET L’AUTO-ÉDITION.

 

PUBLICITÉ

show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Conventions internationales graffiti Underpressure et Meeting of Styles

Conventions internationales graffiti Underpressure et Meeting of Styles

Raymond Viger     Dossier Graffiti, Hip-hop

murales fresques art design intérieur décoration tendances modes

murales art urbain artistes culture décoration fresques

C’est la saison des gros festivals: Juste pour rire, Francofolies, Festival de Jazz… Certains événements sont moins connus, mais tout aussi important pour la scène culturelle de Montréal.

Underpressure est une grosse convention internationale graffiti qui se déroule à Montréal. Les 8 et 9 août prochain se dérouleront la 14e édition de cette rencontre des meilleurs graffiteurs à travers le monde. Le tout débutera au Peace Parc, sur St-Laurent au coin du boulevard de Maisonneuve. Pour l’occasion, les murs de la Société d’art technologique (SAT) seront peinturés encore une fois aux couleurs des bonbonnes aérosols.

murales décoration intérieure design intérieur art déco tendances mode

murales décoration intérieure design intérieur art déco tendances mode

Même si les adeptes connaissent très bien cette importante rencontre annuelle, le public participe aussi et est présent à Underpressure. Pourquoi les murs des Foufounes électriques sont recouverts de tant de murales graffiti? Parce que la convention Underpressure s’y retrouve depuis fort longtemps.

Une convention graffiti, ce sont les meilleurs graffiteurs qui s’exécutent en direct dans des échafauds pour vous montrer leur art. Les breakdancers seront aussi présents ainsi que des DJ et des rappeurs. Une ambiance urbaine en plein jour pour prendre sa place comme artiste et se faire reconnaître.

Malgré la marginalité de la culture Hiphop et du graffiti, certains artistes de Montréal ont maintenant près de 20 années d’expérience! Des jeunes dont certains sont mariés, ont des enfants et sont propriétaires de maisons.

murales décoration intérieure design intérieur art déco tendances mode

murales décoration intérieure design intérieur art déco tendances mode

Montréal est devenu une plaque tournante importante pour le graffiti. Une 2e convention internationale s’est installée à Montréal. Meeting of Styles qui en est à sa 3e année. Cette convention est spéciale parce qu’il y a plus de 26 éditions de cette convention à travers le monde dans une même année. Un week-end à Montréal, un autre à New-York, ensuite la France, Meeting of Styles fait le tour du monde pour permettre aux artistes de sortir de l’ombre. Meeting of Styles est présenté les 4 et 5 septembre.

Vous êtes entourés des murales graffitis, des agences de communication utilisent le graffiti et ses artistes pour passer leur message, des galeries tel qu’Yves Laroche dans le Vieux-Montréal se spécialise maintenant dans la présentation d’artistes graffiteurs…

Des conventions telles qu’Underpressure ou encore Meeting of Styles sont de belles occasions pour rencontrer directement les artisans de la culture graffiti et ainsi de mieux comprendre leur art.

Pour de plus amples informations sur les conventions internationales graffiti, contacter le Café-Grafffiti, (514) 259-6900.

VOS COMMENTAIRES SUR UNDERPRESSURE ET MEETINGS OF STYLES.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

show_image Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journée mondiale du réfugié, rue Saint-Laurent

Journée mondiale du réfugié rue Saint-Laurent

François Richard Dossiers Culture et Immigration

Afin de souligner la Journée mondiale du réfugié, soit le 20 juin, l’organisme Sing l Style (lire Single Style) organise l’exposition Voyages extraordinaires. Des artistes réfugiés présentent des oeuvres d’art sur le sujet à la galerie OFF Interarts à Montréal du 29 juin au 3 juillet. D’une grande qualité artistique, les oeuvres font découvrir au visiteur de l’exposition différentes facettes de l’expérience de l’exil et du déracinement.

Voyages extraordinaires 1 Vision des Occidentaux

En grande majorité des toiles, les oeuvres présentées dans le cadre de Voyages Extraordinaires ont le mérite de briser l’image trop souvent simpliste qu’ont les Occidentaux de la réalité des réfugiés, soit celle d’immenses camps de tentes  africains ou asiatiques où des femmes et des enfants affamés se font ‘manger’ par les insectes. Bien que cette réalité doivent être soulignée, la réalité est que la majorité des réfugiés au Québec sont plutôt issus des classes moyennes de leurs pays, ne serait-ce qu’en raison des coûts de déplacement qu’ils ont dû défrayer pour se rendre ici. La solitude et l’incompréhension sont donc des réalités avec lesquelles ils doivent composer au quotidien. 

Voyages extraordinaires 7 Massacre, exils, islamistes radicaux

Les artistes exposés à la galerie OFF interarts dépeignent une réalité plus axée sur les conflits militaires et la séparation familiale que sur la misère à proprement parler. Des toiles évoquent entre autres le massacre et l’exil des artistes irakiens aux mains des islamistes radicaux, la violence politique en Chine, ainsi que des familles dont les membres se réconfortent les uns les autres devant des fonds flous et sinistres.

Voyages extraordinaires vitrinePolyvalente de Pointe-Claire

La misère des camps est quant à elle invoquée entre autres par le ballon de soccer du réfugié, une boule de bas et de sacs de plastiques tenue par une ficelle grossièrement attachée autour. La vitrine évoque aussi les grands camps de l’ONU tels que vus dans les reportages sur le Soudan ou le Sri Lanka. Le montage de sacs de riz de l’ONU et de bidons de plastiques a été réalisé dans le cadre d’un projet mis en place par l’école St-Thomas de Pointe-Claire. Les adolescents de cette école ont construit un camp de réfugié à l’intérieur de leur polyvalente et y ont vécu une journée.

Grand nombre d’artistes

La sélection des artistes s’est faite par un vaste appel à tous et plusieurs candidatures ont dû être refusées en raison d’un grand nombre d’offres. Les artistes réfugiés ont exprimé un grand désir de partager leurs expériences et certains d’entre eux ont créé de nouvelles oeuvres pour l’occasion. L’organisme qui a mis sur pied l’événement, Sing l Style, vise à offrir des services de formation en communication et marketing aux groupes humanitaires afin de les aider à mieux vendre leur cause auprès des grandes organisations caritatives. 

La galerie OFF Interarts est située au 5145 rue Saint-Laurent, au nord de Laurier, à Montréal.  Les photographies présentées dans ce billet sont d’Andrew Bacchus, fondateur de Sing l Style et co-organisateur de l’exposition avec Margot Legault.

Vos commentaires sur Journée mondiale du réfugié rue Saint-Laurent 

Autres textes sur Immigration

Intégration d’un Arménien au Québec

Fraudes et abus: immigration Québec

Immigration difficultes à retardement

Les aînés pure laine à la rencontre des néo-aînés

Jean Charest, les détournements de fonds, l’immigration et la publicité

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

Mort de Michael Jackson, Thriller et Moonwalk

Mort de Michael Jackson, Thriller et Moonwalk

Raymond Viger            Dossier Culture, Hip-hop, Break-dance

Ma première réaction en apprenant la mort de Michael Jackson est de me rendre compte que j’avais la même âge que lui. Deuxième réaction, non je n’écrirais pas un billet sur la mort de Michael Jackson.

Michael Jackson, la mort d’un grand artiste

J’ai reçu plusieurs courriels et même un message sur un de mes billets me demandant de commenter la mort de Michael Jackson. Je ne cacherais pas que c’est le commentaire de Ruiz qui m’a convaincu. Avec la justification suivante: « Puisqu’il était un grand artiste… les gens pourraient en discuter ».

En fait, je n’ai pas nécessairement l’intérêt personnel de couvrir tous les artistes qui décèdent. Je ne ferais pas de billets sur Farrah Fawcett. À moins que Ruiz ne réussisse à me trouver des raisons qui me stimulent. Même si mes premières armes en journalisme en 1974 étaient Arts et Spectacles et les Sports, je n’ai aucun intérêt à y retourner.

La mort de Michael Jackson ne m’avait pas motivé à écrire un billet parce que je n’avais rien d’intéressant à rajouter sur ce que tous les autres pourraient dire. Sauf que l’argument de Ruiz est simple. Les internautes qui lisent mon blogue ont le goût d’en parler sur mon blogue.

Michael Jackson, le roi de la Pop et du Moonwalk

Pourquoi cet intérêt de parler de la mort de Michael Jackson sur mon blogue? Parce que Michael Jackson était le roi de la Pop? Parce que le Moonwalk qu’il a introduit a influencé les breakdancers que je croises depuis presque 20 ans? Parce que j’ai des jeunes qui trippent sur le Hiphop qui me lisent et que Michael Jackson aura été significatif dans cette culture urbaine et underground?

Je n’avais pas réalisé que  Michael Jackson avait été aussi significatif pour les jeunes de la culture Hiphop. Ce billet que j’écris sur la mort de Michael Jackson est une porte ouverte pour que les internautes puissent commenter le débat et s’exprimer. Ce n’est pas moi qui ait quelque chose à dire sur la mort de Michael Jackson, mais les internautes.

J’ai bien hâte de vous lire.

VOS COMMENTAIRES SUR LA MORT DE MICHAEL JACKSON.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Droit et art urbain unis pour la justice

Droit et art urbain unis pour la justice

François Richard  Dossiers Educaloi, Justice, Café Graffiti et Jeunes

Le projet Les couleurs de la justice en est à sa deuxième année d’existence. Fruit d’une collaboration entre Éducaloi, le Café Graffiti et le Regroupement des maisons de jeunes du Québec, il combine ateliers de formation juridique et de réalisation de graffitis à l’intention des adolescents qui fréquentent les maisons des jeunes de la région de Montréal. Cette année, trois murals seront réalisés dans différents quartiers de la métropole.

Oeuvres dans plusieurs quartiers de Montréal

image Les 6 et 21 juin, les artistes novices des maisons des jeunes L’Hôte Maison et de l’école Pierre-Marquette ont créé des oeuvres dans l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie. Un troisième mural sera réalisé dans l’arrondissement du Sud-Ouest le 4 juillet prochain. L’an dernier, deux murals ont été réalisés dans le cadre de Les couleurs de la justice dans les quartiers Saint-Henri et du Centre-Sud. La réalisation des murals sont chaque fois l’aboutissement d’un processus de formation s’étirant sur quelques mois.

Formation juridique en ligne

Les ateliers combinent de façon originale la formation juridique, notamment le droit pénal destiné aux adolescents, ainsi que les rudiments de l’art du graffiti et la philosophie qui l’accompagne. L’organisme Éducaloi existe depuis 2000 et offre des services d’information juridique destinés au grand public. Cette mission se traduit entre autres par la production de documentation sur de grands thèmes de droit, tels les successions et le droit familial. Une des réalisations les plus originales de l’organisme est certainement la tenue de camps de jour juridiques pour adolescents. Dans ce cadre, les jeunes sont invités à passer plusieurs jours dans un palais de justice afin de se familiariser avec les rouages de cette institution souvent intimidante. Éducaloi a aussi un site Internet, appelé Jeunes pour jeunes, où les jeunes peuvent s’informer à propos des différentes carrières juridiques qui leur sont ouvertes. Raymond Viger a d’ailleurs écrit à propos de ce site sur les professions liés à la justice et destiné aux jeunes.

Combattre les préjugés

Les liens entre justice et graffiti sont évidents pour ceux qui connaissent un peu ce deuxième milieu. L’activité est en effet souvent illégale et pratiquée par des jeunes dont le style vestimentaire les expose aux préjugés et au profilage de la part des policiers. Connaître leur droits, ainsi que les formes légales de pratique du graffiti est donc pour eux un atout précieux. Les oeuvres produites au cours des dernières semaines peuvent être admirées à l’Hôte Maison, au 6255 Boyer et derrière le 3500 Rachel, Est.

Vos commentaires sur Droit et art urbain unis pour la justice

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,