Cancer du sein, prévention et financement

Octobre, le mois du cancer du sein.

Dimanche le 29 octobre 18h Bistro le Ste-Cath organise dans Hochelaga-Maisonneuve un souper de financement pour la prévention du cancer du sein.

50$ le couvert vous permet de recevoir un reçu de charité de 25$.

Une soirée qui sera toute particulière.

  • Cocktail de bienvenue
  • Souper 4 services
  • Vin
  • Animation
  • Prix de présence
  • Encan
En espérant pouvoir compter sur votre présence. Raymond (514) 256-9000
NB Pour tout don de 10$ ou plus, vous pouvez recevoir un reçu de charité pour vos impôts.
Merci de véhiculer dans vos réseaux

Un évènement présenté par Bistro le Ste-Cath.

Un restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Plus de 260 spectacles gratuits sont présentés annuellement.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6. affiche_cancer_c.jpg

Octobre, le mois du cancer du sein

Souper bénéfice

affiche_cancer_c.jpgDimanche le 29 octobre 18h nous organisons au Bistro le Ste-Cath dans Hochelaga-Maisonneuve un souper de financement pour la prévention du cancer du sein.

50$ le couvert vous permet de recevoir un reçu de charité de 25$. Une soirée qui sera toute particulière.

  • Cocktail de bienvenue
  • Souper 4 services
  • Vin
  • Animation
  • Prix de présence
  • Encan
En espérant pouvoir compter sur votre présence.
Raymond
(514) 256-9000
NB Pour tout don de 10$ ou plus, vous pouvez recevoir un reçu de charité pour vos impôts.
Merci de véhiculer dans vos réseaux

Le cancer du sein et Tupperware

Levers de fonds en faveur du cancer du sein

Un objectif à atteindre: 8000$

Pour soutenir le Bistro Ste-Cath dans son objectif de recueillir 8 000$ pour la prévention du cancer du sein, la représentante Tupperware offre 40% de dons à la cause dans son catalogue spécial.

N’hésitez pas à la contacter pour soutenir la cause. Annie Viger: annie.viger@gmail.com (514) 476-9646.

https://www.facebook.com/annievigertupperware/

Cette promotion se rajoute aux efforts du Bistro le Ste-Cath pour tout le mois d’octobre. En achetant une table d’hôte ou un dessert, Bistro le Ste-Cath fait parvenir 2$ à la cause.

Dimanche le 29 octobre, souper de financement pour le cancer du sein. Au coût de 50$ avec un reçu de charité de 25$ la soirée comprends:

  • Cocktail de bienvenu
  • Souper 4 services
  • Vin
  • Animation
  • Prix de présence
  • Encan

Tout don de 10$ et plus vous permet de recevoir un reçu de charité.

Tout le mois d’octobre une boîte de dons sera présenté à la caisse du Bistro le Ste-Cath.

Réservations et commandites, Raymond Viger (514) 256-4467.

Un évènement présenté par Bistro le Ste-Cath.

Un restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Plus de 260 spectacles gratuits sont présentés annuellement.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6. 

Bébé génétiquement modifié

Bébé génétiquement modifié

(Agence Science-Presse) – Craignez-vous la perspective d’une société capable de choisir les bébés à naître en fonction de leurs gènes? Cela rappelle-t-il les futurs totalitaires de certains films de science-fiction? Que diriez-vous, à présent, si vous aviez la possibilité de faire naître votre bébé sans un gène de susceptibilité au cancer du sein?

Naissance d’un bébé sans gène “cancer du sein”

Le premier bébé britannique ainsi sélectionné est en effet né à Londres la semaine dernière, de parents qui ont préféré demeurer anonymes. Mais le médecin, spécialiste des technologies de reproduction qui est derrière cette percée médicale n’a pas lui choisi l’anonymat et a au contraire tenu à souligner que, dans la famille de ce bébé, trois générations de femmes avaient souffert du cancer du sein ou des ovaires avant d’avoir 30 ans; la petite fille, elle, sera libérée de ce risque.

Les parents, a expliqué le Dr Paul Serhal, se sont soumis à la fertilisation in vitro; les embryons qui en ont résulté ont été testés par ce qui est appelé le diagnostic génétique pré-implantatoire, et seuls les embryons dépourvus du gène BRCA1 — gène de susceptibilité à une catégorie de cancer du sein — ont été implantés dans l’utérus.

Gènes de maladies

Le diagnostic est couramment utilisé pour détecter des gènes qui conduisent inévitablement à une maladie, comme la fibrose kystique. Mais c’est la première fois en Grande-Bretagne qu’il est utilisé pour détecter un gène qui ne conduit pas nécessairement à une maladie: en effet, avoir à l’intérieur de soi un gène «de susceptibilité à» signifie qu’on court plus de risques, pas qu’on aura nécessairement le mal.

Vers le bébé «parfait»?

Pour ceux qui s’inquiètent des dérives, un tel choix constitue un pas vers l’eugénisme: la sélection de bébés «parfaits», sans pour autant savoir jusqu’où cette quête de perfection peut conduire: à mesure qu’on en apprendra sur le rôle de nos gènes, pourquoi pas une sélection d’embryons en fonction des gènes du Q.I., de l’hyperactivité ou de la couleur de la peau?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,

La signature du cancer du sein

La signature du cancer du sein

Isabelle Burgun   DOSSIER SANTE

(Agence Science-Presse) – Bonne nouvelle pour les femmes! Des chercheurs québécois viennent de mettre à jour de nouveaux marqueurs moléculaires impliqués dans la progression du cancer du sein. Cette signature issue de la génomique ouvrirait la porte à un test facile et fiable que l’on pourrait faire, dans le futur, à partir d’une simple prise de sang!

«Ces marqueurs nous permettent de savoir si une tumeur cancérigène est présente, mais aussi de connaître son type et son agressivité», explique Sherif Abou Elela, professeur du département de microbiologie et d’infectiologie de l’Université de Sherbrooke.

Une technologie avancée

Afin de comparer des échantillons mammaires cancéreux et sains, les chercheurs ont utilisé la nouvelle Plateforme RNomique Génome Québec et Université de Sherbrooke, un équipement robotisé implanté dans le laboratoire de génomique fonctionnelle de cette université.

C’est en scrutant l’ARN — ou acide ribonucléique — pour y trouver un patron précis de la maladie que les chercheurs ont réussi à isoler 41 marqueurs moléculaires reliés au cancer du sein qui agissent sur le fonctionnement et le taux de sécrétion des protéines.

L’espoir que caressent les chercheurs serait de parvenir à identifier les bons marqueurs afin de permettre le dépistage des protéines incriminantes dans une simple prise de sang. Un test moins invasif et encore plus facile!

Le cancer du sein au Canada

Le cancer du sein frappe une femme sur neuf au Canada. Plus de 430 Canadiennes apprennent chaque semaine qu’elles en sont atteintes. De ce nombre, une sur quatre mourra des suites de la maladie.

Après la signature du cancer de l’ovaire découverte par cette même équipe au début de l’année dernière, voilà un autre cancer qui pourrait être dépisté plus rapidement. Les résultats de cette étude sont publiés dans un récent numéro de la revue scientifique Cancer Research.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Que faisait Aldo à la Mission Bon Accueil?

Raymond Viger

Un service de messagerie m’apporte un paquet. À l’intérieur je découvre une belle pochette professionnelle réalisée à fort coût. Un communiqué de presse présente une journée de transformation extrême à la Mission Bon Accueil. Le tout est signé et organisé par le Groupe Aldo, une chaîne de boutiques de chaussures. Première réaction: encore une entreprise privée qui veut afficher un visage communautaire et social pour mieux vendre sa marque et ses produits.

Je suis dans le communautaire depuis 16 ans. La Mission Bon Accueil, je ne connais pas. Après quelques recherches, je suis rassuré sur la qualité de l’organisme communautaire qui bénéficie de cette aide. Je décide qu’il y a possiblement matière à un reportage sur l’organisme. En ce qui concerne le commanditaire de la journée, c’est moins sûr.

Transformation extrême le 9 avril

J’opte pour un photo-reportage. J’affecte le photographe Patrick Landry à cette mission. Je ferai une courte présentation de l’organisme, les photos de Patrick montreront l’implication des gens et le travail accompli. Et voilà, le tour est joué.

Patrick revient de cette journée enchanté par ce qu’il a vu et entendu. Il a pris plus de 300 photos! Il me raconte quelques anecdotes qui me séduisent. Je fais une en-trevue téléphonique avec Isabelle Depelteau, la porte-parole de la Mission Bon Accueil et Valérie Martin du Groupe Aldo. Oups! Je regrette déjà de ne pas avoir pu me libérer pour être sur place. L’histoire est encore meilleure que je ne le pensais.

L’Auberge Madeleine

L’histoire débute en 2006. Marc Vaillancourt est le chef d’équipe de la planification des magasins du Groupe Aldo. Construction, design, entretien, c’est sa passion. Une fois l’an, des activités sont organisées avec les employés pour mieux se connaître et s’amuser.

Le comité de Marc entame la réflexion: «Les contacts humains ont changé. L’information est plus rapide. On s’envoie des courriels. Il faut trouver une façon originale de se rapprocher des gens» L’idée ne se fait pas attendre: «Notre force, c’est la construction. On fait comme l’émission de télévision américaine, Extreme makeover! Il faut se trouver un projet d’envergure.»

C’est L’Auberge Madeleine, un organisme qui vient en aide aux femmes seules, en difficulté ou sans-abri qui va hériter de la présence des 40 employés pour une rénovation extrême. Tout va y passer; plomberie, électricité, peinture.

Marc et son équipe sont enchan-tés des résultats: «À la fin de la journée, voir les visages des gens, c’est indescriptible. On sentait les remerciements à travers les accolades. C’était perceptible jusque dans le fond de leurs regards. C’était la plus belle reconnaissance que nous pouvions avoir. Tout simplement fantastique.»

En quatre temps

Chaque année, le Groupe Aldo réunit les superviseurs de ses magasins pour une semaine de formation. Une des journées est consacrée à développer l’esprit d’équipe. Des entreprises externes sont engagées pour structurer et organiser ces journées. Mais cela ne donnait pas grand chose de concret. Se basant sur le projet de Marc Vaillancourt, le comité d’organisation décide alors d’étendre le projet de Marc à toute l’entreprise. Le budget alloué à cette journée de formation sera investit dans la communauté.

En 2007, les organismes Logifem (femmes en détresse et leurs enfants), Chez Doris (filles enceintes de 15 à 20 ans), Les appartements supervisés Augustine-Gonzalez ainsi que la Maison Plein cœur (soutien aux personnes vivant avec le VIH)

bénéficieront de l’implication bénévole des 240 superviseurs des magasins du Groupe Aldo. Une journée de transformation où main d’œuvre et matériaux sont fournis, en plus d’une dose d’amour et d’encouragement.

Catherine Letarte, intervenante Chez Doris, se souvient encore très bien de cette expérience. «Ça a été un beau don de soi. Pas juste du matériel, mais beaucoup de créativité. Cela a eu un impact très positif. Pour une femme itinérante, ici c’est sa maison. Le projet a été stimulant pour tout le monde, autant pour les bénévoles que pour le personnel et les femmes qui fréquentent l’organisme.»

Encore aujourd’hui, les retombées ne cessent de se faire sentir! «Des groupes sont venus par la suite pour faire la peinture dans les autres sections.» Et le message de Catherine Letarte est clair. «Il y a beaucoup d’orga-nismes en manque. Ils ont besoin de bénévoles. Faut pas se gêner, un coup de main est toujours apprécié et les occasions de s’impliquer sont infinies.»

Mission Bon Accueil

L’année 2008 est spéciale. Près de 350 employés du Canada, des États-Unis, de l’Irlande et d’Angleterre se retrouvent à Montréal pour la semaine de formation. Il faut trouver un projet d’envergure pour nourrir cette équipe de bénévoles.

Le Groupe Aldo contacte la Mission Bon Accueil pour offrir une journée de transformation extrême. La rénovation touche à tous les secteurs de l’organisme. Un chantier de construction de 94 000 pieds carrés!

Un projet qui dépasse le budget alloué pour la journée de formation. Pas de problème, tous les partenaires du Groupe Aldo seront mis à contribution. Une journée de transformation ex-trême qui nécessitera 8 mois de planification! Évaluer les besoins, les ressources, le matériel, préparer les plans, des fiches de travail par département…

Pour Valérie Martin porte-parole du groupe Aldo, c’est une réussite sur tous les plans. «La Mission Bon Accueil nous a proposé de publiciser l’événement. Malgré tout le travail accompli, la Mission Bon Accueil est peu connue. L’organisme communautaire s’implique auprès des jeunes, des familles et des itinérants depuis 1892! Nous avons accepté de publiciser cette action pour dire aux chefs d’entreprise que chaque petit geste compte, que le bénévolat n’est pas si difficile, c’est une piqûre. Ce que l’on fait est extrême, mais chacun peut trouver sa façon de faire. On veut en donner une vision positive et créer une mobilisation au Québec. Un tel événement crée un sentiment d’appartenance, une fierté.

Mais nous marchons sur des œufs. C’est facile d’être jugé et mal perçu par le public et les médias. C’est une lame à 2 tranchants. Nous nous sommes toujours impliqués dans le communautaire. En 1985, un de nos employés est décédé du Sida. Depuis, nous soutenons Youth Aids en prévention du Sida. L’organisme Cure, pour la prévention du cancer du sein, a notre soutien depuis 9 ans. Il y a aussi l’Hôpital de Montréal pour les enfants, la Fondation McGill…»

Isabelle Depalteau, porte-parole de la Mission, a eu des sueurs froides lors de la transformation extrême. «En inspectant le chantier de construction à 14 heures, j’étais convaincue que, malgré la bonne volonté de tous ces bénévoles, les travaux ne seraient jamais terminés à temps. À 17 heures, j’ai été bouleversée de voir à quel point c’était beau. Ils ont acheté des jeux, des équipements et des livres pour les jeunes. Des mots ont été peints sur les murs: amour, courage, persévérance, foi, partage.

J’ai été émue lorsque les jeunes sont entrés dans la salle. Un d’entre eux s’est exclamé: ‘‘J’ai jamais vu un endroit aussi beau de ma vie!’’. Pour les plus vieux, parfois l’entrée se fait avec un peu de tension et de bruit. Aujourd’hui, c’était paisible. Comme s’ils entraient dans une église.

En plus des enfants et des bénéficiaires de services, toute l’équipe de la Mission Bon Accueil a été estomaquée par cette transformation. Un souffle d’encouragement, une énergie nouvelle pour notre organisme, une reconnaissance du travail que nous accomplissons.

Même s’il y a d’autres organismes qui combattent la pauvreté, on la côtoie tous les jours. On a parfois l’impression d’être seul sur le terrain. Ils auraient pu se contenter de faire un chèque pour que les travaux soient réalisés. Nous avons reçu un don dont nous nous sou-viendrons chaque jour en entrant dans nos nouveaux locaux.

C’est aussi un message de responsabilité sociale. Je rêve d’un Canada qui serait chef de file en la matière.»

Et pour répondre à la question: que faisait Aldo Bensadoun, propriétaire du Groupe Aldo à la Mission Bon Accueil? Marteau à la main et vêtu d’un jeans, il a participé avec ses employés à une journée de transformation extrême pour mettre un peu de joie et de bonheur dans le cœur des gens qui viennent à la Mission chercher un peu de réconfort.

Le message est entendu

Le bouche à oreille amène l’histoire du Groupe Aldo et de son implication jusque dans les bureaux d’un cabinet de comptables, RSM Richter. Sa porte-parole, Ève Laurier, demande à Valérie Martin de rencontrer son équipe pour expliquer le projet du Groupe Aldo.

De cette rencontre naîtra un projet qui se déroulera le 4 juin. Parmi les propositions recueillies, 6 organismes seront sélectionnés pour représenter différents secteurs du milieu communautaire:

  • Héritage Laurentien: organisme visant la protection et la mise en valeur des milieux naturels et du patrimoine historique.
  • Peter Hall School: école spécialisé pour des jeunes de 12 à 21 ans avec un handicap intellectuel.
  • Fondation Marie-Vincent: organisme qui vient en aide aux enfants de moins de 12 ans qui sont victimes de maltraitance, et plus particulièrement d’agression sexuelle.
  • Grands frères grandes sœurs: jumelage de bénévoles avec des jeunes qui ont besoin d’une présence significative dans leur vie.
  • Élisabeth House: centre de réhabilitation pour jeunes mères.
  • Moisson Montréal: banque alimentaire.

Les 300 employés du cabinet RSM Richter choisiront l’organisme dans lequel ils voudront s’impliquer. S’il y a des constructions à réaliser, des bénévoles du groupe vont organiser une sortie avec les bénéficiaires pour qu’ils ne soient pas dérangés par les travaux et qu’ils aient une occasion de vivre une expérience spéciale. Le thème de la journée est approprié pour un bureau de comptable: Donner ça compte!

Comme le décrit Éve Laurier, «l’entreprise veut soutenir le bénévolat de ses employés. C’est important de redonner à la communauté. Ce sont des valeurs communes pour l’entreprise et ses employés, un événement rassembleur.»

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionne

Cancer: qui a peur des gènes?

Cancer: qui a peur des gènes?

(Agence Science-Presse) – Jusqu’à récemment, on disait qu’une femme porteuse des gènes BRCA1 ou BRCA2 a 80% de chances d’avoir le cancer du sein avant l’âge de 70 ans. Au point où plusieurs femmes, après un test génétique, décident de se faire enlever les seins, dans l’espoir que cela élimine tout risque. Mais cette attitude va peut-être changer: les progrès de la génétique et un suivi, aux États-Unis, de 600 porteuses de l’un ou l’autre de ces sinistres gènes, révèlent que le risque peut être de 90% chez certaines femmes… et négligeable chez les autres. Autrement dit, il y aurait plus d’un catégorie de porteuses du BRCA, et de futures recherches ont tout intérêt à essayer d’établir auquel de ces groupes appartient chaque femme visée (source: Journal of the American Medical Association).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Un pas vers la régénération des os

Un pas vers la régénération des os

Agence Science-Presse – Valérie Levée

Environ 400 000 Québécoises ménopausées souffriraient actuellement d’ostéoporose. Pour ces femmes, une banale chute peut souvent se traduire par une grave fracture. Le mécanisme de régénération des os se fatiguant avec l’âge et les os de personnes atteintes d’ostéoporose s’effritant plus facilement, ces fractures sont souvent plus difficiles à réparer.

La grande majorité des traitements contre l’ostéoporose consistent présentement à contrer le processus de résorption des os. Les traitements favorisant la fabrication des os font cependant figure d’exceptions. Ils sont coûteux, administrés par injection ou accompagnés d’un risque accru de cancer du sein comme dans le cas des traitements hormonaux destinés à compenser la baisse des oestrogènes.

Les travaux du Dr Buckbinder, du centre de recherche et de développement de la firme pharmaceutique Pfizer dans le Connecticut, suscitent un nouvel espoir. Ce chercheur s’est intéressé à l’enzyme PYK2, connue pour jouer un rôle dans les mécanismes de formation et résorption des os.Il a découvert que cette enzyme inhibe la formation des os. En la bloquant, il serait donc possible d’enrayer l’inhibition et par conséquent, de restaurer la formation des os. Ainsi, des souris auxquelles on a administré un inhibiteur de l’enzyme, ont formé de nouveaux tissus osseux. Cet inhibiteur offre ainsi une nouvelle piste pour développer un traitement visant à reformer les os dégradés.

Le Dr Jacques Brown, chef de service de rhumatologie au centre hospitalier universitaire de Québec est enthousiasmé par les résultats obtenus par son collègue. Selon lui, « ses résultats sont fascinants ! » et il s’agit « d’une avancée intéressante » vers la découverte de nouveaux traitements favorisant la formation des os. De plus, de par la nature de l’inhibiteur utilisé, les coûts de ce traitement devraient être plus abordables et l’administration orale conférerait un réel avantage. Reste cependant à poursuivre les études et notamment les essais cliniques pour s’assurer de l’absence d’effets secondaires indésirables.

Information générale

L’ostéoporose résulte d’un déséquilibre entre deux mécanismes opposés qui durant toute la vie, assurent la solidité des os. Ceux-ci se résorbent sans cesse, mais de nouveaux tissus osseux se forment pour compenser cette résorption. Chez les personnes âgées, hommes et femmes, le mécanisme de formation perd de son efficacité et les os dégradés ne sont plus remplacés. Chez les femmes, l’ostéoporose est accélérée lors de la ménopause par la baisse des hormones féminines, les oestrogènes.

Autres textes sur la santé et commentaires du rédacteur sur la santé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Modèle plus

Modèle plus


Dominic Desmarais, juin 2007

Elle est jeune, belle et talentueuse. Elle côtoie tant les stars québécoises qu’internationales. L’animatrice de Musique Plus, Chéli Sauvé-Castonguay, mène une vie de rêve… et garde les deux pieds sur terre en étant bénévole auprès d’adolescents.

Elle a beau frayer avec les millionnaires de la chanson, Chéli Sauvé-Castonguay est d’une simplicité rafraîchissante. La bonne humeur débordante, elle sait mettre les gens à l’aise. Entre un périple à Saskatoon et des visites éclair à Québec et à Nashville, la jeune vidéojockey raconte avec plaisir ses expériences bénévoles.

Chéli est bien servie par son emploi pour rejoindre les adolescents. Dans les Maisons de Jeunes et les écoles secondaires, les ados écoutent davantage la tête d’affiche d’une station de télé à leur image. Depuis 5 ans, la jeune femme originaire d’Ottawa participe à la campagne de prévention Ma gang allumée contre le tabagisme chez les jeunes. Une implication qui semble l’emballer. «C’est bien, parce qu’on invite les jeunes à créer leur propre projet pour réduire le tabagisme. On dénigre souvent les jeunes, mais, quand tu les rencontres, tu vois la passion en eux», souligne-t-elle.

Subitement mal à l’aise, l’animatrice sent le besoin de clarifier le sens de son implication. «Je ne vois pas ça comme du bénévolat, nuance-t-elle. Je le fais dans le cadre du travail. Je ne suis pas obligée, parce que ça demande de voyager. Et la charge de travail ne diminue pas parce que tu t’impliques», explique Chéli, qui ne compte plus ses semaines de 60 heures.

Femme d’action

Elle anime également des galas et des défilés de mode pour amasser des fonds. «C’est en lien avec mon métier. Mais, c’est pour une bonne cause ou pour faire la promotion d’artistes émergents qui méritent d’être découverts.» Encore une fois, l’animatrice hésite à qualifier son implication de bénévolat. «Je me vois comme une participante», explique celle qui, de 13 à 16 ans, jouait une heure ou deux avec des enfants atteints du syndrome de Down (trisomie 21) au retour de l’école.

L’animatrice se nourrit de ces activités. «Je rencontre des artistes qui font des millions avec leurs albums. Certains ne sont pas là pour la passion de la musique, mais bien pour le glamour, raconte-t-elle. Alors, quand je rencontre des gens lors de galas ou des jeunes dans les écoles, ça me ramène sur terre», dit-elle, affichant ce sourire qui ne la quitte jamais.

Chéli croit fermement aux bienfaits de l’action bénévole. «Je le dis aux jeunes que je rencontre. La meilleure façon d’apprendre, c’est par le bénévolat.» Elle parle en connaissance de cause. Dès l’école secondaire, elle s’impliquait au sein de la télévision communautaire d’Ottawa. À l’université, elle a touché à tous les domaines du journalisme. Télé, radio et presse écrite. C’est de cette façon qu’elle a découvert sa passion pour la télé.

La gêne revient hanter Chéli. «Il y a tellement plus de choses que je pourrais faire… Je parle avec le département des communications pour qu’on aille voir les enfants à l’hôpital Sainte-Justine. On devrait faire plus pour eux. Tous les animateurs de Musique Plus pourraient participer à la marche pour le cancer du sein. Pas pour filmer, mais pour amasser des fonds.»

Diplôme d’action sociale

Pour attirer les jeunes, le Centre d’action bénévole de Québec a eu l’idée de faire reconnaître leur expérience comme bénévole. «Une entente existe entre le centre, les organismes et les grandes entreprises de la région de Québec», explique le directeur général du centre, Jean-Marie Parent. Les organismes, pour reconnaître une formation ou une expérience acquise, émettent des certificats qui sont approuvés par des entreprises de la région. «Le jeune qui obtient un de ces certificats a donc de meilleures chances d’obtenir un emploi dans le domaine dans lequel il a été reconnu.»

Jobboom pour bénévoles

Au Centre d’action bénévole de Hull, Anne Chardon met actuellement sur pied un site Internet pour les jeunes bénévoles de l’Outaouais. Le site www.jebenevole.ca offrira
— à l’image des workopolis, jobboom ou monster.ca — un espace où les organismes communautaires intéressés à recruter des jeunes pourront afficher leurs activités offertes. «Les jeunes sont à l’école de 9 h à 16 h, dit Anne Chardon, et ce sont essentiellement les heures d’ouverture des Centres d’action bénévole. Avec le site, le ser-vice sera plus accessible, car disponible en tout temps, et permettra aux jeunes de faire un choix. C’est ça qu’ils veulent.» G. A. G.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.