Paparrazi et Barack Obama voyeurisme des médias

 

Raymond Viger    Dossier Médias et journalisme

Paparrazi et Barack Obama voyeurisme des médias

Barack Obama et Nicolas Sarkozy au G8 de l'Aquila en Italie

Cette photo a rapidement fait le tour du monde. Dès jeudi, la blogosphère s’est enflammé en traitant Barack Obama de voyeur, mateur, cochon et tout autres qualificatifs de même acabit.

Le Devoir

La photo a fait la une du Devoir vendredi dernier avec une mention d’un oeil torve et l’attention enjouée. Torve voulant dire un regard oblique et menaçant.

Éric Grenier, magazine Jobboom

Samedi, Éric Grenier de Jobboom reprend la photo mais en rajoutant que le réseau ABC a visionné la vidéo complète pour se rendre compte que Barack Obama est pris dans une histoire d’escaliers où il faut faire attention où l’on met ses pieds. Son titre, Obama vieux cochon est sûrement contradictoire avec son long billet de 112 mots. Les mots-clés pour enregistrer sa photo cul Obama encore plus démesurés. Ces mots-clés sont visibles de tous. Ils apparaissent lorsque vous approchez votre curseur sur la photo.

J’ai été agréablement surpris de la réaction des internautes sur la présentation d’Éric Grenier. 33% des internautes (4 sur 12) ont questionné le sensationnalisme de son titre. 16% (2 sur 12) ont soulevé une réserve sur une photo pris hors contexte. Les autres considérant que regarder sans toucher n’était pas un péché.

Paris Match et 20minutes.ch

La même journée que la publication du billet d’Éric Grenier, 20minutes.ch, a choisi le titre suivant pour présenter la nouvelle: Obama «innocenté» par la vidéo.

Dimanche, Paris Match reprend l’histoire complète. Le titre, Obama, un homme comme les autres? Vous avez deviné que le point d’interrogation est très important. Paris Match pose la question et y répond sans équivoque. Paris Match souligne l’excellent travail journalistique du réseau ABC pour remettre la photo dans son contexte. Les mots clés utilisés par Paris Match sont ceux du titre, sans tenter d’en rajouter.On y présente aussi la vidéo qui innocente Barack Obama. Voici le titre et la description que Paris Match a utilisé pour présenter la vidéo:

Obama, un président galant

Réhabilitons l’image du 44e président des Etats-Unis… Comme le prouve la vidéo d’ABC, Barack Obama ne regardait pas les fesses rebondies d’une charmante déléguée mais aidait une autre à descendre les marches.

Paris Match conclue « Cette histoire démontre qu’il est bien difficile de connaître la vérité d’une simple photo, dans un monde abreuvé d’images et de rumeurs contradictoires ».

J’ai été surpris de voir que les médias européens avaient trouvé un meilleur équilibre dans leur présentation que ces deux médias québécois. J’étais convaincu que l’Europe était le berceau des paparazzi. Surpris encore plus de présenter ici le Devoir et non pas le Journal de Montréal. Peut-être que le lock-out de ses journalistes leur ont fait manqué ce « scoop »? 

Et pour remettre le tout dans son contexte, les huit chefs d’états les plus importants du monde, le G8, sont réunis à L’Aquila en Italie pour parler de la situation mondiale et de la conjoncture économique difficile. Les thèmes sont le dialogue avec les pays émergents, les négociations sur les changements climatiques et le développement de l’Afrique.

Avons-nous passé à côté de l’essentiel?

Sondage des journalistes sur le sensationnalisme dans les médias.

VOS COMMENTAIRES SUR PHOTO DE BARACK OBAMA ET NICOLAS SARKOZY

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La plus vieille glace du monde

La plus vieille glace du monde

(Agence Science-Presse) – Jamais l’expression «gelé dur» n’aura été plus vraie : 750 000 ans! C’est l’âge attribué à des fragments de glace emprisonnés sous des couches de lave, au Yukon. Cela signifie, écrivent Duane Froese et ses collègues de l’Université de l’Alberta, que cette glace a survécu à des périodes où la température moyenne était de 3 degrés supérieure à aujourd’hui. C’est là quelque chose qui pourrait être jugé rassurant par ceux qui craignent une fonte rapide de l’ensemble des sols gelés (le permafrost). Mais d’un autre côté, on pourrait dire que cette glace-ci a survécu grâce à la lave solidifiée, un «isolant» peu courant…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,

Environnement: extinction animale et réchauffement climatique

Environnement: extinction animale et réchauffement climatique

(Agence Science-Presse) – Si vous croyiez que l’Homme était plus respectueux de son environnement jadis, détrompez-vous! Non content d’avoir probablement exterminé de nombreuses espèces animales en Australie, il aurait récidivé en Tasmanie il y a 41 000 ans, d’après une étude parue dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.

Jusque-là, on pointait les changements climatiques comme grands coupables de cette extinction. Mais la découverte de nouveaux fossiles de cette faune disparue 2000 ans après l’arrivée de l’Homme serait la preuve irréfutable de sa culpabilité.

D’autres études avaient déjà démontré que 97 % de la faune de l’Australie, continent voisin de la Tasmanie, avait disparu il y a 46 000 ans, peu après que l’Homme s’y soit installé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journée internationale de la Terre

Journée internationale de la Terre Isabelle Burgun

Agence Science Presse, dossier réchauffement de la planète.

Irremplaçable maison de l’humanité, la Terre sera célébrée le 22 avril prochain par la Journée internationale de la Terre. Cette journée particulière s’inscrit au sein d’une Année internationale qui lui est dévouée.

Pour souligner cette journée, l’Agence Science-Presse a rejoint : Michel Jébrak, professeur au département des Sciences de la Terre et de l’atmosphère de l’UQAM et représentant du Québec au comité canadien pour l’Année Internationale de la planète Terre proclamée en 2008 par l’UNESCO.

ASP — Pourquoi avez-vous accepté d’être le représentant du Québec pour l’Année internationale de la planète Terre ?
Michel Jébrak — Tout simplement parce que je souhaite sensibiliser tout le monde aux grands enjeux de notre planète… on n’en a pas de rechange ! Pour la journée du 22 avril, le Canada s’est choisi cinq thèmes qui dessinent la Terre: environnement, eau, énergie, ressources et risques naturels.

ASP — Les sciences de la Terre sont un vaste chapeau qui regroupe plusieurs disciplines, comment nous touchent-elles dans notre quotidien?

MJ — Le logo de l’Année internationale représente les différentes zones de notre planète:

– Rouge pour la planète profonde, qui nous affecte par ses mouvements (séismes, tsunamis, volcans) et nous fournit ses ressources non renouvelables. C’est le domaine de la géologie, de la géodynamique;

– Bleu pour l’océan et ses richesses, ses courants qui gouvernement les pêches; c’est le domaine de l’océanographie;

– Bleu clair pour l’atmosphère, avec les changements climatiques, la météo;

– Vert pour la vie.

Nous sommes les enfants de la Terre, et cela nous touche tous les jours.

ASP — Dans quels domaines scientifiques le Canada et le Québec possèdent-ils de l’expertise?

MJ — Le Canada a une très bonne expertise dans plusieurs grands domaines, tels que :

— Les ressources minérales. Nous sommes un grand pays producteur de quantité de métaux de base (nickel, cuivre, etc.) et précieux (or et platine), de produits minéraux, de pétrole, d’uranium et même de diamants — le 3e producteur mondial!

— L’environnement, en particulier dans le domaine des l’étude des lacs, aussi bien naturels que des barrages. Le Canada possède le tiers des ressources en eau douce de la planète; nous travaillons beaucoup à les préserver.

— La datation des roches : nous avons les meilleurs laboratoires du monde dont le GEOTOP à l’UQAM.

— Les changements climatiques, avec par exemple le centre Ouranos à Montréal.

ASP — Quelle est la contribution canadienne à l’avancement des sciences de la Terre et ses principales recherches actuelles?

MJ — Il est difficile de résumer en quelques lignes les travaux de toute une communauté. Savez-vous par exemple que les plus vieilles roches du monde ont été découvertes au Québec? Que la connaissance du passé récent, le Quaternaire, y est l’une des plus avancée du monde? Qu’un réseau de senseurs ausculte en permanence le fond du Pacifique au large de Victoria?

ASP — Quels sont les principaux enjeux et défis des sciences de la Terre?

MJ — On manque terriblement de géologues et de personnel à tous les niveaux; on s’arrache les étudiants alors qu’ils ont à peine fini leurs études… et les salaires n’ont jamais été aussi bons. Le problème, c’est que ça prend du temps à former un géologue, au moins trois ans, et l’on en a besoin maintenant.
ASP — On parle souvent d’épuisement des ressources. Quelle est la situation au Canada?

MJ – Le Canada a des ressources immenses, mais il a négligé de les renouveler il y a une dizaine d’années. Ce qui fait que plusieurs mines importantes ont fermé et que la production a parfois baissé. Les découvertes actuelles laissent penser que nous rétablissons la situation. Il faut comprendre que la notion de ressources dépend du prix; quand les prix sont élevés, comme aujourd’hui, on peut exploiter beaucoup plus de ressources et mieux les gérer sur tous les plans.

ASP — Pensons-nous également économie durable en matière d’exploitation? Existe-t-il un virage vert?

MJ — Oui, très net, mais pas encore assez rapide. Les compagnies font des efforts; par exemple, des compagnies québécoises ont créé un fond pour nettoyer le Nord-du-Québec des déchets laissés par d’autres compagnies il y a longtemps. Il faut poursuivre cet effort et l’accélérer. Et il faut aussi responsabiliser l’ensemble du public en terme de gaspillage, de recyclage ainsi que de comportement économe d’énergie et de ressources.

Pour en savoir plus

22 avril, Journée internationale de la Terre :

http://ww2.earthday.net

2008, Année internationale de la planète Terre :

http://www.iypecanada.org

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

show_image Quand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible dans toute bonne librairie.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Notre monde illustré

Notre monde illustré
Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Savez-vous ce qu’est un Buran, un Barbier, un Chinook ou encore un Chocolate? Simplement quelques-uns des noms des vents soufflant aux quatre coins de notre Planète. Nouvel et bel ouvrage de la maison d’édition Québec-Amérique – et donc une réalisation québécoise! — L’Encyclopédie visuelle de notre monde permet de rafraîchir notre mémoire, de plonger dans des recoins inexplorés de notre monde et d’apprendre des faits passionnants: le poisson-lune s’avère le plus fertile, le cri de la baleine bleue atteint 188 décibels (autant qu’un avion), Mexico est la ville la plus polluée au monde ou encore la prochaine éclipse totale du Soleil sera le 1er août 2008!

Ce livre se déploie en quatre thèmes : l’Univers, la Terre, la Météo et les Océans. À eux seuls, les océans occupent près du tiers de l’encyclopédie. On y apprend les principaux records des animaux marins, les grandes tragédies maritimes ou encore les 21 noms de courants marins : Courant des Aiguilles, Dérive Nord-Pacifique, Oyashio, etc.

Tout débute de manière logique par l’histoire de l’Univers et s’achève par les espèces menacées. Au fil des pages, nous aurons pris connaissance de la formation de notre système solaire, de l’histoire de la Terre, de l’ABC de la météo, de la diversité des océans… près de 350 pages de faits, d’explications et d’illustrations des différents phénomènes — changements climatiques, désertification et autres tempêtes — qui secouent notre vieille Planète. « Notre unique maison », comme dirait Hubert Reeves.

Un gros regret est de justement la voir si peu notre Terre et ses merveilles. Bien sûr, il y a des photos, mais elles sont souvent aussi petites que des timbres-poste. Les montagnes, océans et autres déserts ont bien du mal à s’y glisser et nous, à les admirer.

L’encyclopédie privilégie les illustrations – 14 illustrateurs ont travaillé sur cet ouvrage — et parfois à tort. On a parfois l’impression de vivre au sein d’une animation de luxe. Les images sont belles et léchées, mais souvent trop belles pour la réalité qu’elles illustrent. Par exemple, si elles s’avèrent pertinentes pour expliquer la formation d’un réseau de grottes – trois illustrations montrent comment l’eau de pluie s’infiltre, dissout la roche calcaire et creuse des galeries — la grotte illustrée paraît irréelle avec ses fausses concrétions et son lac à la transparence étrange.

Malgré tout, cette encyclopédie visuelle s’avère un très beau cadeau de Noël pour les enfants de 8 à 12 ans.

L’Encyclopédie visuelle de notre monde par Québec Amérique, 340 pages, 24,95 $

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

La cause environnementale et la surconsommation

La cause environnementale et la surconsommation
Paru le 7 janvier 2008

Voici ce qui m’est venu à l’esprit à l’aube de la fin de la conférence de Bali sur les changements climatiques en décembre dernier. J’ai pris du temps à mettre le propos en ligne, voulant bien peser mon commentaire. Je l’ai pesé, et je dois vous avouer qu’il n’a pas tant changé:

Les gouvernements font de l’environnement un objectif primordial. Le gouvernement conservateur essaie de refléter l’image d’un parti qui a la réduction des GES à cœur. Je n’en crois plus un mot.

Et je n’en crois pas plus de la part du Parti Libéral du Canada. Depuis 10 ans, le Canada n’a pas fait un pas en avant en matière d’environnement. Depuis 10 ans, les gouvernements tentent de nous convaincre qu’ils agissent dans le sens contraire. Je ne crois pas en cette volonté affichée par les gouvernements de chez nous. Autant au Québec qu’au Canada.

Le problème de nos gouvernements, c’est que la cause environnementale gagne en popularité alors que rien n’est réellement fait de la part des citoyens et des entreprises pour qu’elle gagne en santé… Oui, certaines personnes utilisent moins leur(s) voiture(s), prennent les transports en commun, recyclent, compostent, etc. Mais le problème reste toujours le même: notre consommation. Et je ne parle pas ici de consommation abusive. Notre simple consommation de citoyen averti menace encore la planète.

La cause environnementale a pris tant d’essors, mais dans le mauvais sens à mon avis. Aujourd’hui, on lance des tonnes de produits révolutionnaires, maintenant écologiques, bios, 100% naturels. Ces produits ne sont que la nouvelle surconsommation des occidentaux. Ton char pollue? Achète-toi en un qui pollue moins! Ton frigidaire consomme trop d’électricité? Achète celui avec la petite étoile qui certifie que ton frigidaire va faire un bon travail avec moins d’efforts! Mais on en reste toujours à la même chose : on veut consommer. Et les compagnies profitent d’un nouvel engouement pour nous faire consommer une nouvelle gamme de produits qui se voudraient sauveurs de la planète. Soyons vigilants à ce propos.

C’est notre consommation qui a poussé la planète au bord de ses limites. Faisons attention, et tentons de moins acheter. Je sais, c’est contre notre nature de contemporains du Nord de l’Amérique, mais étudions au moins la question, et demandons-nous : Ai-je vraiment besoin de ci, ou de ça?

La solution se trouve selon moi en grande partie dans la réduction de notre consommation. Et la réduction de notre consommation dépend de nos besoins. Avons-nous trop de besoins? L’homme a appris a survivre pendant la majeure partie de son existence avec le strict minimum. On devrait encore avoir ça dans le sang! Et si tout ce que vous avez à me répliquez, c’est que notre économie risque d’en prendre un bon coup, et bien vous avez raison. Et c’est peut-être ce dont elle a besoin.

Gabriel.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Abondance n’a plus de neige

Abondance n’a plus de neige

(Agence Science-Presse) – La ville française d’Abondance, dans les Alpes, a annoncé en juin la fermeture de sa station de ski, principale activité économique de la ville. La raison: il n’y a plus assez de neige! Située à 930 mètres, la station faisait partie de celles que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime les plus menacées par les changements climatiques. Selon l’institution, l’Allemagne perdrait jusqu’à 60% de sa surface skiable pour une augmentation de température de seulement 1°C. Pour l’instant, les solutions pour contrer le phénomène sont surtout d’ordre technologique : enneigement artificiel, déplacement des stations vers de plus hautes altitudes, aplanissement des pentes, etc. Toutefois, ces solutions apportent aussi leur lot d’inconvénients et ne respectent pas toujours l’environnement…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

On aime la pluie

On aime la pluie

(Agence Science-Presse) – Des recherches géologiques menées dans le sous-sol du désert du Sud d’Israël démontrent un accroissement des pluies il y a 110 000 à 140 000 ans. Coïncidence? C’est exactement la période pendant laquelle, selon les paléontologues, les Homo sapiens ont pour la première fois peuplé cette région. Les humains suivaient-ils la pluie? Peut-être. En tout cas, cette découverte confirme que dans le passé, les changements climatiques ont été déterminants pour l’évolution de notre espèce —dans ce cas-ci, en rendant plus hospitalière une région qui se trouvait sur la route « de sortie » de l’Afrique.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

L’environnement en danger

 

 

L’environnement en danger

Agence Science Presse

Connaissez-vous le Babiroussa ? Ce cochon sauvage vit dans les forêts marécageuses de l’archipel indonésien des Célèbes. Il figure sur la courte liste des animaux menacés du récent ouvrage de référence pour toute la famille publié chez Québec Amérique, L’Environnement. Comprendre le fragile équilibre de la vie sur Terre.

Riche en illustrations, en dessins couleur et d’une belle facture, cet ouvrage destiné aux enfants constitue un intéressant point de départ à une prise de conscience environnementale.

Menaces, catastrophes et autres changements climatiques forment plus de la moitié de ce livre offrant un constat plutôt pessimiste. L’homme, pointé du doigt comme le seul responsable de la pollution des écosystèmes, paraît bien impuissant, démissionnaire et inconscient.

Dans le chapitre d’une vingtaine de pages consacré aux menaces environnementales, on apprend d’abord à mettre une définition sur des mots comme déforestation, smog et asphyxie des lacs et aussi, à comprendre comment la pollution nuit aux écosystèmes.

Ainsi, à travers trois illustrations, on suit la prolifération des algues de surface dynamisée par l’apport en excès de nutriments. Ces dernières bloquent les rayons du soleil entraînant la mort des algues de fond, la multiplication des bactéries, la diminution d’oxygène et la libération d’ammoniac. Le lac étouffe et la vie en disparaît !

Ce bel ouvrage au papier glacé manque toutefois un peu d’équilibre. Entre un chapitre trop court et une explication bien longue, il paraît bien difficile de vouloir tant raconter en accordant une place égale — mais bien petite— à l’érosion des sols, par exemple, qu’au recyclage. Le livre aurait beaucoup gagné à donner une page ou deux de plus à la première et moins d’espace au second.

Un point de vue québécois — celui de Pierre Dansereau sur l’équilibre fragile des écosystèmes et de Claude Villeneuve pour les changements climatiques — aurait aussi apporté un plus au livre qui désire sans doute se retrouver en bonne place sur les comptoirs québécois et ceux des librairies de France et de Navarre. C’est manquer d’audace, dommage !

* L’Environnement. Comprendre le fragile équilibre de la vie sur Terre, collection Référence, Québec Amérique, 96 pages, 2006, prix : 19,95 $

Textes sur l’environnement et commentaires du rédacteur sur l’environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.