Roman: Après la pluie…Le beau temps; Rien ne se perd, rien ne se crée

Après la pluie… Le beau temps

Rien ne se perd, rien ne se crée

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Raymond Viger    Dossier Croissance personnelle

Toi l’homme de sciences.
Si tu as bien appris ta chimie.
Tu connais le principe de Lavoisier.
»Rien ne se perd, rien ne se crée ».

Si tu pouvais sentir.
Toute la spiritualité.
Qui se cache derrière ce principe.

 »Rien ne se perd ».
Chaque petite émotion que tu ne veux exprimer.
Ne disparaît pas comme par enchantement.
Tu ne feras que la dissimuler dans ton jardin intérieur.

 »Rien ne se crée ».
Quand tu soulèveras le voile de tes émotions.
Ne t’étonne pas de l’ampleur de celle-ci.
Elle aura pris le temps de bien se nourrir.
Un peu à tous les jours.
De cette énergie qui te manquait.
Elle a produit cette tension qui t’agaçait.

 »Rien ne se perd, rien ne se crée »
Ce que tu caches aujourd’hui.
Te reviendras demain.

Extrait du livre Après la pluie… Le beau temps.

VOS COMMENTAIRES SUR Après la pluie … Le beau temps: Rien ne se perd, rien ne se crée

La suite: Liberté… Un sourire intérieur.

Liberté… Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieurUn livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueilAprès la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE

Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Biographie de l’auteur

VOS COMMENTAIRES SUR Après la pluie … Le beau temps: Rien ne se perd, rien ne se crée

Publicités

Tous les sols sont egaux

Tous les sols sont égaux

(Agence Science-Presse) – Si la vie montre une incroyable diversité d’un continent à l’autre, les sols, eux, sont les mêmes partout: des chimistes britanniques ont analysé des échantillons de 40 sols récoltés un peu partout, de l’Arctique à l’Antarctique, et y ont trouvé des concentrations similaires d’acides aminés, qui sont tous digérés par les microbes présents au même rythme, quels que soient ces microbes.

Autrement dit, la composition des sols de notre planète contient probablement une recette primordiale remontant à des milliards d’années; à partir de cette base, la vie s’est diversifiée comme on la connaît.

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le coeur selon la science

Le cœur selon la science

Sylvain Sarrazin

(Agence Science-Presse) – Ah, l’amour… on en parle parfois avec une petite gêne. Mais, à en croire certains scientifiques, c’est également une question de… gènes. Les plus récentes recherches «coup de cœur» sur ce mystère universel.

Recherche génétique

Le clin d’œil discret ou le petit compliment bien placé ont désormais un sérieux rival dans la gamme des outils de séduction. Son nom — MHC — est certes moins sexy. Mais il est efficace. Le Major Histocompatibility Complex est une région du génome humain agissant comme une tour de guet immunitaire, détectant infections et autres indésirables microscopiques. Or, d’après des recherches menées en Europe et aux États-Unis, un individu en quête de sa douce moitié serait aussi influencé par son MHC!

Les contraires s’attirent

Les résultats de leurs études étonnent! En effet, plus le patrimoine génétique des tourtereaux serait différent, plus grande serait la probabilité qu’ils se désirent. La raison? Le choix d’un conjoint muni de gènes complémentaires sur le plan immunitaire permettrait de transmettre aux enfants du couple une gamme plus large de récepteurs. Bref, un bouclier contre les infections plus large et plus efficace.

Difficile cependant de s’échanger une analyse de son MHC comme on se glisserait un numéro de téléphone (même si des entreprises américaines proposent ce nouveau service matrimonial!). C’est pourquoi chaque individu a la faculté d’émettre et de détecter des molécules odorantes — les phéromones — marquées de ce sceau génétique. Des chercheurs suédois de l’Université d’Uppsala sont arrivés aux mêmes conclusions : qui ne se ressemblent (génétiquement) s’assemblent!

Génétique et séduction en Afrique et aux USA

Pour aller plus loin, l’ethnobiologiste Raphaëlle Chaix et son équipe ont passé au crible le patrimoine génétique de couples issus de populations ciblées du Nigeria et des États-Unis. Mais, comme toujours, l’amour n’est pas si facile à dompter. Dans le premier cas, le MHC n’a pas vraiment joué les entremetteurs, tandis qu’il apparaît comme un élément crucial et systématique dans le second.

«Chez les Yorubas, en Afrique, nous avons remarqué que les membres du couple étaient plus similaires génétiquement, tant au niveau du génome entier qu’au niveau du MHC. Dans cette population, ce sont davantage les facteurs sociaux, comme les mariages entre cousins, qui déterminent le choix du conjoint», remarque la chercheuse. Par conséquent, si les barrières sociales sont peu rigides quant au choix du conjoint, l’importance du facteur MHC est donc mise en évidence.

À la lumière des travaux menés par d’autres scientifiques, il apparaît en effet que le rôle joué par la génétique n’est qu’une étincelle qui met le feu aux passions. Bref, vous avez le même indicatif, mais d’autres éléments décisifs, comme l’aspect physique, le vécu de l’individu ou son comportement viendront compléter le numéro gagnant.

Pilule d’amour

Pour ceux qui auraient encore foi en Cupidon, voici de quoi les faire fléchir. Larry Young, chercheur à l’université américaine d’Emory, croit en la possibilité de confectionner une pilule qui, dotée de l’hormone appropriée, pourrait provoquer une réaction chimique et stimuler les émotions amoureuses. Bref, un véritable élixir d’amour en capsule.

«Il y a une grande différence entre être amoureux et tomber amoureux, précise cependant Ariel Fenster, professeur de chimie à l’Université McGill. Quand on est avec un conjoint pendant longtemps, on a un sentiment de satisfaction, associé au niveau d’ocytocine.» Cette molécule agirait sur le sentiment d’attachement.  Donc, l’effet de cette fameuse pilule sur le taux d’ocytocine serait plutôt comparable à celui d’un antidépresseur. Une vraie roue de secours pour couples en panne.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Spore: jeu vidéo d’évolution biologique

Spore: jeu vidéo d’évolution biologique

Amélie Daoust-Boisvert

(Agence Science-Presse) – Il est derrière la franchise de jeu d’ordinateur la plus vendue de tous les temps. Après cent millions de copies de cet univers où le joueur invente à son avatar virtuel une maison, un emploi, des amis et des amours, Will Wright lançait dernièrement un jeu qui se targue de fusionner génétique et évolution avec une expérience ludique. De The Sims à Spore, divertissement électronique et science se conjuguent-ils au présent… ou à l’imparfait?

Quatre joueurs testent Spore

L’Agence Science Presse a observé la perception du jeu chez différents joueurs. Jonathan est un artiste: la biologie et autres chimies remontent au secondaire. Son ami, Jonathan, est informaticien: ses notions de biologie lui viennent du cégep. Alors que Valérie détient un bac en écologie et est aujourd’hui naturaliste et animatrice scientifique, Mélanie détient une maîtrise en écologie et comportement animal.

Un premier choix confronte les joueurs: herbivore ou carnivore. Leurs animaux-cellules se promènent et grossissent en mangeant – et en évitant d’être dévorés – dans un océan grouillant. «Ça commence mal… ils représentent mal la cellule», dit Valérie d’emblée. Des unicellulaires avec des yeux et une bouche ne convainquent pas la biologiste. Le premier stade de Spore se rapproche plus exactement des protozoaires, les animaux multicellulaires minuscules. Amusés, ils poursuivent et les voilà qui atteignent le deuxième niveau: la terre ferme.

Evolution à la carte

Jonathan trouve que l’évolution entre l’eau et le plancher des vaches s’est fait à une vitesse fulgurante. En effet, tout stade entre l’unicellulaire et le carnivore terrestre est éliminé. Pour «évoluer», la bibitte créée par chacun des joueurs ramasse de nouveaux caractères – pattes, nez, plumes – dans des carcasses et en obtenant des points ADN – en charmant une autre espèce, par exemple. Lors de l’accouplement, l’animal se retrouve dans un atelier où selon les points et les caractères accumulés, il peut changer d’apparence. Nos deux biologistes, Mélanie et Valérie, expliquent qu’«il n’y a aucune pression de sélection. Qu’on soit gros ou petit, rouge ou vert fluo, ça ne vaut pas la peine, il n’y a pas de différence. Et, d’une fois à l’autre, la bibitte peut passer de petite poule à T-Rex si on le veut!» «Les carnivores, même si l’on met leurs yeux en avant, ça ne change rien, alors que ça a des raisons évolutives», poursuit Mélanie. Bref, tout est sélectionné par la fantaisie du joueur, et le hasard, moteur de l’évolution, est évacué.

Réserve des scientifiques et des joueurs

Will Wright connaît les réserves des scientifiques sur la représentation de l’évolution dans Spore. Pourtant, il affirme qu’«au début de la conception, les travaux de biologistes comme Richard Dawkins et Edward Wilson m’ont stimulé». En entrevue au New York Times peut avant la sortie officielle du jeu, il expliquait qu’il voulait montrer les grandes lignes de l’évolution, mais pas faire attendre le joueur «des millions d’années pour que quelque chose se passe». «J’ai rencontré plusieurs scientifiques, leur a-t-il confié, mais tu découvres beaucoup de choses et dois décider quels 20 % serait cool et amusants dans un jeu.»

Après quelques heures devant leurs écrans, ce n’était pas tant les différents détails que la vision d’ensemble qui titillait les cobayes de ce test. «Ça montre une évolution dirigée vers le cerveau. Ça renforce la fausse croyance que l’évolution est dirigée et qu’elle tend vers une forme supérieure, l’humain», a résumé Valérie. «Tout Québécois qui a complété son secondaire possède les bases suffisantes pour comprendre que ça ne fonctionne pas», a complété Jonathan, dont la bibitte devenue un féroce carnivore se tenait prête à diriger une civilisation.

Science et informatique

La science de l’évolution a profité du jeu et de l’informatique qui lui ont permis de créer des simulations cruciales. Aujourd’hui, les jeux veulent s’inspirer de la science. Même sur Facebook, on peut afficher sur son profil une petite application, Evarium, où des unicellulaires stylisés en forme de fleurs se reproduisent et évoluent. C’est le chercheur Ralph Haygood, de l’Université de Duke, qui en a eu l’idée.

Si Spore n’est même pas une vague métaphore de l’évolution, il apparaît de source sûre qu’une certaine biologiste fort critique s’y amuse malgré tout depuis plusieurs semaines…

Exergue: Au commencement était une météorite qui s’écrasa dans l’océan d’une planète propice à la vie, raconte Spore. Dès lors, la vie sous forme unicellulaire apparaît.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Nobel de l’absurde: palmarès 2008

Nobel de l’absurde: palmarès 2008

(Agence Science-Presse) – Pas sûr que Coca-Cola l’ait trouvée drôle, celle-là. Le Coke serait… un bon contraceptif! L’étude qui en parle date déjà de 1985, mais elle a acquis une célébrité nouvelle la semaine dernière, en décrochant le IgNobel de chimie, à l’Université Harvard de Boston.

Remarquons toutefois que le prix a été remis conjointement à une autre équipe, de Taïwan, qui, dans une autre étude parue en 1987 dans Human Toxicology, a conclu que le Coke… n’était pas un bon contraceptif!

Science et humour

Pour ceux qui l’ignoreraient, les IgNobel ouvrent désormais la saison des Nobel par l’absurde. Ils récompensent des recherches 100 % authentiques, mais qui ne méritent en aucun cas d’être répétées, selon les termes de cette célébration annuelle qui, chaque année, démontre que la science, eh bien oui, ça peut être drôle.

Parlez-en à Massimiliano Zampini et Charles Spence (IgNobel de nutrition) pour leur étude qui démontre que les gens trouveront que les mêmes chips ont soudain meilleur goût… s’ils font du bruit!

Ou aux Français Marie-Christine Cadiergues, Christel Joubert et Michel Franc (IgNobel de biologie) pour leurs travaux démontrant que les puces des chiens sautent plus haut que les puces des chats.

À Dorian Raymer et Douglas Smith, IgNobel de physique pour leur démonstration mathématique que cheveux, ficelles ou tout autre objet du genre, finiront inévitablement par s’emmêler et faire des noeuds.

Ou Geoffrey Miller, psychologue à l’Université du Nouveau-Mexique, et ses collègues pour leur étude… des danseuses exotiques. Observations à l’appui (ben voyons), ils concluent que les clients sont plus généreux lorsque les danseuses atteignent leur pic de fertilité.

Comme Coca-Cola toutefois — qui a refusé les demandes d’entrevue de nombreux journalistes depuis jeudi — la Commission helvétique d’éthique dans le domaine non humain ne l’a peut-être pas trouvé drôle, elle non plus. Elle a décroché le IgNobel de la paix pour sa directive sur la nécessité de protéger la «dignité des plantes».

Remise de prix particulière

Mais d’autres apprécient. Sept gagnants étaient sur place, à l’Université Harvard, pour recevoir leur prix. «J’ai gagné beaucoup de prix universitaires; je ne peux pas penser à un seul qui me rende plus heureux que celui-ci», a déclaré (pour rire?) Dan Ariely, économiste à l’Université Duke et gagnant du Ig Nobel de médecine pour son étude qui conclut que plus une fausse pilule — un placebo — coûte cher… plus elle est efficace!

Quant au fait que le Coke soit un contraceptif (et le Diet Coke, c’est encore mieux), Deborah Anderson, obstétricienne-gynécologue à l’Université de Boston, a tenu à souligner qu’elle et ses collègues n’avaient pas sorti cette idée de leur chapeau, en 1985. C’était une légende qui circulait depuis longtemps, et qu’ils s’étaient donc donnée pour mission de vérifier (en laboratoire, faut-il le préciser).

Comment expliquer que leurs collègues taïwanais soient arrivés, deux ans plus tard, à une conclusion opposée? «Ils n’avaient pas la même méthodologie que nous», a expliqué sans rire Deborah Anderson. Qui ajoute qu’elle ne recommande pas le Coke pour remplacer la pilule…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Prédire les Nobel: Thomson Reuters se plante

Prédire les Nobel: Thomson Reuters se plante

(Agence Science-Presse) – Peut-on prédire les gagnants du Nobel comme on prédit les gagnants de la Coupe Stanley? En tout cas, certains s’y essaient. Comme Thomson Reuters, une firme tout ce qu’il y a de rigoureuse, qui est derrière l’Index des citations scientifiques, un outil de premier plan pour évaluer le poids d’une recherche scientifique à court et à long terme. Mais ne misez pas trop d’argent sur leurs prédictions: ils avaient correctement prédit un des 3 gagnants du Nobel de chimie… mais avaient avancé 16 noms! Et aucun de leurs 42 « candidats » aux Nobel de médecine et de physique n’a gagné.

Pour voir les prédictions

http://scientific.thomsonreuters.com/nobel/nominees

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Nobel de chimie 2008 – Nobel fluo

Nobel de chimie 2008 – Nobel fluo

(Agence Science-Presse) – La méduse n’aurait jamais pu imaginer qu’elle révolutionnerait la science. Une toute petite protéine, grâce à laquelle les bords de son corps deviennent fluorescents, se retrouve aujourd’hui au coeur d’une partie imposante de la recherche en biologie. Sous la lentille du microscope, on adore le fluo!

Imaginez que vous vouliez suivre à la trace, en laboratoire, le développement de cellules cancéreuses, perdues au milieu d’un amalgame de millions de cellules. Il suffit — façon de parler — de rendre ces cellules cancéreuses «fluo»! Même chose si vous voulez tester la croissance de neurones ou analyser la progression de l’Alzheimer. Ou l’état d’avancement d’un fragment d’ADN étranger dans un organisme génétiquement modifié. Ou pour détecter des produits toxiques : une petite manipulation génétique, et les bactéries qui «trouvent» la substance en deviennent fluorescentes.

Bref, la protéine fluo, la couleur verte sous la lentille du microscope, loin d’être un amusement pour scientifiques en manque de vie sociale, est devenue «le couteau suisse» des laboratoires.

C’est dans les années 1950 que le chimiste japonais Osamu Shimomura — aujourd’hui citoyen américain et âgé de 80 ans — s’intéresse à la méduse Aequorea Victoria. Il veut comprendre pourquoi même les restes de cet animal continuent d’émettre une lueur fluorescente lorsqu’on les arrose avec de l’eau. En isolant pour la première fois la protéine fluorescente verte (en anglais, GFP), il est loin de se douter que cela lui vaudra le Nobel de chimie, un demi-siècle plus tard, mais cela lui vaut au moins d’être recruté par l’Université Princeton, aux États-Unis, où il réussira à extraire cette protéine en série.

Un fluo plus pratique que prévu

Les deux autres gagnants du Nobel de chimie 2008, Martin Chalfie et Roger Tsien, ont moins de 10 ans lorsque Shimomura fait sa découverte. Il faudra attendre la fin des années 1980 pour que Martin Chalfie, devenu biologiste à l’Université Columbia, à New York, ait une intuition: alors qu’il travaille sur l’un des «rats de laboratoire» préférés des biologistes — un petit ver appelé C. elegans — il songe à attacher cette fameuse protéine GFP aux gènes qu’il souhaite étudier.

C’est plus facile à dire qu’à faire — il faut introduire un nouveau gène pour «transporter» cette protéine, il faut faire passer ce gène par une bactérie, afin de le produire en série — mais au bout de six ans, la biologie vient de prendre un virage important : sous une lumière UV, lit-on dans un article auquel la revue Science, en 1994, consacre sa page couverture, les gènes que le Dr Chalfie souhaite suivre à la trace apparaissent «fluo».

Quant à Roger Tsien, qui est biochimiste depuis 1989 à l’Université de Californie à San Diego, il élargit la palette des… couleurs. En décodant le processus par lequel la protéine GPF produit cette fluorescence, il comprend qu’on peut la manipuler et ainsi, lui faire produire d’autres couleurs que le vert. Cyan, bleu, jaune et parfois, rouge, ce qui permet aux biologistes de suivre plus d’un processus en même temps.

Comme les travaux de Chalfie et de Tsien surviennent alors même que le champ de la génétique et des biotechnologies, dans les années 1990, se développe à la vitesse Grand V, les applications sont immédiates.

Pour les chimistes, dont la discipline est si souvent laissée dans les limbes de l’actualité, c’est une belle tape sur l’épaule : il y aurait eu bien des raisons, dans les années 50 et 60, de lever le nez sur des recherches autour d’une telle protéine, certes intrigante, mais fort peu utile. Le comité Nobel ne manque pas de le souligner dans son communiqué : voilà une découverte inattendue, dont les retombées étaient impossibles à prévoir… donc difficile à financer.

Pour en savoir plus

Sur l’utilité des «souris fluo» :

www.sciencepresse.qc.ca/node/7090

Un poisson qui brille dans le noir:

www.sciencepresse.qc.ca/archives/2003/cap1512031.html

Une patate qui brille dans le noir:

www.sciencepresse.qc.ca/archives/2000/cap2512001.html

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,