Rencontre avec Pierre Verville

Pierre Verville, concert bénéfice, piano classique, famille, jeune, enfant

Rencontre avec Pierre Verville  

Chapitre 5

Rencontrer des jeunes qui vont bien dans leur vie, des parents qui les soutiennent, déjà c’est pas facile. Voilà qu’un artiste, Pierre Verville fait parti de la salle. J’ai rencontré une bonne cinquantaine d’artistes pour des entrevues de toutes sortes. Je n’ai jamais eu de difficulté avec eux. Je les rencontrais en tant que personnage public qui avait un message à livrer.

Mais voilà que Pierre Verville est présent, non pas comme artiste, mais comme parent. Pour soutenir sa famille qui participe à ce concert. Lorsque je prends le micro, j’essaye de regarder les gens droit dans les yeux et de balayer la salle. Mon regard tente de prioriser les endroits stratégiques des gens qui sont devant moi. Je suis là, premièrement pour les jeunes. C’est sur eux que mon regard se doit d’être le plus présent. Mais la présence des parents m’intimide et mon regard ne cesse de balayer ceux des parents. Pire, je ne cesse de m’attarder à la présence de Pierre Verville.

Prioriser les parents n’est pas juste et honnête pour les jeunes. Prioriser Pierre Verville, n’est pas juste pour les autres parents présents et encore moins pour les jeunes. Conscients de cette difficulté, je me promets que je vais rencontrer Pierre Verville pour lui exprimer ce que je ressents, une façon d’exorciser ce malaise qui me poursuit d’une année à l’autre. Je n’ai pas eu l’occasion de le croiser avant le début du concert.

Lors de la pause, je vois Pierre Verville jaser avec un des amis de Normand. Je ne veux pas m’imposer. Ensuite il se dirige vers sa conjointe, Johanne, qui a pris la responsabilité de la technique. Je n’ai pas osé le déranger à ce moment-là. Je n’ai pas eu d’occasion de le rencontrer. J’essayerais à la fin du concert. Je retourne à ma place.

À la fin de la pause, Pierre Verville regagne sa place à l’avant. Pour se faire, il passe devant mon banc. Il s’arrête pour me féliciter de mon allocution. J’en profite pour exprimer le fait qu’il m’intimidait. Bon je sais, vous allez me dire que ce n’était pas parfait comme instant de relation, que je n’étais pas à l’écoute de Pierre Verville et de ce qu’il me partageait. C’est vrai. J’en suis conscient. Mais j’ai au moins réussi à briser la glace. Si je me suis laissé intimider par Pierre Verville, je veux tout de même vous rassurer. Pierre Verville est un chic type et il est entouré d’une belle famille. Ce n’est pas lui qui est intimidant, c’est le regard que j’avais de lui qui l’était.

Être une vedette ne doit pas toujours être facile. Je veux m’assurer que je respecte les lieux et les moments où une vedette n’est pas une vedette, mais un papa et un conjoint dans sa vie intime.

En partageant ce vécu sur mon blogue, cela va me permettre d’être encore plus vigilant si une autre occasion similaire se présente. Cela démontre d’une part, que je ne suis pas parfait et que je dois continuer à travailler sur la qualité des relations que je développe avec les gens. D’autre part, que je dois continuer à utiliser des moyens pour m’aider à me dépasser d’une fois à l’autre. L’écriture est l’un de ces moyens. Que ce soit dans un livre ou sur un blogue, j’écris premièrement pour m’aider à mieux me connaître. Et si cela peut aider quelqu’un dans son cheminement, tant mieux pour lui.

Merci à Ginette, Normand, Soeur Marie-Paule, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François, Nadine et tous les parents et amis présents à cette magnifique journée.

À suivre… Chapitre 6 Le concert

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Concert de piano; le micro

micro concert de piano Église St-Barnabas St-Lambert piano classique

Concert de piano; le micro

Chapitre 4

J’ai vécu beaucoup de choses lors de ce 3e concert bénéfice. Une grande difficulté que j’ai eu a été de pouvoir répondre positivement à une demande de Ginette. Prendre le micro pendant quelques instants pour m’adresser aux jeunes, leurs parents et tous ceux qui sont venus les soutenir. Je l’avais fait la première année. Je n’avais pas réussi la seconde. Même si l’exercice est difficile pour moi, j’avais regretté mon silence de la 2e année. Je me sentais ingrat de ne pas prendre aux moins quelques instants pour remercier tous ces jeunes et leurs parents.

Je m’étais promis que si Ginette me demandait de prendre le micro, j’accepterais. Elle est venue me faire la grande demande. Avec beaucoup d’humilité, parce que je ne me suis pas donné d’autres choix, j’ai accepté. Quoi dire, comment le dire? J’en avais aucune idée. Danielle et Ginette avait essayé de me donner des idées. Mais rien ne semblait passer. J’étais assieds, silencieux, dans le fond de l’église.

Ginette débute la présentation et les salutions d’usage. Elle me présente et m’invite à prendre la parole. Quand elle a nommé mon nom et que j’ai marché la distance qui me séparait du fond de l’église jusqu’au micro, c’était le vide plat dans ma tête. J’avais l’impression d’être le condamné qui se dirige devant le peloton d’exécution ou vers sa potence. J’ai fait ma petite allocution, toujours distrait par la présence des parents.

C’est tout de même paradoxale. Pour ceux qui me connaissent, en atelier, en conférence, quand on me donne un micro, il est difficile de le reprendre. Dans ces occasions, j’ai un thème parmi ceux que je connais bien et un objectif de sensibilisation ou de formation à l’égard de ce thème. Mais aujourd’hui, que puis-je dire à des jeunes qui sont venu présenter leur concert de fin d’année et à leurs parents venus les écouter? En une minute 15 secondes! Mission impossible. Sans savoir ce que j’allais dire, j’ai laissé parler mon coeur. Je n’ai aucune idée de ce que j’ai dit. Mais je pense que les gens ont bien apprécié.

Malgré tout, je sais que je n’ai pas été à mon meilleur. J’ai eu de la difficulté à regarder les enfants assieds au devant de l’Église. Mon regard s’attardait beaucoup plus vers les parents. Et surtout, je me laissais distraire par la présence d’un parent que je ne pouvais pas faire semblant que je ne le connaissait pas. Pierre Verville. Il était là, comme un simple parent et j’essayais de le traiter ainsi.

Cette minute au micro me fait vivre tellement d’intensité, que j’y ai pensé toute l’année qui précédait l’événement. Si j’ai à revivre cette expérience, je m’engage à pouvoir être plus présent aux jeunes, les héros de cette journée.

Merci à Ginette, Normand, Soeur Marie-Paule, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François, Nadine et tous les parents et amis présents à cette magnifique journée.

À suivre… Chapitre 5 Rencontre avec Pierre Verville

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Concert bénéfice pour Le Journal de la Rue

concert de piano Église St-Barnabas à St-Lambert 

Concert bénéfice pour Le Journal de la Rue

Chapitre 1

Pour la 3e année consécutive, Ginette Cyr-Charest et son conjoint Normand Charest nous invitent, Danielle et moi, à assister au concert de fin d’année des étudiants de piano de Ginette. Le tout s’est déroulé le 1er juin à l’Église St-Barnabas à St-Lambert.

Pour donner un sens, une mission à ce concert de fin d’année, le groupe de Ginette avait décidé d’en faire une levée de fonds pour notre organisme. Une façon de sensibiliser ses étudiants à d’autres réalités de notre société.

Pour Danielle et moi, c’est plus qu’un privilège d’assister à ce concert. C’est une journée de congé. Et comme vous le savez, elles sont extrêmement rares. Pas de téléphone, pas de cellulaire, pas d’ordinateur. Personne avec qui faire de l’intervention. Nous sommes spectateurs et témoins de cette journée qui cloture une année de dur labeur pour ces jeunes. Notre seul mandat: apprécier cette thérapie musicale que les jeunes vont nous offrir.

Danielle et moi travaillons avec des jeunes marginalisés. Des jeunes qui n’ont pas eu nécessairement d’excellentes relations avec leurs parents. À vrai dire, des parents, on n’en rencontre à peu près jamais.

Nous voyons la société avec un certain angle. Nous assistons parfois à des modes de vie extrêmes. Drogue, prostitution, suicide, alcool, gambling, violence, gang de rue… De pouvoir assister à une réunion où des jeunes sont heureux de présenter leur réalisation annuelle, de les voir entourer de leur famille, rempli d’amour, cela crée un certain contraste, un choc des cultures. D’assister à ce concert, c’est comme une bouffée d’oxygène pour nous. Cela nous permet de garder espoir dans notre société. Pour la majorité des jeunes, la très grande majorité, la vie est belle et le soleil continue de briller.

Danielle et moi avons vécu beaucoup de choses dans cette magnifique journée. Trop pour un seul billet. Un peu comme une histoire à suivre, je vais vous la présenter sur plusieurs jours.

Merci à Ginette, Normand, Soeur Marie-Paule, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François, Nadine et tous les parents et amis présents à cette magnifique journée.

À suivre… Chapitre 2 Les familles.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.