Québec à vélo: la véloroute des Bleuets

De Montréal au Saguenay-Lac St-Jean et Québec

Le vélo à travers le Québec

Si le vélo revient en force comme mode de transport dans nos métropoles, il est surtout le moyen de locomotion le plus utilisé au monde. Si vous habitez en région, le vélo peut facilement devenir votre meilleur ami. Tourisme, mise en forme, défi, réseautage… les bénéfices sont aussi multiples que diversifiés. Alors, à vos marques… prêts… roulez!

Delphine Caubet dossiers Environnement

Véloroute des bleuets québec

Depuis plusieurs années, certaines régions du Québec développent leurs réseaux cyclables pour attirer locaux et touristes.

Au Saguenay-Lac St-Jean, il y a pas moins de 600 km de route pour les amateurs et passionnés du 2 roues. «Et c’est très familial, explique Nicolas Lacroix de la Véloroute des Bleuets. Il y autant des jeunes familles avec enfants, que des 50 ans et plus. C’est très plat, cela peut convenir à tout le monde.»

Redécouvrir

À la Véloroute des Bleuets, ils n’hésitent pas à miser sur le vélo comme attrait touristique de la région. Son accessibilité et les paysages en font un atout de premier choix pour le développement de la région. Que ce soit au provincial, fédéral ou international, l’organisme court les salons afin de promouvoir les pistes du Lac St-Jean.

Pour offrir une expérience de qualité aux touristes, mais aussi aux entreprises et artisans locaux, la Véloroute des Bleuets invite ces derniers à participer à ses expériences.

Des gîtes amis des cyclistes se développent (accueil à des heures plus tardives,…), des partenariats s’organisent avec des fromageries, ainsi de suite. En somme, ils discutent avec les commerçants pour offrir des produits thématiques.

À noter toutefois qu’après renseignement auprès de Tourisme Québec, il n’existe pas de stratégie nationale sur le vélo.

Mais la bicyclette est aussi un moyen de redécouvrir la région par les locaux. Isabelle s’est remise au vélo il y a quelques années. Comme elle le dit, «c’est le meilleur moyen de découvrir les choses. On peut le faire avec les gens que l’on aime et c’est une bonne façon de visiter. On ne voit pas les choses comme en voiture.»

Que ce soit avec ses enfants ou seule, Isabelle sait profiter de ce sport qui lui procure un sentiment de liberté incomparable. «Je me sens comme une enfant en vélo», plaisante-t-elle. Et c’est une occasion pour elle de redécouvrir la région du Saguenay-Lac St-Jean.

Mise en formeVéloroute-des-bleuets

Isabelle est restée quelques années sans faire de vélo. Malade, elle se lance dans le défi La Boucle (du Grand défi Pierre Lavoie), soit 135 km en un jour. «C’était comme gagner contre la maladie».

Alors pendant plusieurs mois, cette mère d’une quarantaine d’années s’est entraînée. Ses premiers objectifs: l’endurance et le renforcement musculaire.

Si le vélo est accessible aux personnes qui reprennent une activité physique, comme Isabelle, il est aussi une excellente alternative sécuritaire pour les sportifs blessés.

Charles, 60 ans, est ce que l’on appelle un homme actif. Coureur pendant plusieurs années, il a vu apparaître les problèmes physiques liés à cette pratique: les genoux et les hanches commencent à fatiguer. Alors pourquoi le vélo? «Parce que ce n’est pas difficile d’un point de vue technique; comparé à la natation par exemple. Il n’y a pas de choc aux genoux et aux hanches, et l’on peut en faire autant en ballade qu’en compétition.»

Le vélo est un sport qui se prête bien à la sociabilité. On peut parler et découvrir de nouveaux endroits avec famille et amis. Tout comme Isabelle, il aime se lancer des défis, alors avec des amis, il a réalisé le tour du Lac St-Jean. De quoi souder les liens entre copains.

Que ce soit Isabelle ou Charles, ils aiment l’ambiance des sorties de groupe et des défis. Isabelle est partie seule au défi La Boucle. Pas d’enfant, pas d’ami. Juste elle et son objectif.

«Et ça a été vraiment plaisant, s’exclame-t-elle. Tout le monde est de bonne humeur, se parle, s’entraide… c’est comme un gros party! Ce n’était pas du tout un défi solitaire. Il y avait plein de belles histoires et de défis. Certains voulaient arrêter de fumer par exemple.»

Après plusieurs mois d’entrainement, Isabelle a redécouvert le vélo, vu sa région autrement et à gagner son défi! Une victoire contre la maladie.

Réseautage

Si Charles se lance des défis seul ou avec des amis, il aime pouvoir rouler et découvrir de nouveaux paysages avec d’autres passionnés. Et depuis quelques années, des clubs se forment pour organiser des randonnées entre passionnés.

Dans la région de Québec se trouve notamment le RAV (Regroupement d’Affaires à Vélo). Présent depuis 7 saisons, cet organisme prépare 2 sorties par mois, avec chaque fois 2 parcours. Un de 50km et un deuxième de 100km. De quoi satisfaire les différents types de sportifs.

Mais comme l’explique son directeur, Richard Gardeau, le RAV c’est surtout du plaisir. Après chaque sortie, les cyclistes se retrouvent dans un golf pour prendre une douche et un bon repas. Après l’effort, le réconfort.

D’après Richard Garneau, la réussite du RAV est d’avoir 260 membres d’horizons différents. Et le réseautage professionnel a le vent en poupe: «C’est le nouveau golf», explique-t-il. Que ce soit les secteurs de l’immobilier, des assurances, du droit, de l’ingénierie ou du communautaire… au grand étonnement du RAV, 70% de ses membres avaient fait des affaires ensemble en 2011; grâce au vélo. Une mine pour un cycliste à la recherche d’un emploi.

Prix à payer

Contrairement à d’autres sports comme la course à pied, le vélo a une pratique qui entraîne un coût. Pour les débutants, il est possible de trouver des vélos d’occasion à moins de 100$. Pour les plus passionnés, les prix peuvent grimper, comme pour Charles qui vient de s’offrir un nouveau bébé à 4 000$.

Si le vélo fait son grand retour dans nos métropoles, il reste un atout majeur pour nos régions. Il est l’occasion de découvrir autrement son environnement et pourquoi pas ses artisans.

VOS COMMENTAIRES SUR Les régions à vélo: la Véloroute des Bleuets

Autres textes sur Environnement

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région:  1-877-256-9009  Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Les régions à vélo: la Véloroute des Bleuets

Les jeunes du secondaire et un voyage dans le Grand Nord

Secondaires du Cégep Sophie-Barat

L’expédition au Nunavik

Les Inuits. Une culture que beaucoup pensent connaître. Certains les appelant plus ou moins péjorativement «Esquimaux», d’autres imaginant des Indiens dans la neige. Pour lutter contre ces préjugés et ces erreurs, des jeunes de 4e et 5e années de l’école Sophie-Barat sont partis 11 jours dans le Nunavik.

Delphine Caubet dossiers AutochtoneÉducation.

Cégep Sophie-Barat voyage Nunavik

Pendant 1 an, ces jeunes ont été éduqués sur l’Histoire des Inuits et des Premières Nations. Aidés et accompagnés de Lyne St-Louis, directrice de Taïga Vision (organisme d’aide et conseils auprès des autochtones), les jeunes ont maintenant une mission: parler des Inuits et de leur Histoire pour ne pas oublier.

Mission

Partir à Kangiqsualujjuaq n’était pas le fruit du hasard. L’organisatrice, Lyne St-Louis, connait bien la région et ce petit village de 800 habitants possède une riche vie culturelle. Pour cette expédition, Élodie, Noé et leurs acolytes y sont allés en journaliste. Enregistreuse en main, ils ont vécu au rythme de la vie locale pour s’intégrer et poser des questions.

Car le plus gros du travail est à leur retour. Au travers de conférences et d’événements, les jeunes partageront leur expérience et leurs connaissances pour sensibiliser la population québécoise aux enjeux des Inuits. «Car il n’y aura jamais assez d’efforts pour sensibiliser», précise Lyne St-Louis, et il faut comprendre comment ils en sont arrivés là.

Comme dans toutes expéditions, certaines craintes peuvent se présenter au départ. Noé, élève en secondaire IV, se posait une question importante: les Inuits sont-ils toujours fâchés après les Blancs?

Durant les mois de préparation, les jeunes ont vu des films tels que We were children ou Echo of the last howl, suivis de discussions pour appréhender la réalité de ces peuples. Ils ont appris l’histoire des pensionnats et du traumatisme collectif, mais aussi de l’abattage des chiens, qui en plus d’être un crime envers ces animaux, a bouleversé le mode de vie de ces peuples.

Mais Noé est vite rassuré. À leur arrivée, leur premier contact sur place est Charlie. Un Inuit qui a marqué autant Noé que son professeur par le calme et la sérénité que dégageait cet homme.

Survie

«Les 3 mots d’ordre de ce peuple sont force, beauté et résilience», annonce Élodie. Les jeunes ont pu observer comment les habitants, avec résilience, travaillent à la survie de leur culture. Noé donne l’exemple de festins communautaires pour illustrer ce phénomène.
Plusieurs fois par an, les habitants se réunissent autour d’un festin composé de nourriture traditionnelle et contemporaine. Dès leur arrivée, les jeunes ont pu assister à celui organisé en l’honneur de la fin de la formation des femmes. Pendant cette soirée, des spectacles ont accompagné le souper, et les jeunes ont eu l’opportunité d’échanger avec les aînés.

Un souvenir agréable pour les apprentis journalistes, bien qu’ils aient gardé une gêne à poser des questions sur les pensionnats et les traumatismes du passé.

Autre exemple de force et de résilience: les cultural classes. Dans ces cours, les garçons apprennent à réparer les motoneiges et à chasser, tandis que les filles apprennent (entre autres) la couture. Toujours dans le but de conserver leur patrimoine.

Alimentation

Pendant leurs 3 jours au parc national Kuururjuaq, les jeunes ont appris à pêcher comme la tradition inuite l’exige, à chasser et à monter une tente. «Comme le répète Éric, notre professeur, il faut garder l’esprit ouvert», précisent les étudiants. Alors, après la pêche vient le repas. Au menu: du poisson cru. Et ils ont adoré ça! À part le cœur qui a laissé un souvenir plus partagé chez les apprentis pêcheurs.

Dans le Nunavik, les Inuits se nourrissent de viande et de poisson crus, tout en intégrant des
aliments plus «occidentalisés». «Mais c’est extrêmement cher», précise Élodie. À quoi Noé ajoute que les prix sont parfois 3 fois plus chers et qu’un sac de chips peut coûter 9,95$.

Pendant ces 10 jours dans le nord, les jeunes n’ont pas fait que regarder. Ils ont aussi participé. À travers du bénévolat, notamment dans les cuisines pour participer à une meilleure éducation alimentaire ou dans les écoles pour aider les jeunes avec le français.

Perte culturelleKangiqsualujjuaq parc nature communauté

Malgré la beauté de ce peuple et leur volonté de conserver leur culture, comme bien d’autres jeunes dans une situation analogue, les jeunes Inuits se trouvent pris entre deux feux. D’un côté, ils vivent dans un village isolé qui ne possède qu’une route pour se rendre à l’aéroport. Ce qui aurait tendance à conserver leur culture.

D’un autre côté, les jeunes Inuits sont eux aussi influencés par la culture américaine. Car bien qu’ils n’aient pas le réseau téléphonique, Internet et le wifi fonctionnent et ils voyagent en métropole. «Ils ont tous un iPod et écoutent Justin Bieber», conclut Élodie.

Étudier?

Comme dans beaucoup de lieux isolés, les étudiants font face à un choix difficile.

Dans le village de Kangiqsualujjuaq, jusqu’au secondaire, les jeunes peuvent rester dans leur famille pour étudier. Quant à ceux qui souhaitent continuer, ils doivent quitter leur village pour se rendre au Cégep. Élodie et Noé expliquent alors que pour beaucoup d’entre eux, ils doivent faire une année de préCégep pour se mettre à niveau.

Jusqu’en 3e année, les Inuits étudient dans leur langue: l’Inuktitut. Un moyen de faire vivre leur culture. Mais à partir de la 4e année, il bascule vers le français. Et forcément, «tu ne peux pas arriver au même résultat», explique Lyne. Les jeunes doivent apprendre simultanément une langue et une matière. Alors, forcément, les élèves ont du retard dans leurs cours.

En plus de ces difficultés linguistiques, le mode d’apprentissage des Inuits n’est pas le même que celui des autres Québécois. D’après Lyne: «Les Inuit ont le même
programme, mais il n’est pas adapté à eux, ce n’est pas assez concret. Déjà qu’en général au Québec c’est difficile… Eux apprennent selon le mode watch and learn. Le programme est trop abstrait pour eux.»

Retour

Depuis leur retour à Montréal, les jeunes ont donné quelques conférences dans les écoles pour sensibiliser la population et lutter contre les préjugés. «Car ce n’est pas vrai que tous les Inuits sont des alcooliques, s’insurge Élodie. Pour ceux qui le sont, il faut comprendre leur Histoire et pourquoi.»

À l’avenir, nul ne peut prévoir les effets de cette expédition sur les jeunes et la communauté du
Nunavik. Une relation s’est créée et les villageois demandent des nouvelles des adolescents. Parmi les apprentis journalistes, Élodie a été particulièrement influencée par ce voyage et elle souhaite désormais devenir infirmière ou ambulancière dans le Grand Nord.

Impact auprès des jeunes

Sur les 18 jeunes faisant partie de l’expédition, environ 5 sont toujours très engagés dans leur mission de sensibilisation. Une réalité, mais aussi une grande déception pour Lyne, «car les jeunes ne réalisent pas toujours le travail qu’ils ont au retour.»

«Mais c’est l’expérience d’une vie, et pour 50% d’entre eux, ce vécu aura un impact.» Si l’engagement sur le long terme de ces jeunes est difficile à évaluer, Lyne St-Louis n’oublie pas de préciser «que c’était un bon groupe», qui s’est bien adapté et a tout essayé.

Sur le court terme, Éric Laforest, professeur d’Éducation physique et de plein air à l’école Sophie-Barat, constate une réduction du bruit de la part de ses étudiants. «On se faisait souvent dire que l’on parlait trop fort», plaisante Élodie. Si Éric constate ce 1er changement, il veut surtout que ses jeunes prennent conscience d’être des privilégiés.

VOS COMMENTAIRES SUR Voyage dans le Grand Nord pour des jeunes du secondaire

Autres textes sur Autochtone

fanny aishaa muraliste peuple autochtone première nation

Trois mots pouvent décrire le cheminement artistique de la muraliste Fanny Aïshaa: Unité, biodiversit

é et diversité des peuples.

Visitez la boutique de Fanny Aïshaa. Fanny y présente des reproductions de quelques-unes de ses oeuvres. Que ce soit avec une affiche 8.5 » X 11 » à 5$, une carte de voeux à 4$, un T-Shirt à 20$ ou encore un Sweat-Shirt à 40$, les reproductions de Fanny sont une façon originale de la soutenir dans ses différents projets de création avec les peuples autochtones tout en ayant une

partie de son oeuvre chez vous.

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR Voyage dans le Grand Nord pour des jeunes du secondaire

À mille lieux sous les mers

 
 

À mille lieux sous les mers

Isabelle Burgun, Agence Science-Presse

 

L’océan Arctique n’a pas encore révélé tous ses secrets, particulièrement dans les replis microscopiques de ses profondeurs. Une équipe de recherche internationale, à laquelle participe une Québécoise, vient de mettre à jour de nouvelles formes de vie provenant de cette zone méconnue de la planète.

Cette découverte de microorganismes marins presque invisibles à l’œil nu fait l’objet d’un article scientifique dans une récente édition de la revue Science.  » Cette découverte de nouveaux organismes est importante, car elle démontre qu’il y a bien plus de diversité que nous ne l’imaginions « , s’enthousiasme la biologiste Connie Lovejoy de l’Université Laval. Elle expliquerait même d’anciennes mesures erronées incompréhensibles pour les scientifiques.

Ce nouveau groupe d’organismes microscopiques a été baptisé  » picobiliphyte  » : pico en raison de leur taille minuscule, bili à cause de biliprotéines, substances aux propriétés fluorescentes transformant la lumière en biomasse et phyte, pour végétaux.

Les échantillons de picobiliphytes ont été prélevés dans l’océan. En filtrant l’eau, de minuscules particules se sont trouvées emprisonnées dans les filtres. Au laboratoire, les chercheurs ont extrait l’ADN des microorganismes pour l’analyser.  » En comparant les séquences d’ADN, nous pouvons construire les arbres d’évolution et ainsi classifier les organismes vivants « , explique la biologiste.

Premiers maillons de la chaîne alimentaire

Ces nouvelles formes de vie des mers nordiques offriraient des pistes de réponses sur la provenance des eucaryotes. Une des théories privilégiées affirme que ces organismes, munis d’organites et d’un cytosquelette et donc plus compliqués que les bactéries, seraient une combinaison d’autres organismes dont ils auraient pris le contrôle au cours de l’évolution.  » Un petit peu comme cela se passe pour les petites compagnies, qui sont absorbées par les plus grosses, les dirigeants remplacés et l’organisation soumise à la plus grande compagnie. Ici, les picobiliphytes ont acquis la photosynthèse des bactéries « , relève Connie Lovejoy.

Les picobiliphytes possèdent des chloroplastes, organites liés à la photosynthèse. Cette ancienne caractéristique permettrait de retracer le transfert de gènes des bactéries aux eukaryotes.  » Ils représentent une sorte de fossiles vivants pour comprendre comment sont advenues certaines des étapes de l’évolution « , affirme la chercheuse.

Source de photosynthèse et de nourriture pour le zooplancton, ces nouveaux microorganismes appartiennent à la chaîne alimentaire marine. Un écosystème complexe et vulnérable encore bien mystérieux.

À lire :

« Picobiliphytes: A Marine Picoplanktonic Algal Group with Unknown Affinities to Other Eukaryotes » par Fabrice Not, Klaus Valentin, Khadidja Romari, Connie Lovejoy, Ramon Massana, Kerstin Töbe, Daniel Vaulot, Linda K. Medlin dans l’édition du 12 janvier dernier de la revue Science :

http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/315/5809/253

Sur les Eukaryotes :

http://en.wikipedia.org/wiki/Eukaryote

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le langage des chiens

Le langage des chiens

(Agence Science-Presse) – Les chiens semblent agiter la queue dans tous les sens quand ils sont excités. Or, le mouvement de la queue serait beaucoup plus précis qu’on ne le croit et servirait à communiquer un message. Les chiens remuent la queue vers la droite quand ils sont excités de voir quelqu’un qu’ils aiment. Au contraire, ils agitent la queue vers la gauche quand ils sont confrontés à quelque chose qui leur déplaît. Cette découverte faite par des chercheurs italiens des Universités de Trieste et de Bari prouve encore une fois que les deux hémisphères du cerveau ont des fonctions différentes dans la gestion des émotions.

Généralement lorsqu’un chien approche d’un humain ou d’un chat, sa queue remue vers la droite. S’il se retrouve face à un gros chien agressif, sa queue remuera vers la gauche. Malheureusement parce que les chiens bougent beaucoup et vite, ces mouvements précis ne peuvent être détectés que par analyse sur vidéo. Cette découverte ne servira donc pas aux maîtres à mieux dialoguer avec leurs chiens.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La vie serait plus fertile dans les zones tempérées

La vie serait plus fertile dans les zones tempérées

(Agence Science-Presse) – Où les nouvelles espèces d’oiseaux et d’animaux voient-elles le jour sur la planète? Surtout sous les Tropiques? C’est ce qu’on pourrait croire. Après tout, la moitié des organismes vivants connus sur Terre y habitent. Mais les nouvelles espèces animales préfèrent naître au frais dans les régions tempérées.

Pendant plus d’un siècle, les chercheurs ont cru que les nouvelles espèces apparaissaient surtout sous les Tropiques et que la naissance de nouveaux organismes vivants était rare près des Pôles. Mais une nouvelle étude affirme le contraire. Les nouvelles espèces choisiraient plus fréquemment les hautes latitudes. Par contre, les nouveaux venus disparaissent parfois si rapidement que les scientifiques n’ont pas toujours le temps de les observer.

Un événement prédispose généralement l’apparition d’une nouvelle espèce de plante ou d’animal. La population se divise, deux groupes se forment, prennent chacun leur chemin et s’adaptent de façon unique à leur environnement au cours des temps. La barrière n’est pas nécessairement physique. Ainsi, un changement climatique aurait permis l’apparition de l’ours polaire qui s’est différencié du grizzly, il y a à peu près 300,000 ans. Le climat peut favoriser la création d’espèces mais peut aussi en éliminer. Des environnements arides entraînent la disparation des animaux qui n’arrivent pas à s’adapter. En étudiant, ces phénomènes, les zoologistes Jason Weir et Dolph Shlluter de l’Université de Colombie Britannique, à Vancouver, au Canada, ont voulu savoir où la spéciation était la plus importante sur la planète.

Ils étudièrent 309 paires d’oiseaux et de mammifères génétiquement cousins qui partageaient un ancêtre commun. Les analyses de l’ADN de ces animaux permirent de constater que les oiseaux et les mammifères qui vivent près de l’Équateur se sont majoritairement distingués d’un ancêtre commun il y a plus de 3,4 millions d’années. Par contre, ceux qui habitent près des Pôles sont apparus il y a moins d’un million d’années. Selon ces découvertes, plus de nouvelles espèces seraient nées récemment sous les hautes latitudes que sous les Tropiques.

Les biologistes ont toujours cru que les températures près de l’Équateur étaient favorables à la spéciation. Mais les conditions clémentes de ce milieu auraient simplement favorisé une longue vie aux espèces qui y vivent. Au contraire, les conditions climatiques difficiles près des Pôles auraient mis fin à plusieurs des nouvelles espèces qui y sont nées, créant l’illusion d’une spéciation moins importante.

http://sciencenow.sciencemag.org/cgi/content/full/2007/315/2

Textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La tuberculose se fait rentrer dedans par un vieux vaccin datant des années 20

La tuberculose se fait rentrer dedans par un vieux vaccin datant des années 20

(Agence Science-Presse) – Le BCG, un vaccin développé contre le bacille de la tuberculose en 1920 pourrait bien faire un retour en force après qu’on aie découvert qu’il offre une protection plus vigoureuse contre les souches modernes de la maladie que celui présentement utilisé (Bacille Calmette-Guérin). La tuberculose fait deux millions de victimes chaque année. Le vaccin présent est une souche vivante, non-pathogène, de la bactérie Mycobacterium tuberculosis, qui cause la TB. On l’administre encore dans les pays en voie de développement, là ou la méningite causée par le bacille est une menace pour les enfants. Toutefois, ce vaccin a perdu la faveur en ce qui concerne sa capacité de prévention de la forme la plus courante de TB, qui affecte les poumons. Des tests ont démontré qu’il n’offre qu’une faible protection dans certains pays, principalement parce que l’immunité des gens à des bactéries « sauvages » reliées tue aussi le vaccin lui-même. Le BCG, rendu trop faible, n’a jamais été offert de manière routinière aux États-Unis. et de nombreux pays d’Europe l’ont abandonné, dont le Royaume-Uni en 2005. Toutefois, Stewart Cole et ses collègues de l’Institut Pasteur à Paris (ou le BCG a été inventé) ont analysé 10 souches de BCG introduites entre 1924 et 1989. L’équipe a découvert, surprise, que le vaccin avait évolué, principalement pour s’adapter au bouillon de culture dans lequel on le cultive. « Nous avons à peine changé la manière dont le vaccin BCG est créé depuis 1921 », a-t-il remarqué. Un des problèmes des vaccins vivants, toutefois, est que ces derniers peuvent causer des maladies chez les individus au système immunitaire compromis, comme ceux souffrant du sida. Mais Cole croit que le BCG pourrait sauver des vies dans des pays comme l’Inde et la Chine, qui montrent beaucoup de cas de TB, mais relativement peu, jusqu’ici, de cas de sida.

Journal reference: Proceedings of the National Academy of Sciences (DOI: 10.1073/pnas.0700869104

Autres textes sur la santé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les chimpanzés utilisent des lances pour la chasse

Les chimpanzés utilisent des lances pour la chasse

(Agence Science-Presse) – Il n’y a pas si longtemps, les scientifiques croyaient que ce qui distinguait l’homme du chimpanzé  était la manipulation d’outils.  Mais après avoir observé, à plusieurs reprises, des singes utiliser des outils et plus récemment des armes pour chasser, cette idée est bel et bien révolue. 

Il y a quelques années, des biologistes observaient pour la première fois, au Congo, des chimpanzés se servir d’un bâton pour l’insérer dans un trou et y pêcher des termites.  Il y a quelques semaines, des chercheurs ont découvert des outils de pierre de plus de 4000 ans qui auraient été fabriqués par des chimpanzés. Plus étonnant encore, des scientifiques ont récemment observé des chimpanzés du Sénégal fabriquer et utiliser des lances pour chasser d’autres primates. Ces découvertes relancent un débat parmi les scientifiques : l’homme et le chimpanzé ont-ils un ancêtre commun ?  

Les chimpanzés du Sénégal se nourrissent de fruits, de noix et occasionnellement de galagos, un petit mammifère nocturne d’Afrique australe. Ils confectionnent et se servent d’une lance pour tenter d’attraper ce petit animal.  Ce sont les chimpanzés qui vivent dans la savane pourvue de quelques arbres qui ont adopté cette technique de chasse.  Il s’agit d’un environnement similaire à celui où nos ancêtres ont probablement vécu.  Les habitudes de chasse des chimpanzés nous permettraient de découvrir les premières stratégies de chasse des humains. 

Les chimpanzés du Sénégal confectionnent leurs outils après avoir repéré leur proie qui dort généralement le jour dans le creux d’un arbre.  Ils choisissent une branche solide, enlèvent les feuilles, et l’écorce.  Ils mordillent la pointe jusqu’à ce qu’elle soit bien affûtée.  Lorsqu’ils sont satisfaits de leur lance, ils l’enfoncent dans la crevasse de l’arbre pour y embrocher leur proie.  Ce sont surtout les femelles et les jeunes chimpanzés qui utilisent cette technique de chasse.  Les biologistes estiment que les femelles ont joué un rôle important dans l’évolution de la technologie des outils des chimpanzés et des premiers humains. 

Tous les chimpanzés n’utilisent pas des armes pour chasser de cette façon.  La majorité d’entre eux vivent dans les forêts et chassent le singe colobe qu’on ne retrouve pas au Sénégal.  Les chimpanzés de la savane ont trouvé une autre proie et ont inventé une nouvelle technique de chasse pour l’attraper.  Bien que les scientifiques aient observé à plusieurs reprises des chimpanzés utiliser des lances pour tuer un galago, la méthode ne semble pas encore très efficace.  Jusqu’à présent, ils n’ont vu qu’un seul chimpanzé capturer et manger sa proie.  Les autres se contentent d’enfoncer la lance dans le creux de l’arbre, de la retirer, d’en lécher le bout et de répéter l’opération. 

Seulement quelques espèces d’animaux utilisent des outils pour la chasse.  Certaines corneilles se servent de brindilles pour retirer des insectes des crevasses des arbres  et une espèce de dauphin vivant près des côtes de l’Australie utilise une éponge qu’il tient dans son bec pour déloger les proies cachées dans le sable. 

Textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.