Soya et tofu protègent des maladies cardiovasculaires à la menopause

Dossiers Santé, Science

Soya et tofu protègent des maladies cardiovasculaires à la ménopause

Isabelle Burgun 

(Agence Science-Presse) – Mettre du soya dans son assiette aiderait les femmes ménopausées actives à regagner un poids santé. Bon pour leur tour de taille, ce régime serait aussi bon pour leur cœur.

Une alternative à l’hormonothérapie?

«La ménopause change le corps des femmes. Elles prennent du poids autour de la taille, ce qui est néfaste pour leur cœur», explique Isabelle Dionne du Centre de recherche sur le vieillissement de l’Institut de gériatrie de Sherbrooke.

La ménopause recèle de nombreux mystères pour les scientifiques, dont l’universalité de cette sénescence reproductive quelles que soient les habitudes de vie ou l’espérance de vie. Les femmes subissent de nombreux symptômes diminuant leur qualité de vie: bouffées de chaleur, irritabilité, insomnie, l’accumulation de la graisse abdominale, etc.

Depuis longtemps les chercheurs étudient les phytoestrogènes — des molécules d’origine végétale qui agiraient à la manière de l’œstrogène habituellement produit par le corps humain — afin d’offrir une alternative à la controversée hormonothérapie générant de nombreux effets secondaires.

Soya et exercice: un duo efficace contre l’embonpoint

L’étude menée par Isabelle Dionne montre que la consommation d’isoflavones de soya (tofu, lait de soya, etc.) jumelée à de l’exercice aurait des incidences positives sur l’embonpoint des femmes ménopausées.

La moitié des participantes de cette étude, soumise pendant six mois à un exercice régulier et à une diète comprenant des aliments riches en isoflavones, aurait considérablement réduit leur embonpoint comparativement à celles s’étant tenues en forme, mais n’ayant absorbé qu’un placebo.

«Cette combinaison d’isoflavones de soya et d’exercice vise directement la graisse abdominale particulièrement néfaste pour le cœur», explique la chercheuse. De plus, elles agiraient sur l’hormone SHBG (Sex-Hormone Binding Globuline) liée à l’incidence des maladies cardiovasculaires.

Une menace plus fréquente que le cancer

Si les maladies cardiovasculaires des femmes de plus de 50 ans font moins les manchettes que le cancer, elles seraient toutefois deux fois plus à risque d’y succomber que les hommes de même âge.

Pourtant bien que les femmes d’origine asiatique consomment du soya en abondance, il y aurait qu’un faible pourcentage de femmes — moins de 25 % avancent certains scientifiques — capables de le synthétiser pour remplacer les hormones naturelles.

Un mystère à résoudre lors de la prochaine étude clinique sur les bienfaits des isoflavones de soya que mènera l’équipe d’Isabelle Dionne.

Pour en savoir plus

 

Isoflavones and Clinical Cardiovascular Risk Factors in Obese Postmenopausal Women: A Randomized Double-Blind Placebo-Controlled Trial publié dans Journal of Women’s Health : http://tinyurl.com/78u7kw

Portrait de la chercheuse Isabelle Dionne

http://tinyurl.com/6ul6ub

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Dormir plus pour éviter de prendre du poids

Dormir plus pour éviter de prendre du poids

(Agence Science-Presse) – Les enfants qui ne dorment pas suffisamment sont plus susceptibles de souffrir d’embonpoint, selon une nouvelle étude. Des chercheurs de la Northwestern University, de l’Illinois, aux États-Unis, ont étudié les habitudes de vie de plus de 2000 enfants pendant près de cinq ans. Ils ont découvert qu’une heure supplémentaire de sommeil par nuit réduit les risques d’embonpoint de 30% chez les jeunes de 4 à 13 ans.

La privation de sommeil affecte les hormones qui contrôlent l’appétit selon les scientifiques. Sans oublier que le fait de rester éveillé plus tard augmente les opportunités de prendre une collation supplémentaire. De plus, les enfants qui ne dorment pas suffisamment la nuit sont plus léthargiques le jour et moins enclins que les autres à bouger et à faire du sport. Ils bougent moins, donc ils dorment moins et ils mangent plus.

Autres textes sur la santé.

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le petit gros est un petit dormeur

LE PETIT GROS EST UN PETIT DORMEUR

Isabelle Burgun, Agence Science-Presse

L’enfant qui manque de sommeil court trois fois plus de risques de développer de l’embonpoint. Plus encore, une courte nuit aurait plus d’influence sur le poids que la malbouffe ou la sédentarité ont avancé des chercheurs de l’Université Laval l’hiver dernier dans l’International Journal of Obesity.

« L’effet du manque de sommeil dans le contrôle de l’appétit est quasi-immédiat. Le petit dormeur va manger davantage et prendre du poids », soutient le Pr Angelo Tremblay, professeur à la faculté de médecine de l’Université Laval.

En s’attardant au tour de taille, au poids et à la taille de 422 enfants âgés de 5 à 10 ans de la région de Québec, les chercheurs se sont penchés sur les habitudes de vie et leurs conditions socioéconomiques. Le temps passé devant la télé, le manque d’activité physique, le niveau d’éducation ou l’obésité des parents: aucun facteur ne présentait une si forte influence dans la prise de poids de l’enfant que le manque de sommeil.

Une fille sur quatre et un garçon sur cinq de la cohorte étudiée présentaient un embonpoint.

« Une courte nuit, c’est cinq-six heures pour l’adulte et huit-dix heures chez l’enfant. Ce qui ne veut pas dire que l’enfant dorme dix heures mais c’est bien moins que ce qui est souhaitable à cet âge-là », précise le Pr Tremblay, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en activité physique, nutrition et bilan énergétique.

Les chercheurs se sont penchés sur le manque de sommeil à la suite d’une recherche américaine parue en 2004 sur la privation de sommeil et les comportements alimentaires (1). « La littérature en épidémiologie suggère également cette relation ».

Sur la même inspiration, l’équipe de l’Université Laval s’est mise à suivre la piste hormonale. « La privation de sommeil va avoir de l’influence sur notre profil hormonal. Cette modification va augmenter notre alimentation et donc influencer notre prise de poids ». Une plus courte nuit diminue la circulation de leptine, une hormone produite par les cellules adipeuses et qui aurait un effet inhibiteur sur l’alimentation. Une courte nuit va aussi augmenter le niveau de ghreline, une hormone produite par la muqueuse de l’estomac qui, elle, augmente l’appétit. « Et une manière de récupérer le sentiment de satiété va être pour l’organisme d’augmenter la réserve de graisse corporelle », explique le Pr Tremblay.

Depuis dix ans, la recherche sur l’obésité se penche particulièrement sur de nombreux facteurs environnementaux liés à la « modernité » —stress, pollution, tabagisme, travail mental, etc.— de sorte que la piste du manque de sommeil s’avère une hypothèse encore jeune. Mais si c’étaient les personnes plus grosses qui dormaient moins bien ? « Qui de la poule ou de l’œuf … convient Angelo Tremblay. On ignore encore si la personne obèse serait plus stressée et bénéficierait moins des bénéfices du sommeil. »

Comprendre tous les bénéfices d’un bon sommeil risque encore d’occasionner quelques nuits blanches aux chercheurs…

Karine Spiegel et al., « Sleep Curtailment in Healthy Young Men Is Associated with Decreased Leptin Levels, Elevated Ghrelin Levels, and Increased Hunger and Appetite », Annals Internal Medicine, Déc 2004; 141: 846 – 850.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.