Soya et tofu protègent des maladies cardiovasculaires à la menopause

Dossiers Santé, Science

Soya et tofu protègent des maladies cardiovasculaires à la ménopause

Isabelle Burgun 

(Agence Science-Presse) – Mettre du soya dans son assiette aiderait les femmes ménopausées actives à regagner un poids santé. Bon pour leur tour de taille, ce régime serait aussi bon pour leur cœur.

Une alternative à l’hormonothérapie?

«La ménopause change le corps des femmes. Elles prennent du poids autour de la taille, ce qui est néfaste pour leur cœur», explique Isabelle Dionne du Centre de recherche sur le vieillissement de l’Institut de gériatrie de Sherbrooke.

La ménopause recèle de nombreux mystères pour les scientifiques, dont l’universalité de cette sénescence reproductive quelles que soient les habitudes de vie ou l’espérance de vie. Les femmes subissent de nombreux symptômes diminuant leur qualité de vie: bouffées de chaleur, irritabilité, insomnie, l’accumulation de la graisse abdominale, etc.

Depuis longtemps les chercheurs étudient les phytoestrogènes — des molécules d’origine végétale qui agiraient à la manière de l’œstrogène habituellement produit par le corps humain — afin d’offrir une alternative à la controversée hormonothérapie générant de nombreux effets secondaires.

Soya et exercice: un duo efficace contre l’embonpoint

L’étude menée par Isabelle Dionne montre que la consommation d’isoflavones de soya (tofu, lait de soya, etc.) jumelée à de l’exercice aurait des incidences positives sur l’embonpoint des femmes ménopausées.

La moitié des participantes de cette étude, soumise pendant six mois à un exercice régulier et à une diète comprenant des aliments riches en isoflavones, aurait considérablement réduit leur embonpoint comparativement à celles s’étant tenues en forme, mais n’ayant absorbé qu’un placebo.

«Cette combinaison d’isoflavones de soya et d’exercice vise directement la graisse abdominale particulièrement néfaste pour le cœur», explique la chercheuse. De plus, elles agiraient sur l’hormone SHBG (Sex-Hormone Binding Globuline) liée à l’incidence des maladies cardiovasculaires.

Une menace plus fréquente que le cancer

Si les maladies cardiovasculaires des femmes de plus de 50 ans font moins les manchettes que le cancer, elles seraient toutefois deux fois plus à risque d’y succomber que les hommes de même âge.

Pourtant bien que les femmes d’origine asiatique consomment du soya en abondance, il y aurait qu’un faible pourcentage de femmes — moins de 25 % avancent certains scientifiques — capables de le synthétiser pour remplacer les hormones naturelles.

Un mystère à résoudre lors de la prochaine étude clinique sur les bienfaits des isoflavones de soya que mènera l’équipe d’Isabelle Dionne.

Pour en savoir plus

 

Isoflavones and Clinical Cardiovascular Risk Factors in Obese Postmenopausal Women: A Randomized Double-Blind Placebo-Controlled Trial publié dans Journal of Women’s Health : http://tinyurl.com/78u7kw

Portrait de la chercheuse Isabelle Dionne

http://tinyurl.com/6ul6ub

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Non au fast food

Non au fast-food

(Agence Science-Presse) – On pourrait croire que c’est une étude faite sur mesure pour l’industrie de la gastronomie: des chercheurs écrivent que les habitants des quartiers où sont installés plusieurs fast-food ont plus de chances d’avoir des problèmes cardiaques. Malheureusement pour les adeptes de la santé, l’étude n’a porté que sur une seule ville (au Texas)… et l’auteur lui-même, l’épidémiologiste Lewis Morgenstern, reconnaît que la présence accrue de fast-food peut être un indicateur d’un quartier plus pauvre, où moins de gens sont en santé ou font de l’exercice. Meilleure chance la prochaine fois…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Mots clés Technorati : ,,,,,,,

La bonne forme physique : une question de gros bon sens !

La bonne forme physique : une question de gros bon sens !

(Agence Science-Presse) Plusieurs fausses idées sont colportées sur l’activité physique. Sauras-tu discerner les mythes de la réalité ?

 Mythe ou  réalité ?
Les boissons énergétiques (Gatorade, Powerade et autres) améliorent mes performances sportives.

Mythe ! Les boissons énergétiques. Elles sont conçues pour remplacer l’eau et les sels minéraux, mais n’améliorent pas ta performance. Ces boissons contiennent aussi beaucoup de sucre afin de refaire les réserves d’énergie de tes muscles. Elles sont donc utiles pour les sports d’endurance (effort intense de plus d’une heure), mais peu utiles pour des exercices plus courts. À éviter aussi si tu ne fais pas d’exercice.

Très différentes, les boissons énergisantes (Red Bull, Base, etc.) ont pour but de te « réveiller » plutôt que de te réhydrater. Elles contiennent autant de sucre que les boissons gazeuses et beaucoup de caféine, l’équivalent d’une tasse de café fort ! Alors, évite-les !

 Mythe ou  réalité ?
B) La musculation, c’est pour les grands !

Réalité ! L’entraînement en force avant la puberté est déconseillé. Tu es en pleine croissance. Tes os et tes muscles sont encore fragiles. Soulever des poids ou utiliser des machines d’entraînement, ça pourrait les blesser. Tu peux t’initier au travail musculaire à l’aide d’exercices qui utilisent uniquement le poids de ton corps (pompes, redressements assis, etc.). Quelques autres exercices peuvent être pratiqués sans danger, mais uniquement sous la supervision d’un médecin et d’un entraîneur qualifié.

 Mythe ou  réalité ?
C) Pour m’améliorer, il me faut le meilleur équipement possible.
Mythe ! De grands champions ont commencé avec de l’équipement de fortune. Lorsqu’ils ont atteint un niveau supérieur, le matériel haut de gamme est devenu essentiel. Mais tous sont d’accord : pour apprendre et progresser dans un sport, tu as besoin de matériel de base, sans plus.

Texte : Gilles Morneau
Merci aux entraîneurs Côme Desrochers, Michel LeBlanc, René Lévesque et Raymond Veillette

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Plus haut, toujours plus haut

Plus haut, toujours plus haut
Nathalie Kinnard – Agence Science-Presse

Été 2000. Sylvain Bouchard reçoit un nouveau cœur. Trois ans plus tard, il fait l’ascension du Mont Blanc, dans la vallée de Chamonix, en compagnie de son cardiologue, Michel White, de l’Institut de cardiologie de Montréal! «Pompés» par cet exploit, les deux hommes remettent cela en 2004, en escaladant le Sajama en Bolivie, en compagnie d’autres chercheurs et de Dave Smith, président de l’Association canadienne de transplantation et greffé rénal.

Même s’il ne touchera pas le sommet lors de sa seconde ascension, Sylvain Bouchard réalise un record d’altitude pour un greffé du cœur en se rendant à 6 000 mètres. Son ami Dave Smith bat pour sa part le record d’altitude pour un greffé en gravissant les 6 542 mètres du mont Sajama. Les deux hommes ont réussi leur objectif : confondre les sceptiques et montrer qu’il y a une vie après la greffe. En 2006, ils tentent l’exploit de devenir le premier groupe nord-américain à gravir les 7 034 mètres du mont Gyajikang, au Népal, mais différentes épreuves les empêchent d’atteindre leur but.

Pourquoi avoir repris une telle équipée ? Pour sensibiliser les gens au don d’organe, promouvoir l’exercice en prévention de la maladie du coeur et… étudier l’impact de l’entraînement en altitude sur les cœurs transplantés. «On sait que les populations vivant en haute altitude ont un réseau de vaisseaux sanguins plus dense et qu’ils souffrent moins de maladies cardiovasculaires, signale Michel White lors de sa conférence Deux patients greffés sur le toit du monde lors du 5e Symposium international de Québec sur la prévention et la réadaptation cardiorespiratoire. On attribue ce phénomène à la protéine VEGF qui favorise le développement des vaisseaux sanguins.»

Lors des expéditions, le cardiologue a noté que la protéine était plus abondante en altitude. En se basant sur cette observation ainsi que sur la mesure d’autres paramètres, tels le taux de saturation de l’oxygène dans le sang et le nombre de pulsations cardiaques par minute, le Dr White avance que l’exposition prolongée à l’altitude favorise le déploiement de nouveaux vaisseaux sanguins dans tout l’organisme. Une voie de traitement pour les troubles circulatoires? Pour répondre à cette question, l’équipe de grimpeurs fera une autre petite cordée en 2008, en Argentine. Une aventure à ne pas manquer!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Haro sur la BPCO

Haro sur la BPCO
Nathalie Kinnard – Agence Science-Presse

Toux, essoufflement, expectorations… Votre patient souffre peut-être de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive). Surtout s’il est fumeur ou ex-fumeur. En effet, cette maladie des voies respiratoires est l’épée de Damoclès des amateurs de cigarettes : dans 80 à 90 % des cas, le tabagisme en demeure la principale cause.

«Ce sont les fumeurs inactifs qui ont le plus risque de développer la BPCO. Déjà affectées par les effets nocifs de la cigarette, ces personnes se déconditionnent rapidement, causant une inflammation du système circulatoire et musculaire», signale Marc Decramer, professeur de médecine respiratoire et chef de la division respiratoire du Centre hospitalier de l’Université de Louvain, venu de Belgique pour assumer la fonction de vice-président d’honneur (pneumologie) au 5e Symposium international de Québec sur la prévention et la réadaptation cardiorespiratoire.

L’inflammation peut entraîner un rétrécissement des voies respiratoires et induire à l’inactivité. Dès les premiers stades de la maladie, les patients ont tendance à limiter leurs activités à cause de l’essoufflement et du manque d’air. La seule montée d’un escalier peut devenir un calvaire à mesure que progresse la maladie.

Qui vient avant? L’œuf ou la poule; l’inactivité ou la BPCO? Que ce soit l’un ou l’autre, ou les deux, une chose est claire pour le Dr Decramer : l’exercice physique agirait comme anti-inflammatoire pour les patients en BPCO. À prescrire en bonne dose à vos patients donc!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Insuffisance rénale et exercice : de l’espoir

Insuffisance rénale et exercice : de l’espoir
Benoît Lacroix – Agence Science-Presse

En 2005, l’American Heart Association recommandait déjà aux patients atteints d’insuffisance rénale chronique (IRC) de faire de l’exercice dès qu’ils en étaient capables. Toutefois, aucune étude sérieuse ne démontrait les bénéfices de cette approche. C’est donc avec cet objectif en tête que Sylvie Legault a entrepris son fellowship en cardiologie, à l’automne 2005.

Tout comme l’insuffisance cardiaque, l’IRC est en hausse. Les deux maladies sont souvent associées puisqu’elles partagent certains facteurs de risque, comme le diabète et l’hypertension artérielle. «Les patients qui souffrent d’insuffisance cardiaque finissent parfois par souffrir d’insuffisance rénale et vice-versa. Il est donc très difficile de recruter des patients ne souffrant que d’IRC pour une étude», note le Dr Legault.

Les données ne sont pas encore suffisantes pour conclure de façon équivoque que l’entraînement physique prolonge la vie des personnes atteintes d’IRC. Dr Legault et ses collègues fondent beaucoup d’espoir sur l’étude nord-américaine HF-ACTION, à laquelle participent 3000 Américains et Canadiens souffrant de problèmes cardiaques. «Ma seule crainte, déclare Dr Legault, c’est que les patients du groupe censé ne pas s’entraîner se mettent à l’entraînement pendant l’étude. Certains patients veulent participer à l’étude pour se mettre à l’entraînement, mais ils se retrouvent dans le mauvais groupe. Ils s’entraînent malgré tout, ce qui est bien pour eux, mais qui peut aussi fausser les résultats de l’étude.»

Les bénéfices attendus chez les personnes atteintes d’IRC qui se mettent à l’entraînement sont nombreux. En tout premier lieu, on souhaite une augmentation du taux de survie, ce qui est déjà prouvé lorsque l’endurance physique (mesurée par le VO2max) augmente. On souhaite aussi accroître la force musculaire, afin de maintenir l’autonomie du patient. Enfin, la qualité de vie du patient s’améliorera et les problèmes d’anxiété et de dépression seront réduits.

Plusieurs critiques s’inquiètent de la sécurité de tels programmes d’entraînement pour des personnes à risque d’accident cardiaque élevé. Dr Legault remarque: «En début de programme, les patients ont sûrement intérêt à être suivis de près, ne serait-ce que pour être rassurés.» Encore faut-il qu’ils y soient incités. «Il reste beaucoup de travail à faire pour inciter les médecins à prescrire davantage les programmes de réadaptation aux patients», déplore Sylvie Legault.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.