Temoignage Agressee par mon frere

Témoignage

Agressée par mon frère

Amélie Drobey-Robert       DOSSIER REFLET DE SOCIETE

Toute petite, tu es arrivé dans ma vie en étant un grand frère. Fils de mon beau-père alcoolique, tu étais tout à mes yeux. Le temps passé avec toi, quand tu me gardais, étais précieux. Tu étais un ami et un confident. Le seul ami que j’avais dans ce temps-là, le seul en qui j’avais totalement confiance. Mais tu m’as trop manipulée. Moi, je t’aurais donné la lune, avec mon coeur de p’tite fille.

L’inexistence

C’est dur à comprendre, mais je ne me souviens plus de la première fois où tu m’as utilisée. Je ne peux te dire ce que tu m’as fait pendant les deux ans où tu as joui de mon corps d’enfant. Quand je te disais non, tu m’ignorais, tu pensais seulement à ton plaisir. Sans défense, je ne pouvais rien contre toi. Je ne sentais plus rien à ton touché, je n’entendais rien de ce que tu me disais et je ne pensais plus en ta présence. Je n’existais plus pendant les cinq, quinze minutes ou peut-être même l’heure qui suivait. Je sais que tu ne voyais pas le chagrin qu’il y avait au fond de moi. J’aimerais tout oublier, mais la cicatrice est toujours là.

La souffrance

La douleur des nuits remplies de cauchemars, je m’étouffe dans mes draps pour ne plus en souffrir. Mon âme existe encore, mais mon coeur est incapable d’y survivre. Offrir son coeur à quelqu’un est précieux, mais le forcer est impensable, intenable, épouvantable… Penser que je t’ai laissé une partie de mon coeur en toute confiance, que j’ai pu me laisser faire, que j’ai pu étouffer mes cris me fait mal. Mais quand je te regardais faire, mon âme, elle, rêvait d’être ailleurs, de se perdre dans la mort. Qu’est-ce que j’avais fait de mal? Pendant le temps que tu profitais de moi, tu m’as massacrée!

Je pourrais passer ma vie à subir la torture des souvenirs, des traces que tu as laissées. Je pourrais passer ma vie à chercher pourquoi tu m’as choisie. Ma colère envers toi, le regret de mon enfance blessée, la honte d’avoir été  impuissante,tout ça me détruit. Comment pourrais-je accepter? Comment pourrais-je seulement te pardonner? Pour l’instant, j’en suis incapable. Mais je me suis pardonnée pour retrouver ma paix intérieure. Ce n’était pas de ma faute, je ne t’ai rien demandé. Je ne suis plus une victime et je m’accroche à la vie.

Désormais je peux vivre, tu es rendu loin de moi, loin de mon âme. Jamais plus personne ne m’atteindra!

Reflet de Société, Vol. 18, No. 3, Juin/Juillet 2009, p. 10

 

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

Ma vie… un jour à la fois

Ma vie… un jour à la fois

Les mots de Marilou

Jusqu’à vingt ans, j’ai été principalement sous l’influence de mes parents.  Dans une famille traditionnelle avec un père, une mère et plusieurs frères et sœurs.  Mes parents m’ont inculqué certaines valeurs, plus par leur exemple que par leur parole.

Ma mère admirait mon père. Elle lui était dévouée et elle était fière de ses enfants.   C’était une personne marquée par son enfance et par la religion.  Elle a beaucoup souffert psychologiquement.  Elle a fait tout ce qu’elle a pu avec les moyens dont elle disposait.  Cela m’a rendu consciente des limites de l’être humain

J’ai reçu de mon père le goût d’apprendre.  C’était un autodidacte. Il était inventif, créatif et fidèle. Ensuite, j’ai rencontré mon conjoint. Il m’a grandement influencé, que ce soit dans ma façon d’être, l’éducation de nos enfants, mon engagement au travail, de croire en la vie et en mes moyens.

Depuis le décès de mon conjoint, je me retrouve seule face à moi-même, sans projet, sans engagement, sans énergie.  Qu’est-ce que je fais de ma vie maintenant?  À quoi me raccrocher?  J’ai peur de la solitude.  J’ai peur de ne pas bien utiliser le temps qui m’est donné.  Je cherche un sens à ma vie. 

Depuis trois ans, je marche dans le brouillard. J’ai essayé différentes avenues, mais j’ai dû souvent rebrousser chemin.  J’ai rencontré plusieurs obstacles : la maladie et le décès de ma sœur, une fracture au pied et quelques mois plus tard, à l’épaule.

Cet été, j’ai décidé d’en finir avec la recherche de projet, d’intégration, d’engagement.  J’ai décidé de lâcher prise, de vivre au jour le jour. Et je suis bien.

J’ai aidé mon fils lors de son déménagement à l’extérieur du Saguenay Lac-Saint-Jean. J’ai joué avec mes petits-enfants. J’ai restauré mon patio, ce qui me donne une nouvelle pièce à ma maison, et m’incite à profiter du beau temps. J’ai pris le temps de visiter mon autre fils.  J’ai joué au bridge. J’ai pratiqué mon anglais en faisant des mots croisés, en lisant. 

J’ai pris des vacances du deuil, de la retraite, de mes angoisses. Mon mari a atteint sa destination finale.  Moi je suis encore en chemin.  Je ne sais pas où la vie va me mener.  Peu importe, à chaque jour, à chaque échec, à chaque succès, un peu de brouillard se dissipe et la composition prend forme.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Grossir entre amis

Grossir entre amis

(Agence Science Presse) — Des raisons à l’obésité ? Une alimentation trop riche, le manque d’activité physique, la génétique… et l’amitié? Les sociologues Nicholas Christakis de Harvard et James Fowler de l’Université de Californie, ajoutent en effet cela dans le New England Journal of Medicine. Selon eux, l’obésité serait «contagieuse» en famille, et plus encore entre amis ! Ces conclusions sont tirées du suivi — poids notamment — entre 1971 et 2003 de 12 067 personnes et de leur réseau (proches, voisins, amis). Ainsi, le frère ou la sœur d’une personne obèse court 40 % plus de risque de le devenir à son tour. Le conjoint ? 37 %. L’ami ? 57 %. Et 70 % s’il s’agit d’un ami du même sexe et jusqu’à 171 % pour le meilleur ami ! Un effet boule-de-neige qui s’explique entre autres par un mode de vie souvent similaire entre amis et une meilleure acceptation personnelle de l’obésité…

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.