Une décision imminente de Québec ouvrirait la porte au pétrole des sables bitumineux de l’Alberta

Sables bitumineux

Une décision imminente de Québec ouvrirait la porte au pétrole des sables bitumineux de l’Alberta

Dossier Équiterre

Québec, le 12 novembre 2009 – Alors que le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs s’apprêterait à donner le feu vert à une composante du projet Trailbreaker, Équiterre et Nature Québec demandent à la ministre Madame Line Beauchamp de soumettre le projet à une enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

En mai dernier, et malgré une vive opposition de résidents de Dunham, la Commission de protection du territoire agricole autorisait l’usage de terres à des fins autres qu’agricoles pour la construction d’une station de pompage sur l’oléoduc Montréal-Portland, une composante essentielle à la réalisation du projet Trailbreaker.

Par ailleurs, la direction de la Montérégie du MDDEP est à analyser une demande d’autorisation de Pipe-lines Montréal ltée., requise pour la réalisation de son projet en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement. D’autres composantes de ce projet seront aussi vraisemblablement autorisées de façon isolée.

De l’avis des co-demandeurs, le processus actuel d’autorisation à la pièce des diverses composantes du projet Trailbreaker ne permet pas de bien en saisir les enjeux et d’en évaluer les impacts. Selon Hugo Séguin, coordonnateur aux Choix collectifs d’Équiterre, «seule une enquête indépendante du BAPE donnerait au gouvernement du Québec les éléments nécessaires à une prise de décision éclairée». Christian Simard, directeur général de Nature Québec, ajoute qu’«un débat doit être entrepris sur la raison d’être de ce projet dans le contexte énergétique québécois que l’on connaît et pour évaluer les répercussions que ce projet pourrait avoir sur le bilan québécois des émissions de gaz à effet de serre».

M. Séguin d’Équiterre s’étonne de voir le gouvernement du Québec dire une chose et s’apprêter à faire son contraire «Le gouvernement du Québec dit vouloir être un leader en énergies renouvelables et en même temps, il pourrait autoriser la venue au Québec d’un pétrole hautement polluant(1). On doit faire preuve de cohérence et ne pas se faire complices de la destruction environnementale qui se passe en Alberta».

Rappelons que le projet Trailbreaker de la société Enbridge prévoit l’envoi de plus de 200 000 barils par jour (b/j) de pétrole provenant des sables bitumineux de l’Alberta vers Montréal-Est. Une partie de ce pétrole, environ 80 000 b/j, pourrait y être raffiné et le reste serait acheminé à Portland dans l’état du Maine via l’oléoduc Montréal-Portland qu’exploite Pipe-lines Montréal ltée.

(1) Les émissions de GES du cycle de vie complet d’un baril de pétrole (du puits aux roues) sont de 10% à 40% plus élevées pour un pétrole provenant des sables bitumineux que pour un pétrole de source conventionnelle. Cette différence est mesurée aux étapes d’extraction, de valorisation et de raffinage.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Nouveau blogue sur les changements climatiques

Suivez l’équipe d’Équiterre vers Copenhague

Nouveau blogue sur les changements climatiques

Dossier Équiterre

Montréal, le 26 octobre 2009 – À moins de 41 jours avant le Sommet des Nations unies sur les changements climatiques à Copenhague, où sera négocié les suites du Protocole de Kyoto, Équiterre met en ligne un nouvel outil d’échange et d’information sur les enjeux de cet événement historique. Le blogue «Équiterre vers Copenhague» sera un lieu de partage d’idées et d’outils d’action./

«Ce qui va se passer à Copenhague est vraiment déterminant. Nous avons voulu créer ce blogue pour que les citoyens soient informés, et surtout, pour qu’on puisse ensemble agir pour faire pression sur le gouvernement Harper. La position actuelle du gouvernement ne représente pas ce que la majorité des citoyens veulent», explique Steven Guilbeault, coordonnateur général adjoint d’Équiterre, qui participera pour une quatorzième année aux négociations internationales qui se tiendront en décembre prochain. «Nous avons aussi besoin de l’appui des citoyens canadiens, et j’espère qu’ils seront plusieurs à échanger avec nous pour faire bouger les choses», ajoute-t-il.

«Nous espérons que ce blogue jouera un rôle de guichet d’information où les citoyens pourront fouiller et s’informer sur les enjeux de ce sommet et sur les meilleurs moyens d’agir», précise de son côté Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre, qui sera aussi sur place. «Notre équipe est présente à chacune des grandes discussions et celle de Copenhague est particulièrement importante. S’il y a un moment où il faut agir pour les changements climatiques, c’est bien cet automne», ajoute-t-il.

«Des discussions en commission parlementaire sur les objectifs de réduction de gaz à effet de serre du Québec, en passant par les rencontres préparatoires de Barcelone pour Copenhague, nous tenterons de couvrir et de s’intéresser à tout ce qui passe avant et pendant le Sommet de Copenhague en décembre en matière de changements climatiques», ajoute Hugo Séguin, coordonnateur des Choix collectifs chez Équiterre.

Le blogue recensera les différentes initiatives et campagnes proposées aux citoyens; dressera un portrait des positions des différents pays et des intentions du Québec et du Canada; résumera l’actualité en lien avec les changements climatiques; donnera des pistes d’action concrètes aux citoyens, et rapportera ce qui se dira et se passera en direct de Copenhague en décembre.
Pour suivre et participer au blogue

Équiterre est un organisme à but non lucratif qui s’est donné pour mission de contribuer à bâtir un mouvement de société en incitant citoyens, organisations et gouvernements à faire des choix écologiques, équitables et solidaires.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Steven Guilbeault, Laure Waridel et Roadsworth unis pour le climat

Steven Guilbeault, Laure Waridel et Roadsworth unis pour le climat

Dossier Équiterre

Montréal, 17 septembre 2009 – Steven Guilbeault, Roadsworth et Laure Waridel s’unissent pour le climat dans le cadre de la Journée en ville sans ma voiture 2009. Roadsworth, artiste de rue reconnu mondialement et co-porte-parole du concours Cocktail transport 2009 avec Steven Guilbeault, réalisera une grande peinture en direct, lors de la journée En ville sans ma voiture le 22 septembre prochain. De son côté, Laure Waridel, auteur et environnementaliste reconnue, donnera une grande conférence gratuite sur les transports durables à l’Université de Montréal, dès 11h30, pour changer le monde un geste à la fois en se déplaçant autrement.

«L’automne 2009 représente un moment clé en matière de changements climatiques avec le Sommet des Nations unies à Copenhague qui déterminera les suites du Protocole de Kyoto. Comme au Québec, les transports représentent la première source de gaz à effet de serre, Équiterre a voulu proposer une programmation dynamique dans le cadre de la journée En ville sans ma voiture et sensibiliser les Québécois aux impacts environnementaux de leurs déplacements», explique Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre, qui sera sur place lors de l’événement du 22 septembre à Montréal. «Notre équipe participera aussi aux éditions de Trois-Rivières et de Joliette», ajoute-t-il.

Lancement d’une grande campagne de sensibilisation

Équiterre profite de cette journée internationale pour lancer la 6e édition de son concours Cocktail transport, en collaboration avec l’AMT. «Les changements climatiques représentent l’une des plus grandes menaces auxquelles fait face l’humanité», rappelle Steven Guilbeault. Dans une vidéo originale, le porte-parole d’Équiterre, en compagnie de Roadsworth, invite les citoyens à être engagés et créatifs pour le climat. «Équiterre propose aux citoyens de privilégier des transports écologiques comme le vélo, la marche, le transport collectif, le covoiturage et l’autopartage, et de devenir de vrais influenceurs», précise-t-il. «Le concours offre des outils concrets pour les aider et des prix destinés aux organisations et entreprises. Par exemple, le volet «employés motivés» les invite à sensibiliser leurs collègues et les guide dans une démarche visant à convaincre leurs employeurs de mettre en place des incitatifs en transport durable.

Art et créativité au service de l’environnement

Pour stimuler la créativité des citoyens et mettre en vedette un artiste engagé et fasciné par les paysages urbains  Équiterre a fait appel à Roadsworth. «J’ai toujours été préoccupé par la place de la voiture en ville. Depuis le début de ma carrière, je crée des œuvres pour permettre aux piétons et aux cyclistes de se réapproprier la rue et pour faire réfléchir les automobilistes», explique l’artiste, impatient de voir les concepts que soumettront les citoyens dans le cadre du volet Création photos & vidéos. La toile qu’il réalisera en direct le 22 septembre sera exposée ensuite au Centre Eaton, où aura d’ailleurs lieu la performance en cas de pluie.

Le concours offre la chance aux participants de gagner de nombreux prix dont un an de transport écolo, une fin de semaine pour deux à l’Auberge de montagne des Chic-Chocs, trois nuits pour deux dans une tente Huttopia dans un des 14 parcs nationaux de la SEPAQ, 300$ de Parole citoyenne qui diffusera la vidéo gagnante sur son site, ainsi que des cartes BRANCHÉ du Musée d’art contemporain de Montréal. Trois façons de gagner: en répondant à une question liée à la vidéo en page d’accueil, en partageant une photo ou une vidéo originale ou en sensibilisant son milieu de travail. Il sera possible de voter pour les meilleures photos et vidéos reçues à partir du 4 novembre 2009 et de renouveler ses chances de gagner un an de transport écolo.

Équiterre remercie tous ses partenaires dans le cadre du concours, dont l’Agence métropolitaine de transport, la Société de transport de Montréal, le Groupe Pages jaunes, Cyberpresse et MétéoMédia.

Pour voir la vidéo et s’inscrire au concours
Pour les détails des activités d’Équiterre à la Journée En ville sans ma voiture

 

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Équiterre et la Fondation David Suzuki demandent au gouvernement de refaire ses devoirs

Indicateurs de développement durable

Équiterre et la Fondation David Suzuki demandent au gouvernement de refaire ses devoirs

DOSSIER ÉQUITERRE, Environnement

Montréal, le 3 septembre 2009 – Dans le contexte de sa démarche de développement durable, le gouvernement du Québec soumet à la consultation publique cette semaine une première liste d’indicateurs visant à  surveiller et à mesurer les progrès réalisés au Québec en matière de développement durable. Après étude du document, Équiterre et la Fondation David Suzuki estiment que le gouvernement devrait retirer la proposition actuelle d’indicateurs et soumettre de nouveau, à la session parlementaire de l’hiver 2010, une nouvelle proposition.

«Nous soutenons le gouvernement dans sa recherche d’outils pour mesurer efficacement les progrès de notre société, mais la liste d’indicateurs proposée ainsi que son organisation logique transmettent une lecture non seulement imprécise, mais déconnectée et erronée de la progression du Québec en matière de développement durable», explique Hugo Séguin, coordonnateur aux choix collectifs chez Équiterre. «Les indicateurs retenus occultent les enjeux fondamentaux du développement durable».

Par exemple, le maintien ou l’accroissement de la superficie du territoire zoné agricole pourrait être perçu comme un progrès vers un développement plus durable alors que ces mêmes territoires pourraient être en détérioration en raison des cultures intensives ou d’une utilisation accrue des engrais et pesticides. Ou encore, l’augmentation des températures pourrait indiquer une amplification des changements climatiques alors que dans les faits, le Québec pourrait avoir diminué ses émissions de GES.

«Le gouvernement priorise présentement une approche par capitaux, qui ne reconnaît pas le caractère fondamental de préserver l’intégrité des systèmes naturels et de leurs services qui ont toujours été à la base du développement socio-économique du Québec. La plupart des pays industrialisés, notamment au sein de l’Union européenne, favorisent une approche par thèmes ce qui est beaucoup plus efficace», explique Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.
«En quoi certains indicateurs tels que le stock net de capital fixe ou la valeur foncière du parc immobilier  permettent-ils de mesurer le progrès du Québec en matière de développement durable?», soutient M. Mayrand.

«À l’instar de l’Union Européenne, nous proposons au gouvernement de s’inspirer d’une démarche où des thèmes comme les changements climatiques ou les transports durables, qui mesurent l’intégrité de l’environnement, occupent une place prépondérante», explique Thomas Duchaine, chargé de projet en changements climatiques chez Équiterre.

Autres textes sur l’Environnement

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible T-shirt d’homme ou de femme, en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Équiterre recommande l’adoption d’une norme sur la teneur en carbone des carburants

Dans la foulée de la réglementation californienne

Équiterre recommande l’adoption d’une norme sur la teneur en carbone des carburants

DOSSIER ÉQUITERRE

MONTRÉAL, le 27 août 2009  Dans son rapport «Vers des carburants moins polluants» rendu public aujourd’hui, Équiterre recommande au gouvernement du Québec d’adopter une norme sur la teneur en carbone des carburants (NTCC) afin de favoriser les carburants ayant le moins d’impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Inspirée du Low Carbon Fuel Standard californien qui entrera en vigueur le 1er janvier 2010, la norme québécoise proposée par Équiterre devrait notamment viser à forcer les fournisseurs de carburants à trouver des façons de réduire les émissions de GES tout au long du circuit de leur production, par l’innovation technologique ou l’efficacité énergétique, et à introduire sur le marché des carburants alternatifs à plus faible intensité carbone. Plusieurs états américains et provinces canadiennes évaluent présentement la possibilité d’adopter une telle mesure.

Équiterre estime que, couplé à la mise en œuvre prioritaire de mesures de réduction de l’utilisation de la voiture solo, l’adoption d’une NTCC par le Québec et ses partenaires canadiens et américains entraînerait des réductions non négligeables d’émissions de GES.

«Pour nous, l’adoption d’une norme sur la teneur en carbone des carburants s’insère dans une vision globale des transports qui doit nécessairement être axée sur l’amélioration de l’offre de transports actifs et collectifs. Cette vision doit mettre de l’avant une réforme de l’aménagement du territoire pour réduire la distance et les impacts des déplacements effectués par le biais de la voiture individuelle, et inclure des modes de transport plus performants et moins polluants», explique Steven Guilbeault, d’Équiterre.

Selon les estimations d’Équiterre, la mise en œuvre d’une NTCC qui viserait une diminution de 10% de l’indice carbone des carburants vendus au Québec aurait entraîné, en 2006, des réductions d’environ 3,4 mégatonnes de GES tout au long du cycle de vie des carburants vendus sur le territoire québécois. Une norme visant la diminution de l’indice carbone des carburants s’avèrerait d’ailleurs beaucoup plus performante en matière de réduction de GES que les actuelles réglementations canadienne et québécoise qui exigent un contenu minimum de 5% d’éthanol dans l’essence.

Finalement, Équiterre souhaite que le gouvernement du Québec adopte une norme sur la teneur en carbone des carburants qui s’appliquerait tant aux carburants pour véhicules qu’au mazout léger et lourd utilisé pour la chauffe résidentielle et la production d’électricité.

Exclure les agrocarburants

Équiterre estime que le Québec doit notamment privilégier les biocarburants de deuxième génération et l’électricité comme carburants de remplacement et exclure les biocarburants de première génération et les agrocarburants car selon les conclusions du rapport, ils sont peu intéressants d’un point de vue de l’intensité carbone et du contenu énergétique.

«Pour se conformer à la norme, nous recommandons d’exclure de facto les agrocarburants et biocarburants de première génération, en raison notamment des pressions qu’ils exercent sur le prix des denrées agricoles, ainsi que sur les problèmes criants de malnutrition dans certaines régions du monde. Ces types de carburants ont aussi des impacts négatifs sur la conversion des terres et par conséquent, sur la déforestation qui affecte nombre de pays d’Amérique du Sud et de l’Asie du Sud-est», explique Hugo Séguin, coordonnateur Choix collectifs chez Équiterre.

Équiterre juge également nécessaire que les carburants de remplacement admissibles fassent préalablement l’objet d’une évaluation de leur durabilité et que leur production profite d’abord aux régions du Québec. L’organisme recommande finalement que le Québec adopte une politique exemplaire d’achat de carburants pour ses propres activités, semblable à celle adoptée par l’Administration fédérale américaine, qui interdirait l’achat de pétrole non-conventionnel tel que le pétrole des sables bitumineux.

Pour consulter le rapport «Vers des carburants moins polluants»

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Équiterre et 200 cyclistes à la Colline parlementaire

Équiterre et 200 cyclistes à la Colline parlementaire

Cyclistes_Ottawaweb
Ottawa, le 7 août 2009 – Les 200 cyclistes de la randonnée à vélo «Libre comme l’air» d’Équiterre se sont arrêtés à la Colline Parlementaire d’Ottawa aujourd’hui pour une séance d’interprétation bien spéciale. Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre, s’est improvisé guide touristique pour l’occasion, et a présenté aux cyclistes ce point d’intérêt touristique et historique, pourtant dépourvu d’intérêt environnemental grâce aux politiques gouvernementales de l’équipe de M. Harper.

«Habituellement, dans le cadre de cette randonnée, nous découvrons des acteurs locaux qui travaillent en faveur du développement durable. Nous avons décidé de profiter de notre passage dans la région pour faire une exception et faire découvrir aux cyclistes un endroit où la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement sont bien loin d’être des priorités par le gouvernement en place», explique Sidney Ribaux.

En effet, bien qu’une loi régissant les émissions de gaz à effet de serre existe au pays, elle n’est pas appliquée, voire ignorée par le premier ministre et son équipe. Le Canada a maintenant pris la place des États-Unis à titre de mouton noir au sein de la communauté internationale sur les enjeux climatiques, en adoptant des positions négatives et en ralentissant les efforts mondiaux face à la lutte contre les changements climatiques. «Le Canada est maintenant une espèce rare, et on l’espère en voie de disparition, puisqu’il est l?un des seuls pays industrialisés dont les objectifs de réduction de GES pour la période post-2012 ne permettront pas d?éviter le seuil critique de réchauffement de la planète promulgué par la science, soit deux degrés Celsius», ajoute M. Ribaux.

Ainsi, en vue de la conférence des Nations Unies sur le climat à Copenhague en décembre prochain, les cyclistes ont profité de leur présence pour rappeler l’urgence d’agir en matière de changements climatiques en actionnant symboliquement leur sonnette devant le Parlement du Canada.

Équiterre en a profité pour réitérer ses demandes au gouvernement du Canada pour réglementer les grands émetteurs de gaz à effet de serre, dont les producteurs de sables bitumineux et les centrales thermiques, et pour investir dans les infrastructures vertes.

Les cyclistes poursuivent maintenant leur périple de près de 200 km qui leur fera découvrir la région de l’Outaouais, tout en passant des vacances écologiques et carboneutres.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageCA6F0NF7 CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La Terre refroidit elle

La Terre refroidit-elle?

(Agence Science-Presse) – L’un des mythes les plus populaires des «enviro-sceptiques» est que «la Terre se refroidit depuis 1998». Le point de départ de ce  mythe étant que 1998 aurait été l’année la plus chaude, et que ce record n’a pas été battu depuis. Une nouvelle étude s’attarde justement, non pas à démontrer, mais avant tout à expliquer, ce qui est normal etgraphique-climat ce qui ne l’est pas.

Pourtant, même les «sceptiques» du réchauffement l’admettent: personne ne s’attend à ce qu’une courbe montrant la croissance des températures moyennes soit bien droite. Elle sera remplie de montagnes et de vallées, comme sur l’image ci-contre. Par conséquent, qu’est-ce qui est «normal» et qu’est-ce qui ne l’est pas?

Des fluctuations normales

Eh bien une «vallée» d’une décennie est tout à fait normale, quand on considère la tendance à long terme. C’est ce qu’écrivent David Easterling, du National Climatic Data Center — un organisme dont les chiffres sont souvent utilisés à tort et à travers — et Michael F. Wehner, du Laboratoire Lawrence Berkeley, dans leur article à paraître dans Geophysical Research Letters.

En soi, c’est quelque chose qu’on pouvait voir à l’oeil nu: dans le graphique ci-contre, tous les «pics» de température sont suivis d’une «descente» de plusieurs années. «Il est très facile de sélectionner une période pour renforcer un point de vue», écrivent-ils.

Mais globalement, sur plus d’un siècle, la tendance à la hausse des températures moyennes et est, elle aussi, visible à l’oeil nu.

Leur objectif est en partie pédagogique, répond Easterling au New York Times, parce que, scientifiquement, c’est le genre de démonstration qui a déjà été faite par le Groupe des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce que nous voulions, nous, explique-t-il, c’est de montrer, d’une manière qui puisse être corroborée par les pairs, «qu’il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que le climat se réchauffe de façon monotone, qu’il existe une variabilité naturelle», conjointement avec le réchauffement causé par l’homme.

Il est un peu dommage qu’il faille encore le répéter en 2009, mais le 21e siècle est encore jeune…

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.